jeudi 20 décembre 2012

Bruno Bertez : Les Clefs pour Comprendre du Jeudi 20 Décembre 2012 : Marx, la monnaie, la crise

Les Clefs pour Comprendre du Jeudi 20 Décembre 2012 : Marx, la monnaie, la crise Par Bruno Bertez
Le blog à Lupus, Bruno Bertez, 20/12/2012 (en Français texte en français )
→ lien
Nous ne souhaitons pas ouvrir un débat sur la monnaie et la valeur. Ce sont débats de spécialistes qui, à notre avis, n’ont pas leur place dans un blog, spécialisé certes, mais grand public.

Nous souhaitons, pour ceux qui seraient excités par la curiosité intellectuelle de ce débat, remettre quelques points en perspective. Cette remise en perspective étant faite avec les textes de Marx sous les yeux.

Les cent premières pages du Capital sont décisives. Ce sont elles qui donnent les articulations pour comprendre toute la suite de la pensée de Marx.

Lénine écrit : « on ne peut complètement comprendre Le Capital et en particulier son premier chapitre sans avoir étudié et compris toute la logique de Hegel. Pas un marxiste n’a compris Marx, un demi-siècle après lui ». Citation extraite de Cahiers sur la dialectique de Hegel p.251 Ed. Gallimard 1967.

Donc, rien que ceci doit mettre la puce à l’oreille sur les interprétations que l’on peut faire des travaux de Marx.

Lénine ajoute que le chapitre premier du Capital qui retrace La Genèse de la Forme Monnaie est fondamental. Pour lui, c’est le germe et la clé de la dialectique marxiste que Marx n’a pas eu le temps d’écrire.

Lénine précise qu’il existe une solidarité entre la genèse de la forme monnaie de Marx et l’exposition génétique du concept chez Hegel.

Ceci pour indiquer que nous sommes au cœur du problème de l’interprétation de Marx et surtout à quel point cela est complexe. On ne peut comprendre Marx que si on a assimilé Hegel et si on saisit bien le point où Marx part de Hegel pour le dépasser.

Par ailleurs, la monnaie est au centre de la réflexion de Marx, c’est par elle qu’il commence. Donc on ne peut faire l’économie de bien comprendre. Sinon on fait comme tous ceux qui parlent de Marx sans l’avoir étudié, on le rejette sans percevoir ses apports.

Dans le chapitre premier du Capital, Marx fait l’analyse de la marchandise, développe les formes de la valeur, et en dernier lieu, nous soulignons, au terme de ce cheminement, il lève le secret de la monnaie, de son caractère fétiche, de mutation en capital. A partir de là, il débouche sur sa théorie de la Plus Value qui lui sert de base pour sa théorie de l’exploitation des travailleurs.

Voici le cheminement de Marx.

La marchandise est la forme élémentaire de la richesse capitaliste.

C’est une réalité à double face.

C’est par la mise en équivalence des marchandises lors de l’échange que des produits distincts, différents, matériellement, se révèlent avoir quelque chose de commun, une essence identique, une quantité égale, qui les rend commensurables entre eux.

Marx ajoute ce quelque chose de commun entre eux c’est « la valeur ».

Seule l’existence de ce quelque chose de commun permet de les échanger et, inversement, ce n’est que dans l’échange que se montre cette essence identique.

Dès lors, entre la marchandise comme valeur d’échange et la marchandise comme produit matériel, se produit un dédoublement, une scission. Et voilà le point central: la marchandise présente une forme nature qui lui donne une valeur d’usage et une forme valeur qui est un rapport social tout à fait distinct de son existence matérielle.

Cette valeur, ce quelque chose de commun n’est pas une propriété naturelle des choses, il faut quelque chose qui rendent les marchandises réductibles entre elles, et Marx considère que ce ne peut qu’être que le Travail.

C’est par leur qualité commune de produits du travail humain que les marchandises sont, deviennent, comparables entre elles.

Elles s’équivalent en tant que cristaux de cette substance sociale commune. Le travail humain.

La substance de la valeur est le travail, la mesure de la valeur est le travail, la durée du travail, etc.

Ensuite, Marx étudie l’évolution de la forme valeur.

Quand on réalise un échange, on trace une équivalence, on dit ceci vaut cela. Dans l’échange, deux choses différentes sont posées comme équivalentes, dit Marx.

