mercredi 25 avril 2012

Vu de Séoul : comment ne pas créer des emplois

Pendant que certains misent tout sur la robolution, nous, on continue de rêver de cheminées qui fument...

Et au passage, c'est un petit tacle à Olivier Berruyer qui nous explique qu'on peut plus faire de croissance   

Vu de Séoul : comment ne pas créer des emplois
ContrePoints, Guy Sorman, 24/04/2012 (en Français texte en français )
→ lien
Colloque à Séoul : dans ce pays sans chômeurs, on s’interroge sur les emplois de demain. Ils ne seront pas industriels. Plus on investit dans l’industrie pour rester compétitifs, moins on crée d’emplois puisque les gains de productivité s’avèrent supérieurs au nombre d’emplois créés.

Pour maintenir le plein emploi, il convient donc de développer le secteur des services – tourisme, service à la personne, activités culturelles – tout en restant les meilleurs, ce que sont les Coréens pour l’automobile, l’électronique, la construction navale.

La leçon vaut pour tout le monde industriel dont la France. Sauver un emploi industriel à tout prix, brailler contre la délocalisation des industries, ne sauve ni ne crée d’emplois. Le cocktail gagnant exige d’investir dans la productivité des industries quitte à perdre des emplois et à soutenir par ailleurs les activités de service et de contenus (software etc.), moins exposées à la substitution internationale.

Il est donc contre-emploi, en France de vouloir sauver à tout prix – et le prix est élevé pour le contribuable – des activités archaïques qui pourraient, soit être maintenues sur place à condition d’investir dans la productivité, soit être abandonnées pour que les fonds soient réinvestis dans des métiers plus créatifs.

Aucun candidat en France, n’a tenu ce discours trop pédagogique ; pire, les « économistes » qui soutiennent tel ou tel candidat ne disent rien de tel. Hollande et Sarkozy nous ont préparés à affronter la guerre économique d’avant hier.



En parité de pouvoir d'achat, en 1980, on vivait 4 fois mieux qu'eux. Or le FMI prévoit que la Corée passe devant nous en 2015...

Mais on a bien raison de continuer de s'inspirer de ce qui ne marche pas...

12 commentaires:

  1. LOL ! Toi aussi, tu te mets désormais à soutenir le triplement du budget de la culture ?
    Non parce qu'on peut difficilement faire plus subventionné par l'Etat que les "activités culturelles coréennes". Contrairement au système culturel japonais, le système coréen est un décalque de notre modèle.

    Et puis tout le monde sait que monétiser les services à la personne - qui jusqu'ici se réalisaient gratuitement dans un cadre familial (garde d'enfants, soins vieillesse, etc...) génère de la "croissance" durable.

    Sans compter le tourisme !

    Il n'y a décidément aucune cohérence conceptuelle dans tes propos. Au-cu-ne.

    Et tu confondras décidément toute ta vie les conséquences et les causes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Relax. Le débat n'est pas là...

      Toi aussi tu t'obstines à mélanger des oranges avec des navets.

      Il est totalement vain de dire que le modèle sud coréen est égal au modèle français.

      La société coréenne est homogène. Et fermée. Et pas dans une pseudo zone d'union monétaire à la con.

      Ca change tout !

      Bilan :

      -ils exportent

      -ils bloquent les importations (va compter le nombre de Peugeot à Séoul... même à Bangkok il y en a davantage !). Comment ça s'appelle déjà ce gros mot qui fait peur aux veaux, aux gogos, et aux gôchos ? Ah oui : "pro-tec-tion-nisme".

      -ils peuvent jouer sur les taux de change, pour favoriser leurs exports

      -ils peuvent promouvoir -et payer !- des emplois de servic "à la con", mais bien payés

      -car ils ne subissent pas les dégâts (économiques et sociaux) provoqués par une immigration de peuplement totalement délirante

      etc. etc. etc.

      Bref, la Corée du sud c'est peut être pas un modèle parfait, mais il est bien meilleur, plus malin, plus résilient que le nôtre.

      Supprimer
    2. "Comment ça s'appelle déjà ce gros mot qui fait peur aux veaux, aux gogos, et aux gôchos ? Ah oui : "pro-tec-tion-nisme"

      euh, si vous parlez de la gauche (FDG), le protectionnisme est dans notre programme, notamment soutenu par jacques sapir. initialement prévu aux frontières de l'europe A CONDITIONS que celle-ci change et si pas possible, aux portes de la france...

      si vous parlez du ps...je vous rejoins effectivement.

      Supprimer
  2. Ce que tu dis ne change en rien ma conclusion. Disco confond continument causes et conséquences et les regarde constamment dans le mauvais sens.

    Cet article est typique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Signe donc tes interventions avant de critiquer, que l'on puisse juger de ta propre cohérence.

      Supprimer
    2. Je suis légion.

      Supprimer
  3. Bravo pour cet article. Ce qui y est dit est tout à fait vraie. Je vais en Corée très souvent, et je suis assez épaté par ce pays, c'est très moderne, innovant, bcp d'optimisme, un pays où les jeunes ont leur chance *cough cough.
    Même les japonais sont admiratifs du miracle coréen, quelquechose d'impensable il y a 10ans.
    Et la France dans tout ça ? En voie de tiers-mondisation tout comme la plupart des pays occidentaux.

    RépondreSupprimer
  4. Oui mais les coréens ont réussi a enclencher une dynamique. Je suppose (je ne les connais pas) qu'ils ont une population homogène, motivée qui fait des études et qui a des débouchés et des capacités pour des études et du relationnel.

    Ici on va faire quoi ? ce modèle est inapplicable en France. Tu va mettre les jeunes des banlieues avec leur culture du cancre et du "tout m'est du" pour faire du service à la personne ??? tu vas leur faire apprendre l'histoire des chateaux de la loire ?
    On est déjà le premier pays touristique du monde en plus.
    c'est inenvisageable, et en plus il faudrait un haut niveau technique pour des usines "top niveau" que nous n'avons plus avec notre système scolaire qui a un siècle de retard.

    Et puis après, soit pour la Corée du sud qui s'en tire mieux pour l'instant parce qu'ils utilisent mieux l'énergie primaire dont ils disposent que nous, mais avec le pic pétrolier, et le pic électrique (2008 aux USA) ils vont faire comment pour faire tourner leurs supers robots ? et les touristes ils vont venir d'ou une fois que le kérosène coûtera trop cher ...

    Tonio, on dirait que tu réfléchis de manière cloisonnée ...
    On dirait que tu as peur de "voir" ce qui crève les yeux ... ce pays s'enfonce et rien n'y personne ne pourras changer les choses. On a dépassé les points de non retour.

    RépondreSupprimer
  5. "tourisme, service à la personne, activités culturelles"
    C'est peut-être l'avenir pour la Corée (qui est en retard la-dessus d'où niche de croissance), mais c'est le présent de la France. Du coup, je ne vois pas où est le potentiel de développement pour nous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui, c'est ce que j'essayais d'expliquer.

      C'est juste du rattrapage.

      Les activités de service, de tourisme et de culture sont les indicateurs d'une économie avancée. Qui doit créer de nouveaux circuits pour générer des emplois alternatifs.

      Supprimer
  6. qui va pouvoir consommer des services si l'industrie déflate?m.pokora

    RépondreSupprimer
  7. +1 yoananda
    "ce pays s'enfonce et rien n'y personne ne pourras changer les choses. On a dépassé les points de non retour."

    il faut gérer le déclin, pour ne pas s'enfoncer trop vite, et éviter le chaos (social, politique...).

    Yongtai

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.