jeudi 4 septembre 2014

Hollande à 13%

Le dernier TNS Sofres.

Réalisé avant le livre de Trierweiller.



Mais là, même moi, je commence à trouver ça excessif. On dirait que tout le pays se sent obligé de le détester désormais.

Et on ne me fera pas croire qu'il n'y a dans ce pays que 13% de rentiers, socialos mollassons, pro racket étatique justice sôciâle (mais pas trop).

Et même si le pays sombre corps et biens jusqu'ici, vu le dernier tournant pris, on peut peut-être honnêtement espérer un léger mieux.

Au moins un peu...

L'opinion est toujours un indicateur retardé.

Pour ma part je prends le pari que ce 13% est un point bas.

A suivre...

Un peu d'espoir

J'écoutais l'autre jour aux Grandes gueules :
Thierry Mandon
RMC - les grandes gueules, 02/09/2014 (en Français texte en français )
→ lien 

Sous secrétaire d'État rattaché au premier ministre pour la réforme de l'État.

Visiblement, ça va bouger. Ils vont (peut-être) finir par faire de la vraie rigueur. On peut toujours espérer.

De la vraie rigueur, c'est à dire simplifier pour faire en sorte que ce qui puisse être fait par l'État par une personne ne le soit pas fait (et mal) par quatre. Histoire de libérer le reste de la population du poids des charges de ces 3 personnes en trop, et que ces 3 personnes aillent de plus produire de vrais trucs.


Idem Ségolène Royal ce matin chez Bourdin. Notez au passage qu'elle n'est pas aussi truffe qu'on l'a présentée. Je trouve qu'elle tient plutôt bien la route, et qu'elle a même un discours équilibré.

Et donc, annonce d'une défiscalisation de 30% sur les travaux d'économie d'énergie, jusque fin 2015.

Enfin un truc pas trop con. De toutes façons, les 30%, vu l'emploi que ça va créer, l'État les retrouvera sans problème en TVA, en cotisations sociales et en allocs non versées... Ils inversent enfin la courbe de Laffer. Ici, en privilégiant un truc non délocalisable dont ils espèrent que ça maximisera l'emploi.

Qui plus est, en se préparant pour le peak everything à venir et en investissant pour de vrai...

Je leur passerai pour le coup que ce soit encore un cadeau aux proprios. Ou qu'ils soufflent une fois encore la bise puis le vent chaud sur des secteurs économiques entiers avec leurs gros doigts... Au point où on en est...

Bourdin Direct: Ségolène Royal
RMC, 04/09/2014 (en Français texte en français )

Ce que Trierweiller dit de nos élites

S'il n'y a qu'une chose à retenir de son livre, c'est ce qualificatif de "sans dents". Pour tout ce qu'il dit de nos élites.

Peut-être d'ailleurs que Trierweiller l'a mal interprété. Tel que je l'entends, sans dents, ça ne signifie pas nécessairement pauvre, mais ça signifie "qui ne mord pas", "qui n'a pas les dents longues", bref, les sans ambition, les sans grade...

A la rigueur, Hollande peut avoir du respect pour une pauvre racaille de cité qui essaie de grimper par la violence, mais surement pas pour une petite classe moyenne, pour les représentants de la décence commune, ceux qui se contentent du fruit de leur travail, et ne cherchent pas forcément à piller celui des autres... Cette sympathie pour la racaille se ressent d'ailleurs parfaitement dans toute la stratégie d'impunité judiciaire mise en place.

Ce que ce terme révèle, c'est que derrière tous les discours condescendants et misérabilistes de notre "élite", il y a en réalité un profond mépris pour un peuple qu'ils considèrent comme du bétail. Des holstein qu'on manipule et qu'on trait. Un peuple vu comme crasseux et crétin, maintenu dans la bêtise, et que eux, les élites "éclairées", toutes inscrites dans les bonnes loges, se doivent de guider.

