samedi 16 août 2014

Robolution + Peak Everything = ?

Une vidéo à voir absolument sur la robolution, via le blog de yoananda, et ce qui s'annonce en terme de carnage de l'emploi et de nouveau luddisme.


Ce qu'il s'y dit est fondamental. Et surtout, l'analogie avec le premier ordinateur des années 80 est juste. Pour suivre les avancées depuis 5 ans, effectivement, je vois bien l'évolution. Il y a 5 ans encore, la robolution ça faisait juste rigoler. Aujourd'hui, on parle de voitures sans conducteur, de serveurs automatisés, etc etc...

Une grosse partie des emplois va disparaître. Surtout les moins qualifiés. Alors on me dira qu'on réduira juste le temps de travail et on se partagera les jobs très qualifiés qui resteront. Mais j'objecterai que tout le monde n'a pas les capacités pour faire un job très qualifié, voire peu de monde en fait.

Dans le même temps, une autre force de fond, contraire, est à l’œuvre. Le peak everything, pointe vers une raréfaction de l'énergie et des matières premières, une démographie explosive et une forte dégradation de l'environnement.


L'énergie, ce sont les glucides de l'organisme monde, et les matières premières les protéines. S'il n'y a pas les protéines, il y aura un problème pour construire tous ces robots et moins de matières à transformer pour produire des biens. S'il n'y a pas les glucides, il y aura un problème pour fournir l'énergie permettant le retravail du monde, c'est à dire la transformation de la matière en autre chose. Le peak everything lui pousse vers plus de travail humain pour compenser une énergie et des ressources devenant de plus en plus chères (on pense à l'agriculture par exemple).

Difficile d'imaginer vers quel avenir ces deux tendances de fond contradictoires vont pousser.

Quoi qu'il en soit, le niveau de dignité humaine est intrinsèquement lié à son utilité dans le système. On pense au citoyen soldat de l'antiquité d'un côté, et à la plèbe occidentale informe, débilitée consciencieusement et en démocratie d'opérette de l'autre.

Et ces questions sont fondamentales. L'infrastructure conditionne la superstructure. C'est la base de l'évolution du monde, et le reste, c'est à peine plus que du bruit médiatique.

Et c'est difficile d'imaginer un humain maintenu dans sa dignité par le système, dans un monde où il est devenu totalement inutile et un poids mort intégral.

Comment la religion de la modernité et du progrès, qui n'est en réalité qu'un utilitarisme forcené servant le profit, va t'elle retomber sur ses pieds ?

Je ne peux m'empêcher de repenser à cette page de la BD de la guerre éternelle, où on le voit revenir sur terre dans le futur. L'Humanité est poussée à l'homosexualité pour limiter les naissances, il y a un chômage organisé et en gros une forte rareté des ressources réelles, les gens étant condamnés grosso modo à s'abrutir devant la télé dans leurs appartements en béton plastique, les soins de santé sont limités passés 60 ans selon l'utilité de la personne, etc etc...



Face aux contraintes quasiment insurmontables qui s'annoncent, il me semble de plus en plus évident que les pires totalitarismes sont devant nous... Et que ce qui est décrit dans la guerre éternelle est peut-être encore ce qu'on peut espérer de mieux...

Les Georgia Guidestones, aux dernières nouvelles :


Tout est dans cette image... Et je ne saurais dire qui a raison...

jeudi 24 juillet 2014

Faillite de la religion du progrès et de la modernité

Tout se passe comme prévu.

La dictature maçonnique babelienne République s'effondre sur le mur du réel.

On les entend tous, en effet, expliquer que la "République" (vous savez, ce bousin qui rackette, qui a horreur du peuple et fuit les referendums, qui impose la dictature des lobbyes et des minorités, détruit toute idée de souveraineté du peuple) est menacée. Avec naturellement, l'union sacrée de tous les frères la truelle de tous bords...

Et que la France, c'est la République. Que la menace identitaire est partout. Comme si une nation, ce n'était pas un peuple, un terroir, une culture, mais juste un régime politique... Comme si la France n'existe que depuis le coup d'état de 1789   

Leur démocratie """représentative""" (avec beaucoup de guillemets à représentative) agonise. Le système accuse les Dieudonné, les Soral de vouloir s'en prendre à leur République (qu'elle-est-la-France)...

On continue de nous chanter la religion des lendemains qui chantent, du progrès à tout crin, en dépit du réel qui s'effondre. Leur progrès sociétal, à coups de femens et autres insultes lucifériennes au peuple décent, ça révulse le peuple de bon sens... La fin de la nation, la post démocratie, c'est juste un cache sexe pour ne pas dire totalitarisme...

On explique que la doctrine du crétin réjoui, dit de l'optimisme forcené est obligatoire. Faut que la dette augmente ! C'est aussi obligatoire ! L'asservissement par la dette, c'est le progrès. Tant pis si des dizaines de milliers de PME ont crevé d'écouter les Minc et consorts en 2008 qui expliquaient que c'était le moment où jamais d'investir comme des malades... Ils sont morts pour la France (comprendre leur France, telle que décrit plus haut).

Ce n'est que le début. Le système va surement tenter quelque chose de l'ordre de la guerre pour s'en sortir, comme on le voit avec la guerre obligatoire avec les russes que dessine la propagande d'État. Et quand je vois comment mes collègues gobent tout, je me dis que l'issue n'est pas gagnée...

Quoi qu'il en soit, le temps, c'est à dire l'épuisement du réel qui diverge de plus en plus d'avec leur représentation du progrès perpétuel, joue contre eux...

Ça sent le sapin pour toute cette clique qui se prétend être la France (comme elle le reproche d'ailleurs aux partis dits populistes).