mercredi 4 avril 2012

Jean-Pierre Petit envoie du bois

Jean-Pierre Petit dans les experts de ce matin   

Accrochez vous à votre siège, ça secoue !

Les experts
BFM Business, 04/04/2012 (en Français texte en français )
→ lien 

C'est surtout à partir de 31mn40 mais toute l'émission vaut l'écoute...

Jean Pierre Petit : De toutes façons, on est dans une économie de rente qui ne sait pas se réformer. Voila ! De transferts inter générationnels, d'inflation démocratique, de principe de précaution où on essaie de protéger toutes les rentes installées ou celles qui réussissent à capter un avantage. Donc de toutes façons, on n'arrivera pas à se réformer tous seuls. Moi je trouve qu'il y a encore trop de naïveté de la part des gens à espérer de la part de tel ou tel un programme de réforme structurelle... C'est impossible ! [DT : cette phrase là, je la prends pour moi   ] Ça fait longtemps que j'ai plus d'illusions.

Et donc la régulation, elle va se passer par la crise, à travers 3 régulateurs que sont effectivement, la rue, les marchés de capitaux et l'Allemagne.

Et ça va mal se passer !

Et d'ailleurs on en a un exemple avec l'Italie depuis la fin de l'année dernière. On s'aperçoit que pour la première fois depuis au moins 35 ans, la seule foi ou un gouvernement italien a vraiment engagé un programme de réformes ambitieux, c'est à la suite d'une crise systémique et politique extrêmement grave.

Et donc pour la France, il y aura probablement au cours des prochains mois/trimestres/années des crises ou une crise extrêmement grave.

Ou la faillite de la démocratie clientéliste une fois que les goinfres de la croulantocratie du papy boom ont pris le pouvoir...

Jean Pierre Petit : La sortie de l'euro elle sera forcée par les circonstances. Ce sera pas quelque chose de forcément réfléchi. Ce sera quelque chose d'irrationnel décidé par la pression politique et sociale.

Nous sommes dans un cycle de décadence. Je vous l'ai dit il y a très longtemps Nicolas que l'on perdrait le triple A et même j'ai dit récemment qu'on perdrait le A. Parce que la dynamique de dette publique de toutes façons, c'est quelque chose qu'on ne va pas maîtriser au cours des prochaines années. Déjà qu'on a du mal avec un taux OAT à 3%, alors que dire quand on sera à 4... 4 et demi ?

Je rappelle que si on était aujourd'hui avec des taux espagnols à 5 et demi, de toutes façons, vous ne vous posez même plus la question...

Nicolas Doze : Je vais vous raconter une anecdote. J'ai rencontré un DG d'entreprise, dans une grosse boîte, qui a lui même croisé François Hollande. Et il lui dit, "mais M Hollande, votre programme, vous êtes en train de fabriquer ... La France est en train de devenir une machine à exporter ses riches et à importer des pauvres." Et Hollande lui a dit : "oui je sais".

Jean Pierre Petit : Depuis 30 ans, la France décline. Elle avait 2 et demi de croissance dans les années 80. A peine 2 dans les années 90. 1,2 durant la décennie 2000. Là elle démarre les deux premières années [de la décennie] avec 0,7.

Le PIB par habitant moyen en parité de pouvoir d'achat est en dessous du niveau moyen du G7 de 12%. Et y a pas que des cadors dans le G7. On a perdu notre niveau de vie relatif de 12% depuis 30 ans par apport aux pays du G7.

Les deux gars qui se présentent à l'élection présidentielle, Sarkozy et Hollande, sont représentants de la classe politique depuis 30 ans. Pourquoi croit-on que ces deux gars là qui sont complètement comptables de ce déclin, vont-ils en quoi que ce soit prendre des mesures ?

Sur le PIB par habitant relatif, je vous renvoie à ce post ci...

   comparaison du PIB par habitant de la France par rapport aux autres pays, en 1980, et en 2016 :


Notre niveau de vie relatif a baissé fortement vis a vis de chacun de ces pays...

4 commentaires:

  1. Plus on a de gras plus c'est normalement facile de se sérer la ceinture !!!

    Je ne serai donc pas forcément aussi pésimiste que vous (JPP et DT), car des beaux gâchis doivent pouvoir être trouvé en cherchant pas bien loin (comme le déficit de la sécu via le prix des médicaments. Comme présenté dans le super reportage d'un oeil sur la planète que tu avais posté).
    Le gros problème est vraiment l'impossibilité d'avoir un vrai débat sur la baisse des dépenses de l'état.

    Mais une fois le processus enclenché, ça peut aller très vite chez les frenchies (il n'y a qu'à regarder les italiens, qui sont culturellement proches de nous).

    RépondreSupprimer
  2. De toute façon la croissance c'est fini, faut pas se leurrer. On est allé tellement loin dans la croissance à crédit que maintenant on en prend pour au moins 10 ans de récession.
    Ajoutez à cela la fin du pétrole bon marché et vous avez la conclusion : baisse des dépenses publiques et du coût du travail OU PAS... la vie facile et le bien-être pour tous c'est ter-mi-né !!

    RépondreSupprimer
  3. Concernant les conflits inter générationnels :
    baby-boomers <> génération X <> génération Y.

    Je vous recommande l'émission "28 minutes" du 04 avril sur Arte, portant sur la Génération Y:
    http://videos.arte.tv/fr/videos/28_minutes-6564422.html
    Même si les points abordés sont plus sociologiques qu'économiques, ils méritent de s'y intéresser.
    Une des conclusions que j'en tire est que la génération Y est la créature de Frankenstein des baby-boomers : la quintessence des tares de ces derniers !

    Sinon un point soulevé par Michel Serres : les classes dirigeantes actuelles en France/Europe/monde occidental sont issues d'une génération n'ayant pas connu la guerre.
    C'est une situation inédite depuis la Pax Romana !

    RépondreSupprimer
  4. Notre génération (celle des Y) n'est que le produit du paradigme qu'on développé les babyboomers en renversant l'ordre de leurs anciens, qui eux ont connu la guerre et les privations, et ont du tout reconstruire.

    Un millénaire d'héritage culturel ont été balayés d'un seul coup.

    Une petite question : combien d'entre nous ont des savoirs faire en agriculture non chimique, en artisanat de base, en bobologie ? Combien d'entre nous font des métiers de production, qui forment la base de la société ? Combien ont connu la faim ou la guerre ?
    Bref, notre génération a été conçue pour vivre dans cette société précisement, or elle est entrain de s'effondrer, et nous ne serons pas armés pour surmonter cela sans dommages.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.