vendredi 5 octobre 2012

De l'allégeance de nos dirigeants

Simple petite question mais qui mérite d'être posée...

Imaginez que nos dirigeants soient confrontés à un cas où ils doivent arbitrer entre l'intérêt :
   Du peuple français ou de la corporatocratie,
   De la France ou des USA,
   De la France ou d'Israël,
   De la France ou de l'Europe,
   Des français ou des immigrés.

Selon vous, qui choisiraient-ils ?

Et essayez de penser à des cas concrets depuis l'élection de Sarkozy en 2007 et la vassalisation évidente de la France, et faites vous votre idée...

7 commentaires:

  1. Beaucoup de gens risquent de se radicaliser en réfléchissant aux réponses à ce genre de questions...

    RépondreSupprimer
  2. En même temps, poser la question, c'est presque déjà avoir la réponse :)

    RépondreSupprimer
  3. Toute réponse à ces questions doit impérativement inclure un ou des exemples précis !
    Je pense à des exemples en vrac :

    - renforcement de la présence en Afgha (conséquence de l'adhésion à l'Otan et des efforts demandés en retour), alors que Chirac avait commencé le désengagement, notamment des Forces Spéciales

    - participation, en tant que vassal de l’Empire (US/Israël ?), à un grand jeu proche-oriental (Iran, Egypte, Libye, Tunisie, Syrie …) du type Brzezinski/Kissinger, dans une alliance objective avec le bloc sunnite, contre le croissant chiite (Syrie/Liban + Iran + Bahrein + Yemen + minorité en Arabie S.)?
    • guerre en Libye (et mandat de l'ONU outrepassé) , alliance avec Qataris/Saoudiens
    • soutien plus ou moins actif à la rébellion sunnite en Syrie, usage de moyens de propagande aux fins de justification vers la Nation via médias mainstream (notamment, le "journal de référence" ah ah étant en pointe sur le sujet), alliance avec Qataris/Saoudiens
    • établissement d’une base française aux E.A.U, face à l’Iran

    - Immigration; credo depuis Giscard/Chirac, puis Mitterrand : pas de préférence nationale à l’embauche, prestations sociales pour tous les étrangers en situation régulière, regroupement familial, pas de « double peine » (une expulsion du territoire étant considérée comme une peine complémentaire à une incarcération en cas de condamnation) ; discussions sur un droit de vote des étrangers non européens aux élections locales, avec préférence claire par un vote du texte par les élus (Assemblée + Sénat), et non par référendum au peuple. Donc choix de facto par les élites gouvernant ce pays du délitement de l’idée de nation, de considérer le territoire comme un hôtel, comme dirait notre bon patriote à double allégeance Mr Attali.

    Etc … (à compléter !)

    Ce processus de destruction de la Nation ne date pas du nabot cocaïnomane, mais est mené depuis 30/40 ans (en gros, depuis Pompidou et sa loi Rothschild de 73 ?) .

    A ce propos, notez bien que les mots, la Novlangue qui est utilisée par la Propagandastaffel, que vous entendez, que vous utilisez vous-même, participent et encouragent ce processus (« sans-papiers », « double-peine », « parentalité », « fascisme », « mouvement citoyen », « républicain », « jeune », « les quartiers », …).
    Je ne peux que vous recommander de lire l’excellentissime dictionnaire de Novlangue, par Polemia (site hérétique, honte à moi). Comme une torche dans la nuit.
    http://www.polemia.com/article.php?id=1837
    N’oubliez JAMAIS : les mots sont des armes. Et toute tentative d’avilissement de la langue (notamment par l’utilisation du vocabulaire de la langue dominante : « dégrader une note », « equities », « commodities », …) participe de ce processus destructeur.


    Vox clamentis in deserto

    http://commentairesimages.free.fr/images/munch_TheScream.jpg

    RépondreSupprimer
  4. C'est clair que le coup du vocabulaire style "double peine" pour nous obliger à garder des criminels étrangers sur notre sol, là, on touche au grand art...

    Et tous les cons bouffent ça sans broncher...

    Et que si on refuse d'accepter ces criminels, c'est le retour des heures les plus sombres de notre histoire...

    RépondreSupprimer
  5. je crois nos dirigeants assez sincères mais peu lucides.donc s'ils favorisent toujours la corporocratie c'est par faiblesse et manque de vision.la cupidité fait tout le reste.il n'y a pas de grand complot mondial:il y a juste des groupes d'intéret rendus fous par l'argent facile.le fait de continuer a en imprimer plus devrait vite conduire au chaos

    RépondreSupprimer
  6. « Peu de gens sont faits pour l'indépendance, c'est le privilège des puissants. » Nietzsche

    Ca s'applique aussi aux pays...

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.