vendredi 27 avril 2012

atlantico sur l'immigration

Bon comme vous pouvez le voir, je suis en train de faire le tour d'atlantico   

Et il y a de bons articles...

Les épines du rosier - 9) Quand la gauche rend le débat sur l'immigration impossible
atlantico, Roland Hureaux, 25/04/2012 (en Français texte en français )
→ lien
Les chiffres sont bien connus. En 2010, notre pays comptait officiellement 7,2 millions d’immigrés, soit 11,1 % de la population (définition des Nations Unies : « personne née dans un autre pays que celui où elle réside »), dont 5,1 millions (7,8 %) nés hors d’Europe. Il faut y ajouter les jeunes de moins de 18 ans ayant au moins un parent immigré né hors d'Europe (13,7 % en 2007). Cette proportion était de près d'un quart (23,9 %) parmi les nouveau-nés en métropole en 2010.

Malgré les efforts de certains experts, ceux que dénonce Michèle Tribalat dans son ouvrage Les yeux grands fermés [1], pour nier le problème, il est clair que la question de l’immigration et celui de la montée de la composante musulmane de la population dans un vieux pays de tradition chrétienne (et laïque), inquiète une partie grandissante des Français.

Les reconduites à la frontière furent parfois assimilées aux déportations de 1943-1944 par des idéologues (ou des bien-pensants) qui perdaient de vue que renvoyer des personnes chez elle est exactement le contraire de les arracher de chez elles pour les envoyer dans un ailleurs dont on ne revenait guère.

Les statistiques rassemblées par Maxime Tandonnet[2] montrent que l’immigration clandestine explose à partir de la mise en application de ces accords, en 1997. Face à la multiplication des immigrés clandestins, deux solutions : une nouvelle vague de régularisations, plus limitée, à laquelle procéda le gouvernement Jospin en 1997, ou bien la multiplication des reconduites à la frontière, sous forme généralement inopérantes, et, dans tous les cas, bien plus inhumaines que ne l’eût été un simple refoulement à la frontière.

Le dispositif Pasqua de 1986, destiné à renforcer les contrôles, quoique mesuré, se heurta aux cris d’orfraie des prétendus défenseurs des droits de l’homme, en tous les cas de toute la gauche, et furent en partie démantelés au retour de celle-ci. La droite devait par la suite s’avérer de plus en plus timide pour revenir sur les mesures laxistes prises par la gauche en cette matière.

A ces considérations on ajoutera l’influence pernicieuse de démographes proches du parti socialiste, dont le chef de file fut Hervé Le Bras et qui en vinrent à contrôler l’INED[3]. Leur leitmotiv était qu’« il n’y a pas de problème d’immigration en France », que « le nombre d’étrangers est stable » (un résultat qu’il n’est pas très difficile d’obtenir en pratiquant massivement les naturalisations) et qu’il fallait cacher soigneusement à l’opinion toute vérité sur l’immigration, fut-elle scientifiquement établie, qui pourrait « faire le jeu du Front national. » Tout cela dans une atmosphère de chasse aux sorcières à l’encontre de ceux qui s’avisent de dire simplement vérité.


30 ans de diabolisation du Front national, pour en arriver là...
atlantico, Malika Sorel, 26/04/2012 (en Français texte en français )
→ lien
Que pensez-vous des résultats du mouvement anti-raciste ? La diabolisation du FN s’est-elle révélée finalement contre-productive en étouffant tout débat sur l’immigration ?

Depuis 30 ans, les associations qui luttent contre un prétendu racisme endémique des Français se sont appliquées à délivrer aux populations de l’immigration un message qui ne pouvait que les conduire à se dresser contre la société française. En dressant des catégories de personnes les unes contre les autres, elles ont injecté, chemin faisant, haine et ressentiment des uns envers les autres. Comment espérer en effet créer un sentiment de fraternité en répétant inlassablement aux uns qu’ils sont victimes des autres, et que leurs échecs leur sont imputables ?

Pour ne citer que la sphère économique, la sociologue Jacqueline Costa-Lascoux a mis en évidence que dans le recrutement des jeunes de l’immigration, « l’ignorance des codes sociaux et culturels au travail est l’obstacle le plus évident à l’embauche ». Malgré cela, au lieu d’œuvrer à transmettre à ces jeunes ces codes sociaux et culturels, on s’est focalisé sur la traque des employeurs, avec au final la violation du principe républicain d’égalité hérité de la Révolution française, par l’instauration à l’insu des citoyens de la discrimination positive, rebaptisée pour l’occasion “Charte de la diversité en entreprise”.

C’est le même comportement qui a été déployé à l’école. Au lieu de se focaliser sur la transmission de l’intégralité des programmes aux enfants de l’immigration et le renforcement de leur accompagnement, on a préféré introduire le différentialisme culturel et revoir les exigences à la baisse. On s’étonne ensuite qu’ils soient tant représentés dans les chiffres de l’échec scolaire. Mais là encore, évoquer l’échec scolaire de ces enfants et tenter d’attirer l’attention sur leur fragilité est devenu impossible : aussitôt, les ayatollahs de la pensée unique s’élèvent pour empêcher toute réflexion et tout débat. Qui pense au sort de tous ces jeunes qui sortent du système scolaire sans aucune qualification, qui seront pour nombre d’entre eux inemployables, et dépendront ensuite toute leur vie de la solidarité nationale ?

