mercredi 23 avril 2014

Charles Hugh Smith : This Is How Empires Collapse

This Is How Empires Collapse
Of two minds via ZeroHedge, Charles Hugh Smith, 23/04/2014 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
This is how empires collapse: one complicit participant at a time.

Before an empire collapses, it first erodes from within. The collapse may appear sudden, but the processes of internal rot hollowed out the resilience, resolve, purpose and vitality of the empire long before its final implosion.

What are these processes of internal rot? Here are a few of the most pervasive and destructive forces of internal corrosion:

1. Each institution within the system loses sight of its original purpose of serving the populace and becomes self-serving. This erosion of common purpose serving the common good is so gradual that participants forget there was a time when the focus wasn't on gaming the system to avoid work and accountability but serving the common good.

2. The corrupt Status Quo corrupts every individual who works within the system.Once an institution loses its original purpose and becomes self-serving, everyone within either seeks to maximize their own personal share of the swag and minimize their accountability, or they are forced out as a potentially dangerous uncorrupted insider.

The justification is always the same: everybody else is getting away with it, why shouldn't I? Empires decline one corruptible individual at a time.

3. Self-serving institutions select sociopathic leaders whose skills are not competency or leadership but conning others into believing the institution is functioning optimally when in reality it is faltering/failing.
The late Roman Empire offers a fine example: entire Army legions in the hinterlands were listed as full-strength on the official rolls in Rome and payroll was issued accordingly, but the legions only existed on paper: corrupt officials pocketed the payroll for phantom legions.
Self-serving institutions reward con-artists in leadership roles because only con-artists can mask the internal rot with happy-story PR and get away with it.

4. The institutional memory rewards conserving the existing Status Quo and punishes innovation. Innovation necessarily entails risk, and those busy feathering their own nests (i.e. accepting money for phantom work, phantom legions, etc.) have no desire to place their share of the swag at risk just to improve sagging output and accountability.
So reforms and innovations that might salvage the institution are shelved or buried.

5. As the sunk costs of the subsystems increase, the institutional resistance to new technologies and processes increases accordingly. Those manufacturing steam locomotives in the early 20th century had an enormous amount of capital and institutional knowledge sunk in their factories. Tossing all of that out to invest in building diesel-electric locomotives that were much more efficient than the old-tech steam locomotives made little sense to those looking at sunk costs.
As a result, the steam locomotive manufacturers clung to the old ways and went out of business. The sunk costs of empire are enormous, as is the internal resistance to change.

6. Institutional memory and knowledge support "doing more of what worked in the past" even when it is clearly failing. I refer to this institutional risk-avoidance and lack of imagination as doing more of what has failed spectacularly.
Inept leadership keeps doing more of what once worked, even when it is clearly failing, in effect ignoring real-world feedback in favor of magical-thinking. The Federal Reserve is an excellent example.

7. These dynamics of eroding accountability, effectiveness and purpose lead to systemic diminishing returns. Each failing institution now needs more money to sustain its operations, as inefficiencies, corruption and incompetence reduce output while dramatically raising costs (phantom legions still get paid).

8. Incompetence is rewarded and competence punished. The classic example of this was "Good job, Brownie:" cronies and con-artists are elevated to leadership roles to reward loyalty and the ability to mask the rot with good PR. Serving the common good is set aside as sychophancy (obedient flattery) to incompetent leaders is rewarded and real competence is punished as a threat to the self-serving leadership.

9. As returns diminish and costs rise, systemic fragility increases. This can be illustrated as a rising wedge: as output declines and costs rise, the break-even point keeps edging higher, until even a modest reduction of input (revenue, energy, etc.) causes the system to break down:



A modern-day example is oil-exporting states that have bought the complicity of their citizenry with generous welfare benefits and subsidies. As their populations and welfare benefits keep rising, the revenues they need to keep the system going require an ever-higher price of oil. Should the price of oil decline, these regimes will be unable to fund their welfare. With the social contract broken, there is nothing left to stem the tide of revolt.

10. Economies of scale no longer generate returns. In the good old days, stretching out supply lines to reach lower-cost suppliers and digitizing management reaped huge gains in productivity. Now that the scale of enterprise is global, the gains from economies of scale have faltered and the high overhead costs of maintaining this vast managerial infrastructure have become a drain.

11. Redundancy is sacrificed to preserve a corrupt and failing core. Rather than demand sacrifices of the Roman Elites and the entertainment-addicted bread-and-circus masses to maintain the forces protecting the Imperial borders, late-Roman Empire leaders eliminated defense-in-depth (redundancy). This left the borders thinly defended. With no legions in reserve, an invasion could no longer be stopped without mobilizing the entire border defense, in effect leaving huge swaths of the border undefended to push back the invaders.
Phantom legions line the pockets of insiders and cronies while creating a useful illusion of stability and strength.

