mercredi 28 mars 2012

Mediapart - Le grand entretien avec Jean-Luc Mélenchon

Très intéressant... Qu’on soit d’accord ou pas, il a vraiment de la hauteur de vue le bonhomme... On sent le poids de l’histoire et des responsabilités. Ça change du blabla et de l'enfumage des autres. Il remet du sérieux et de la profondeur dans un débat politique qui essaie par tous les moyens de nous infantiliser. Et ce côté politique vieille école j’adore. Ça change de la machine à brasser de l’air des communicants ultra coachés et lissés, qui débitent des âneries et un agenda qu'ils ne comprennent pas, et écrits pour eux par on ne sait qui.

Le Mélenchon, je le revois encore à Des Paroles et des Actes, expliquant qu'au final, de toute façon, ça se finira entre l'extrême gauche et l'extrême droite... Comme à chaque fois que des crises de crédit type 29 arrivent en Europe...

Et dans cette interview que je vous poste, comme dans le discours que j’ai mis l’autre jour, il ne parle jamais que de rééquilibrer réellement le modèle en faveur des pauvres et des précaires.

Mais le problème du Front de Gauche à mes yeux, c'est qu'ils n'ont aucune crédibilité. Ils peuvent bien dire ce qu'ils veulent, comme quoi ils sont là pour aider les pauvres toussa toussa, mais quand je vois le noyau dur de rentiers de gôche qu'ils ont comme véritable base de leur électorat, je n'arrive pas à les écouter.

Tant qu'ils seront cul et chemise avec toute cette clique qui défile derrière les drapeaux rouges pour se faire du pouvoir d'achat sur les pauvres, et que pire, cette clique sera le cœur de leurs encartés, je ne veux même pas écouter ce qu'ils proposent.

Un lecteur, Seb, m'a répondu en commentaire à cette remarque :
Je comprends ton opinion.

Mais pour militer au sein du Front de Gauche en tant que non-encarté (et j'y tiens), je n'irai pas jusqu'à dire que c'est un noyau de rentier blindé de tune.

Beaucoup de misère au quotidien et beaucoup de vies difficiles.
Je ne prendrai que pour exemple celle qui se présente aux législatives pour la 42eme circonscription - que je soutiens - une femme d'une 50aine d'année, touché par la maladie et ne pouvant plus exercer d'activité professionnelle depuis près de 15 ans et qui est loiiiinnnnn de rouler sur l'or.

C'est un peu la constante que je retrouve au Front de Gauche. des vies qui on bifurqués vers la "gauche de la gauche" suite à un "bouleversement" humain qui remet les priorités à sa place.

J'en fais parti. Et pour avoir bourlingué un petit peu dans les autres partis - à une époque je me cherchai pas mal, ai même milité pour Bayrou en 2007 - je n'ai jamais retrouvé cette implication pour le sort d'autrui. C'est bateau et con à dire, mais oui, ça respire l'humanité ce petit Front de Gauche.

Mais je suis d'accord, il y a évidemment des brebis galeuses...ça aussi c'est humain ^^

Mélenchon lui même l'explique. Qu'au début, il n'avait que les "matous" dans ses meetings. Puis sont venues les femmes. Puis les jeunes...

Mais il est ridicule d'essayer de faire croire que les jeunes ont des intérêts convergents avec ceux du syndicaliste FO de 50 ans sur payé et (multi) proprio de la fonction publique...

Mediapart 2012 - Le grand entretien avec Jean-Luc Mélenchon
Mediapart, 24/03/2012 (en Français texte en français )
→ lien


En tous cas, c'est malin de sa part de refuser de s'allier avec le PS, dont il est à peu près sur dores et déjà qu'ils vont faire de la merde en branche. Surement pas pour les mêmes raisons que ce que le front de gauche estime, mais oui, c'est clair que les productifs vont se faire laminer.

S’ils cautionnent ça, tout le monde aura été décrédibilisé de l'extrême gauche à la droite, et il ne restera au final que l'extrême droite comme recours. Du coup, je le comprends le Mélenchon...

En Grèce, on le voit bien d'ailleurs. L'extrême droite a participé au gouvernement et tout le monde est décrédibilisé hormis l'extrême gauche. Du coup, ces derniers vont faire carton plein aux prochaines élections.

Maintenant, il n’en reste pas moins que je ne crois pas du tout à leurs délires collectivistes. Derrière les grands discours, ça revient surtout à prendre le pouvoir et la richesse aux méritants pour le donner aux gueulards et aux branle musards…

Reste que le système actuel ne brille pas non plus par la récompense des méritants… Il n’a plus aucune légitimité. Et l’oligarchie des incapables qui le dirige, ne veut pas comprendre qu’elle ne restera « l’élite » que dans la mesure où elle s’enrichit sur l’amélioration des conditions de vie de tous, et pas contre tous, en carnassier.