Puis, il explique comment on passe de l’échange simple entre deux marchandises à l’échange complexe qui met en jeu de multiples marchandises. Puis il montre comment une forme générale de la valeur se dégage des autres et devient l’équivalent unique dans lequel s’exprime la valeur de toutes les marchandises.

On passe donc de l’équivalence simple de deux marchandises, un système d’équivalences multiples, puis à un système où se dégage un équivalent commun à toutes les marchandises et c’est la naissance de la forme monnaie.

Cette forme monnaie est ainsi née, elle s’est dégagée de tous les processus d’échange parce qu’elle a quelque chose de commun avec toutes les autres marchandises, elle a une valeur, elle contient du travail cristallisé.

C’est un processus historique que décrit Marx et, en même temps, un processus logique.

Et cette monnaie, c’est l’or. L’or s’est dégagé comme forme générale de la valeur, la forme monétaire de la valeur, l’équivalent général des marchandises.

Mais ce n’est pas l’or en lui-même qui devient cet équivalent général, ce n’est pas l’or en tant que valeur d’usage non, surtout pas, c’est l’or en tant que forme, équivalent général. Le caractère de l’or ne provient pas de sa valeur d’usage, ce qui montre bien l’imbécilité de ceux qui se réfèrent aux usages de l’or pour étudier sa valeur, non, le caractère de l’or provient uniquement de sa valeur d’échange et du processus historique qui y a conduit. Marx insiste, son rôle vient « plus précisément de sa forme valeur ».

La forme valeur est un rapport social qui passe pour un rapport des choses entre elles. Et c’est là où on voit que l’opposition avec les Autrichiens est plus complexe qu’il n’y parait.

Et c’est là où effectivement il faut approfondir l’épistémologie de Marx, qu’est-ce donc que ce rapport social dont il parle.

Où se trouve la trace, l’empreinte de la valeur, si elle n’est pas dans les choses elles mêmes? Dans la société, dans les structures inconscientes de la société, dans la tête des gens, dans la logique même qui fait de nous des êtres pensants?

Et là, le travail ne fait que commencer, pour ceux, bien sûr, qui cherchent à comprendre l’apport scientifique de Marx et cherchent à le séparer de sa déformation idéologique.

Donc faire référence à Marx pour analyser la « MONNAIE ACTUELLE » n’a aucun sens car Marx ne parlait pas de cette monnaie-là. De cette monnaie contingente qui est ce qu’elle est mais pourrait être autre chose. Il ne parle pas des « plays », des pyramides de dettes et de promesses, des Ponzi qui sont érigées sur la monnaie, l’or.

Marx parlait de cette monnaie qui s’est dégagée au fil de l’histoire et de la logique dialectique comme forme valeur, forme suprême de la valeur, l’or.

L’analyse du marxisme, à la lueur du concept clef chez Marx d’équivalences, débouche sur une interprétation que nous qualifierons de Symboliste. Symboliste au sens que nous utilisons régulièrement, c’est à dire comme prenant naissance dans l’âme humaine en tant que prise dans les symboles, comme trace qui, ensuite, s’articule entre un signifiant et un signifié.

La seule forme monnaie dans notre conception est donc l’or, laquelle forme est gravée dans l’âme humaine par l’histoire, de façon que l’on constate indélébile et universelle.

Cette forme est indestructible, ce n’est pas un malheureux inculte comme Bernanke qui y changera quelque chose, même s’il se prend pour un démiurge alors qu’il n’est qu’un illusionniste.

La crise, ce n’est rien d’autre que la manifestation de la Loi de la Valeur, le keynésianisme n’est rien d’autre que la tentative désespérée de repousser les limites imposées par la loi de la valeur à la reproduction du système à l’identique. La crise à notre sens est une crise aussi de la pensée c’est à dire de l’idéalisme économique américain. Une crise de disjonction entre les théories et les faits qu’elles sont censées permettre de comprendre. Les théories économiques ne rendent plus compte du réel.

L’ironie de la situation présente est que Bernanke, pour continuer à sauver le système issu de la financiarisation, accepte de tromper les gens et… de se rallier à la théorie marxiste de la crise de surproduction. Ce qui est, il faut le reconnaître, pathétique.