12. The feedback from those tasked with doing the real work of the Empire is ignored as Elites and vested interests dominate decision-making. As I noted yesterday in The Political Poison of Vested Interests, when this bottoms-up feedback is tossed out, ignored or marginalized, all decisions are necessarily unwise because they are no longer grounded in the consequences experienced by the 95% doing the real work.
This lack of feedback from the bottom 95% is captured by the expression "Let them eat cake." (Though attributed to Marie Antoinette, there is no evidence that she actually said Qu'ils mangent de la brioche.)
The point is that decisions made with no feedback from the real-world of the bottom 95%, that is, decisions made solely in response to the demands of cronies, vested interests and various elites, are intrinsically unsound and doomed to fail catastrophically.

How does an Empire end up with phantom legions? The same way the U.S. ended up with ObamaCare/Affordable Care Act. The payroll is being paid but there is no real-world feedback, no accountability, no purpose other than private profit/gain and no common good being served.

That's how empires collapse: one corrupted, self-serving individual at a time, gaming one corrupted, self-serving institution or another; it no longer matters which one because they're all equally compromised. It's not just the border legions that are phantom; the entire stability and strength of the empire is phantom. The uncorruptible and competent are banished or punished, and the corrupt, self-serving and inept are lavished with treasure.

This is how empires collapse: one complicit participant at a time.

Bruno Bertez : Avril 2014: Elections Européennes, un enjeu considérable !

Moi, mon choix est fait, je vote UPR. Mais votez ce que vous voulez, du moment que vous votez contre Babel...

En tous cas, ceux qui voteront pour la continuation de l'instauration de la démocrature et de notre disparition sont soit des cons, soit des traitres.

Géopolitique Friction du Mercredi 23 Avril 2014: Elections Européennes, un enjeu considérable! Par Bruno Bertez
Le blog à Lupus, Bruno Bertez, 23/04/2014 (en Français texte en français )
→ lien


Avez-vous remarqué la campagne d’intoxication concertée pour donner le sentiment que les problèmes sont résolus ou en passe de l’être? Le positif est monté en épingle, le négatif est nul et non avenu, il n’a pas le droit de cité dans les médias.



C’est flagrant et cela en est consternant. L’astuce consiste à mettre en avant de minuscules améliorations tendancielles qui ont pour origine le report de la consolidation budgétaire et la pause dans l’austérité et à escamoter ce qui est négatif: le niveau de chômage, les ratios de prélèvement obligatoires et les ratios de dettes.

On imprime un climat, une ambiance, un sentiment, afin de manipuler les élections européennes. Le message est: "Nous sommes sur la bonne voie, les sacrifices ont payé"!

Ces élections sont fondamentales car c’est l’ordre du monde voulu par les États-Unis qui est en jeu. Si les Eurosceptiques faisaient un gros score, alors le processus d’intégration européenne voulu par les USA et sous leur coupe, et selon leur schéma, serait interrompu. Il y a une coalition gigantesque, coûte que coûte, pour forcer la réticence des peuples. et tous les moyens sont et seront bons, ce n’est que le début.

Il y a unité complète entre l’économique, le financier, le géopolitique en ce moment. L’enjeu c’est vraiment l’ordre du monde, à ceux qui en doutent, nous renvoyons aux analyses sur ce qui se passe du côté de l’extension de l’Otan, l’Ukraine et la tentative en cours de mise au pas de la Russie, avant celle de la Chine.





Nous sommes dans le maelstrom constructiviste des néocons américains. Honte aux Français qui ne le dénoncent pas. Honte aux héritiers de de Gaulle et aux pseudo-souverainistes.

Espagne baisse de population en 2013

Espagne baisse de population en 2013
La chute, Patrick Raymond, 23/04/2014 (en Français texte en français )
→ lien
La population espagnole s'est effondrée en 2013, effondré, c'est le mot, avec - 0.9 % en une année, avec un mouvement naturel encore positif, et une immigration qui rentre chez elle.

Au global, il y a 404 619 habitants en moins, et sans doute, le croît naturel (+ 0.3 %, soit 100 000 naissances d'excédent sur les décès) contrarie un peu le mouvement.

On est loin des années où l'on voulait nous démontrer en 2006, que c'est une émigration massive (+ 800 000 personnes/an), qui provoquait la croissance.