Depuis des années, toute tentative d’évocation, sans même oser parler de traitement, de sujets qui touchent à l’immigration et à l’intégration déclenche un phénomène d’hystérie collective qui empêche toute réflexion critique. Des partis de gouvernement, qui tente d’évoquer ces sujets et qui crie au diable ? Vers qui les populations de l’immigration auront-elles, et c’est humain, tendance à se tourner ? Vers le Parti Socialiste, qui n’a même pas eu le courage républicain de voter la loi interdisant le voile intégral, celui qui avait tant mobilisé les mouvements féministes français lorsqu’il s’agissait de l’Afghanistan. François Hollande se retrouve, dans les faits, pieds et poings liés par une immigration qui vote massivement pour la gauche.

Dans son rapport intitulé « Gauche : quelle majorité électorale pour 2012 ? », le cercle de réflexion Terra Nova, dans un cynisme politique sans précédent, recommande à la gauche de tourner le dos à la classe ouvrière qu’elle estime en déclin, et de se focaliser sur « la population des Français issus de l’immigration » qui « est en expansion démographique », allant jusqu’à préciser que par le seul fait des naturalisations, « ce sont entre 500.000 et 750.000 nouveaux électeurs, naturalisés français entre 2007 et 2012, qui pourront participer au prochain scrutin présidentiel ». Ce même rapport pointe le fait que ces populations votent dans leur écrasante majorité pour la gauche, ce qui avait déjà été mis en évidence dès 2005 par deux chercheurs de Sciences Po, Sylvain Brouard et Vincent Tiberj. On comprend dès lors la raison qui pousse François Hollande à octroyer le droit de vote aux étrangers.

Les problèmes d’intégration n’ont pas été traités puisqu’il a été impossible de les aborder sereinement. Ils n’ont de ce fait aucune chance de se résorber. La récente étude « Banlieue de la République » publiée par l’institut Montaigne met clairement en évidence le fait que la politique de rénovation urbaine, qui recueille tant d’assentiment et qui a englouti plus de 40 milliards sur 10 ans, ne constitue pas une réponse. Comment s’en étonner ? Elle ne traite aucune des sources des problèmes relatif à ce sujet de l’immigration intégration. C’est notre société qui en paie aujourd’hui les conséquences. Les Français identifient désormais de plus les mouvements anti-racisme comme co-responsables, aux côtés de bien d’autres acteurs, de ce drame.

Nicolas Sarkozy a été élu sur la promesse de restaurer l’identité nationale, de redonner enfin leur fierté aux Français qui ne supportaient plus le procès continuel en racisme et en intolérance qui leur était fait, alors qu’ils avaient dû accueillir, sans jamais avoir été consultés pour cela, plusieurs millions de personnes qui provenaient dans leur grande majorité de pays pauvres et de sociétés culturellement éloignées de la leur.

La promesse qui concernait la restauration de la valeur travail était dans leur esprit intimement liée à celle de l’assistanat. Chacun sait que ce sont en moyenne 500 000 emplois, majoritairement dans les métiers de l’hôtellerie, de la restauration et du BTP, qui ne trouvent pas preneurs tandis que de nombreux jeunes de l’immigration pointent au chômage. La solidarité nationale ne libère plus, mais aliène.

Nicolas Sarkozy a déçu car il n’a pas su répondre à la hauteur des attentes. Il a en outre attenté au sacro-saint principe du mérite républicain en se faisant le chantre de la promotion de la diversité et de la discrimination positive. On attendait de lui des réformes profondes comme celle du code de la nationalité qui est une nécessité absolue, il s’est mis à donner dans le superficiel en laissant penser que l’entrée au gouvernement de quelques personnes issues de l’immigration règlerait les problèmes de l’intégration des populations extra-européennes.

Lorsque l’on voit, sur le terrain, les difficultés qui entravent de plus en plus le vivre-ensemble jusqu’à parfois le rendre impossible, on réalise que ce qui se joue pour les citoyens aujourd’hui, c’est l’avenir de la cohésion nationale. Le peuple français va-t-il demeurer un et indivisible ou va-t-il se disloquer ?


Moi ce qui me sidère, à part cet article de Malika Sorel, c'est qu'il n'y aie personne pour expliquer l'évidence, tant la chape de plomb et la propagande tient tout le système médiatique.

Evidence qui est que dans un pays soviétoïde et fortement redistributif, une forte immigration de pauvres non éduqués, ce sont des voix garanties pour les soviétoïdes qui promettent allocations et argent gratuit.

Reste en face à réussir à cacher ou à récurer le cerveau des déjà présents, que l'on est gentiment et méthodiquement en train de remplacer, et qui voient leur culture dissoute, et qu'il ne faudrait quand même pas trop s'aliéner pour continuer de rafler les postes politiques à gros sousous... Pour ça, le recours systématique aux "zeures les plus sombres de notre histoire", la culpabilisation et l'insulte sont encore le meilleur moyen que les escrocs de la fausse gôche ont trouvé...

C'est pas grave si leur politique est une politique du suicide organisé. Tant que eux ont bien baffré de l'argent public, c'est l'essentiel.

Typiquement, derrière la question du droit de vote des étrangers aux élections locales, la vraie question, c'est de savoir si le PS a le droit d'avoir un bonus de 5 à 10% ou non...

Reste aussi la question du paiement des grasses retraites et du maintien au forceps de la démographie-de-la-France-qu'elle-est-une-chance. Mais je ne reviens pas dessus. Ça a déjà été largement abordé...