La thèse centrale Bernanke est que le risque est la déflation, ce qui signifie: le risque de baisse des prix, ce qui signifie un excès d’offre sur une insuffisance de demande. Bref, c’est la manière Diafoirus de suggérer que c’est une crise de surproduction, la fameuse prédiction de ceux qui n’ont pas assimilé le marxisme.

On voit bien que le traitement de Bernanke qui consiste à créer de la base money pour soutenir la valeur des dettes, empêcher qu’elles ne s’effondrent et que les taux ne montent, précipitant les souverains et les banques dans la faillite, on voit bien que ce remède ne fait quasi rien sur la demande. Et pourtant il est administré à très haute dose. Pourquoi ? Parce qu’il s’adresse à un autre problème que l’on cache mais qui se donne à voir en Europe, à savoir que les assets papiers, les dettes govies sont non honorables, que les États sont insolvables.

Les assets papiers, bonds souverains, puis obligations en général, puis high yield, puis actifs à risque comme les actions s’effondreraient si on ne soutenait pas la valeur, la pierre angulaire du système, les fonds d’Etat. Ce sont eux, les fondations du système, des repos, de la création et du transfert de liquidités. Bref, du fractional banking actuel. Si les fonds d’Etat cessaient d’être soutenus par les Banques Centrales, alors les collatéraux s’effondreraient, ce serait le run sur le marché interbancaire, puis le run sur les dépôts par les particuliers.

Ce qui fait problème donc, ce n’est pas l’excès d’offre du système productif et l’insuffisance de demande, cela est un phénomène annexe; ce qui fait problème, c’est l’excès de papier, d’assets papiers que l’on ne peut honorer et que donc on doit soutenir par la création de base money, par la monétisation et que l’on doit stocker au bilan des Banques Centrales pour les neutraliser afin qu’ils ne fassent pas baisser les prix sur les marchés. Pas baisser les prix et monter les taux.

C’est cela le sens profond des interventions des banques centrales, des QE, des LTRO, des OMT, etc., soutenir la valeur des papiers en soutenant la pierre angulaire du système, les fonds d’Etat.

Donc ce que l’on a, ce n’est pas une crise marxiste de surproduction provoquée par l’excès d’offre et l’insuffisance de demande, ce que l’on a, c’est un excès de papier, de capital fictif. Cela est tout différent de l’excès de capacités productives. Le capital fictif, c’est la masse de papiers qui sont contrevaleurs, non pas d’usines, d’appareils de production, etc. mais qui sont contrevaleur de rien, de vent c’est à dire de promesse d’intérêt et de remboursement. La masse de capital constituée par l’accumulation des dettes depuis 30 ans est non-productive, fictive.

Soutenir sa valeur en créant encore plus de capital fictif, en faisant monter le prix des assets, ne fait que retarder l’échéance en la rendant plus douloureuse. Ces dettes accumulées constituent une masse qui a, en apparence, le statut de capital puisque prélevant un intérêt et exigeant de retrouver sa valeur, mais ce n’est pas un capital. Ce n’est pas une crise du capitalisme, c’est une crise de la ploutocratie, kleptocratie.

La crise n’est pas crise du capitalisme, elle est crise de la pratique des Banques Centrales, crise de la financiarisation, laquelle a produit un boulet dont il faut se débarrasser par l’euthanasie des dettes. Voilà pourquoi nous sommes pour le moratoire, les restructurations de dettes et contre l’austérité.

6 commentaires:

  1. Jeudi 20 décembre 2012 :

    Chypre a besoin de 17 milliards d'euros en urgence pour éviter la faillite.

    Chypre n'est plus qu'à quelques jours du défaut de paiement.

    Problème : le FMI conditionne son aide à Chypre à un effacement partiel de la dette. D'abord, Chypre doit faire défaut. Ensuite, et seulement ensuite, le FMI acceptera de débloquer son aide.

    Lisez cet article :

    Le Fonds monétaire international (FMI) conditionne sa participation à un plan d'aide à Chypre, qui doit être finalisé d'ici à la fin janvier, à un effacement partiel de la dette, écrit le Süddeutsche Zeitung (SZ) jeudi.

    Le FMI estime que, sans cela, le pays ne sera toujours pas en mesure de faire face aux intérêts de sa dette, même après que les réformes exigées auront été appliquées, ajoute le journal, citant une source proche des négociations entre Chypre et la troïka (composée du FMI, de l'Union européenne et de la BCE).