L'année précédente, la baisse avait été de seulement 206 000 personnes, là aussi, avec un accroissement naturel d'environ 100 000.

En réalité, le mouvement est sans doute beaucoup plus fort ; les "sans papiers", donc, non décomptés, sont une population très mouvante, et la plus touchée par le non-travail.

Il y a donc, visiblement, une accélération du mouvement, et sans doute aussi, une ruralisation de la population espagnole, qui regagne ses terres ancestrales, où ils peuvent au moins cultiver le jardin, sinon l'exploitation agricole.

Bruno Bertez : Alerte sur le secteur bancaire européen, soyez vigilants !

Alerte Rouge du Mardi 22 Avril 2014: Alerte sur le secteur bancaire européen, soyez vigilants! Par Bruno Bertez
Le blog à Lupus, Bruno Bertez, 22/04/2014 (en Français texte en français )
→ lien


Le secteur bancaire européen a cessé d’être la locomotive de la Bourse.

Il a fait un top mi-Janvier, puis refait un double top début Avril, plus bas que le premier alors que le marché en général a réussi a faire un second top plus haut que le premier.

Vous pouvez le visualiser par le biais de l’ETF CODE FR 0007068077, Easy ETF, EURO BANK

Le premier top est à 282,72, le second juste au-dessus des 280.

Regardez la courbe relative de cet ETF comparé au CAC 40.

Par ailleurs la courbe de l’ETF a cassé les deux moyennes mobiles des 20 et 50.

Notre hypothèse est que les banques européennes sont très vulnérables à la situation russe aussi bien sous l’angle des embargos/rétorsions que l’angle de la récession. Les banques euro comme d’habitude ont été très très imprudentes en Russie. Et pour très gros.




Le FMI confirme que la situation du secteur bancaire européen se dégrade encore (Ph. Herlin)
Blog d'Olivier Demeulenaere, 22/04/2014 (en Français texte en français )
→ lien
"Revenons au Global Financial Stability Report du FMI dont nous avons parlé la semaine dernière, mais cette fois au premier chapitre, dans la section concernant les banques européennes (à partir de la page 39). Et le constat que réalise l’institution internationale est plutôt inquiétant puisque, selon elle, les créances douteuses ("non performing loans") que les banques européennes détiennent dans leurs bilans ont doublé depuis 2009, pour passer de 400 à 800 milliards d’euros. Ce sont surtout, on l’aura compris, les banques des pays en difficulté qui sont concernées (Italie, Espagne, Portugal, Grèce).

Une lourde menace pèse donc sur le secteur bancaire des pays du sud, avec tous les risques de contagion que cela comporte pour les pays du cœur. Existe-t-il des raisons pour espérer que la situation s’améliore ? Non, au contraire, affirme le FMI, qui estime que 20 à 30% des entreprises italiennes ne dégagent pas suffisamment de cash flow pour payer les intérêts de leur dette. En Espagne et au Portugal, c’est encore pire avec une proportion de 30 à 40% ! Les débiteurs étant eux-mêmes en mauvaise posture, la situation ne peut donc que se dégrader.

Pour l’Allemagne et la France, 15% "seulement" des entreprises ont un cash flow inférieur à leurs frais financiers. La France a pourtant battu en 2013 un record de faillites et son économie s’avère à l’évidence en moins bonne forme que celle de l’Allemagne, à croire que les banques françaises ont la prescience de "couper le robinet" très rapidement, dès que les premières difficultés apparaissent pour leurs entreprises clientes. Quoi qu’il en soit, les systèmes bancaires de ces pays sont moins touchés sur ce point.

A l’aune de ces chiffres, on mesure encore mieux l’incapacité chronique des plans de Quantitative easing ou autres LTRO à produire le moindre rebond de l’économie réelle : celle-ci se porte tellement mal, les banques sont déjà tellement empêtrées dans des crédits en perdition, que la dernière chose à espérer est bien une hausse des prêts aux entreprises ! Tout cet argent créé ex-nihilo finit en réserve à la banque centrale ou en spéculation sur les marchés, mais certainement pas en création de richesse. Cet argent a surtout pour utilité de resolvabiliser les banques en leur apportant de la liquidité, alors que ces 800 milliards de créances douteuses auraient déjà dû en envoyer beaucoup sur le tapis.