Mais avec 150 000 jeunes par an qui sortent de l'école sans formation (comprendre, des racailles de cités qui ne savent ni lire ni écrire, n'ont aucun savoir être et sont inemployables), on va voir comment tout ce petit monde va aisément payer la retraite à 2000€ par mois de papy Robert fonctionnaire de gôche, et comment cette belle et grande politique va leur exploser à la tronche...

Et on commence à les sentir en panique nos dirigeants. Entre la peur réelle de la droite d'émeutes dans les "quartiers", ou encore les 150 000 faux emplois du PS pour acheter la paix sociale (et dont le financement en détruiera le double dans le privé), ils sont dépassés... Ils n'arrivent plus à contrôler le monstre qu'ils ont créé.

Dans le même temps, à écouter la radio, à sentir le vent autour de soi, on sent derrière le FN un véritable souffle. Une poussée. Ils se sentent forts. Ils ont la jeunesse (de leurs dirigeants en tous cas), les ouvriers (au grand désarroi des syndicalistes du (semi) public de l'extrême rente, qui se font concrètement du pouvoir d'achat sur les pauvres, et ne savent plus quoi inventer pour récupérer un semblant de légitimité)... Mais surtout, ils ont le bon sens avec eux sur ces questions d'immigration. Tout le monde a bien vu avec ces élections, dans le même temps qu'une heure après les résultats un Mélenchon appelait ses troupes de bobos et d'extrême rentiers à voter pour le PS sans rien demander, que le FN était le seul vote qui faisait diablement chier les élites des deux partis de rentiers, et qui dirigent ce pays à l'idéologie et au cynisme le plus complet depuis 30 ans. Tant qu'ils récupèrent la bonne sousoupe, les putes et les 'tits fours, tout les moyens sont bons...

En face des élites bien pensantes des beaux quartiers, et qui ne voient concrètement dans l'immigration que du bon alors que leur repas au restau, leurs appartements en Scellier ou la garde de leurs enfants leur coûtent toujours moins cher, il y a ceux qui subissent et vivent au quotidien toute la réalité de leurs décisions... Et ceux là sont au bord de la révolte.

Et alors que la dynamique réelle des extrêmes lors de ce premier tour a été l'exact inverse de celle qui avait été annoncée à grands renforts de sondages, et qui a surement dû gonfler un peu plus le score de l'extrême rente par suivisme, cette fois ci, les sans rente savent qui est le parti qui veut renverser la table. Quand bien même ils se la renverseraient sur leurs propres genoux...

Les législatives vont être une boucherie...

Tout le monde sent bien qu'on rentre dans une zone de forts vents mauvais. La colère des sans rente n'est plus maitrisable pour les partis de la rente.

Bernard Maris expliquait, dans le C dans l'air d'hier que je vous ai posté, qu'on est à la fin d'un monde, que le consensus sur l'Europe comme sur le modèle "social" (cette flatulence où les jeunes pauvres du privé donnent tout leur fric à des vieux fonctionnaires riches), étaient morts.

A tel point que même la gôche du Zumanisme Zuniversel est obligée de revenir sur l'alimentation permanente en électeurs captifs alors que désormais elle s'aliène plus le peuple des déjà présents (dont elle n'arrive plus avec sa propagande à insulter le bon sens et l'intelligence élémentaire), que ça ne lui fournit d'électeurs supplémentaires... Et même à gauche, plus personne ne veut entendre parler de multi culturalisme. Au moins dans les paroles.

Et maintenant que le voile de la sur consommation à crédit se dissipe, avec son cortège d'ipads, de voitures et de vacances à pas cher, les tristes marionnettes de cette sinistre comédie, se retrouvent toutes nues dans le blizzard, esseulées, sans compréhension mutuelle ni savoir partagé, étrangères les unes aux autres, sans résilience, à se regarder dans le blanc des yeux...

Et moi ce que je vois, très simplement, c'est que le sentiment d'appartenance à un peuple, à une culture, de faire partie d'un tout, c'est la seule richesse des pauvres...

Et que même ça, la gôche a réussi à le leur enlever...

29 commentaires:

  1. La gauche tente de clarifier sa position sur l'immigration:

    http://elections.lefigaro.fr/presidentielle-2012/2012/04/27/01039-20120427ARTFIG00416-la-gauche-tente-de-clarifier-sa-position-sur-l-immigration.php

    RépondreSupprimer
  2. On est d'accord sur le constat.

    Par contre, il faut revenir sur terre Tonio :

    -le FN gonfle ? 18 %... Seulement. 30 ans pour en arriver là ? Les premières émeutes (Minguettes) début des années 80... Alors ? Dès la fin 70, les gens éclairés avaient compris qu'il y avait un "léger" problème...

    -Je veux dire par là : les Français sont responsables. Ce sont eux qui on voté pour toutes ces crapules, pendant des décennies. Ils ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes.

    -Bien sûr, on a le droit de changer avec le temps. Les Français pourraient finalement avoir pris conscience de la menace et se révolter... Mais répétons le. En 2012 Marine c'est 18 % !

    C'est à la fois bien... et pathétique.

    Ajoutons qu'il y a bien 50 % de la population qui poussent des cris ("faâ^^aâ^^aââ^chistes") dès que le nom FN est prononcé.

    Donc oui, on peut parler de suicide collectif.

