samedi 21 avril 2012

Fitch menace le triple A hollandais

Le triple A néerlandais menacé
La Tribune, 21/04/2012 (en Français texte en français )
→ lien
L'agence de notation internationale Fitch a lancé le 19 avril un avertissement très clair aux Pays-Bas, handicapés par leur dette privée, la plus forte de la zone euro, mais aussi par leur situation politique complexe.

Au coeur du problème économique du pays : la dette privée des Pays-Bas, passée de 190 % à 223 % du PIB entre 2000 et 2010, selon une lettre du ministère des Finances adressée en octobre au Parlement néerlandais. La dette publique est elle aussi élevée, excédant, à 64 % du PIB, le seuil de 60 % fixé par le pacte de stabilité dans la zone euro."Cette dette privée bloque l'efficacité de l'économie néerlandaise, estime Chris Buijink, le secrétaire général du ministère de l'Economie. Cet argent n'est pas disponible pour les entreprises".

J'ai cru comprendre qu'ils ont une bulle immobilière coton chez eux aussi... J'imagine que c'est toujours le même scénario...

6 commentaires:

  1. oui, bulle immo énorme et endettement privé gigantesque (plus gros rapport dette hypo sur GDP au monde, excusez du peu).

    Les négociations sur le budget 2013 ont échoué, Geert Wilders refusant de donner son appui (il est nécessaire car la coalition gouvernementale n'a pas la majorité sans son appui), le gouvernement est sur le point de tomber et de nouvelles élections prévues en septembre...

    RépondreSupprimer
  2. voir cette courte vidéo, le graphique est clair:
    http://www.youtube.com/watch?v=IaDfvr4-kv8

    a) -4.8% sur un an
    b) tendance négative en accélération: -1.2% par rapport au dernier mois
    c)-11.8% depuis le pic en 2008
    d) le volume de transactions continue de s'effondrer (3x moins qu'avant la crise), le marché immo est dans le coma

    RépondreSupprimer
  3. "plus gros rapport dette hypo sur GDP au monde, excusez du peu"

    Ce serait bien d'avoir des détails.

    Un truc que je ne comprends pas.

    -soit les prix de l'immo sont bien supérieurs à celui de Londres par exemple
    -soit les néerlandais gagnent des nèfles (et passent 100 % du prix d'achat en emprunts)
    -soit leur PIB est une grosse bouse (ce qui n'est pas le cas)

    ... alors d'où sortent ils ce record ?

    Plus largement, et pour ne parler que de la zone Euro, on se rend compte qu'on a peu d'informations par pays. On connaît les grands agrégats et indices... mais pour les détails faut repasser.

    RépondreSupprimer
  4. PARTIE 1

    Les sources que j'ai sont en néerlandais, donc difficle de les mettre ici. Voici un article du WSJ en anglais:
    http://online.wsj.com/article/SB10001424052970203752604576640662346325544.html?KEYWORDS=mortgage+dutch

    Depuis les années 90, les hollandais ont gonflé leur immo avec la bénédiction du gouvernement et des banques. La raison est la déduction des prêts hypothécaires des impôts, qui est telle qu'ils ont été incités à s'endetter comme des malades pendant 2 décennies.

    Le truc marchait ainsi: il vallait mieux emprunter un maximum (100% voire 120% du prix d'achat, aucun apport personnel) pour pouvoir déduire un maximum de ses impôts. Ne pas rembourser le principal pour pouvoir continuer à déduire un maximum. Pas de souci à se faire puisque l'immo monte toujours, n'est-ce pas, et donc à la fin de l'emprunt on rembourse l'emprunt avec le prix de vente, par nature plus élevé, et qui couvre donc le prix d'achat + bénéfice. Celui qui n'agissait pas ainsi était un imbécile qui perdait des sous.