Par ailleurs, ces chiffres sont à évaluer dans le contexte actuel de taux d’intérêt les plus faibles que l’on puisse trouver dans ces dernières décennies. Une remontée significative des taux alourdirait le coût de ces crédits, la proportion des entreprises passant la tête sous l’eau augmenterait encore, et les créances douteuses exploseraient, dégradant encore plus la situation de nombreuses banques…

Enfin ces chiffres, ceux concernant les entreprises comme ceux des banques, montrent bien qu’il n’y a aucune véritable reprise économique auto-entretenue en Europe (excepté l’Allemagne exportatrice), et que c’est seulement la consommation des ménages, dopée par de la dette publique, qui parvient à sauver les apparences. Décidément, le secteur bancaire européen nous réserve encore de mauvaises surprises…"

Philippe Herlin, Goldbroker.com, le 22 avril 2014

La France déshonorée ?

La France déshonorée ?
Contrepoints, Philippe Robert, 23/04/2014 (en Français texte en français )
→ lien
Comment donc expliquer l’indulgence de l’Union européenne et des marchés financiers pour leur fille prodigue, la France ?

Il est assez bluffant de constater que la France parvient régulièrement à placer ses obligations assimilables du Trésor (OAT) à moins de 2% à 10 ans et, désormais, à un taux inférieur à 3% à 30 ans.

On peut donc légitimement se demander sous quelle bonne étoile la France, pourtant au centre de mille épreuves qu’elle se sera infligée à elle-même au fil du temps, parvient ainsi à poursuivre sa route à l’aveugle vers des lendemains pourtant riches en impasses.

En ce qui me concerne, j’y vois plutôt la main de moins en moins invisible de Berlin tirant en sous-main, via Francfort, les ficelles de la Commission européenne le tout placé sous l’œil attentif mais encore bienveillant du FMI de Mme Lagarde à Washington.

Si la France est bien à l’origine de l’UE telle qu’elle est aujourd’hui, c’est-à-dire assez éloignée de la vision originelle de ses concepteurs, elle en est aussi la seconde économie après l’Allemagne et se pique même de gouverner l’Europe sur un pied d’égalité avec Berlin.

C’est donc l’honneur de la France associée à l’Allemagne puis aux 26 autres États membres qui est en jeu avec le risque majeur, si nous ne nous réformons pas drastiquement comme d’autres l’ont déjà fait avant nous, de passer pour des jean-foutre invétérés.

Ainsi, le plan de 50 milliards d’euros de François Hollande mis en place par Manuel Valls est manifestement un ersatz dont les modalités, visant à atteindre des cibles mineures, font déjà pousser des cris d’orfraie à la classe politique et aux syndicats outrés.

La France a la chance d’être incontournable en Europe et c’est là, selon moi, que se trouve la raison principale de la mansuétude des marchés. Mais se faire porter à bout de bras par les petits camarades européens n’en est pas moins odieux : halte à la flibuste !

Babel contre le reste du monde

   Centrafrique: des proches de soldats français dénoncent une armée de bouts de ficelle (BFM TV)
Conditions de vie spartiates, manques logistiques qui nuisent à leur sécurité... Sur le terrain, la colère des militaires français monte.
Beaucoup se plaignent également de ne pas disposer de moustiquaire. Résultat, depuis le début de l'opération Sangaris, 56 soldats auraient attrapé le paludisme, affirme France Info.

   David Cameron dans la tourmente pour avoir qualifié son pays de "chrétien" (E&R)

   Fukushima Manager Admits Water Woes "Out Of Control", Refutes Lies By PM Abe (ZH)

   10 maisons fabriquées en 24 heures grâce à l’impression 3D (via E&R)

   La plume de Manuel Valls est membre du Crif (Panamza via E&R)

   Flood Of Students Demanding Loan Forgiveness Forces Administration Scramble (ZH)
As WSJ reports, enrollment in student debt forgiveness plans have surged nearly 40% in just six months, to include at least 1.3 million Americans owing around $72 billion.

   Bundy Ranch (h16)
Ce consentement est tout sauf une simple formule rhétorique puisqu’il fonde véritablement le principe même de la démocratie (le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple). Dès lors qu’un nombre d’individus ne consent plus à un impôt, s’en explique et est prêt à se battre pour le refuser, sans qu’on puisse qualifier le restes de ses activités comme ouvertement criminelles et néfastes au reste de la société, il devient délicat de continuer à parler de consentement, tout comme il est plus compliqué de faire croire à l’équité de la ponction opérée.
Là où beaucoup de citoyens américains se contentent de tolérer le gouvernement comme un moindre mal, le citoyen français est bien plus souvent qu’à son tour considéré comme la piétaille à la merci des administrations.
De la même façon que les Bonnets Rouges ont été décriés par une presse très mal à l’aise avec un mouvement qui ne s’inscrivait pas dans les schémas traditionnels, de la même façon que les participants aux Manifs Pour Tous ont subi un traitement de choix par les forces de l’ordre et le pouvoir en place qui ne pouvait laisser la sédition s’installer, on peut imaginer que le Ranch Bundy déclenchera une belle tornade de caricatures et d’approximations dans la presse française si jamais elle venait à s’en occuper.