    RépondreSupprimer
  3. Salut le Nain,

    Tout simplement: merveilleux. Rien à redire.
    En fait, en te lisant, je me sens mieux: nous sommes visiblement nombreux à partager ce sentiment, celui d'étoufer dans cette république qui nous écrase, qui sacrifie sa jeunesse.
    J'ai 29 ans. J'ai voté pour le FN. Car pour moi ils critiquent enfin le système. Ils mettent les pieds dans le plat. Ce qui m'a fait changer à leur égard: le fait de Marine Le Pen aille à Lampedusa en Italie voir cette vague d'immigrants. Qui d'autre l'a fait?
    Nous sommes fauchés, vivons à crédit, nous nous faisons voler notre maigre salaire qui augmente moins que l'inflation en impots/taxes diverses, nous faisons encore une fois tondre pour un loyer au sommet, et dormons la peur au ventre de perdre notre job payé au ras des paquerettes malgrè un BAC+5. Et nous savons, le pire, que nous ne pourrons certainement pas acheter un appart', nous savons que nous n'aurons pas de retraite.
    Et malgrè tout ça, nous devrions ouvrir encore plus grand nos bras pour accueillir plus d'étrangers.
    Alors oui, ils ont aussi droit à une vie meilleure. Oui, ils veulent la démocratie. Oui ce sont les vagues d'immigrations passées qui ont fait la France (Espagnols, portugais, italiens, algériens etc...). Mais qu'ils comprennent que l'avenir n'est plus chez nous. Qu'ils fassent leurs revolutions dans leurs pays, et que nous, français endormis, nous fassions la notre.
    Car une certitude anime, je pense, la plupart d'entre nous: notre génération n'atteindra certainement plus jamais le niveau de vie que nos parents, "jouisseurs sans entraves" (clin d'oeil aux "révolutionaires" de mai 68) ont connu.
    Notre génération, elle paiera jusqu'au dernier centime toutes leurs conneries.

    Le Suisse, un de tes nombreux fidèles lecteurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pauvre chti français:obligé par le méchant gouvernement de prendre des crédits!obligé d'accepter un emploi qui n'est pas garanti a vie!obligé de tout acheter a crédit tout ce dont il n'a pas vraiment besoin!impossible d'acheter a 30 ans le pavillon a 200000 euros qui te ferait plaisir!obligé de restreindre ton caddie a intermarché,c'est plus 200 euros de bouffe mais 150 par semaine avec restriction sur la viande 1 fois par jour seulement!.ben oui tu vois le pire parce que t'es pas foutu d'arreter de surconsommer et de te contenter de ce que tes anciens avaient avant.la vie n'est pas plus dure mais les tentations plus grandes!un grand fautif:tous les anciens avec retraite minimum a 3000 euros pour tous!
      désolé mais ta génération payera aussi pour ta connerie,entre autres celle de voter F-HAINE et d'en etre fier
      et surtout continues a mettre tous les immigrés dans le meme sac c'est exactement ce que les politiques attendent de toi!
      M.pokora

      Supprimer
  4. "Et moi ce que je vois, très simplement, c'est que le sentiment d'appartenance à un peuple, à une culture, de faire partie d'un tout, c'est la seule richesse des pauvres...

    Et que même ça, la gôche a réussi à le leur enlever..."

    Gauche et droite de ce point de vue sont jumelles. Tous ceux qui les ont portées et maintenues au pouvoir en partagent la responsabilité. Un peu de cohérence entre les analyses et le vote ferait du bien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "La pente fatale" comme dit Reynié. Le FN reste un parti dangereux.

      Si les partis "de gouvernement" (de rentiers) n'arrêtent pas rapidement de faire absolument n'importe quoi sur ces questions là, faudra pas qu'ils viennent pleurer ensuite...

      Supprimer
    2. En quoi le FN serait-il plus dangereux que les fous qui nous gouvernent depuis trente ou quarante ans ? Si un jour il y a une guerre civile, pourra-t-on blâmer le FN ? Il sera blâmé, soyons en sûrs, mais en quoi sera-t-il responsable lui qui alerte les français depuis si longtemps ?

      Le FN est dangereux, oui, il est dangereux pour l'anti-France. La rage s'accumule depuis tellement longtemps que cela va faire mal quand les digues vont céder. Tant mieux. Na !

      Sinon, EXCELLENT billet/constat de ta part tonio...

      Supprimer
    3. Le FN est dangereux parce qu'il pointe de faux problèmes qui nous empêchent d'analyser correctement les bons. Le FN est dangereux parce qu'ouvrir la porte au racisme et au fascisme n'a jamais été salutaire. Le FN est dangereux, mais pas plus que l'UMP du jour.

      Supprimer
  5. Ne pas oublier que là où le vote fn perce c'est dans des zones rurales et péri-urbaines assez excentrées, qui ont un pourcentage très faible (quasi-nul) d'étrangers, ce vote là n'est pas du tout en lien avec l'immigration. Ces zones sont des villes dortoirs péri-urbaines, des bleds paumés où il ne se passe rien, où le lien social est réduit à pas grand chose, et où les gens se sentent oubliés. Le Pen a joué sur ce sentiment-là.

    RépondreSupprimer
  6. Ha ben ça c'est marrant.
    Autour de Mulhouse, ville où l'immigration est très présente, le FN s'en est pas mal sorti, et en particulier dans des circonscriptions où une majorité d'habitants sont d'origine étrangère.
    Car un élément manque à pas mail d'analyse: les français d'origine ibérique ne portent pas toujours les maghrébins dans leurs coeurs, ces derniers et les Turcs ne sont pas les meilleurs amis du monde. Pour être honnête, chez eux le vote FN est assez présent.
    Pourtant nous ne sommes pas à la campagne...et la famille est une valeur assez importante pour ces communautés.

