jeudi 6 décembre 2012

Du côté de ceux qui continuent encore comme si tout le système n'était pas totalement insolvable

Une affaire Kerviel déjouée au Crédit Agricole en 2007
20 minutes, 04/12/2012 (en Français texte en français )
→ lien
BFM Business revient sur une affaire qui prend tout son sens en 2012: un trader de la banque avait ouvert pour 40 milliards de dollars de positions frôlant la catastrophe connue par la Société générale et son trader...

Selon une information de BFM Business, c’est la prouesse qu’a réussi le Crédit Agricole (CA). La banque n’aurait ainsi perdu «que» 250 millions de dollars sur les 40 milliards de positions ouvertes par un trader en 2007 - une somme non confirmée par le CA -, un an avant l’affaire Kerviel et la chute de Lehman Brothers, à l’époque où cela était donc encore possible même si les banques commençaient à réaliser la trop grande liberté de leur trading floor.

Ce trader jouait avec des produits dérivés complexes dont les risques se neutralisaient. Les positions avaient été liquidées en collaboration avec le patron de la BFI (banque de financement et d’investissement) avant que le trader ne soit licencié.



Bombshell: Deutsche Bank Hid $12 Billion In Losses To Avoid A Government Bail-Out
ZeroHedge, 05/12/2012 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
The FT just released a blockbuster that Europe's most important and significant bank, Deutsche Bank, hid $12 billion in losses during the financial crisis, helping the bank avoid a government bail-out, according to three former bank employees who filed complaints to US regulators. US regulators, whose chief of enforcement currently was none other than the General Counsel of Deutsche Bank at the time!

2 commentaires:

  1. Tiens, cette information vient après le procés Kerviel : En effet, cela prouve bien qu'en agissant différemant de singes pour déboucler les positions même gigantesques on ne perd pas 5 milliards...

    RépondreSupprimer
  2. Jeudi 6 décembre 2012 :

    Zone euro : la croissance fortement revue à la baisse en 2013, d’après la BCE : chute de 0,3%.

    La Banque centrale européenne a déclaré jeudi s'attendre désormais à une contraction du Produit intérieur brut (PIB) en zone euro en 2013, prenant acte de l'accélération de la dégradation de l'économie dans la région, qui est entrée en récession au troisième trimestre.

    La BCE prévoit une contraction de 0,3% en 2013, alors qu'elle tablait encore sur une croissance de + 0,5% en septembre.

    Pour 2012, la BCE prévoit un recul du PIB de 0,5%, un chiffre révisé en légère baisse (- 0,4% dans sa prévision de septembre).

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.