   Impérialisme - 2014 s'annonce comme une année de vérité pour les États-Unis (Paul Craig Roberts)
Une des deux choses suivantes est probable : soit le dollar américain sera abandonné, entrainant l'effondrement de sa valeur et mettant ainsi fin à l'état de superpuissance de Washington et à la menace qu'il représente pour la paix mondiale, soit Washington mènera ses marionnettes en conflit militaire avec la Russie et la Chine. Le résultat d'une telle guerre serait beaucoup plus dévastateur que l'effondrement du dollar américain.

   Quatre morts dans une fusillade à Slaviansk dans l'est de l'Ukraine (Romandie)
   Ukraine: les autorités versent 80.000 USD pour la capture de militants pro-russes (Ria Novosti)
   Kiev refuse de réprimer les radicaux: les accords de Genève menacés (Lavrov) (Ria Novosti)
   Here Come The Boots On The Ground: US Troops Heading To Eastern Europe (ZH)
600 U.S. TROOPS HEADING TO EUROPE FOR EXERCISES: PENTAGON
   The Truce Is Over: Ukraine President Urges Restart Of Military Action (ZH)
UKRAINE'S TURCHYNOV URGES RESTART OF ANTI-TERRORIST OPERATION
   Ukraine: un député pro-européen assassiné dans l'est (Ria Novosti)
   USA/RUSSIE: Les doctrines influent sur l’Ukraine (via le blog à Lupus)
Il y a un risque de conflit, et l’on va dans cette direction si l’on n’accepte pas l’idée d’une fédéralisation de l’Ukraine.
L’Allemagne ne peut guère ne plus acheter de gaz russe, alors qu’elle est reliée à la Russie par le gazoduc North Stream.
L’Europe a beaucoup à perdre
   Le projet Manhattan du 21ème siècle: l'arme fatale de Washington contre la Russie est financière (Express.be)
Les États-Unis sont peut-être sur le point de déployer une arme d’un nouveau genre contre la Russie : leur contrôle sur le système bancaire mondial, étayé par leur réseau d’alliances et l’accord résigné des pays neutres, affirme Ambrose Evans-Pritchard dans le Telegraph. Il n’hésite pas à parler de « bombe à neutron financière » pour qualifier cet instrument de guerre économique qu’il a surnommé le « Projet Manhattan du 21ème siècle » (le nom de code du projet qui a abouti au développement de la première bombe atomique aux Etats-Unis).

mardi 22 avril 2014

Bruno Bertez : De Madoff à la réunion du FMI

L’Edito du Dimanche 20 Avril 2014: De Madoff à la réunion du FMI par Bruno Bertez
Le blog à Lupus, Bruno Bertez, 20/04/2014 (en Français texte en français )
→ lien
Ou il est question dans cet article de crimes contre l’humanité et de l’obéissance ordinaire



Le récit de l’histoire est presque aussi important que l’histoire elle-même. Le récit façonne pour le présent l’idée que les gens se font de ce qui s’est passé. Un bon récit se doit de porter sur les faits, bien sûr, sur les zones d’ombre, évidemment, mais surtout sur les liaisons entre les principaux points du récit. Seule la compréhension des enchaînements est utile pour les générations futures.



Les procès sont une occasion que l’humanité, la société, ne devraient jamais manquer de faire le point sur elle-même. On devrait analyser les conditions dans lesquelles les événements sont apparus, on devrait pouvoir répondre aux questions comme: comment cela a-t-il pu arriver? Et beaucoup d’autres encore.

Ce qu’il faut, aussi et surtout, dans les procès, c’est écouter, écouter de façon ouverte, sans idée préconçue et sans blocage, les explications, les arguments des personnes en cause, les arguments de ceux qui sont considérés comme les criminels. Ils ne parlent pas pour ne rien dire, leur vie, leur honneur est en jeu et, à ce titre, on doit admettre que leur parole mérite d’être écoutée. Les juges et les médias disqualifient les paroles des coupables, ils ont tort. Précisons et insistons, notre propos ne concerne pas la culpabilité ou la faute ou l’erreur ; non, notre propos tourne autour de la question de la fonction des procès dans nos systèmes.