Du coup, le champ est ouvert pour que l’élite de rentiers actuelle soit remplacée par une autre élite de rentiers. Ou pour être plus précis, la bureaucratie de gôche qui partage pourtant déjà aujourd’hui le pouvoir et la richesse avec les groucho capitalistes de droâte, en arrivant à faire croire que la ruine du système est la faute des seuls groucho capitalistes, pourra alors évincer ces derniers et régner sans partage…

Car les libéraux (ou du moins les furoncles qui ont dirigé en se prétendant du libéralisme) ont perdu toute crédibilité en soutenant les baisses d’impôt sans aucune réforme de fond en face, les déficits publics, les too big to fail, la finance dérégulée (alors que la garantie des dépôts interdit justement que cette dernière soit dérégulée), la privatisation des profits et la socialisation des pertes...

Mais l’essentiel est là. En se prétendant du libéralisme, ces furoncles l’ont totalement décrédibilisé.

Et désormais, la porte est grande ouverte pour les soviétoïdes. Et dans l’opinion, on sent bien que le balancier de l’histoire s’est clairement retourné.

Et les mêmes causes produisant les mêmes effets, ils nous ramèneront au gouffre qu’on a déjà eu de la fin des années 70, avec le triomphe de leurs rentiers de branle musards, et le sous investissement érigé en système. Avec des pertes en ligne de partout. Des incitatifs démolis. Et on pourra alors remettre une pièce dans le bastringue et recommencer…

Car la gauche essaie toujours de nous faire croire que Thatcher et Reagan auraient volé leur élection dans les années 80. Mais ils avaient annoncé la couleur et gagné confortablement… Je crois que les gens ont oublié ce que c’était alors que d’aller à la poste pour envoyer un colis…

La vraie solution, naturellement, ce n’est pas de devoir se choisir un maître entre Blankfein de Goldman Sachs ou Robert syndicaliste FO… Cette dialectique qui nous demande de choisir entre des rentiers de gôche et des rentiers de droâte est un faux choix. La vraie solution, elle se trouve en Suisse ou en Europe du Nord. En renouant avec un libéralisme de bon sens, bien géré. Et un vrai libéralisme, pas du groucho capitalisme qui se prétend « libéral ».

Mais pour que ça fonctionne, ça suppose un niveau d’éducation et de démocratie qu’on n’est pas près d’atteindre chez nous…

15 commentaires:

  1. mélenchon, c'est le candidat de l'extrême rente de gauche (c'était écrit il y a peu)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ben oui, c'est ce que je dis toujours...

      As tu seulement lu mon post ?

      Ou bien tu t'es arrêté aux 2 premières lignes ?

      Supprimer
  2. "(alors que la garantie des dépôts interdit justement que cette dernière soit dérégulée), la socialisation des pertes et la privatisation des pertes"

    ==> privatisation des profits

    ... De rien

    RépondreSupprimer
  3. J'ai regardé que le début pour l'instant, mais on voit bien que le gars est un fin politique.
    Cette petite phrase sur les sondages m'a paru très intéressante : "Quand les sondages sont bas il faut dire qu'ils sont faux, quand ils sont haut on se tait".
    C'est exactement ce qu'il a fait ^^. Il est bon mine de rien...

    RépondreSupprimer
  4. IL n'est pas cohérent et vous non plus. L'ouverture totale des frontières aux marchandises et aux hommes, ça favorise les consommateurs et les insiders (les vieux) et ça tue les producteurs outsiders (les jeunes). Il le sait très bien. Et les jeunes le savent aussi, qui votent plus Marine Le Pen que Mélenchon. D'ailleurs, j'espère que ce n'est pas elle que vous qualifiez d'extrême droite. Il a fait campagne pour Maastricht. Il appellera à voter Hollande, elle n'appellera pas à voter Sarkozy. Qui des deux manipule le peuple? Qui est le démagogue? Qui fait croire depuis 30 ans à l'avènement de l'Europe sociale au smic européen et tous ces bobards? Tous ces vieux soixante huitards me débectent, qu'ils aillent rejoindre leurs idoles Mao et Trotsky en enfer.

    RépondreSupprimer
  5. Je suis en train de regarder son discours à Lille.

    Force est de reconnaître qu'il y a une vraie force qui monte derrière lui. Ça sent l'enthousiasme, l'espoir. Ça fait boule de neige.

    Je ressens tout à fait dans la foule ce que Seb décrit.

    J'ai peur que tout ce petit monde fasse fausse route. Mais je comprends leurs aspirations.