    Certains Etats-membres de l'UE partagent cet avis, mais d'autres Etats sont opposés à cette mesure, essentiellement parce qu'il avait été promis, lorsque la Grèce avait restructuré sa dette, qu'il s'agirait d'un cas unique.

    Rompre cet engagement ferait à nouveau sombrer la confiance des marchés dans la zone euro et dans sa crédibilité sur le marché obligataire, poursuit le SZ.

    Les opposants à cette idée soulignent également que les banques de l'île sont d'importantes détentrices de titres obligataires nationaux. Leur demander de renoncer à une partie de ces avoirs augmenterait d'autant l'aide au refinancement du secteur bancaire nécessaire, qui serait répercuté sur la dette de Chypre.

    La chancelière Angela Merkel ne veut pas entendre parler d'un effacement de la dette, même si elle a toujours jugé capital que le FMI participe au plan de soutien financier, rappelle le SZ.

    Une hypothèse de travail serait que la Russie verse 5 milliards d'euros au FMI qui les transférerait aussitôt à Chypre, sauvant ainsi les apparences. Beaucoup de citoyens russes disposent d'avoirs importants dans les banques chypriotes.

    Fin novembre, la troïka avait annoncé avoir mené des discussions "fructueuses" avec le gouvernement chypriote, qui estime avoir besoin de 17 milliards d'euros au total sur quatre ans pour soutenir son économie et ses banques, ce qui représente à peu de choses près un an de PIB de l'île, troisième plus petit Etat de l'UE.

    (Dépêche AFP)

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2012/12/20/le-fmi-conditionne-son-aide-a-chypre-a-un-effacement-partiel-de-la-dette_1808700_3214.html

    RépondreSupprimer
  2. Je suis d’accord avec Lui quand il dit : « Soutenir sa valeur en créant encore plus de capital fictif, en faisant monter le prix des assets, ne fait que retarder l’échéance en la rendant plus douloureuse. Ces dettes accumulées constituent une masse qui a, en apparence, le statut de capital puisque prélevant un intérêt et exigeant de retrouver sa valeur, mais ce n’est pas un capital. Ce n’est pas une crise du capitalisme, c’est une crise de la ploutocratie, kleptocratie. »

    Ce que montre aussi cette crise c’est que la valeur de la monnaie n’est basée que sur une convention sociale puisqu’elle ne repose sur plus rien de tangible: tant que tout le monde pense qu’un euro vaut un euro et permet d’acheter une baguette de pain, tout va bien !!
    Soit on peut imprimer tant qu’on veut !! Les monnaies ne sont plus basées sur aucune valeur tangible…. se sont les marchés (la main invisible) qui fixe le prix de tout !!! Qui fait surtout de l’argent avec de l’argent, sans investir, sans produire : en spéculant !!
    Encore combien de temps ???

    Mais je pense qu’il a tord dans son analyse quand il dit que nous ne somme pas dans une crise de surproduction (du model capitaliste). Le mythe de la croissance infini est bien enraciné chez les amoureux béat du capitalisme !! Pour moi le capitaliste est aussi efficace que destructeur !!!

    RépondreSupprimer
  3. suite:

    Voici ce que j’avais écris en réponse à quelqu’un qui m’enjoignait d’arrêter de parler de lutte des classes, et un autre intervenant qui pense que l’on peut expliquer la mort de la croissance seulement par la baisse des réserves d’énergie fossile et des matières premières menant à la guerre économique :