Réécoutant les procès Eichman, Barbie, lisant les comptes rendus de multiples procès et de celui des salariés ou associés de Madoff, nous sommes frappés par la répétition d’un thème: celui de l’obéissance. Presque tous disent « nous avons obéi aux ordres et instructions qui nous ont été donnés ».

La répétition devrait mettre la puce à l’oreille, tout comme l’occultation par la société de cette répétition. Il n’y a que des gens comme Hanna Arendt ou Camus qui aient eu la perspicacité et le courage de poser les vraies questions, à savoir: le rôle de l’obéissance dans nos sociétés, le rôle des fonctionnaires obéissants, qu’ils soient d’Etat ou privés. Vous avez compris l’idée que nous voulons faire passer, n’est-ce pas. Le point le plus important, pour qu’un crime de grande ampleur puisse être commis, pour qu’il dure, pour qu’il prenne de l’extension, c’est l’obéissance. Quand nous disons obéissance, nous voulons inclure, le complément de l’obéissance, la Loi du Silence, la neutralisation des paroles critiques ou de révolte.



Quand, depuis de nombreuses années, nous avons dénoncé le système financier, bancaire et monétaire comme une gigantesque tromperie, une escroquerie, un Ponzi spoliateur et dangereux, nous avons été modestes, nous n’avons jamais cru que notre voix puisse suffire à modifier le cours des choses. Nous avons simplement cru utile de poser quelques pierres blanches, quelques petits cailloux, pour servir de repère dans l’avenir. Que des géants de la pensée comme Minsky ou son continuateur, Steve Keen n’aient pas eu plus d’influence que nous, doit, devrait faire réfléchir. La question importante n’est pas la connaissance, elle existe quelque part ; non, la question centrale, c’est l’erreur, la faute, le mensonge: comment réussissent-ils aussi bien ? Vous connaissez notre réponse, le vrai, le faux, les idéologies sont produites par les plus forts et ils font en sorte que ce soient les idées conformes à leurs intérêts qui aient droit de cité.



Nous, nous sommes satisfait de constater que des analyses que nous développons depuis très longtemps et de façon redoublée, répétée, depuis la crise de 2008, aient maintenant droit de cité et même soient exposées au plus haut niveau. En effet, l’analyse livrée ce 11 Avril par le patron de la Banque Centrale Indienne, Raghuram Rajan, devant le FMI, texte de 10 pages, est exactement, point pour point, articulation pour articulation, le décalque de celle que nous popularisons. Au risque de lasser.



Rajan, dont la référence n’est pas mince, est ancien chef économiste du FMI, professeur à l’Université de Chicago, et c’est l’un des rares à avoir, avant la crise, décortiqué clairement les mécanismes par lesquels elle allait arriver. C’était à Jackson Hole devant l’élite mondiale de la monnaie, de la banque et de la finance. Comme on pouvait s’y attendre, cette année encore, au FMI, Rajan a été contredit par l"un des chefs kleptos de la Fed, Evans. Il suffit de lire les textes des interventions de l’un et de l’autre pour voir qui pense juste et qui pense faux. Evans ne pense pas, il récite.

Quel rapport avec notre propos sur l’obéissance? Le rapport est organique, s’il n’ y avait pas des larbins pour obéir, le mal ne pourrait, ni durer, ni se propager. La solution finale d’Hitler n’aurait pu être mise en œuvre, faute de chaîne de transmission. Les idées, mêmes les mauvaises, ne s’imposent pas d’elles-mêmes, il faut des gens pour les incarner et les mettre en actes. Il faut des lâches pour les tolérer, il faut des gens qui renoncent pour que le mal soit fait.

Et c’est là où intervient la pirouette scandaleuse des juges, des tribunaux, bref de ceux qui sont censés travailler pour l’Histoire. Ils devraient retenir comme central cet argument de l’obéissance comme justification des crimes. Ils devraient le retenir et non pas l’escamoter. Aussi bien dans le cas des criminels de guerre que dans le cas des escrocs. La pirouette des juges, les femmes de ménage du système, consiste à affirmer, face à l’argument d’obéissance: « le bon sens aurait du prévaloir ». Point à la ligne, le débat est clos. Ah bon! Et comment juger du bon sens? Où est le modèle du bon sens-étalon, au pavillon de Sèvres? Où est le bon sens à un moment historique donné? Qui le détient, qui le mesure, qui le fait connaître?