    Le Suisse

    RépondreSupprimer
  7. @ M. Pokora
    Non je ne suis pas obligé de m'endetter pour m'acheter des futilités. Tu as raison.
    Mais NOTRE gouvernement n'est pas censé s'endetter - enfin plutôt NOUS endetter tous - pour financer une tranche de la population, tout en sachant qu'il sacrifie en contrepartie l'investissement d'avenir (Recherche - education - hopitaux) et donc l'avenir des nouvelles generations.
    NI de pomper du fric d'une partie de la population au seul bénéfice d'une autre (genre financer l'aide à domicile des retraités de la fonction public via la caisse retraite du privé).
    Et OUI, être payé au SMIC, voire un peu plus, après des études, et vivre en ville est IMPOSSIBLE. Et ce sans s'acheter le dernier Ipod, etc...
    Maintenant, toi qui semble bien me connaitre, Pokora, je serait curieux de savoir si tu vis dans ton appart (ou quoique ce soit): surement n'as tu pas de TV, ni d'ordinateur, ni mobile etc...tu t'achetes ton pain de 4 livres, et prend soin de le finir sans jeter quoique ce soit.
    Allons, Pokora, la haine, c'est toi qui l'a.
    Je ne sais pas quel âge tu as, mais à mon avis, à 40ans, en ville, avec un salaire minimum, avec un enfant, locataire, sans aide familiale, tu vas soudain te trouver l'esprit plus critique.
    Mais bon, peut être fais tu partie de cette jeunesse bien née, dorée, ayant fait de bonnes études, bien formaté, et donneur le leçon au 1er venu.
    Allé va, tu as raison. Continue dans ta bonne pensée politiquement correcte auto-culpabilisante.

    Le Suisse

    RépondreSupprimer
  8. @ Pokora - 2
    Et non, je ne suis pas fier d'avoir voté FN.
    J'aurai tellement aimé pouvoir voter la conscience tranquille pour un parti "normal".
    Mais AUCUN, si ce n'est peut être Bayrou, n'est lucide.

    Allé, descend de ton petit nuage.

    Le Suisse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ben pourquoi t'as pas voté bayrou?ça t'était interdit?tu crois vraiment que voter pour l'extrème droite est subversif et contestataire?révise tes livres d'histoire et tu en sauras un peu plus sur l'extreme droite.et reviens sur terre.sans surconsommer ,sans habiter a paris,tu peux vivre correctement sans gémir sur ton pouvoir d'achat.tu te sentiras mieux et t'auras plus besoin du FHAINE ni besoin de jalouser ceux qu'on te désigne sur tf1 ou france info.j'ai plus de tv depuis de nombreuses années et je me sens beaucoup plus calme si ça peut t'aider....
      mpokora

      Supprimer
    2. "L’extrême droite" ? Elle existe en France ??
      Je vous conseillerais de voyager un peu avant d'écrire des âneries plus grosses que vous.

      Supprimer
  9. Intéressant :

    http://www.courrierinternational.com/article/2010/12/02/les-tres-bons-comptes-de-l-immigration

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette étude est biaisée et ne prend pas en compte tout ce que coûte l'immigration et pas seulement sur le plan financier. Je préfère être pauvre et rester culturellement français qu'aisé et "multi-acculturé" par exemple.

      http://www.telegraph.co.uk/news/politics/5268674/Illegal-immigrants-would-cost-1m-each-if-granted-amnesty.html

      http://www.dailymail.co.uk/debate/article-2084983/UK-immigration-unemployment-At-facts-migration-jobs.html

      http://www.telegraph.co.uk/comment/columnists/janetdaley/7231568/Immigration-a-plan-to-alter-the-nations-soul.html

      http://www.courrierinternational.com/article/2010/07/22/un-jour-on-regrettera-l-europe

      http://www.contribuables.org/2008/03/21/le-cout-reel-de-l-immigration-en-france/

      http://www.laulan.fr/2011/les-couts-actualises-de-limmigration/

      Point de vue d'un algérien :
      http://www.operationteafortwo.com/2012/04/11/l%E2%80%99immigration-sans-remise-en-question/

      etc

      Supprimer
    2. ça veut dire quoi "être culturellement français" ? ça veut rien dire. Moi, je suis français, lozérien, et je me sens culturellement à des années-lumières de tous ceux qui jettent bêtement l'opprobre sur l'immigration. Toi compris, donc. ;)

      Et dans ma culture française, il y a l'accueil, le droit des étrangers à être considéré comme des êtres humains, l'habitude de couper la tête des rois et une grande haine de l'inégalité.

      Comme quoi, à chacun sa culture française.

      Vous n'avez pas le monopole de la France, Monsieur.

      Supprimer
    3. Venez vivre quelques temps en banlieue parisienne, lyonnaise ou marseillaise et on en reparlera mon cher ami chantre de la tolérance. Ah non, pas besoin, ils vont bientôt arriver chez vous aussi... vous verrez s'ils sont tolérants avec les bon français lozériens bien de chez vous. ;)

      Je vois déjà couler vos larmes bourgeoises quand au moment de la vente de votre charmant pied-à-terre vous devrez diviser le prix par deux à cause du voisinage "bigarré"...

      Sinon, je vois que les 70 milliards d'euros que coutent ces braves gens chaque année à notre pays ne semble pas vous émouvoir. Vous êtes donc pour l'austérité, ou encore mieux, "taxer les riches" ?

