vendredi 9 mars 2012

Sarkozy et le retour aux fondamentaux

Bon allez, je vais encore me faire des amis, mais après son discours sur l'école, je vous mets le discours de Sarkozy de ce soir...

Retour aux fondamentaux de la République...

Je ne rentre pas dans le détail des mesures. Mais surtout de ce que j'en comprends en terme de valeurs essentielles...

   Refondation du modèle social : oui à la solidarité mais avec des contreparties, les droits sont associés à des devoirs, il faut restaurer des incitatifs sains,
   Restauration de notre compétitivité,
   Restauration du creuset républicain, fin du multi culturalisme,
   Nécessité d'outrepasser tous les rentiers de la fausse gôche qui bloquent tout à leur profit,
   Acceptation de la mondialisation dans ce qu'elle implique (cf l'article de Bertez précédemment posté).



La droite française a clairement abandonné les reaganomics pour se caler sur le modèle ordo libéral d'Europe du Nord...

Quand la gauche est dans le déni, la droite commence à proposer un programme qui ressemble à quelque chose.

Alors oui, c'est la droite bonapartiste avec tout ce qu'elle traine derrière elle d'affairisme, de justice sous les ordres, de bling bling, de connivence, d'autoritarisme... Mais tout ça, ce sont des broutilles au vu de ce qui est nécessaire comme réformes et de ce qui nous attend...

Et sur l'essentiel, sur la refondation de notre modèle, pour s'aligner sur l'Europe du Nord, tout en adaptant ce modèle à notre histoire républicaine, elle voit juste...

Quand la gauche, elle, reste dans le déni, ne parle que de lutter contre une explosion des inégalités qui ne crève pas les yeux, promet des tas de dépenses sociales, aucune réforme structurelle, continue de pipeauter et nous promet un retour magique à la croissance et à l'équilibre budgétaire... Ils sont à la ramasse. C'est le club des bisounours...

Les français veulent continuer de rêver. Comme quoi tout va continuer comme avant, du temps où on dépensait l'argent qu'on n'avait pas... Ils vont donc aller voter massivement pour le vendeur de rêves...

Et au vu des sondages, le Sarkozy n'a aucune chance. Mais si ça continue comme ça, il aura ma voix au second tour...

Et vu qu'il va perdre, au moins, je ne prends pas de risques. Je pourrai dire à ma gamine plus tard, quand elle me demandera ce que j'avais fait comme choix avant la grande dépression, que je n'aurai pas voté pour les clownies faussement de gôche, et authentiquement défenseurs de la rente, qui auront entériné le déclin de notre pays et son déclassement dans la mondialisation...

Et pour ceux qui ont envie de comparer, je vous mets également le discours de Hollande de ce soir que j'ai aussi écouté :



Hollande a fait un discours où il a fustigé la TVA sociale de Sarkozy pourtant indispensable (cf le Danemark avec sa TVA à 25%), a promis 50 nouvelles dépenses sociales, a appelé à une nouvelle couche de décentralisation alors que ce truc a été une gabegie sans nom, et a chanté sa fierté de la retraite à 60 ans à crédit...

Sans parler de l'accablement de Sarkozy qui confine à la mauvaise foi... Sarkozy qui n'a rien fait... Sarkozy qui a fait exploser la dette et le chômage... Sarkozy président des riches. Et j'en passe... Mais un peu de bonne foi et la première comparaison avec nos voisins devraient vite faire ratterrir le premier bonimenteur venu sur tous ces points... "L'antisarkozisme n'est pas une politique" paraît-il. Pourtant, ils tirent tous à fond sur la ficelle, quitte à jouer du ressenti des gens, même si ce ressenti ne colle pas à la réalité.

Et je déteste la mauvaise foi. Je m'en coltine assez comme ça en commentaire sur ce blog.

La France déteste ce type. Pas tant pour ces actes que pour son comportement. Mais elle a pardonné bien pire à ses prédécesseurs. Mais comme eux y mettaient les formes, ça passait comme papa dans maman.

Donc voila. Je sais c'est long. Il y en a pour plus de 2h de discours. Mais donnez vous la peine. Et demandez vous, sans a priori, comme je l'ai fait moi même, lequel des deux est porteur d'une espérance, d'une sortie par le haut, d'une refondation...

Je désespère toujours de ce que la gauche française ne soit pas capable de concilier progressisme et réalisme...

Alors si je dois faire un choix, vu la refondation nécessaire, entre progressisme et réalisme, je choisis le réalisme.

77 commentaires:

  1. "Bon allez, je vais encore me faire des amis..."

    C'est surtout ta crédibilité qui en prend un coup...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben l'histoire jugera ;)

      J'écris ce que je crois, pas ce qui plaît...

      Et j'aurai les lecteurs que j'aurai...

      Supprimer
  2. Jean Michel pathétique9 mars 2012 01:44

    Euh comment dire ?
    Ah oui LOL!

    Tu tente de nous expliquer que sarko est RÉALISTE ?
    Sérieux l'abus de drogue nuit au QI!

    Ce mec est une tartufe clientéliste qui n'a fait que brader les infrastructures de notre pays à ses amis et soldé ce que la France à construit.

    Soit un peu honnête comment peut tu croire à ce que dit sarko alors qu'il n'y croit pas lui même! Regarde il baffouille il ment et se la joue Mao petit père du peuple contre les méchants financiers!

    Un tartuffe clienteliste un bonimenteur qui ne croit pas à son baratin
    Et tu veux nous faire gober que ce machin va appliquer la meilleur politique!
    Dieu sait que je n'aime pas le Ps et hollande mais sarko c'est juste une catastrophe pour la France
    Il a soldé les infrastructures et acquis sociaux et surtout est à botte de la finance dérégulée qui joue au casino avec nos richesses.

    Bon au moins ton billet à un mérite : rapeller que ton blog n'est qu'une revue de presse et pas une analyse des dysfonctionnements systémiques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je comprends ça comme ça.