Et l'école est là pour formater le peuple qu'on change à loisir, façonner la pâte à modeler et lui faire accepter sa condition de servitude, c'est à dire le fait que leur travail de salarié, ne leur appartient pas (je rappelle que l'État ponctionne 70% de ce que mon entreprise paye pour m'embaucher chaque mois). La propriété privée n'est qu'un concept flou, surtout si c'est celle des sans dents. Ils se servent à loisir et distribuent le travail de la France bétaillifiée à toutes leurs clientèles servant le grand projet (même si on sent bien un basculement des appuis, alors que les clientèles d'hier, de retraités, de syndiqués et de tamponne papier sont en passe d'être abandonnées pour celles autrement plus dans la ligne de la Grande République Globale que sont les nouvelles clientèles terra novesques de l'immigration la chance et celles de la culture d'Etat et de tous les autres propagandistes).

Et leur "République" cache de plus en plus mal le projet totalitaire, aliénant, qui anime nos élites enlightened du New World Order de Kissinger... qui n'a plus grand chose à envier à l'union soviétique. La seule différence, c'est le passage de la violence au mensonge pour faire accepter la servitude.

Ma République, elle redonne sa dignité au citoyen transformé en bétail, elle responsabilise, elle enracine, elle produit. La leur n'a qu'asservissement, abrutissement, déresponsabilisation et tittytainment à proposer.

A la rigueur, n'en déplaise à toute la gôche des rentiers, je me dirais presque qu'il y aurait plus à attendre d'un Macron, pour ses positions libérales, sa conscience du conflit de générations. Il a lâché un job à plusieurs millions d'euros pour la politique. C'est surement pas pour s'enrichir. Peut-être celui là a t'il des convictions. Mais vu sa participation au Bilderberg de juin dernier, c'est peut-être encore pire que nos vieilles élites magouillardes et menteuses à la papa... C'est peut-être juste le représentant de nos élites terra novesques d'après, sortes de men in black globalisés, de hussards noirs de la "République" globale, avec attaché case et costard armani, chargés d'instaurer le New World Order enlightened de Kissinger...

De toutes façons, ils arrivent au bout. Le tribut ne rentre plus. Le bétail ne veut plus travailler gratuitement. Laffer va se charger d'envoyer tout ça dans les poubelles de l'histoire...

lundi 1 septembre 2014

Le travail du dimanche, encore une riche idée

C'est la dernière marotte à la mode...

Il paraît que pour sauver la France, il faut faire suer le burnou aux français dans les commerces, le dimanche...

On nous vend ça avec l'exemple extrême de Paris, et de ses touristes en passage sur un jour, et qui trouvent des boutiques partout fermées, et vont faire du coup leurs achats dans le pays suivant. Ok. Va pour cet exemple là, bien précis.

Mais pour le reste.

Pour tous les français.

Ouvrir les magasins un jour de plus, ça va pas augmenter le pouvoir d'achat que les français ont à y dépenser. Ils vont juste faire le même chiffre d'affaires, mais sur un jour de plus. Ça va donc finir de tuer le petit commerce qui ne pourra pas suivre (c'est surement d'ailleurs un des buts recherchés), et surtout, loin d'augmenter les salaires horaires du secteur, ça va les baisser (chiffre d'affaires constant sur une amplitude horaire plus grande).

De plus, nos "élites" pensent en parfaits keynésiens, avec toujours cette idée imbécile qu'augmenter la consommation, c'est augmenter le PIB. Or nos magasins aujourd'hui ne sont que des usines à déficit commercial. Ce pays n'a pas besoin de consommer plus avec du pouvoir d'achat qui n'existe pas, il a besoin de produire plus !

Et c'est quoi le plan derrière tout ça ? Avoir des familles qui ne se voient plus ? Avec un dans le couple qui bosse du lundi au vendredi, et l'autre du mercredi au dimanche, avec aucun moment en famille ? J'imagine que ça aussi, c'est pas pour déplaire à Peillon et Belkacem...