      Supprimer
    4. Désolé pour vous, mais on peut être lozérien et avoir vécu à Paris et Lyon, puis travailler régulièrement à Marseille, ce qui est mon cas. Dans la France d'aujourd'hui, on peut être né en Lozère mais préférer travailler dans les nouvelles technologies plutôt que danser la bourrée tous les matins.

      J'imagine que ça vous décoiffe.

      Dans la France d'aujourd'hui, on peut avoir des amis d'origine étrangère qui ont plus d'idées, de génie et d'énergie que tous les vrais ploucs bien français reclus dans leur suburbia pourrie qui ne rêve que d'agrandir le mur qui les sépare de leur voisin.

      Les ravages de la consanguinité, sans doute.

      Supprimer
    5. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
    6. J'y crois pas! Commentaire supprimé. On va le tenter plus politiquement correct et argumenté...

      Le commentaire précédent transpire l'homme moderne, terme extrêmement péjoratif dans ma bouche. La vision de l'homme tel que le capitalisme débridé l'a rêvé pour assuré la domination des classes supérieurs. A savoir :
      - Un homme sans attache ("on peut être lozérien et avoir vécu à Paris et Lyon, puis travailler régulièrement à Marseille")
      - Puisque ayant renié ses racines ("plutôt que danser la bourrée tous les matins")
      - Ne se reconnaissant plus dans ses semblables ("les vrais ploucs bien français")
      - Et se sentant étranger chez soi, nourri la préférence immigrée ("amis d'origine étrangère qui ont plus d'idées, de génie et d'énergie")

      De nombreux ouvrages ont montrés que la mise à mal des structures sociales et familiales ont été désirés et mises en place afin de couper ces réseaux de solidarité et que chaque individu se retrouve seul face au dieu Marché. Et le fait de favoriser l'immigration a été une des armes utilisé pour l’exécution de ce plan.

      Si cette vision libérale de l'homme vous convient, soit, vous avez une certaine cohérence, mais si vous avez des sympathies gauchisantes, et bien vous n’êtes qu'un idiot utile, un gentil petit soldat au service de l’élite alors qu'il se prétend en lutte contre celle-ci. Configuration parfaite et désirée assurant le renouvellement perpétuelle du système.

      Concernant la consanguinité, comme toute phénomène existant dans la nature, elle cache une certaine utilité. La probabilité statistique d'une union consanguine permet de diminuer la diffusion voir d’éliminer des tares génétiques qui n’empêchent pas de se reproduire.
      Autrement dit, si il n'y avait aucune union consanguine, les tares proliféreraient. Alors qu'avec de rare union consanguine donnant des enfants stériles, elles sont régulés. Des travaux scientifiques l'ont prouvés.
      De là à conclure que mes semblables subissent peut être les ravages de la consanguinité mais évite la prolifération de tares génétiques contrairement aux vôtres, il n'y a qu'un pas.

      Alors comme ça, ça passe?

      Supprimer
    7. Cette vision libérale de l'homme me convient tout à fait, dans la mesure où c'est un choix, et non pas une contrainte. Ni la contrainte de la pré-détermination par des racines et des traditions (je ne SUIS pas gaulois, je ne SUIS pas descendant de Jeanne d'Arc, je suis de sang mêlé, citoyen de ma planète), ni la contrainte du déracinement par la mobilité imposée (contrainte économique le plus souvent) au service du grand capital.

      Autrement dit, libre à chacun de s'en tenir à ses traditions et de les défendre, et libre à chacun de ne pas le faire et de les trouver désuète. J'entends que personne ne me réduise à LEUR VISION réductrice de ce qu'est être un bon français. Vous n'êtes pas plus un BON FRANÇAIS que moi, qui parle bien mieux anglais qu'occitan. Je vous le redis, vous n'avez pas le monopôle de la France.

      Par ailleurs, jusqu'à l'apparition du libéralisme économique - qui n'est qu'une forme déviante du libéralisme - tous les vrais libéraux ont toujours été de gauche. Je perpétue donc la tradition, ce qui me vaut parfois de m'accrocher un peu avec les plus fervents communistes.

      Et c'est d'ailleurs bien ce qui rend le terme "socialo-communiss" complètement imbécile; le terme témoigne d'une méconnaissance absolue des nuances qui existent dans la façon de défendre le droits des faibles et dans les valeurs morales qui lui sont sous-tendues.

      Il est remarquablement de voir à quel point le libéralisme économique contribue au recul de toutes les autres libertés humaines, à commencer par le droit de s'installer vivre où on veut.

      On peut être sans "attache", ne pas être prisonnier d'une petite fraction de terre de cette planète, se sentir libre de vivre partout (ou presque), et ne pas pour autant nié ses racines. Je ne méprise pas les gens qui dansent la bourrée, ils font ce qu'ils veulent. Mais qu'ils ne viennent pas me dire que c'est ce que je DOIS faire, sous prétexte que je serais lozérien d'origine.

      Oui, il y a des vrais ploucs bien français, comme il y a des vrais ploucs bien espagnols, et des vrais ploucs bien algériens, et c'est bien là tout mon propos. Je me sens moins de communs avec tous les ploucs de la terre, quelque soit leur nationalité, qu'avec les gens sensibles et ouverts qu'on peut rencontrer dans toute société.

      Je voudrais vous redire que je ne vous considère pas comme un semblable. Contrairement à mes amis péruviens, espagnols ou marocains, que je considère comme eux, comme des semblables.

      Pour moi, vous êtes un semblable des islamistes : replié sur vous-même et vos traditions. Les traditions sont différentes, mais la façon de se replier est identique. En somme, vous êtes semblable à vos peurs et à vos fantasmes, ce qui est bien normal.