    Résultat: des prix qui ont augmenté continuellement. Et jusqu'à 2008, une situation où quand on visitait un bien il y avait une dizaine de candidats acheteurs. Il fallait faire une offre, souvent au-dessus du prix d'achat demandé, et signer sur le champs. Durée pour vendre un bien: quelques semaines maximum.

    En fait, le gouvernement a ainsi subsidié indirectement le secteur bancaire pendant des années, car les intérêts payés par la population est rentrée dans les caisses des banques. Cela a aussi profité au secteur de la construction (les maisons étant anciennes, il faut les rénover après achat) et aux courtiers immo (une plaie) qui ont pullulé car le job était facile et permettait de devenir vite riche.

    RépondreSupprimer
  5. PARTIE 2

    Tout cela s'est pêté la gueule en 2008 après Lehman. Les banques ont arrêté de prêter. Les acheteurs n'ont plus pu emprunter aussi facilement, et donc acheter. Les vendeurs ont maintenu leur prix. Le volume de transactions s'est écroulé (scénario typique de la courbe de Friggit). Les vendeurs ont alors commencé à baisser leur prix lentement. La chute est lente car le chômage est encore bas. Mais il est en train d'augmenter... Cette chute des prix est donc en train de s'accélérer. Ceux qui sont forcés de vendre pour cause de divorce, mutation, etc. et qui ont acheté après 2006 (niveau auquel les prix actuels sont tombés) se retrouvent sour l'eau. Pour l'instant ils peuvent encore faire appel au fond de garantie national (NHG), qui couvre les pertes éventuelles (moyennant intérêt plus élevé au départ du contrat hypothécaire) mais ses resources sont en train de fondre comme neige au soleil. Durée de vente d'un bien: au mieux 6 mois, plutôt un an, voire 2, et souvent je vois que les vendeurs laissent tomber et retirent leur bien du marché. Les courtiers sont en train de faire faillite les uns après les autres car le nombre de transaction s'est écroulé, donc leur bénéfice aussi puisqu'ils font leur bénéf sur chaque vente effectuée. Pas de vente = pas de chiffre d'affaire = pas de bénéfice. Pour stimuler le marché, le gouvernement a abaissé les taxes de transaction de 6% à 2%, mais cela n'a bien sûr rien changé, car le problème vient des banques qui ne prêtent plus aussi facilement, et de la crainte de la population de s'engager dans un achat vu la crise, la précarité grandissante de l'emploi, etc. Dans ce contexte, on parle de modifier la déduction des intérêts des impôts, car cela coûte un pont à l'Etat et celui-ci doit trouver des économies pour respecter le critère des 3% de déficit. Mais s'ils touchent à cela, le marché s'écroulera encore plus. C'est d'ailleurs une des raisons pourquoi Geert Wilders a tiré sa révérence ce week-end dans les négociations budgétaires: il ne veut pas toucher à cette déduction sacro-sainte des intérêts hypothécaire sur les impôts (c'est un populiste...).

    Pour illustrer mes propos, voici l'évolution du prix et du volume de transactions par année, marché total (maisons et appartements, toutes provinces confondues):
    http://statline.cbs.nl/StatWeb/publication/?DM=SLNL&PA=71533ned&D1=0,2-3&D2=0&D3=0&D4=16,33,50,67,84,101,118,135,152,169,186,203,220,237,254,271,288&HDR=G1,T&STB=G2,G3&VW=T

    visualisation dynamique de l'évolution du marché:
    http://www.cbs.nl/nl-NL/menu/themas/bouwen-wonen/cijfers/extra/huizenprijzen-visualisatie.htm

    @Tonio: je n'ai pas beaucoup de temps, mais si cela t'intéresse ou ti si veux écrire un article là-dessus, je peux essayer de trouver un peu de temps pour une session skype pour t'expliquer cela oralement, c'est plus rapide.

    RépondreSupprimer
  6. se serait beau qu'ils finissent comme l'Espagne ces vertueux Dutch.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.