jeudi 15 mars 2012

Discours de Mélenchon à Clermont-Ferrand

Allez, histoire qu'on ne m'accuse pas de partialité, je vous mets un discours de Mélenchon.

Sacré orateur le bonhomme...



Pour avoir côtoyé pas mal de gens de ce bord dans ma belle famille, je leur reconnais volontiers une cohérence, une pureté, un engagement que peu de gens ont.

Je ne suis fondamentalement pas d'accord sur bien des points. Cette gauche là notamment est trop naïve. Elle nie notre nature humaine et l'importance des incitatifs.

Et la base de tout chez eux, c'est le discours anti riches... Ma foi, ça ne me concerne pas personnellement de taxer ceux qui gagnent plus de 30 000€ par mois. Et effectivement, que faire de plus d'argent ?

Mais il y a au fond de tout ça une question de mérite. Le problème, ce n'est pas le montant de la richesse, c'est la nature de la richesse. Le problème, c'est la rente.

Alors le mérite au delà de 30 000€ par mois ? Ok, ça se discute.

Mais tout ceci ne sert qu'à faire diversion. Les véritables montants ne sont pas là. Les centaines de milliards... Et je maintiens ma position, pour voir qui vote front de gauche autour de moi. Ces gens sont là pour faire diversion. Faire diversion de toute cette rente de gôche qui bouffe le pays.

Ils ont plus que raison de dénoncer la finance kleptocratique, les too big to fail, la privatisation des profits et la socialisation des pertes. Mais c'est un discours qui aurait sa raison d'être aux USA. Pas en France. Et une simple règle de 3 de ce que prend l'armée mexicaine de ma boîte rapportée à tout ce qu'elle débourse comme salaires, comparé aux grasses retraites et à la gabegie en dépense publique, pour moi petit travailleur français du privé, ce qui bouffe mes revenus, ce n'est pas la kleptocratie, c'est la rente de gôche...

Je vous renvoie à ce post ci...

Ou quand par déduction, on en arrive à la conclusion que les retraités des 2 déciles les plus riches sont massivement des fonctionnaires...

Ces gars nous présentent toujours la dépense publique comme du bonheur en barre. Et dans le même temps, ils dénoncent la finance. Mais ce ne sont que les deux facettes de la même pièce. Pendant qu'une partie de goinfres plus ou moins liés à l'État pillent le pays par la dette pour se donner du pouvoir d'achat en échange de rien, les autres accumulent les créances associées...

Sous couvert de défense du service public, ce qui les intéresse réellement, c'est la défense des fonctionnaires.

Alors voila que désespérés, ils veulent le défaut sur la gabegie passée, et pour pouvoir continuer à vivre en parasites et maintenir leur statut dans la hiérarchie sociale actuelle, ils veulent qu'on continue à dépenser n'importe comment mais que cette fois, on finance ça non plus par la dette, mais par l'inflation, la dévaluation permanente des productifs et des épargnants...

Bouuuuh l'épargnant, quelle horreur !

Idem sur l'immigration. Toujours ce même discours pseudo humaniste pour justifier que l'on continue cette politique profondément de droite, pro rente et anti jeunes. Mais comme ça profite au pouvoir d'achat de leur vraie clientèle de rentiers de gôche, ils ne sont plus à ça près.

Moi ce que j'ai vu de mes yeux, c'est qu'alors qu'on a un taux de prélèvement record, une dépense publique dans le PIB record, je l'ai vu l'état du service public...

J'ai vu l'état des chambres de l'étage de cardio pédiatrie à Bordeaux. Là où on répare le cœur de ce qu'on a de plus précieux, de nos enfants. Où on soigne des bambins de 3 mois.

L'URSS que c'est.

Le papier peint décollé qui pendait sur un mètre. Aucune télé qui marche. Des infirmières en sous nombre. Des médecins épuisés.

En revanche, la Direction Régionale des Affaires Culturelles en centre ville de Bordeaux s'est rénovée un ancien couvent, un truc, que je vous dis pas. Il suffirait de poser quelques cloisons pour en faire un 5 étoiles...

Et le premier cadre venu de L'UNEDIC qui a passé sa vie à branler la nouille touche une retraite de fou.