      Ce gars est arrivé au pouvoir avec une idéologie reaganienne en poche. On a eu 1 an de modèle américain.

      Puis boum la crise.

      Il a couru partout éteindre les incendies pendant 2 ans, et du coup, il n'a rien réformé. Tout son temps était employé à éviter l'effondrement.

      Et visiblement, ça les a marqués lui et son équipe. Regarde sa tronche ou celle de Fillon aujourd'hui, par rapport à quand ils sont arrivés en 2007. On dirait qu'ils ont pris 15 ans dans la tronche.

      Pendant un an, leur idéologie étant morte, ils se sont cherchés.

      Et il y a un an, la droite a choisi de s'aligner sur le modèle allemand. Et a commencé seulement à réformer...

      Supprimer
    2. En même temps, on fait pas plus grand défenseur des rentes de droite que le modèle allemand. Et maintenant Sarkozy... pauvre garçon.

      Supprimer
    3. "En même temps, on fait pas plus grand défenseur des rentes de droite que le modèle allemand."

      Ha bon ?

      Avec un immobilier chez eux bien moins cher que chez nous, alors que l'Allemagne avec sa population qui diminue construit autant que nous ?

      Avec des retraités qui ont un niveau de vie de 87% de celui des actifs quand en France, c'est plus de 100% ?

      Avec un taux de chômage à 7% contre 10 chez nous ?

      En tous cas, merci pour ta condescendance et ton 0 argumentation.

      C'est le genre de messages méprisant et idiot qui me confirme que j'ai raison.

      C'est plus fort que moi. Mais j'ai toujours détesté être du côté des cons...

      Supprimer
    4. Ca c'est un des trucs qui m'énerve le plus avec la fausse gôche française.

      Cette mauvaise foi, ce besoin permanent de tordre la réalité, de la travestir, de reconstruire une image du monde qui colle avec leur discours en dépit des évidences. Ça m’insupporte.

      Supprimer
    5. Hum Tonio, justement la crise n'explique pas tout, dans C Dans l'air cette semaine sur Sarkozy, c'est Christian Saint Étienne qui expliquait me semble-t-il que le déficit s’était fortement creusé dès 2007 bien avant la crise, notamment à cause des exonérations fiscales. Il suffit d'ailleurs de taper "déficit France" sur Google Images pour le noter.

      Bref, sinon j'ai tendance à être d'accord avec ton propos.

      Concernant l'immobilier, je trouve ça effarant qu'en 2012 on puisse encore parler de "salaire décent", "salaire digne" "salaire juste" sans montrer qu'un chiffre ne vaut RIEN tant qu'il n'est mis sous forme de ratio/rapport : un Allemand avec 500€/mois s'en sort en moyenne mieux qu'un Français avec 1000€/mois tout simplement parce que quand il a payé son loyer et sa bouffe il lui reste plus qu'un Français.

      Or cette conclusion reviendrait à remettre en cause l’immobilier et ses prix aberrants, ses maires rationneurs, ses niches fiscales, ses subventions etc. et non les méchants patrons libéraux nazis et on voit bien derrière l’électorat sous-jacent à ne surtout pas froisser et le shift cognitif quasi impossible à faire. Encore un bel exemple du biais de confirmation à l’œuvre (http://fr.wikipedia.org/wiki/Biais_de_confirmation).

      Supprimer
    6. Hej, c'est clair que la mauvaise foi (et la suffisance) des socilauds est plus qu'énervante. Mais il faut reconnaitre que sarko (que j'ai voté le dernier coup) n'a rien fait : par exemple sur les retraites, la seule chose importante était que le public et le privé soient sur la même base de calcul. Résultat : le privé fait des efforts et le public est autorisé à trainer les pieds.

      On a eu droit aux manif de fonctionnaires qui "font grêve pour défendre les zakisociaux de ceux qui ne peuvent plus faire grêve"... Et sarko s'est couché alors qu'il fallait leur envoyer l'armée et tirer dans le tas. J'en ai marre. Ce pays est irréformable. Trop de cons. Ben, ce coup-ci, les cons vont avoir un président à leur mesure - et avec ma voix.

      Supprimer
    7. Les cons comme vous sont infoutus de comprendre des choses comme ça :

      http://www.lemonde.fr/crise-financiere/article/2012/03/09/dette-grecque-une-association-d-actionnaires-allemande-veut-porter-plainte_1655786_1581613.html

      Des vieux allemands qui pleurent pour sauver leur rente capitaliste de droite... comme c'est étonnant... pour le plus vieux pays d'Europe qui n'a misé que sur la capitalisation... et dont les grasses retraites dépendent des dettes publiques des autres et de leur fausse épargne.

      Je vous renvoie le compliment de la connerie, c'est vous les champions, hein. ;)

      Supprimer
    8. "Les cons comme vous sont infoutus de comprendre des choses comme ça :

      http://www.lemonde.fr/crise-financiere/article/2012/03/09/dette-grecque-une-association-d-actionnaires-allemande-veut-porter-plainte_1655786_1581613.html"

      C'est une blague ? Soit c'est la preuve que vous ne lisez pas ce blog. Soit vous êtes un ardent défenseur des rentiers de gôche qui ne supporte pas qu'on mette au jour la véritable dialectique de ce pays.

      Supprimer
    9. Si vous êtes pas foutu de faire le lien entre les crises et les retraités allemands, c'est que vous n'aimez pas qu'on mette à jour la véritable dialectique de ce continent.

      Supprimer
  3. Sarkozy est une catastrophe ...

    Pendant son mandat nous avons eu la période pendant laquelle il y à eu la plus grande instabilité fiscale, ce que déteste les entreprises, qui préfère encore une fiscalité un peu plus élevé mais clair et ne dépendant pas du bon vouloir du président.