Ce n’est pas un hasard si nous mettons en regard d’un côté les crimes contre l’humanité évidents d’Hitler et de ses complices et le crime contre l’humanité de la gestion homicide des Banquiers Centraux, des Gouvernements et des Guelfes noirs kleptos. Des dizaines de millions de gens ont leur vie gâchée à cause de ces futurs reconnus criminels, mais actuellement considérés comme non coupables. Des vies sont perdues, des humains sont déchus, humiliés, par la conjonction de politiques qui visent à gonfler la valeur du capital, à fabriquer de l’inflation, à baisser les niveaux de vie. Pire, la haine s’instaure, les peuples sont montés les uns contre les autres, les ennemis sont pointés du doigt dans un dernier sursaut de « coûte que coûte ». Il suffit de regarder l’opération de l’hegemon américain et de ses supplétifs européens en Ukraine.

Madoff décrit exactement la situation globale dans laquelle le monde se trouve: « J’ai fourni des rendements élevés, réguliers, même dans les périodes de difficulté économique et de risque élevé. Les performances obtenues ont été versées, non pas par extraction de rendements sur l’économie réelle, mais par le biais de prélèvements sur les flux de capitaux nouveaux »… « Ce sont les nouveaux arrivants qui ont permis de payer les performances des anciens ».

En clair, les gens, sont grâce à moi, devenus riches, non pas parce que les affaires ont été bonnes et que l’activité réelle nous a récompensés, mais parce que nous avons utilisé l’argent des nouveaux venus pour servir des performances fictives, des résultats qui n’existaient pas.

Quelle est la situation actuelle dans le monde? On sert des performances, en créant de plus en plus de liquidités gratuites, en créant de la monnaie pour acheter des titres à long terme, ces liquidités constituent un mistigri dont les gens, surtout les très gros, veulent se débarrasser, et donc ils achètent sur les marchés des actifs qui rapportent un peu, ils en font monter les prix et, ainsi, les nouveaux arrivants produisent mécaniquement la performance des anciens, laquelle est la somme du rendement interne versé par l’actif financier et de la hausse artificielle du cours. Seule une fraction de la performance est produite au sens fort et vrai, par l’activité économique sous-jacente, le reste, de loin le plus important, vient de la chaîne du bonheur, de la carambouille, du Ponzi mis en place par les politiques monétaires non conventionnelles.



Etes-vous d’accord avec nous pour dire que le simple « bon sens devrait prévaloir » et que tout citoyen, tout juge, devrait dénoncer l’action des délinquants qui entretiennent ce Ponzi. L’impératif moral est clair, le bon sens ne triche pas, il faut dénoncer, punir. Prendre date pour l’avenir.



Draghi est un bon petit toutou obéissant à ses Maîtres, directs, les Anglo-saxons, et indirects, cachés planqués au sein du FMI. Il vient de déclarer : « La BCE assouplira sa politique monétaire encore plus, si l’euro continue de se raffermir ». Traduisez, cette traduction nous est fournie par le FMI « La BCE doit agir si l’inflation basse persiste ». Draghi dit:oui monsieur, bien monsieur, vous avez encore une petite poussière sur vos chaussures. « Il y a maintenant unanimité à la BCE pour des achats d’assets », c’est à dire pour que les Quantitative Easing européens prennent le relais des QE américains et anglo-saxons. Ces derniers trouvent que poursuivre dans cette voie leur ferait courir trop de risques. Et là-dessus, notre caniche de développer le justificatif suivant: « l’inflation est trop basse, c’est le change trop élevé qui en responsable, l’euro trop fort représente 50% du déclin de l’inflation enregistré depuis 12 mois »; et tout le monde, médias, banquiers et gouvernements kleptos de renchérir!



Se trouve-t-il quelqu’un pour dire qu’après le QE 3 américain, le colossal QE3, les prix ont décroché à la baisse, on est passé d’un rythme d’inflation des prix de 1,5% l’an à 0,7%! Le bon sens, le fameux bon sens, en tire la conclusion que les QE ne sont pas la bonne solution. Et le bon sens aurait raison de se révolter face à ce crime contre l’intelligence et contre l’humanité. Cela fait 25 ans que les Japonais créent de la monnaie pour échapper à la soi-disant déflation, laquelle n’est que l’alibi agité pour sauver la mise des ultra-capitalistes imprudents sinon stupides; si cela marchait, cela se saurait!