    « Il est vrai que l'on peut voir la lutte des classes de bien des manières!! Le mode PCF prolétariat contre patronat !! C’est ridicule !! Le problème c’est le capital pas l’entrepreneur !!
    Moi j'y vois quelque chose de différents: le peuple contre le pouvoir (le peuple étant tout ceux qui subissent le pouvoir de la ploutocratie: les patrons de PME, PMI, ETI et les artisans sont aussi le peuple)!! Voir les marges de négociation des sous-traitants et fournisseurs face aux entreprises du CAC 40!!
    Le patron de base ne dirige que sa boite, pas le monde… la ploutocratie le fait !!!
    Je me réfère à la base de la pensée économique hétérodoxe (en tout cas à ce que j’en connais, je ne suis pas économiste, je cherche à comprendre, je n’explique que ce que je comprends du monde : mon point de vue !!)
    Ce que Marx avait définis comme le plus gros biais du capitalisme : La baisse tendancielle du taux de profit et la crise de surproduction!!!
    Deux causes actuelles selon moi :
    Baisse du taux de croissance potentielle: Après les 30 glorieuses la démographie se calmant et les ménage étant déjà équipés on observe une baisse de la demande, la croissance était condamnée à baisser. Pour moi le coup de l’énergie n’a fait qu’accélérer le processus, ça rareté n’est pas encore un facteur limitant à la production et donc à la croissance.
    L’augmentation des gains de productivité : crise de surproduction !! Le problème d’offre compétitive, c’est de la branlette !!! L’industrie souffre d’un problème de surproduction !!
    Ces histoires de guerres économiques, ne se fait pas au détriment de la ploutocratie !! Elle n’a pas de patrie, pas de morale, seul le retour sur investissement la motive !! Que l’industrie française meurt elle s’en fout, elle investira ailleurs !! Le peuple lui restera, en vivant des miettes tant qu’il y en a !! Monter les français contre les allemands ou les chinois, c’est un bon enfumage, ça nous empêche de comprendre que la ploutocratie à réussie la où l’oligarchie communiste à échoué : l’internationale du fric, la gouvernance « Wall street-City» !!


    Et la solution trouvée par la ploutocratie: la baisse des coups.
    Tous les experts économiques nous assomment avec la faiblesse des marges dans les pme/pmi: qui sont les donneurs d'ordre?? Même les appels d'offres publiques sont toujours remportés par le moins disant !!(Sauf magouille!!)
    La compression au maximum des coups fixes (surtout les salaires) : automatisation et explosion de la sous-traitance sous payée pour assurer la rentabilité !! Jusqu’au point de non retour : la paupérisation totale des acteurs économiques fondamentaux (la base) dans une société consumériste : le consommateur !!! In fine la meilleure offre du monde ne sert à rien sans demande !! D’où la financiarisation et mondialisation qui assure à la rente une offre compétitive (délocalisation dans les émergeants, compression salarial et développement de la sous-traitance) et une demande solvable : développement du crédit (immo, consommation et prêts étudiant) l’endettement des états (garder une demande solvable: même les pauvres ont un petit RMI ou l’assedic ou les allocs pour consommer, c’est bon pour le PIB !!), destruction des barrières douanière pour aller chercher ailleurs le reliquat de demande solvable (classe moyenne ou CSP+++ du monde entier) !!
    On arrive à la fin du système : plus de crédits supplémentaires, plus d’états solvables donc plus de croissance!! »

    Je tiens à préciser que je ne suis pas communiste et que pour moi remplacer les ploutos par une oligarchie d’état n’est surtout pas une solution !!

    RépondreSupprimer
  4. Fin:

    J’aimerai voir émergé une vraie démocratie libérées des partis et des castes politicardes inféodés, népotistes et endogames !! Et un système économique durable (ni prédateur ni consumériste) fondé sur la valeur du travail des hommes (non du capital), la qualité de vie (moins matérialiste) et gérant la finitude des matières premières (coopérative)!!

    (Veuillez excuser les fautes d’orthographes que j’ai dû faire, je suis dyslexique et mal réveillé !!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pour appuyer ces propos je vous conseille de lire ce texte qui explique bien la théorie de la baisse tendancielle du taux de profit:

      http://www.christian-faure.net/2009/10/01/a-propos-de-la-baisse-tendancielle-du-taux-de-profit/

      Supprimer
  5. Vla l'analyse de Marx à la petite semaine... :)

    Le Marxisme pur souche est un matérialisme, comme le capitalisme, d'accord.
    Mais Marx n'a jamais confondu le capital et l'or.
    Son livre ne s'appelle pas "l'or", mais bel et bien "le capital" parce que le capital peut prendre la forme d'or, mais pas nécessairement. Le plus souvent l'accumulation primitive n'est pas passée par le truchement de l'or.

    Marx aurait très bien compris que c'était une crise du capitalisme, puisqu'il aurait lu ce que nous vivons depuis 30 ans dans le cadre de la baisse tendancielle des taux de profits. Après, il y a plein de choses que Marx n'a pas vu venu, notamment la question des ressources matérielles. Mais le fait que le capitalisme soit aristocratique et kleptocratique par nature, il l'a très bien décrit.

    Les contorsions de Bertez sont de plus en plus :
    A) Grotesque
    B) Comique

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.