    Croire que Sarkosy est la solution, alors qu'il fait parti du problème c'est de ne pas voir son bilan, l'UMPS ne peuvent plus rien pour la France sinon creuser son tombeau.

    Il est détesté des Français, tout les hommes qui ont relevé la France était aimé des français, car c'est ce qui donne à tout un pays la motivation pour sortir du trou, Sarkosy à eu 5 ans, il à grillé ses cartouches, c'est fini pour lui.

    Tout ce que nous avons de la part des deux partis, ce sont des gesticulations, de l'improvisation, ...

    La Ve république doit tomber, le renouveau, l'espoir ne viendra pas de la continuité mais de la rupture.

    La France doit retrouver la voie du libéralisme, pas celui que l'on nous sert à la carte au bénéfice de la rente, le vrais libéralisme qui organise les règles juste du jeu de la vie en société.

    RépondreSupprimer
  4. Mon ressenti est très proche du tiens , Disco .
    Le changement de modèle économique de fin de mandat , l'impossibilité d'un troisième mandat en cas de réélection me laisse à penser que seul Sarko pourrait faire passer les reformes nécessaires permettant de sauvegarder l'essentiel de notre " modèle francais " .
    Sarko voudra laisser sa trace , comme Schroeder .
    Avec Hollande , j'ai peur qu'on perde les 5 prochaines années . Mais probablement faudra t'il passer par 5 ans de socialisme pour mettre les français au pied du mur .

    RépondreSupprimer
  5. Que des promesses...
    Elle n'engagent que ceux qui les écoutent.
    pourquoi ne pas l'avoir fait avant et le realiser que maintenant ?
    parce qu'ils vont perdre ?
    En tout cas chez hollande, c'est pas terrible aussi ...
    Ca va pas etre de la tarte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne promet pas des foules de nouvelles dépenses. Il propose au contraire de baisser la dépense, de restaurer notre compétitivité, de redéployer.

      Supprimer
  6. Tonio on est tous avec toi. les gôchistes , la rente, hollande sur son nuage, le bordel ambiant. ok.

    Là où.... je m'arrête c'est quand tu utilises les mots "refondation" et "sarkozy" dans la même phrase.

    sarko est une crapule absolue. une utter crapule.

    il parle bien, aligne des bonnes idées (ainsi que des énormités aussi), mais c'est tout simplement un menteur.
    il ne fera rien de ce qu'il annonce. comme en 2007.

    je ne parle pas de vraie fausses réformettes. pour ça il a été très fort ("nous avons fait la réforme des retraites"... faux.).

    ce type ment comme il respire.

    autre exemple de sa tactique et de son vice :
    -à la télé il dit : "je veux diviser le nombre d'étrangers par 2"... "on peut pas rentrer comme ça aux usa sans avoir un travail".

    ce grand con prend bien soin d'oublier qu'en france... notre immigration est le regroupement familial, les réfugiés et les soit disant "étudiants".

    l'immigration de travail représente 10 % des entrées officielles ! (chiffre lu dans libé) !

    et on pourrait multiplier les exemples.

    sarko est une infection mentale. une aberration.

    RépondreSupprimer
  7. Et quid du pote... Bayrou ?

    Moyennement ?

    Moyennement mou du bulbe ? Vu sa dernière sortie, c'est tout vu !
    ;-)

    On t'avait prévenu Tonio : jusqu'à la lie...
    *************

    François Bayrou, candidat centriste à la présidentielle, a annoncé ce soir sur France 2 qu'il abandonnerait, s'il était élu, la règle du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, mise en place par Nicolas Sarkozy, pour le "un sur trois".

    RépondreSupprimer
  8. ha voter un clown à roulettes??????????

    mais se fonder une conviction sur des promesses électorales j'en reste baba!!!!!!!!!
    pour moi sarko reste le mensonge et toutes autres turpitudes genre fric à tout prix

    bling bling ect

    RépondreSupprimer
  9. m'en fou , moi je vote bayrou ;

    RépondreSupprimer
  10. @Discotonio


    Quelques contrepoints :

    1 : Les maitres de Sarkozy ont toujours leur agenda, et la crise n'y change rien. Le NOM se porte bien,, merci pour lui.
    Tapiner pour les intérêts US et israéliens est aussi dans le programme de Sarko, alors que ce ne sont pas les intérêts de la France.

    2 : La politique française est pourrie par son clientélisme et ses lobbys. Sarko fait partie de l'un des plus puissants d'entre eux.
    Or le propre d'une élite au pouvoir et de sa clientèle est de garder le pouvoir et la manne qu'il permet d'obtenir, manne que tu dénonce si justement d'ailleurs. C'est le cas de la France et des élites françaises.

    L'histoire montre que tout changement réel est initié par une nouvelle élite, qui remplace l'ancienne. Tout changement majeur en France implique donc d'écarter les politiciens, banquiers, hauts fonctionnaires, grands patrons, etc... au pouvoir actuellement.

    3 : sur l'immigration. Un algérien de ma connaissance propose à ses compatriotes voulant émigrer ceci
    La Suisse pour les criminels, la France pour les cas sociaux, le Canada ou l’Allemagne pour les ingénieurs. La plupart des post docs de mon labo se barrent hors de France dès qu'ils le peuvent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OK et comment comptez-vous les écarter, comme vous dites? Je suis très curieux de votre réponse...

      Supprimer
    2. En france c'est très simple, on a un fichier des crapules (certes incomplet mais assez exhaustif) : la liste des anciens élèves de l'ENA. Il faut donc les exiler sur une île déserte et isolée - Clipperton ou Mururoa me semblent d'excellentes destinations.

      Supprimer
  11. Là où je m'interroge, c'est sur le conflit de générations.