    RépondreSupprimer
  6. Bonsoir,
    je suis tes publications depuis un moment et suis assez d'accord avec tes analyses.
    Je n'étais pas pour Mélenchon, mais entre les différents protagonistes de l’élection il me semble être le moins déconnant de la bande.
    Entre un qui veut prendre à toutes les classes moyennes et en dessous par la TVA et la baisse des prestations sans toucher aux fondamentaux (la rente de droâte),
    Et un autre qui veut maintenir son matelas de rentiers de gôche en remettant, pour le coup, une couche de rente comme tu dis si bien (et je le répète je te suis sur sur terrain à 100%),
    Mélenchon au moins veut prendre à tout le monde (riche), et dans riche, je pense (du moins j'espère), qu'il range tous les rentiers (de gôche comme de drôate) au delà d'un certain revenu (et ton syndicaliste multi-proprio devrait en prendre pour son grade malgré son étiquette, du moins j'aime à le croire).
    Dans ce que je comprend de ses discours, il y aura redistribution des richesses, donc augmentation de la consommation et possibilité de redémarrage de l'activité par un grand electro-choc de la sphère financière (tant attendue par tous les posts que tu diffuses).
    Même si une autre solution était préférable (malheureusement aucun politique ne la propose), ne vaut-il pas mieux un grand chambardement maintenant plutôt qu'un lente agonie pour finir comme les grecs ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En pratique, tu vois Mélenchon aller expliquer aux rentiers fonctionnaires retraités à 3000€ par mois qu'il vont devoir retoucher le sol ?

      Ou à Robert 50 ans, à 2000€ par mois pour un boulot de branle musard à l'EDF qu'il doit déflater ?

      Je sens bien toute la ferveur qui se lève derrière ce bonhomme.

      Et je vois les aspirations qu'il y a derrière.

      Mais tous ces gens se font abuser.

      Je crois que ce qu'ils veulent comme moi, c'est le modèle d'Europe du Nord. Sauf que personne ne le propose. Alors tout le monde se raccroche à ce qu'il peut.

      Et autre point essentiel, il y a cette phrase de Bastiat : "la politique, c'est l'art de ce qui se voit, l'économie, c'est l'art de ce qui ne se voit pas." Si un parti venait à expliquer que les rentiers allaient violemment déflater, tu t'aliènes les dits rentiers, mais ceux qui vont bénéficier de ce réajustement (sauf à être éduqués à la vraie économie) ne vont pas comprendre ce qu'ils vont y gagner, et tu n'auras pas leurs voix pour autant.

      Et surtout, faut voir l'héritage des gugusses... Le PCF, ceux qui tiennent réellement le parti, ce sont les héritiers des staliniens.

      C'est liberticide à souhait. Ça suinte dans les discours.

      Tu crois sérieusement qu'une fois qu'ils auront fait de la merde, ils vont rendre le pouvoir gentiment ?

      De la même manière que je n'irai jamais voter pour les descendants des ligues fascistes de 34, je ferai de même avec les staliniens...

      Et ces deux partis ont un point en commun : ils sont liberticides.

      Supprimer
    2. Oui je vois ton point de vue, le risque existe mais j'aime à croire que c'est Seb qui a raison sur ce point.

      Ce qu'il faut aussi mettre en perspective c'est que si ce n'est pas maintenant avec Mélenchon, il y a de forte probabilité que ce soit l'autre extrême dans 5 ans si nous sommes toujours là.

      Qui sait peut-être les mayas parlaient-il de l'europe ....ou du monde financier...

      Supprimer
  7. de toute façon on finira comme les grecs, je rêve quand même de lire des gens complêtement deconnecter .

    Aucun candidat n'a parlé des vrais redistribution, ancun n'a de grand projet. Mon vote ira pour celui qui fait le plus chier et qui peu les appliquers.

    RépondreSupprimer
  8. Merci d'avoir repris mon commentaire Tonio.

    Tu as raison sur un point : je ne dirais jamais que je suis sur et certain, que les solutions du Front de Gauche marcheraient, ou que les tiennes échoueraient.

    Mais je pars du principe que politiquement, la situation est quasi bloqué pour toutes ces raisons que tu décris dans ce blog. ps, ump, modem, FN...finiront tous par défendre leurs intérêts et leur clientèle respective.

    Et ce qui m'intéresse dans ce front...c'est que c'est un front justement.
    un PCF qui c'est fais phagocyté, une multitude de petits partis (fase, gauche unitaire, MPEP, PCOF,R&S, PG...), des ex-NPA, ex-LO, ex-EELV, ex-Socialistes, des soutiens à 'étranger (Die Linke en Allemagne, Synaspismos en grèce, GU en espagne...), des associations de tout bord, une ribambelle de non encartés comme moi...

    et tout ce petit monde se retrouve, échange, débat, se prend la gueule..et fini par imaginer des solutions communes avec comme seul et unique leimotiv, la personne humaine en considération numéro un devant toute chose économique.

    et aussi cette constituante et cette VI république qui pourrais enfin rabattre les cartes du jeu démocratique et laisser plus de place pour des personnes défendant tes positions par exemple.

    et quand en plus tu suscites l'enthousiasme autour de toi tu ne peux que vouloir t'accrocher...

    Mais nous ne rêvons pas pour autant...enfin, si...un peu...c'est sans doute notre moteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ta oublié le fdg dans les clientelistes, on dirait une groupie ayant le cerveau sans dessus dessous.

      Supprimer
  9. il a un talent d'orateur certain, mais l'apparatchik du PS (30 ans de parti...) qui voit subitement la lumière en 2008, ça ne laisse pas augurer d'une grande lucidité (sans même parler du contenu de son programme)

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.