Et les syndicats ? Idem. Un ramassis de gusses de 50 ans et plus, qui sous couvert de dénoncer l'affreux patronat, ne s'intéresse concrètement qu'à transférer un maximum des revenus des jeunes vers les vieux, du privé vers le public...

Ces gens sont mes ennemis. Derrière leurs discours de défense du peûûûple, si ils venaient à prendre le pouvoir, dans 10 ans, une gamine malade comme l'a été la mienne mourrait à l'hôpital. En revanche le premier branle musard sert à rien de la fonction publique aurait un niveau de vie de banquier.

Quand est-ce que les français vont comprendre que les salauds-de-riches, ce sont eux ?

C'est moche une bureaucratie qui crève...

9 commentaires:

  1. J'aime bien lire régulièrement votre indignation et vos analyses même si je ne les partage pas toujours. Il manque une corde à votre arc intellectuel déjà bien perspicace pour devenir vraiment une épée.
    Lisez "la nouvelle grille" d'Henri Laborit, une analyse biologique des comportements humains, ou son autre livre "l'homme et la ville" sur le monde contemporain. Vous partagez pas mal de points de vue avec lui. Le plus grand penseur du XX siècle assurément.

    RépondreSupprimer
  2. On est en URSS...

    Aux USA, l’espérance de vie et la mortalité infantile recommencent à se dégrader, le saviez vous ?
    J'imagine que c'est similaire chez nous.

    Or cela fait partie des indicateurs fiables sur l'état d'une société.

    RépondreSupprimer
  3. Bon courage Disco.

    Aqua.

    RépondreSupprimer
  4. La bureaucratie, le syndicalisme, les situations acquises, c'était le constat du thatchérisme, il y a trente ans. Elle est tout fait péter, à commencer par le syndicalisme et les capacités de révoltes d'alors.

    On a vu que ça n'était qu'un prétexte pour doper la rente de droite.
    Et que ça n'a nullement apporté la prospérité mais seulement creusé toujours plus les écarts entre les richesses, les forts et les moins forts.

    Qui est le naïf ?

    RépondreSupprimer
  5. rente de gauche rente de droit ou est la frontière suffit d'enlever gauche et droit et le problème est encore la.
    Faut pas oublié que les fonctionnaires on participait à la rente de droit en existant tout simplement. kif kif bourricot

    La nature humaine est et ne changera pas mais quand c'est tout un système générationnel c'est marche ou crève ou tue.

    L'URSS est morte il y a 30 ans on va voir l'état du papier peint en €$CL avant de juger le néant.

    RépondreSupprimer
  6. Un pur, Mélenchon ?? Allons disco... un peu de mémoire sur le bonhomme voyons.

    RépondreSupprimer
  7. "Elle (cette gôche) nie notre nature humaine" !! Très drôle... Il est vrai que le marché, le "Dieu Marché", dynamise et sublime la "nature humaine", lui !

    RépondreSupprimer
  8. "Pour avoir côtoyé pas mal de gens de ce bord dans ma belle famille, je leur reconnais volontiers une cohérence, une pureté, un engagement que peu de gens ont."

    Perso, j'appelle ces personnes des "fascistes rouges", ça colle parfaitement avec la jolie définition que tu nous donne : pureté, engagement, cohérence... Bref, que du très inquiétant.

    "Je ne suis fondamentalement pas d'accord sur bien des points. Cette gauche là notamment est trop naïve. Elle nie notre nature humaine et l'importance des incitatifs."

    Non, pas trop naïve, envieuse, jalouse, oui.
    N'importe quel gratte-papier de sous-préfecture est proportionnellement bien plus riche vis-à-vis d'un quelconque paysan de pays sous-développé que Mme Bettencourt ne l'est par rapport à lui.
    Il n'arrêtera pas de baver sur les riches, alors qu'au niveau mondial (et historique), le riche, c'est lui.

    "L'URSS que c'est. "
    Rassure-toi, avec Mélenchon, ça serait la Corée du Nord.

    RépondreSupprimer
  9. http://www.dailymotion.com/video/xfzjnb_hk-les-saltimbanks-on-lache-rien_music

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.