    La gauche parle ouvertement de corriger ses excès, mais concrètement, tout ce qu'elle propose, c'est :
    - hausse d'un point de la CSG pour payer les retraites
    - création d'un nouveau risque financé par des charges sur le travail pour la dépendance
    - contrat de générations qui ne vise qu'à distribuer la pénurie de travail en subventionnant jeunes et vieux, pour faire baisser leur taux de chômage en faisant augmenter celui des 30-50 ans.
    - distribution de 150 000 faux emplois à leurs clientèles des cités
    - ponzi éducatif
    - et sur le logement, contrôle des loyers et toujours la même distribution de la pénurie...

    Je vois pas en quoi tout ça va améliorer la situation générale de la jeunesse...

    En face, l'UMP, c'est le parti des vieux.

    Mais les jeunes en terme d'emploi, ont bien plus à gagner à ce qu'on restaure la compétitivité plutôt qu'à ce qu'on répartisse la pénurie. Et sur le logement aussi, leur proposition d'augmenter l'offre par les COS est bien plus de gauche et efficace (même si l'idéal serait plutôt une limitation de la durée d'emprunt, mais bon...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous oubliez le vote des étrangers par pur clientélisme...

      Supprimer
  12. je suis Tonio sur le choix en cas de confrontation des 2 tocards au deuxième tour, ce sera Sarko en ce qui me concerne, et c'est évidemment un choix par défaut.
    Mais de là à parler de refondation, on ne peut évidemment pas leur faire confiance , je ne vais pas me fatiguer à écouter 2 heures de bla bla vu son bilan. Je fais la même interprétation que lui: la pseudo droite française a au moins compris que beaucoup de rapports de force dans le monde avaient changé, alors que le programme démagogique/razgratis de Hollande dégage une forte odeur de produit périmé.
    Je n'ose même pas imaginer la mère Aubry premier ministre (après le père aux finances...), entre deux partis de traîtres je choisis ceux qui sauront le mieux naviguer actuellement, le temps des pantins à la Yade/Dati/Lang est fini et je n'ai pas envie de voir l'équivalent de "gauche" cette fois ci

    RépondreSupprimer
  13. Sarko c'est du bla bla permanent ; il n'a aucune conviction, aucune colonne vertébrale... une girouette et un opportuniste-né qui n'arrête pas de nous expliquer que ça y est, il a compris, il a changé... :-(

    Alors ses discours, les Français un peu lucides s'en carrent complètement. Il va dégager vite fait, peut-être même dès le 1er tour.

    RépondreSupprimer
  14. Moi ça m'inspire la réflexion suivante : il a fallu CINQ ANS à Sarkozy pour se rendre compte de tout ça & faire ses propositions ? Gouverner c'est prévoir, non ? Je n'ose imaginer le CAUCHEMARD d'un second mandant de NS ...

    Maintenant entre des socialistes irréalistes (pour le moment) et l'opportuniste au pouvoir actuellement, mon choix est vite fait, mais sans conviction : /

    RépondreSupprimer
  15. Attention au piège Disco, il a fait le coup il y a 5 ans. Du rêve, des promesses de changement, une république irréprochable, la restauration du mérite et de la valeur travail. On connaît la suite. Le coup du "j'ai changé", il l'a déjà fait aussi. Que l'électorat populaire naïf se fasse avoir comme il s'est déjà fait avoir il y a 5 ans, je le comprends. Mais pas toi Disco, quand même...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On s'accroche à ce qu'on peut.

      Ce dont on a urgemment besoin, la priorité, c'est de restaurer la compétitivité du pays.

      A droite, on a un début de réponse.

      A gauche, c'est le déni.

      Supprimer
    2. A quoi ça sert de restaurer la compétitivité; ce n'est pas la compétitivité qu'il cherche, c'est le profit à court terme et les rentes de droite.

      A court terme, le profit n'est pas dans la "compétitivité", mais dans l'esclavage et le massacre des droits sociaux duquel ce blog se fait l'allié.

      On sera jamais compétitif contre des gens qui font travailler des enfants, sauf à faire travailler les enfants nous-mêmes, banane.

      Supprimer
    3. Va donc balancer ton prêt à penser prémaché de gôche bien rance, aux suédois avec leur balance commerciale bien positive... Tu les feras bien rire...

      Supprimer
    4. Tu parles de leur balance commerciale qui dépend de tous les partenaires européens que les plans d'austérité sont en train de ruiner ? LOL !

      Tiens, ton copain Cameron a encore tout compris... faut baisser les impôts des plus riches pour relancer l'économie...

      http://www.lemonde.fr/europe/article/2012/03/09/royaume-uni-vif-debat-sur-l-imposition-des-plus-riches_1655563_3214.html

      Vive les rentes de droite, votez disco !

      Supprimer
    5. Et tes copains de droite bien rance, ils détournent tellement le sens des mots, à propos du "modèle nordique", que les socio-démocrates de gauche sont obligés de déposer le concept.

      http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/03/03/bataille-pour-le-modele-nordique_1651504_3232.html
      Du coup, je pense qu'ils porteront plainte contre toi, si tu l'utilises trop, parce que toi, t'es manifestement de droite.

      Supprimer
    6. Non c'est intéressant comme tout...

      "Le modèle nordique est-il de droite ou de gauche ? La question peut paraître absurde tant la notion de modèle nordique semble intrinsèquement liée aux impôts élevés, à un vaste secteur public et à des syndicats puissants, bref, à des notions de gauche, et, en l'occurrence, sociales-démocrates, la version cogestionnaire et favorable au marché du socialisme."

      Les impôts élevés et le vaste secteur public, on les a déjà. On est au même niveau qu'eux. La différence, c'est le libéralisme que la gôche française refuse par tous les moyens.

      La différence, en terminologie politique française, tient donc au libéralisme, chose plutôt ancrée à droite chez nous.

      Supprimer
    7. "Tiens, ton copain Cameron a encore tout compris... faut baisser les impôts des plus riches pour relancer l'économie... "

      Ben c'est des conneries ça. Les reaganomics, on a vu où a nous a conduit.

