vendredi 4 mai 2012

Philippe Manière présente "Le pays où la vie est plus dure"

Philippe Manière présente "Le pays où la vie est plus dure"
PartiLiberal, 26/04/2012 (en Français texte en français )

3 commentaires:

  1. Le passage ou Manière revient sur son erreur industrielle où il affirme s'être trompé dans le passé où il affirmait qu'une France fabless à la Tchuruk serait l'optimum économique indépassable est si faux qu'il jette un doute sur les capacités de projection du bonhomme.

    Cet homme a une vision uniquement économique de la France avec quelques extraits de philosophie pour faire l'intellectuel. Son foisonnement d'expression et son discours piqué d'anglicisme est un trompe l'oeil : comme tant d'autre cet homme est victime de l'économisme qui pourrit tant les élites anglo-saxonnes.

    Son mépris à l'égard de Christophe Guilluy est assez révélateur ainsi que sa surprenante remarque sur les inégalités croissantes aux US et en UK ! Sans faire le lien entre désengagement des grands groupes dans le mondialisme des élites anglo-saxonnes (ah l'empire ! Lui aussi veut en faire partie !) et montée des inégalités il dit simplement "qu'il faut faire attention". Comme si c'était une variable d'ajustement et pas une composante essentielle de l'économie.

    Pas étonnant que le libéralisme est encore si mal interprété en France quand on voit ce genre de suffisance avec pour bras armé le lexique des solutions classiques anglo-saxonnes sans se préoccuper des spécificités françaises. Pascal où es-tu ?

    Son admiration à genoux du modèle anglo-saxon est à la limite du ridicule : pas un mot sur l'Allemagne et son ordo-libéralisme basé sur une très forte concentration industrielle, un secteur financier jugulé (et pas vraiment habile il faut le dire mais au moins Francfort n'est pas la CIty !) et des inégalités largement maîtrisées au travers d'accords en syndicats et patronat !

    On revient encore au modèle magique sensé résoudre tous nos problèmes.

    Je conseille aux lecteurs de ce blog d'écouter Jacques Attali dans cette conférence notamment la question à 1:15:00 où il dénonce les rentiers français, la fracture générationnel de la dette et de l'Europe, etc.

    Au moins cet homme part des spécificités françaises pour s'en faire un modèle de développement.

    http://www.youtube.com/watch?v=PoxGU1m9dDg

    La copie anglo-saxonne est une dangeureuse pensée par le vide qui anesthésie toute réflexion. Dans l'éducation on a eu Descoings (paix à son âme, mais je n'aime pas son modèle d'une absurdité confondante) et en économie des petits Manière par dizaine tirant la langue pour recopier les classiques du marché libre anglo-saxon en admiration béate devant l'empire américain tout puissant.

    Quand Rome a sombré, le monde entier est devenu romain. Si les USA déclinent, ne devenons pas bêtement Américain.

    RépondreSupprimer
  2. manière est comme tous ceux qui se prétendent libéraux:grands donneurs de leçons pour les plus pauvres et rapides a retourner leurs vestes

    RépondreSupprimer
  3. C'est marrant, il refuse d'aller au bout de son raisonnement pour ne pas remettre en cause le dogme libre échangiste.
    Au lieu de parler nos groupes mondialisés qui n'emploient pas en France voir licencient, des flux IDE laissant apparaitre la vente du patrimoine Français à l’étranger, qui ne sont que des phénomènes symptomatiques, il devrait parler de leurs causes, les libertés de circulation des capitaux, des marchandises et des hommes.
    Ces illuminés libéraux considèrent que ces 3 axiomes sont tellement évidant qu'ils en oublient qu'il s'agit des caractéristiques d'un pays libéral, de nos jours. Ajoutons-y la financiarisation de l'économie et voilà un pays néolibéral de modèle anglo-saxon.
    Ils ne se rendent pas compte que ce modèle favorise le rassemblement en grand groupe, voir cartel, favorisé par l'état pour tenir le coup sur le marché mondial, tuant la concurrence sur le plan national, et écrasant les sous-traitant.
    Ils ne se rendent pas compte que la mobilité pour l'emploie, ce n'est pas la même chose pour un cadre de ses grands groupes cultivant la réunionite au 4 coins de la planètes avec putes, champagne et ptis fours, que pour un intérimaire sans diplôme.
    Ils ne se rendent pas compte que le fait d'avoir précarisé le privée à fabriquer les classes privilégier type fonctionnaires qui eux se sont contentés de poursuivre leur train train. Maintenant, il faut précariser tout le monde.
    Ils ne se rendent pas compte que ce libéralisme au niveau globale vide de sa substance le libéralisme au niveau locale, alors qu'il faudrait faire tout l'inverse, libérale à l’intérieur, et état fort protégeant ses intérêts de l'extérieur. Mais ces citoyens du monde ne l'entendent pas ainsi.

    Moi qui m'interrogeais sur qui se réclamait du libéralisme économique, j'ai quand même pu affiné ma typologie grâce à cette vidéo.
    Le libéral type et donc un cadre pédant d'un groupe mondialisé, très fier de raconter ses pérégrinations à travers le monde. (au moins 3-4 des questionneurs de la vidéo)
    Manque de peau, il n'embauche plus en France, il ne pourront bientôt plus compter que sur les expatrié pour conquérir notre pays, bref le parti de l’étranger...

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.