      La peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine conduit tout droit vers le côté obscur de la Force.

      Cordialement, un bon français, depuis 1052 selon les études de traçabilité, descendant du singe, comme nous tous.

      Supprimer
    8. "De là à conclure que mes semblables subissent peut être les ravages de la consanguinité mais évite la prolifération de tares génétiques contrairement aux vôtres, il n'y a qu'un pas."

      Je croyais que ce type de thèses étaient rangées dans les poubelles de l'Histoire depuis la chute du 3ème Reich.
      C'est l'extrême-droite décomplexée, j'imagine.

      à moins que vous ne descendiez génétiquement en droite lignée de Joseph Arthur de Gobineau, ce qui expliquerait de façon logique la tare qui vous poursuit.

      Supprimer
    9. @Anonyme May 2, 2012 02:58 AM
      Si vous n’êtes pas capable de voir qu'il n'y a aucune vision eugéniste derrière mes propos, je continue d'enfoncer le clou, espérant vous faire hurler aux heures les plus sombres de notre histoire une nouvelle fois.
      Ces mêmes recherches, en comparant des populations interdisant les unions consanguines à des populations y faisant moins attention, ont émis l’hypothèse que la recrudescence de maladies rares et génétiques dans notre société était lié au fait qu'elle se soit trop soustraite à ce phénomène.
      Maintenant libre à vous de militer pour interdire ce genre de recherche, réaction pathologique des moralistes de votre genre

      Supprimer
    10. @Anonyme May 2, 2012 02:22 AM
      Ne vous méprenez pas, comme vous, je défends ma vision et je ne cherche pas à l'imposer par la force.
      C'est pourquoi, la comparaison avec les islamistes tombe à l'eau. Ces militants ont une volonté hégémonique voir impériale et prétendent à l'universalité de leur modèle. Ceci s'exprime au travers de leur projet de Grand Califat Islamique. Moi, je prétend seulement que chacun doit être maitre chez soi.

      Je ne m'oppose pas en soi à l'immigration, je m'oppose aux politiques d'immigration massive qui ont été mené, dont on subit les conséquences aujourd'hui et qui ont mit la société Française dans une situation dangereuse du point de vue sociale, économique et culturel. Je déplore également le laxisme ambiant, le détricotage du modèle d’assimilation Français pour la promotion d'une simple intégration économique laissant la part belle à tous les communautarismes.

      Concernant les libéraux de gauche d’en-temps, il faut se remettre dans le contexte. Il s'agissait d'une droite royaliste ou cléricale contre une gauche républicaine. Et cette gauche libérale représentait la bourgeoisie voulant s'extraire de la tonte des aristocrates, mais pas pour l’émancipation populaire, seulement pour accroitre son pouvoir sur ce peuple. On pourrait parler de la remise en cause du repos dominicale par cette gauche sous Jules Ferry, parce que bien-sur, cela sentait trop le christianisme (ils étaient déjà cynique à l'époque).
      Poursuivons cette digression historique. C'est également cette gauche qui a promu le projet coloniale Français, sous couvert d'une mission civilisatrice et prétendant également à l'universalisme de leur modèle. Cela maquillait seulement leurs intérêts d'affaire, à base d'exploitation de ressource, de main d’œuvre quasi-gratuite, et de nouveau débouché pour leurs productions arriérées en France et en Europe. Beaucoup prétende que la colonisation à beaucoup rapporté à la France et c'est complétement faux, seul les affairistes s'en sont donnés à cœur joie, alors que l'état et l’impôt des Français réglaient la facture de la mobilisation des armées et de la mise en place d'infrastructure.
      Tout ça pour en revenir à notre époque, où j'ai l'impression que se grand projet néo-coloniale ressurgit, à base de promotion de la démocratie et des droits de l'homme avec toujours cette vision de l'homme libre, citoyen du monde. Tout cela pour l'imposer par la force et/ou par l'argent qui corrompt. Tout cela en niant les particularités des peuples que l'on soumet à ces illusions, pour mieux les enfermer, les exploiter, les rendre esclaves de notre magnifique société de consommation.

      Alors non, la violence et le racisme ne sont pas de mon coté. Ce n'est pas vision de l'homme qui cherche à conquérir le monde par tous les moyens.
      Et je prétend seulement que ma vision de l'homme est plus durable, respecte davantage les équilibres sociologiques, économique, culturels et même écologique. Quant à la votre, son expansion et sa conquête du monde n'a été rendu possible que par le boom économique et énergétique des derniers siècles. Alors peut être avez-vous un grand sentiment de liberté, mais je tiens à vous dire que l'homme n'a en fait jamais été aussi dépendant du point de vue de ces besoins élémentaires : eau, nourriture, énergie. Et que des plus, les réseaux permettant leurs distributions n'ont jamais été aussi fragile.
      Alors maintenant que l'on fait face aux limites économiques de ce modèle, aux ressources limités de notre planète, à une démographie mondiale toujours galopante et une population toujours plus avide de consommation, je vois seulement arrivé l'effondrement de la civilisation que vous promouvez. Peut être aurez-vous la chance de la vivre, et, vos illusions de liberté s'évanouissant, vous vous direz, putain, il avait raison ce con.