      Vous ne comprenez pas mon propos...

      On s'en cogne des riches en fait en France. C'est un non sujet. Et ils sont déjà très largement taxés. Il y a moyen d'en mettre une couche supplémentaire, raisonnable, mais les sommes à récupérer ne sont juste pas là. La gauche se ment en expliquant qu'en France, il y a une caste de riches qui prend tout.

      La question, c'est la rente.

      Supprimer
    8. Ben non, ils ne sont pas taxés, les plus riches. Ils sont assis sur la rente capitaliste de droite. Tu détournes tellement le sens des mots que tu fais de la nov-langue comme dans Orwell. Faudrait voir à pas oublier ce qu'on appelle une Rente. Tu manipules le sens des mots, ce n'est donc pas de la mauvaise foi, mais de la propagande, comme dans 1984. Tu participes à la grande machine à enlever les droits des faibles, et à renforcer la force des puissants.

      T'as oublié les graphiques que tu postais toi-même y'a trois ans ou quoi ? Et les grandes entreprises, qui contribuent dix fois moins que les PME, c'est du poulet ? C'est de la rente de gauche, peut-être ?

      Et tu fais quoi avec une coalition européenne de conservateur qui n'a pas arrêté de penser à la façon des reaganomics comme on peut le voir chez Cameron, et qui vient de voter des bail-outs des corporatistes financiers avec l'argent du contribuable.

      Tu votes Fouquet's, et tu t'attends à ce qu'ils s'attaquent à la rente de droite. C'est ridicule, grotesque et très énervant.

      Supprimer
    9. "Tu participes à la grande machine à enlever les droits des faibles, et à renforcer la force des puissants. "

      De quoi tu me parles ? Les retraités fonctionnaires multi proprios à 3000€ par mois de niveau de vie, ce sont eux les faibles ?

      "T'as oublié les graphiques que tu postais toi-même y'a trois ans ou quoi ? Et les grandes entreprises, qui contribuent dix fois moins que les PME, c'est du poulet ? C'est de la rente de gauche, peut-être ?"
      Non en effet. Et je plussoie qu'il y a quelque chose à faire là dessus. Mais force est de reconnaître notre impuissance à agir là dessus dans le système actuel. Note que Sarko a justement proposé d'ailleurs de taxer les capitalisation boursières supérieures à 1 milliard d'euros sur leur chiffre d'affaire. Mais je n'y crois pas une seconde à ça.

      Les profits du CAC40, c'est de l'ordre de 75 milliards d'euros. A 30 d'IS, ça ferait 25 milliards.

      Mais taxer les entreprises, c'est une illusion. Je n'ai jamais croisé une entreprise en marchant dans la rue. Il n'y a de revenus que de revenus d'hommes.

      Restaurer notre compétitivité, ça veut dire baisser l'IS, pour tout le monde, quitte à augmenter les impôts des individus, sur les revenus de leur capital.

      Supprimer
    10. Les retraités multi-proprios à 3000 euros par mois ne font pas partie de la catégorie des faibles, et un impôt progressif renforcé sur les revenus du capital sera une très bonne mesure de gauche pour les affaiblir.

      Alors que s'attaquer aux immigrés et au RSA socle...

      "Mais force est de reconnaître notre impuissance à agir là dessus dans le système actuel." Entre toi, et le TINA de Margaret il y a 30 ans, y'a l'épaisseur d'un papier de cigarette. Et je vais t'apprendre un truc : Margaret n'était ni de gauche, ni du centre.

      Supprimer
    11. Par ailleurs, le coup de l'entreprise qu'on peut pas taxer m'a beaucoup amusé sous prétexte que c'est pas un individu, parce que les rentiers capitalistes US ont même fait inscrire dans la constitution qu'une entreprise = une personne (et que la liberté d'utiliser son argent = la liberté d'expression).

      Et si il n'y a de revenus que d'hommes, pourquoi on rémunère le capital ? Pourquoi tu promeus un système qui manifestement conduit à renforcer le pouvoir de rémunération du capital, de l'épargne, bref : ce qu'on a toujours appelé de tout temps : la Rente.

      Supprimer
    12. "Mais force est de reconnaître notre impuissance à agir là dessus dans le système actuel." Entre toi, et le TINA de Margaret il y a 30 ans, y'a l'épaisseur d'un papier de cigarette. Et je vais t'apprendre un truc : Margaret n'était ni de gauche, ni du centre.

      Taxer les profits des entreprises directement, ou les taxer quand ils sont redistribués aux actionnaires comme dividendes, ça revient au même.

      Et ça permet surtout de ne pas taxer les profits réinvestis.

      Ça relie au dernier article de Bertez. Il y a la gauche qui accepte ce qu'implique le choix de la mondialisation qu'elle a fait, et il y a la fausse gôche, dans le déni...

      Supprimer
    13. Ben non, c'est pas pareil, parce que les entreprises peuvent très bien ponctionner des ressources (humaines, infrastructures, matérielles) sur un territoire bien différent que l'individu qui s'enfuit dans un paradis fiscal.

      Les profits réinvestis ? Réinvestis dans quoi ? Dans la spéculation sur le blé, l'or, le pétrole et l'immobilier ? T'étais en hibernation depuis 2007. Tu fais que citer Lordon, ou ça t'arrive de le lire vraiment. T'as vu la tête des flux "d'investissement des profits" ?

      La solution, c'est la gauchisation de la mondialisation (et du projet européen) bien sûr. ;) Ce qui nécessite de mettre à la tête des pays européens des hommes de gauche.

      Mais comme t'es fondamentalement de droite, tu n'arrives pas à t'y résoudre. Chasser le naturel, il revient au galop.

      Supprimer
    14. Yeah!!!!!!! la gauchisation de la mondialisation, où l'idéologie internationaliste débile des gauchistes, idiots utiles de la mondialisation.

