jeudi 15 mars 2012

Nicolas Dupont-Aignan sur l'euro et l'Europe

Bourdin 2012 : Nicolas Dupont-Aignan
BFM TV, 15/03/2012 (en Français texte en français )
→ lien


Il est mal barré cet euro...

L'euro, ça aurait pu être un bon point, si ça nous avait obligé à nous réformer vers plus d'efficacité, de justice, pour s'aligner sur les modèles d'Europe du Nord. C'est la contrepartie indispensable d'une monnaie chère.

Mais la rente refuse toute déflation. Du coup, l'euro a consacré chez nous le triomphe de ces rentiers, des passagers clandestins du libre échange, de ceux qui profitent des prix bas sans subir la concurrence.

Or, la sortie de l'euro, le protectionnisme, la dévaluation, ce sont les mêmes mesures qui signifient qu'on bat en retraite, qu'on appauvrit tout le monde pour sauvegarder la hiérarchie sociale actuelle, le statu quo, avec les rentiers tout en haut...

En face, la rente de gôche exige que l'on mette en place des transferts des pays efficaces vers les pays bouffés par la rente. C'est du même ordre.

Les riches retraités et la bureaucratie françaises essaient de sauver leur statut social parasitaire...

Sur l'Europe fédérale et l'Europe des nations, en revanche, je le suis totalement. Je donne pas 10 ans avant que la corporatocratie et les lobbyes aient totalement capturé le pouvoir d'une Europe fédérale blougui boulga... La solution est celle d'une confédération européenne et du retour des États...

16 commentaires:

  1. c'est courageux de supprimer les péages, mais c'est contradictoire avec ce qu'il dit après rassembler pas diviser, comment payer les fonds de pension des vieux rentier du pays sans cette manne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'où t'as vu qu'on a des fonds de pension dans ce pays ?

      La gôche n'a cessé de récurer le cerveau depuis 30 ans, à expliquer aux goinfres du papy boom ce qu'il voulaient entendre, à savoir qu'épargner c'était mal, et qu'ils n'avaient qu'à prendre directement le fric de leurs enfants.

      Du coup, la moitié du CAC40 appartient à des étrangers et sert à payer les retraites des fonctionnaires du Wisconsin.

      Supprimer
    2. C'est vrai que la rentabilité de l'épargne ou d'une action, c'est tellement mieux.

      Même si au final, c'est juste pareil.

      Pareil, mais de droite.

      Supprimer
    3. "Même si au final, c'est juste pareil.

      Pareil, mais de droite."

      Ben non, justement, c'est pas pareil.

      La retraite par capitalisation, comme son nom l'indique, consiste à accumuler un capital dans un premier temps. Ce capital épargné est investi au fil du temps : il sert donc en totalité à des investissements dans l'économie. Lorsque la pension est perçue par les revenus de ce capital, une petite partie sera épargnée et réinvestie.
      Dans la retraite par répartition, l'argent versé par les cotisants est immédiatement consommé, seule une petite partie sera épargnée et investie par les pensionnés.

      Voilà voilà.

      Supprimer
  2. Le nain a dit:

    "Or, la sortie de l'euro, le protectionnisme, la dévaluation, ce sont les mêmes mesures qui signifient qu'on bat en retraite, qu'on appauvrit tout le monde pour sauvegarder la hiérarchie sociale actuelle, le statu quo, avec les rentiers tout en haut..."

    Nous ne sommes pas seuls en Europe et dans l'Euro. Le redressement général ne dépend malheureusement pas d'une seule minorité de pays vertueux (sinon tout irait bien). L'Allemagne a bien essayé de montrer l'exemple, mais force de constater que cela n'a pas fonctionné.

    Donc concernant la sortie de l'Euro, ce n'est pas un aveux d'échec à l'échelle individuelle (du pays), mais un échec à l'échelle collaborative (l'union).

    Le premier pays a sortir de l'Euro sera l'Allemagne. Surprenant non ? Et ce ne sera pas dans une démarche d'appauvrissement ou de nivellement par le bas, bien au contraire.

    La France pourrait aussi sortir, l'idée en soi n'est pas absurde. Cela dépend des politiques qui seraient appliquées après la sortie.