Le bon sens et la science disent que la valeur d’un actif financier ou économique, c’est la somme des cash-flows que cet actif va procurer tout au long de sa vie. Plus vous montez le prix de cet actif, plus vous devez extraire de cash-flow de l’activité économique. Les ultra-riches qui détiennent le pouvoir grâce au rapport de forces produit par le chômage, ces ultra-riches en veulent pour leur argent. S’ils ont acheté un actif très cher, ils font pression sur les managers pour qu’ils réalisent de gros bénéfices, versent de gros dividendes, rachètent les actions, et surtout qu’ils ne gaspillent pas les cash-flows en investissant dans des projets dont la rentabilité n’est pas assez élevée. Ils exigent que l’on fasse des gains de productivité, que l’on remplace les hommes par les machines et ils sont incités à produire plus avec moins de personnel car le crédit est gratuit. Et les managers obéissent. Pourquoi? Parce qu’ils ont un fil à la patte, c’est le bonus, le partage de ce que l’on appelle scandaleusement la création de « Valeur ».

Les politiques monétaires non conventionnelles sont, non pas inflationnistes, mais déflationnistes. Elles ne favorisent pas l’emploi, elles le détruisent. En plus, ce sont des dévaluations déguisées, compétitives, comme celles qui ont provoqué la grande misère des années 1929 et suivants.

On comprend mieux le titre de l’intervention de Rajan devant le FMI: « Competitive monetary easing , is it yesterday once more? » Bien sûr que c’est la répétition sous une autre forme des erreurs des années 30. Le fait que les raisonnements soient de plus en plus sophistiqués ne sert qu’à masquer une réalité toute simple, incontournable, il y a une logique de la crise, elle dépasse tout le monde et les soi-disant remèdes que l’on feint d’y apporter ne sont jamais qu’un des moyens utilisés par les plus forts pour en faire reporter les effets négatifs sur les plus faibles.



Revenons à nos procès et aux tribunaux. Si le bon sens est relatif, s’il est rétrospectif, alors il y a une solution, c’est de s’en remettre au jugement et à la responsabilité des coupables potentiels, des acteurs. Il faut qu’ils redeviennent responsables, il faut que cesse l’impunité généralisée. Il faut institutionnaliser les grands procès contre ceux qui commettent des erreurs criminelles; ce sont eux, par la crainte, par la peur d’être jugés et punis, qui doivent marcher droit, se conduire correctement. Il faut qu’ils aient peur des châtiments, qu’ils ne puissent plus dire « mais je n’ai fait qu’obéir, j’ai cru que…».

Nos sociétés souffrent de la dissymétrie généralisée, les Pouvoirs, les Puissants ne paient jamais, ils vivent à l’image de leur Maître à ne pas penser, Friedman, sur le dos des tiers-payants. Le comble est que ce même Friedman est l’auteur des plus belles analyses critiques que l’on ait vu sur ce fameux système du tiers payant!

Méridien Zéro : La remigration pour les nuls

LA REMIGRATION POUR LES NULS
Méridien Zéro, 19/04/2014 (en Français texte en français )
→ lien 

Beaucoup de choses très intéressantes, même si sur la fin, ça part un peu dans le délire selon moi...

La remigration, on la verra avec l'effondrement économique. Comme on l'a vu avec l'inversion des flux depuis la Turquie en Allemagne, de mexicains aux USA, ou encore en Espagne ou en Grèce...

Quand le système sera complètement à bout de souffle, qu'il n'y aura plus d'argent gratuit pour toutes les chances pour la France, plus de boulot nulle part, le peak everything dans la tronche couplé au vieillissement, on verra ce que valent pour ces gens tous les diplômes de francitude distribués à quiconque le veut par la maçonnerie babelienne et remplaciste, au pouvoir depuis 30 ans, et à quel point nos CPF sont impliquées affectivement dans la République du Grand Rien (la religion qui nous explique que la nation, la patrie, ce n'est juste qu'un bilan comptable, au moment même où celui-ci est en faillite totale) quand il n'y aura plus rien à en tirer...

Vue la giga merde qui s'annonce, on devrait vite voir qui est français et reste pour se coltiner la merde, et qui sont les rats qui quittent le navire...

Tiens d'ailleurs, en parlant de CPF... En voila une belle, souvent invitée sur RMC pour faire la morale au "plouc" de souche qui refuserait de disparaître et/ou de donner son travail gratuitement (ce qu'en d'autres temps, on appelait à raison l'esclavage)... Finalement très en ligne avec l'indécence des élites traitres...
Un employé de la marque de Booba entre la vie et la mort, Rohff en garde à vue
L'Express, 22/04/2014 (en Français texte en français )
→ lien
Lundi, un employé de la boutique du rappeur Booba, Unküt, a été roué de coups. Rohff, rappeur rival de Booba, a été placé en garde à vue ce matin. Son entourage a précisé au Parisien qu'il était présent sur les lieux au moment de l'agression.