      Tes gauchistes adorés se sont couchés devant tous ce qui pourrait nuire à la France dans la mondialisation au nom de l'internationalisme, du sans-frontière. De Mitterand à Jospin, de Delors à Hollande, son fils spirituel et sa fille Aubry. Ah! la belle blague. Seule Chevenement s'y est opposé.
      Où tu roules pour Melenchon? encore pire.

      Partout où les idéologues gauchistes passent, c'est la défaite. Le nivellement par le bas. Le pouvoir au bas clergé. Leur plus grand accomplissement en France? la destruction de l'éducation nationale.
      Histoire de former son homme nouveau à son image.

      Supprimer
    15. Blablabla... l'Amérique du Sud se porte beaucoup mieux depuis 10/15 ans. Depuis qu'une tripotée de "gauchistes" a foutu des coups de pied dans le cul de tes amis. Bien sûr, comme vous êtes pas assez fins pour faire la différence entre tous les courants de la gauche et que vous rangez tout ça dans la case "c'est le mal/ça marche pas" comme des truffes que vous êtes, vous pouvez pas comprendre.

      Ceci dit, libre à vous de défendre le village gaulois, hein.

      Bonne chance !

      Supprimer
    16. L'homme nouveau, c'est les libéraux qui le promeuvent désormais.

      L'homme rationnel qui spécule en ayant toutes les informations qu'il lui faut pour qu'on soit certains que ses réussites soient liés au mérite et ses échecs à son incompétence, c'est un homme nouveau, qui n'a jamais existé dans l'histoire des hommes.

      Et de même, le petit con individualiste que le libéralisme a fabriqué ces trente dernières années, c'est aussi un homme nouveau.

      On vous félicite pas, bande de pieds-nivellés.

      Supprimer
  16. Investissez dans la vaseline.
    Quel que soit le gagnant, l'action est sure de grimper.

    Sans rire, qu'attendez vous de Hollande ou de Sarko ?
    Qu'ils gouvernent au nom de l’intérêt général ? qu'il soient dans la continuité de notre politique extérieure ?
    Ces mecs tapinent pour les mêmes intérêts, et ce ne sont pas les nôtres.

    RépondreSupprimer
  17. etonnant.

    "Monsieur Hollande, pensez-vous qu'il y a trop d'étrangers en France, comme le dit sarkozy ?"

    http://www.pluzz.fr/jt-20h-2012-03-07-20h00.html


    32'09" Pujadas 1
    32'49" Pujadas 2
    32'59" Pujadas 3
    33'19" Pujadas 4
    33'39" Pujadas 5
    34'09" Pujadas 6
    35'10" Pujadas 7
    35'30" Pujadas essaie d'interrompre mais n'y arrive pas
    36'00" Pujadas 8 et une pseudo réponse

    Le mec est une crapule absolue.

    RépondreSupprimer
  18. Pourquoi encore se casser la tête à scruter les promesses de ces guignols? Une pure perte de temps. Le cirque politique fait justement partie du "tittytainment" décrit ici. Bref, c'est comme discuter du dernier épisode d'un e émission de télé réalité, ca fait tourner les neurones dans le vide. Sarko et Hollande sont les deux faces d'une même pièce, sous influence des mêmes élites et faisant partie de la même catégorie sociale et de al même génération. Sarko sait qu'il va perdre, mais il fait le boulot jusqu'au bout, ni plus ni moins.

    La politique est proactive en parole, réactive en acte. Le résultat de l'affrontement de luttes sociales et générationnelles. Comme l'a fait remarquer un contributeur, c'est à la base que se font les changements. Ces mouvements sont connus des médias, des analystes et des décideurs que beaucoup plus tard. L'inertie est trop grande pour changer significativement quoi que ce soit. L'anticipation ne peut être réalisée qu'à un niveau individuel, rarement collectif. En profitent des individus en silence, quelque soit leur âge et leur condition sociale.

    RépondreSupprimer
  19. Imaginez le second tour Hollande Sarkosy. On aura le choix entre
    - un candidat de la dissolution du peuple et de la dictature du "politiquement correct" (allez voir chez Terra Nova et préparez la vaseline)
    - un éventuel début de commencement de perpectives.

    D'un côté la fin assurée, la perspective dont les prémices évidents nous font prendre à tous des anxiolytique depuis des années, et de l'autre un faible espoir.

    Bon choix (au premier tour aussi ...).

    RépondreSupprimer
  20. Tu n'as pas besoin d'argumenter Disco : tu es de droite. Ca se sent de plus en plus...
    Le jour où tu connaitras la vraie galère, tu arrêteras peut-être de prendre le parti des riches...

    En attendant je te conseille de lire Le Canard Enchaîné. Ca te permettra peut-être de ne plus idéaliser les puissants...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais la question de la France, ce ne sont pas les inégalités, c'est la compétitivité.

      La France est un des pays les plus égalitaires au monde.

      Et si être de gôche, c'est défendre toutes ces clientèles de rentiers qui se font du pouvoâr dâchâ sur les pauvres, je te laisse volontiers l'étiquette...

      Tes pauvres, c'est pas en grattant 2 points de PIB sur les riches qu'ils seront moins pauvres... Va peut-être falloir commencer à se poser les bonnes questions.

      Supprimer
    2. Ouais, super, la compétitivité avec qui ? Avec les esclaves de Foxconn ? On ouvre des camps, on travaille 6 jours sur 7 pour restaurer notre "compétitivité", histoire de bien continuer à nourrir la rente de droite et préserver notre "pouvoir d'achat", enfin celui d'une minorité...

      Supprimer
    3. et Eva Joly vous n'aimeriez pas ?

      Supprimer
  21. Bon, peu importe Disco.

    Ce qui m'avait choqué il y a 5 ans, c'est l'absence de VISION de Sarkozy à l'époque. C'est assez simple, il voulait copier le modèle US. Bon, rien que ça, c'est une profonde erreur puisque nous n'avons pas du tout, mais alors pas du tout, la même culture ni la même mentalité, ni les mêmes ressorts économiques, ni le même environnement éco, etc...

