mardi 8 mai 2012

De la faible utilité de la Bourse pour financer les entreprises

La faible utilité de la Bourse
Les-Crises.fr, Olivier Berruyer, 30/04/2012 (en Français texte en français )
→ lien
On nous serine en effet sur l’aspect “indispensable” de la Bourse pour que les entreprises puissent se financer - ce qu’elles ne font que lors de l’émission d’actions nouvelles. Et à ces émissions, il convient de soustraire les rachats de leurs propres actions par les entreprises, pour aboutir aux émissions nettes.

émissions actions cotées bourse

émissions actions cotées bourse

On observe ainsi que sur les 200 milliards d’investissements réalisés par nos entreprises, seuls 10 à 40 viennent de la Bourse. Le reste provient essentiellement de prêts bancaires et d’autofinancement. Le pourcentage de financement boursier est même de moins de 20 %.

Si on exclut le secteur financier, on arrive à diviser par deux la fourchette :

émissions actions cotées bourse

En effet, les banques ont eu tendance à aller se renforcer leurs fonds propres sur les marchés boursiers :

émissions actions cotées bourse

Enfin, on peut rapprocher ces 10 à 40 Md€ des montants échangés sur la Bourse :

émissions actions cotées bourse

Ainsi, il s’échange en moyenne 60 fois plus d’actions sur les marchés que ce qui s’émet d’actions nouvelles.

Alors : Bourse ou Casino ?

7 commentaires:

  1. La réponse est facile : Casino.

    C'était tout vu d'ailleurs.

    Aqua.

    RépondreSupprimer
  2. La bourse permet aux entreprises de renforcer leurs fonds propres et leur permet, une fois ces fonds propres renforcés, d'obtenir des financement par l'émission de dettes, en général un prorata de 1 pour 3. Autrement dit, pour une augmentation de ses fonds propres d'un millard, l'entreprise augmente sa force de frappe financière de 3 millards.

    La bourse est donc bien un moyen pour les entreprises de se financer ... entre autres choses ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Traduction : grâce à la Bourse, les entreprises peuvent nourrir la rente deux fois; en générant une rente actionnariale qui leur permet de générer 3 fois plus de rente obligataire.

      Mais passons, imaginons que le service soit rendu et qu'il s'agisse d'un investissement. Rien ne justifie que ces investissements soient côtés à la milli-seconde.

      L'histoire de la liquidité et de la gestion du risque, c'est spécieux. L'utilité de la Bourse relève de la légende urbaine. La vraie utilité de la Bourse est bien d'être un casino pour initiés.

      Supprimer
    2. Si on observe les flux financiers, on voit bien que la Bourse extrait des flux financiers plutôt qu'elle n'en apporte aux entreprises.

      Les entreprises gérées comme des entreprises ayant un projet industriel, et non pas comme des usines à pognon ayant un projet capitaliste, ne sont pas en Bourse.

      Supprimer
  3. Article intéressant. Mais peut-être la bourse a-t-elle une autre utilité que le simple financement direct des entreprises ? Quelque chose plus en amont ? A-t-on des exemples d'économies performantes qui se sont développées sans bourse ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca sert aussi à des entrepreneurs à valoriser leur entreprise pour se payer en capital.

      Supprimer
    2. Et on voit bien avec des entreprises comme Facebook, tout le côté irrationnel et parfaitement bidon du processus. C'est le principe de la valorisation spéculative au doigt levé par effet de mode, au détriment de questionnements sur l'intérêt productif.

      On voit également avec les révoltes récentes des actionnaires des banques que des processus de crise sont en cours dans cette question du partage du gâteau, entre la direction de l'entreprise et les actionnaires. Or, la vraie question serait, dans ce cas, mais où est diable l'entrepreneur, celui qui prend un risque.

      Du coup, la conclusion logique en observant le système bancaire est de dire que le seul entrepreneur réél, c'est le contribuable. Les autres sont des fonctionnaires du capitalisme à parachute dorée (ils viennent d'ailleurs des mêmes écoles que les hauts fonctionnaires) ou des rentiers du capitalisme à prêteur de dernier ressort (actionnaires des banques qui devraient être aujourd'hui tous ruinés).

      Mais ils n'ont rien d'entrepreneurs. Ce sont des gestionnaires (mauvais) et des rentiers (parasites).

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.