    RépondreSupprimer
  3. "Une rente est, pour un particulier, une somme fixée à l'avance reçue périodiquement (par exemple chaque mois ou chaque année), pour une durée fixée d'avance (rente certaine) ou, éventuellement, pour le reste de sa vie (rente viagère), provenant du patrimoine de ce particulier. Une rente est également définit de façon plus générale comme le revenu provenant d'un patrimoine." wikipedia

    un "meritant" intelligent travaille pour se constituer une epargne Donc une rente.

    opposé les rentiers au meritants revient a opposer les rentiers aux "rentiers en devenir".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. une rente, en prenant un peu de hauteur, c'est une part du travail des autres que l'on obtient sans contrepartie proportionnée.

      Supprimer
    2. "un "meritant" intelligent travaille pour se constituer une epargne Donc une rente."

      Une bonne épargne n'est pas forcément de la rente. C'est même tout l'inverse.

      Une épargne qui finance le vrai investissement, la croissance, génère des revenus légitimes.

      Le problème sur l'épargne, c'est la fausse épargne. Celle en dette publique, où il n'y a rien derrière sinon les impôts futurs.

      Supprimer
  4. " opposé les rentiers au meritants revient a opposer les rentiers aux "rentiers en devenir". "

    Un chat a des poils, Socrate avait des poils, donc Socrate était un chat.

    RépondreSupprimer
  5. lol
    je sais pas si socrate voulait des poils, mais je sais que les "meritants" veulent tous devenir rentiers

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les vrais méritants ont un boulot utile et qu'ils aiment.
      Donc, ils s'en foutent de devenir rentier.

      Ceux qui veulent devenir rentier, c'est les paresseux et/ou ceux qui font un boulot idiot dont ils savent qu'il est inutile et vain.

      Supprimer
  6. Comme prévu la course à l'échalote continue. Le rythme s'accélère : une connerie par jour.

    Le clown Hollande reprend la balle au bon. Et dégaine son revers.

    On attend maintenant, la réaction et le renvoi de l'autre clown, Sarkozy.

    La foule applaudit. Bravo.
    ***********
    En réponse à la proposition de Nicolas Sarkozy d'imposer les exilés fiscaux, François Hollande a déclaré sur France 2 vouloir les taxer en Suisse, Belgique et au Luxembourgen renégociant les conventions bilatérales entre la France et ces pays européens.

    Le candidat socialiste à l'Elysée a expliqué que la différence entre sa proposition et celle de Nicolas Sarkozy était que le président-candidat visait "uniquement" les "revenus du capital". "Il ne veut pas faire payer l'impôt sur la fortune aux expatriés en Suisse ou en Belgique", a-t-il affirmé, laissant entendre que ce serait le cas s'il était lui-même élu.

    RépondreSupprimer
  7. "La solution est celle d'une confédération européenne et du retour des États..."

    D'accord à 1000% !

    Le gouvernement européen, puis mondial, c'est la fin des libertés.

    Les politiciens nationaux sont difficilement contrôlables, alors à Bruxelles ou plus loin encore.
    Et comment se reconnaître dans les politiciens élus par les autres pays, alors que nos histoires, langues, cultures, habitudes de tous les jours sont différentes ?
    Et on va où, si un dictateur prend le pouvoir au niveau mondial ?

    Quelle irresponsabilité dans tous ces européo-mondialistes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais, d'ailleurs, depuis la défaite des confédérés américains, la fédération des Etats-unis d'Amérique a mis fin aux libertés.

      Supprimer
  8. Ne vous éloignez pas du sujet de discotonio: il a 100% raison une monnaie forte exige en contrepartie une gestion saine des finances publiques.
    Oui le modèle social est bien mort!
    Marre de payer pour tous ces voleurs, terme plus approprié que rentiers.

    Voir cette citation de Ayn Rand:

    "Celui qui produit pendant que d'autres disposent de sa production est un esclave"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donc, selon la définition Ayn Rand, tout marchand est un esclave. Parce que bon, on produit rarement pour soi, hein, dans le monde moderne.

      Bon, en même temps, c'est pas comme si on savait pas depuis longtemps que Ayn Rand est une folle dégénérée, tellement individualiste qu'on aurait dû la mettre dans une bulle et l'envoyer sur mars pour voir comment elle s'en serait sortie toute seule, cette conne.

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.