    Maintenant, il revient (soit-disant) avec des idées neuves, admettons, mais il n'y a toujours pas de VISION long terme POUR la France. Il veut copier l'Allemagne.

    Pour moi, ça change rien. Envergure = zéro.

    Aqua.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Envergure = zéro ? C'est sûr qu'avec Hollande on a affaire à vrai meneur d'homme qui impose le respect !

      Supprimer
  22. Je partage le sentiment de Disco : Sarkozy, que je n'aime pas en tant que personne, aura mon vote au second tour (et pas au premier, bien sûr !)

    Il y a un point clé dans ce que tu dis, Disco :
    "La France déteste ce type. Pas tant pour ces actes que pour son comportement. Mais elle a pardonné bien pire à ses prédécesseurs. Mais comme eux y mettaient les formes, ça passait comme papa dans maman."

    C'est l'essentiel.
    Je suis convaincu que Chirac et surtout Mitterrand ont fait bien plus de mal à la France par leur inactivité, voire leur contre-activité.
    Mais tout va bien pour eux : ils ont su caresser les gens dans le sens du poil, leur turpitude n'a pas été repéré par la masse (Jacques Chirac a ramassé bien plus que Sarkozy).
    L'activisme de Sarkozy, bien que maladroit, a été desservi par les "affaires" (Fouquet's, Epad,...).

    Je voterai Sarkozy au second tour, face à Hollande. Sans enthousiasme bien sûr. Mais le vote du 2nd tour est un vote de défaut.

    RépondreSupprimer
  23. Courage Disco. Un peu comme dans Matrix, tu as pris la pilule qui ouvre les yeux sur la réalité.
    Tu as commencé ce blog avec une tonalité mi-socialiste mi-anarchiste (enfin, c'est ce que le lecteur comme moi pouvait ressentir), tu t'es plongé dans la compréhension des mécanismes économiques, financiers et sociétaux, et tu en ressors avec des idées basées sur le raisonnement, et non pas sur les émotions.
    Les soviétoïdes camouflés en socalistes sont victimes de leurs conditionnements, il ne faut pas leur en vouloir, ce n'est même pas une question d'intelligence, c'est juste que leur capacité de réflexion est bridée de l'intérieur, il n'y a donc pas réellement d'espoir de les convaincre. Et c'est tant mieux, car plus tôt la France fera défaut, plus tôt nous pourrons rebondir sur des bases saines. En ce sens, Hollande est le candidat qu'il nous faut. Comme dirait Gave, l'Etat est mort, vive l'Etat! (eh oui, les libéraux souhaitent un état fort, donc un état efficient, qui se mêle de ce qui le regarde, et qui le fait bien... pas d'un Etat pachidermique, clientéliste, omniprésent et écrasant, comme en rêvent les sovieto-socialites).

    Courage donc, car la rationalité est le pire ennemi du conditionnement, et tes détracteurs, en proie à de fortes dissonances internes, seront généralement agressifs et virulents. Comme aurait pu dire Audiard: "les socialistes, ça s'énerve de tout, c'est même à ça qu'on les reconnait!"

    Pour ceux qui veulent en discuter avec moi: http://blozzer.com/LiveStream?threadid=60

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Tu as commencé ce blog avec une tonalité mi-socialiste mi-anarchiste (enfin, c'est ce que le lecteur comme moi pouvait ressentir)"... puis tu t'es bien nourri au sein de blogueurs de droite exclusivement, tendance libérale dure si possible, et défenseurs des républicains américains pour la plupart, et tu finis désormais avec le cerveau bien lavé à voter Sarkozy et défendre des positions à la Ron Paul.

      ça fait de toi un électeur moyen du Dakota du sud... les ravages de l'Internet, quoi.

      Supprimer
    2. C'est une des raisons pour laquelle je milite pour un triplement du budget de la culture (la vraie, pas des bouts de BFM Business, de LCI ou de l'inénarrable et usant gestionnaire de fonds dont on voit la vidéo chaque semaine). On voit bien ici que les gens sont totalement lessivés par le marché : leur biologie en est définitivement imprégnée, leurs cellules sont irrémédiablement contaminées. Ils se font mettre en permanence et envisagent des solutions qui tambourineraient encore davantage leur prostate ; c'est absolument étonnant, s'il n'y a pas le plaisir associé.

      Supprimer
    3. Mais je me revendique toujours de la vraie gauche, de la justice. D'une gauche moderne, libérale, efficace, simplificatrice.

      Sauf que voila, ça colle pas à notre gôche française soviétoïde.

      Je vous laisse donc en revendiquer l'appartenance.

      Supprimer
    4. Bastiat siegeait a gauche a l'assemblee nationale...

      Supprimer
    5. Voilà, c'est une très bonne définition.

      Disco, il est de gauche.

      Juste, c'est la gauche de la fin du 19ème siècle.

      Supprimer
    6. "Voilà, c'est une très bonne définition.

      Disco, il est de gauche.

      Juste, c'est la gauche de la fin du 19ème siècle."
      Les communards ne parlaient pas de "méritocratie", que je sache...

      Supprimer
    7. Bastiat était pas un communard, hein. Il était bien trop bourgeois pour ça. Juste, il siégeait à gauche à l'assemblée.
      C'est un genre de DSK de l'époque.

      Mais ce qui est sûr, c'est que les idées innovantes de Bastiat et de disco ont 120 ans, mais qu'elles sont aujourd'hui dépassées et ringardes.

      Supprimer
  24. Par contre, je tien à signaler que les socialistes n'ont de socialiste que le nom...

    La dernière fois que le PS a réellement fait son travail de défense des travailleurs, c'était il y a longtemps.
    Depuis, ils ont validé les mêmes traitrises que le RPR/UMP depuis 40 ans, et mangent dans les mêmes plats.