      Supprimer
    11. "Ces mêmes recherches, en comparant des populations interdisant les unions consanguines à des populations y faisant moins attention, ont émis l’hypothèse que la recrudescence de maladies rares et génétiques dans notre société était lié au fait qu'elle se soit trop soustraite à ce phénomène. Maintenant libre à vous de militer pour interdire ce genre de recherche, réaction pathologique des moralistes de votre genre"

      Pourquoi interdire la connerie, alors qu'il suffit de la mettre en lumière pour la disqualifier. Je vous inviterais donc à citer vos sources, ami de la consanguinité et ennemi du sang mêlé.

      Supprimer
    12. "Alors non, la violence et le racisme ne sont pas de mon coté. Ce n'est pas vision de l'homme qui cherche à conquérir le monde par tous les moyens. Et je prétend seulement que ma vision de l'homme est plus durable, respecte davantage les équilibres sociologiques, économique, culturels et même écologique. Quant à la votre, son expansion et sa conquête du monde n'a été rendu possible que par le boom économique et énergétique des derniers siècles. Alors peut être avez-vous un grand sentiment de liberté, mais je tiens à vous dire que l'homme n'a en fait jamais été aussi dépendant du point de vue de ces besoins élémentaires : eau, nourriture, énergie. Et que des plus, les réseaux permettant leurs distributions n'ont jamais été aussi fragile.
      Alors maintenant que l'on fait face aux limites économiques de ce modèle, aux ressources limités de notre planète, à une démographie mondiale toujours galopante et une population toujours plus avide de consommation, je vois seulement arrivé l'effondrement de la civilisation que vous promouvez."

      Puisque la société ouverte arrive à son terme, pourquoi vous vous crispez sur votre identité et votre groupe sanguin. A quoi ça sert ?

      N'est-ce pas nous, des bons petits blancs, qui avons promu ce modèle occidental de domination sur toute la planète ? Un modèle occidental qui domine tout et réduit ou méprise l'identité de gens qu'en plus, vous rejetez.
      Des gens qui ne sont plus nulle part "chez eux", parce que vous n'êtes pas prêt à leur donner une place/une chance, à partir du principe qu'ils pourraient vous enrichir. Au simple prétexte que vous en avez peur, a priori. Que vous appliquez sur eux, vos stéréotypes, plutôt que de les considérer comme des personnes, certaines méprisables, et d'autres admirables, indépendamment de leurs origines sanguines ou du lieu de naissance indiqué par leur fiche d'état civil. Ne pensez-vous pas qu'il y a une multitude de gens, parmi toutes ces personnes que vous disqualifiez en les réduisant à leur groupe d'appartenance, qui pensent comme vous, quant à l'état de cette planète, et la société de consommation et quant à leur identité méprisée, écrasée, martyrisée ?

      A qui la faute : à des êtres humains, aux autres, ou au système qu'on leur impose et qui les nie et les écrase eux aussi ? Comme on vous nie vous, et comme on vous écrase vous... ?

      Supprimer
  10. @MPokora
    Non je n'ai pas voté Bayrou, par stratégie. Un Bayrou qui plafonne à 8-10% max (facile de se faire une idée en surveillant les infos/blogs) rapporte moins qu'un FN à 15% voire plus. Car OUI, le vote FN est plus contestataire et pousse les partis "normaux" à faire face aux questions qui dérangent.
    Et que OUI, je connais mes livres d'histoire suffisament pour affirmer que "l'extrême droite" d'aujourd'hui n'a plus grand chose à voir avec les parties fachistes & nazies d'avant guerre, qui eux, étaient plutot socialistes d'ailleurs (Nationalsozialismus, en allemand). En revanche tu ferais bien de les relire, tes bouquins d'histoire.
    De plus, entre l'UMP sauce Vichy à laquelle on a gouté jusqu'à présent, et les périodes les plus sombres de notre histoire, je trouve que l'on verse déjà dans le racisme pur et simple (on expulse pour respecter des "quotas").

    Enfin si cela t'interesse, je vis à la campagne, après avoir passé une bonne partie de ma vie en ville, sans TV non plus. Enfin sache qu'une vie saine se construit: il faut même à la campagne un capital de départ, ou hériter etc...bref, je suis content pour toi que tu ais une vie au calme et sans TV, mais ne simplifie pas trop: ce que tu as (enfin ce que nous avons), ce n'est pas évident ni donné à tout le monde.
    Honnetement, la HAINE, c'est toi qui l'a. Je n'agresse personne ici. Le pire, c'est qu'au lieu de me prouver par A+B que j'avais tord de penser ainsi, je me sens conforté dans mes idées.
    Bosse ta comm'.

    Le Suisse

    RépondreSupprimer
  11. Mouais...

    "ils ont le bon sens avec eux sur ces questions d'immigration"

    Ah oui, le bon sens du 13 heures JP Pernaud-ricard ? évidemment, c'est plus simple de désigner une catégorie de population comme responsable, et de céder à l’égoïsme primaire plutôt que de chercher des solutions pour (bien) vivre ensemble. Les le pen et sarko l'ont bien compris. Ça occupe les foules et ça évite de faire face aux vrais problèmes.

    Et en ce qui concerne l'aspect culturel, je n'ai aucun problème, bien au contraire, à cotoyer des blacks et des beurs... je suis musicien, et franchement le mixage culturel est le plus grand bond des 50 dernières années en matière artistique. Mais je sais bien que 95% des français préfèrent johnny à Miles Davis...

    Et puis allez bosser dans le batiment, et tapez vous le boulot qu'ils abattent pour 3 francs 6 sous... vous qui vous plaignez de l'immobilier hyper cher, réfléchissez-y.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.