mercredi 9 mai 2012

L'Espagne a besoin de 7 à 10 milliards pour bailouter la 3ème banque du pays

Spain to Spend €7bn-€10bn (It Doesn't Have), Bailing Out Bankia, the Nation's 3rd Largest Bank; Liar, Liar Pants on Fire
Mish's Global Economic Trend Analysis, Mike Shedlock, 07/05/2012 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
After insisting no bailouts would be needed, Spain to spend billions on bank rescue

Spain is planning a state bail-out of Bankia, the country’s third biggest bank by assets, in a move likely to involve the injection of billions of euros of public money into the troubled lender.

7 commentaires:

  1. Barroso dans toute sa veulerie : le lundi là, le mardi ici.

    Hier, il poussait la "croâssance" hollandaise. Un coup pour la france.

    Aujourd'hui : un coup pour les allemands : pas de renégociation.

    Les clowns européens nous donnent depuis 2008 un spectacle permanent et ahurissant. Mais je crois que dans les prochains mois, ça va être encore meilleur (et inventif) !

    ***************
    Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso a estimé qu'il n'y aurait pas de renégociation du pacte de discipline budgétaire qui a été signé en mars par 25 pays de l'UE, contrairement à ce que souhaite le nouveau président français, François Hollande.

    Interrogé lors d'un colloque à Bruxelles pour savoir s'il y aurait renégociation de ce pacte, M. Barroso a simplement répondu "non", sans étayer sa réponse.

    RépondreSupprimer
  2. Sur Barroso, ce gars dira n'importe quoi tant que ça lui permettra d'accéder au buffet avec le champagne et les tits fours au foie gras.

    C'est même pas la peine de l'écouter. Barroso n'a aucune crédibilité et plus personne ne l'écoute.

    RépondreSupprimer
  3. C'est simple. Il n'y aura pas de renégociation comme ça Merkel passe pas pour une truffe, mais il y aura un complément sous la forme d'une charte ou d'un pacte de croissance, avec des mots qui n'engageront à rien, et trois des quatre propositions de Hollande qui seront retenus.

    Vous devriez chercher à comprendre l'art de la politique. C'est comme l'économie, c'est une science molle qui a ses règles propres. Et si les gens, notamment les économistes, comprenaient un peu mieux ses règles, il raconterait moins souvent n'importe quoi, et donnerait davantage l'impression de savoir de quoi ils parlent. C'est valable pour l'auteur de ce blog aussi, du coup.

    RépondreSupprimer
  4. Tout à fait d'accord avec ce scénar. C'est même cousu de fil blanc.

    La mégère Merckel, formée en RDA, championne dans l'art de l'entrisme, conserve son papier "pacte de stabilité".

    Et les clowns du type hollande, barroso, monti... auront leur papier "initiative de croissance", "pacte de croissance", "pétez un grand coup et la croissance apparaîtra", "parle à ma croissance mon austérité est malade", "je pense donc je croissance", etc. etc.

    C'est tellement simple.

    Et pendant ce temps, l'économie réelle poursuit son effondrement... grèce, espagne, dexia, taux... les bombes vont nous péter au nez en rafale.

    quel spectacle !

    on attend le bouquet final avec impatience...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah, la Grèce, l'Espagne, Dexia, les taux, c'est pas plus de l'économie réelle que la règle des cités d'or ou le pacte pas de pitié pour la croissance. C'est aussi de la politique. De la politique de lutte des classes même.

      Supprimer
  5. Exactement comme prévu... Les crapules poursuivent leur plan, malgré toute la propagande ambiante, malgré les coups de mentons de Merckel, etc.

    C'est le même mécanisme à l'oeuvre, depuis 2008. Et dire qu'il y a encore des gens pour se faire avoir.

    L'Allemagne fait semblant d'être pas contente... et -miracle- suit tout les autres dans la veulerie, les mensonges, les compromissions européennes.

    Les actes Tonio ! Tout le reste c'est du théâtre.

    (à ce sujet, tu peux être sûr que le FMI paiera également).
    ***********
    e conseil d'administration du fonds de sauvetage de la zone euro, le FESF, a approuvé le versement d'une tranche de 5,2 milliards d'euros d'aide à la Grèce après le rejet par certains partis politiques grecs des termes du plan de sauvetage mis au point par l'Union européenne et le Fonds monétaire international.

    Ce versement est prévu pour le 10 mai. "Nous verrons ce que seront les prochaines mesures en Grèce", a toutefois prévenu un haut responsable de la zone euro, ajoutant qu'il y avait des "oppositions" au sein du conseil d'administration

    Les membres réticents sont préoccupés par le sentiment anti-sauvetage et anti-austérité de plus en plus net en Grèce, ajoute-t-on. "Il y a une certaine préoccupation parmi ceux qui paient, compte tenu des bruits autour de la formation du gouvernement grec, à savoir que s'il y a des forces politiques importantes en Grèce qui disent que le pays fera défaut de toute façon, alors pourquoi donner quelques milliards en plus sur lesquels on fera défaut ?", explique-t-on.

    RépondreSupprimer
  6. e conseil d'administration du fonds de sauvetage de la zone euro, le FESF, a approuvé le versement d'une tranche de 5,2 milliards d'euros d'aide à la Grèce après le rejet par certains partis politiques grecs des termes du plan de sauvetage mis au point par l'Union européenne et le Fonds monétaire international.

    Ce versement est prévu pour le 10 mai. "Nous verrons ce que seront les prochaines mesures en Grèce", a toutefois prévenu un haut responsable de la zone euro, ajoutant qu'il y avait des "oppositions" au sein du conseil d'administration

    Les membres réticents sont préoccupés par le sentiment anti-sauvetage et anti-austérité de plus en plus net en Grèce, ajoute-t-on. "Il y a une certaine préoccupation parmi ceux qui paient, compte tenu des bruits autour de la formation du gouvernement grec, à savoir que s'il y a des forces politiques importantes en Grèce qui disent que le pays fera défaut de toute façon, alors pourquoi donner quelques milliards en plus sur lesquels on fera défaut ?", explique-t-on.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.