    RépondreSupprimer
  25. Salut Tonio,

    Oui, des discours, des discours. J'ai horreur de Hollande, mais Sarko c'est pareil, simplement ça se voit moins.
    Je te renvoie à cet article de H16 :
    http://h16free.com/2012/03/07/13121-lahurissante-accumulation-dactes-manques-de-sarkozy
    Il fait la liste incomplète (complétée dans les commentaires) de toutes les taxes créées ou augmentées par Sarko en 5 ans. Je crois bien qu'on doit tourner autour de une par mois. Pas mal pour quelqu'un qui ne veut pas du socialisme.

    Quant à son cheval de bataille, la sécurité, ce ne sont qu'effets de manche de velours et coups d'épée de bois dans l'eau, allez, au prochain quinquennat on interdit la fessée, chiche.

    Et je ne parle même pas de l'immigration.

    No future Tonio, no future.

    RépondreSupprimer
  26. Trader Zero, j'approuve à 100 % ton message.

    Moi aussi j'ai perçu une "évolution" de la part de Tonio. Preuve qu'il travaille de la coiffe. C'est tant mieux.

    Pour le reste, rien n'à ajouter. Je pense également que rien ne changera, il faut d'abord que la France touche le fond. Avec Hollande ça ira un peu plus vite.

    C'est la position -rationnelle- que je défends depuis des mois.

    Il est illusoire d'attendre une "réforme". Non. La France doit tomber dans la cuvette. Tout au fond.

    Alors seulement, on pourra éventuellement commencer à parler... de relever la tête.

    En attendant, fêtons la chute.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben avec une bande de branquignols qui se plaignent ainsi, qui croient que tout va arriver sur un plateau sans révolution, on n'est pas sorti de l'auberge non plus ; je plains les futurs "méritants" de demain s'ils sont ainsi ! Vite un triplement du budget de la culture, avant que ne surgisse cette "société de méritants non-rentiers avec ses camps de non-méritants nourris aux slogans du travail", avant le passage de l'homo-economicus à l'homo-microeconomicus-meritatis (Amen)

      Supprimer
  27. L'idée de voter pour pousser le pays dans l'abîme fait son chemin (et c'est très bien.) C'est quand même une curieuse impression que de devoir voter non pas pour les idées que l'on défends, mais au contraire pour les idées auxquelles on est opposé, afin d'espérer l'auto-destruction du système.

    RépondreSupprimer
  28. La priorité, c'est de reprendre en main notre souveraineté.

    Et pour ça, Sarko n'est pas, mais pas du tout l'homme qu'il nous faut. Il est la voix de ses Maîtres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des enregistrements de lui avec son épouse à la guitare chez EMI Classics ?

      Supprimer
  29. "La priorité, c'est de reprendre en main notre souveraineté.

    Et pour ça, Sarko n'est pas, mais pas du tout l'homme qu'il nous faut. Il est la voix de ses Maîtres."

    Notre souveraineté, elle est aux mains de nos créanciers. Cf. la Grèce.
    La solution, c'est le désendettement, se libérer de la pression de nos créanciers. Et pour ça, il y a trois alternatives: Mélenchon qui prône le défaut, Le Pen qui prône l'hyperinflation (le retour au Franc), et Sarko qui prône un lent désendettement (Hollande est hors jeu, même pas la peine d'en discuter). Aucune des trois solutions n'est viable, car celle de Mélenchon est assortie d'un communisme dur, celle de MLP est pro-rentiers et assortie de divers "problèmes éthiques", et celle de Sarko entraînera la récession avec effet boule de neige, comme dans tous les pays où la rigueur a été imposée. La seule solution viable sur le plan moral, serait un défaut suivi de mesures de libération de l'économie et de réduction drastique de la voilure de l'Etat, avec démantèlement du mille-feuilles administratif. Aucun politique n'aura les "balls" de faire cela, donc la meilleure carte à jouer pour le défaut, c'est Hollande, avec des attaques immédiates des marchés (à la Mitteu-Mauroy en 81-83) et la débâcle assurée en quelques mois. Il n'y aura pas de marge de temps pour un virage de "rigueur", comme en 83. Tous les voyants sont déjà au rouge vif, y compris dans les autres pays "riches" de l'ensemble du monde, et même en Chine. On peut même imaginer que le programme de Hollande sera le détonateur d'un grand tsunami financier et économique mondial en 2012 ou 2013. N'oublions pas que la France c'est la troisième dette mondiale en volume, derrière USA et UK...
    Bref, le retour aux Lumières, mais façon feu d'artifice... une spécialité française!

    Si Sarko est la voix de ses "Maîtres", c'est au moins qu'il a conscience d'en avoir. Hollande, lui, croit encore qu'il va avoir le "power"... MDR. Le choc va être rude.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Notre souveraineté pour quoi faire ?

      Ça fait 30 ans que notre souveraineté ne sert qu'à une minorité de rentiers à dépouiller le reste de la population...

      Perso, je me fous de qui décide. Ce que je veux, c'est que les bonnes décisions soient prises.

      Supprimer
  30. Le pari de l'effondrement est un jeu dangereux. On ne sait pas ce qu'il va sortir du chapeau...

    Surtout dans un pays dont on a récuré le cerveau et qui n'a pas fait le début d'un premier pas d'analyse correcte de ses problèmes.

    RépondreSupprimer
  31. C'est ça qui est fascinant avec les gochistes : ce sont les parfaits idiots utiles du système.

    Leur internationalisme con-génital les condamne en effet à être les bobos, les gogos des banquiers, de la finance, et plus globalement de toutes les crapules qui pourrissent nos vies.

    Et ils sont con-tents en plus !

    Oui, c'est vraiment fascinant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça qui est fascinant avec les cons. Ils croient que les gôchistes existent. A idiot utile, idiot utile et demie.

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.