vendredi 21 décembre 2012

François XVI reconnaît la possibilité du déclin

Si un clown à roulettes reconnaît la "possibilité" du déclin, c'est que c'est une certitude...

Déficit et chômage : «nous ne renoncerons à rien», promet Hollande
Les Echos, 21/12/2012 (en Français texte en français )
→ lien
« Nous ne renoncerons à rien », a-t-il déclaré. « Le chômage ne va cesser d'augmenter pendant un an », a-t-il reconnu mais « la volonté qui est la mienne, c'est qu'à la fin de l'année 2013, et ça va être long, il y ait une inversion » de la courbe, c'est-à-dire que le chômage « à ce moment-là régressera », a-t-il dit.

« Ça va être dur, très dur, mais on va s'en sortir », a-t-il ajouté. « C'est un moment historique pour notre pays, il peut décliner, il peut décrocher ou il peut poursuivre sa marche en avant. »

L'occasion aussi pour lui pour égratigner, une fois de plus, la majorité précédente. « L'année 2013 reste entachée par les choix de ces dernières années », a-t-il jugé. « Il n'y aura pas de récession, mais ce sera difficile. Pendant un an, le chômage continuera d'augmenter. »



Rendez-vous fin 2013 quand le chômage continuera d'augmenter...

Quand on pense qu'en plein effondrement d'une bulle de crédit mondiale sans précédent historique, il en est encore à sa théorie des cycles et attend une reprise magique et automatique de la croissance   

13 commentaires:

  1. il peut décliner, il peut décrocher ou il peut poursuivre sa marche en avant

    traduction on peut continuer encore comme maintenant les rentes des papyboomers, aristocrates, fonctionnaires, les faire légèrement chuter ou pas.
    - On s'en branle nous on continuera comme toujours t'en que la place de la concorde s'appelle toujours comme ça.

    des gens vont être sacrifier au delà de la classe plus vraiment moyenne du privé ?

    RépondreSupprimer
  2. Vu au Journal Officiel

    http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000026806058&dateTexte=&categorieLien=id

    Décret du 19 décembre 2012 portant approbation d'une élection à l'Académie des sciences morales et politiques - M. MONTI (Mario)

    Elle est bonne celle là. Pourquoi pas DSK ou Berlusconi aussi.

    Bon avant, il y a eu :
    S.E. le cardinal Joseph RATZINGER (renommé le pape Benoit XVI)
    (http://www.asmp.fr/presentation/associes.htm)

    RépondreSupprimer
  3. Ce type est un naze avec un bon réseau, ou le fait-il exprès ?

    Pour l'effondrement de bulles de crédit, je te rejoint.
    On revoit l’apparition des prêts vendeurs pour l'immobilier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah l'"inversion de la courbe"... aussi fumeux que l'inversion des pôles magnétiques.
      ;-)

      Francois Bas Du Pays est un clown. Un artiste triste.

      Son boulot : faire rire la galerie, en se prenant au sérieux.

      En invoquant les dieux ("la croissance").

      Vivement fin 2013... Pas pour la fin du monde, mais pour la fin officielle du monde de ce petit monsieur.

      On s'en régale les babines d'avance...

      Supprimer
    2. Je rappelle que l'on paye ce clown environ 60000 euros par mois...

      Et que le branlotin standard de l'assemblée coute 16000 euros par mois avec ses frais.
      Soit 10 fois plus que le cadre débutant du privé dans ma branche.

      C'est quand la taxe d’habitation, déjà ?

      Supprimer
    3. Anonyme 11:40 > Un énarque à toujours un bon réseau...

      Supprimer
  4. Oui enfin, l'inversion des pôles magnétiques aura bien lieu un jour, puisque c'est l'histoire de la planète qui est ainsi. Je fais cette petite parenthèse pour tous ceux qui se gaussent des mayas,puisque la fin du monde n'est pas pour aujourd'hui. Les éditoriaux et débats sur le sujet sont d'un niveau affligent.Ca m'énerve. Je ne suis pas certain que 5% des crétins de notre époque ont un niveau suffisant pour se permettre de critiquer ces grandes civilisations qu'étaient les mayas ou les egyptiens.

    Quand à Hollande, toujours plus de délocalisations, toujours plus d'abandon de souveraineté, toujours plus de dette. Je ne vois aucune différence avec Sarkozy dans le schéma général du déclin de la France. Annie Lacroix-Riz aurait pu écrire, " le choix du déclin".


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chui déçu... C'était nul, la fin du monde !

      Il ne nous reste donc plus qu'a retourner à notre fin du monde à nous, qui s'annonce moins sexy, plus lente et plus douloureuse...

      yp

      Supprimer
  5. Ha et j'oubliais... C'est sans compter en plus le vieillissement et le peak everything...

    Va z'y François, fais nous rêver !

    RépondreSupprimer
  6. Monsieur l'Anonyme21 décembre 2012 à 18:22

    Il est au moins constant dans une chose notre toumou: la médiocrité. Il devrait engager les Bisounours et faire une tournée pour les fêtes de Noël avec des billets déductibles des impôts.

    De toute façon, la croissance c'est comme les seins de Kate: Tout le monde en parle mais personne ne les a vraiment vu.

    Je vais aller faire un tour sur Libé, il paraît que Catherine a fait une lettre pour défendre notre GéGé nationale. C'est sûr que c'est pas "J'accuse..." mais çà a le mérite de dégommer les quelques neurones saines qu'il me reste.

    RépondreSupprimer
  7. Comme toute la population active ne peut logiquement pas se retrouver intégralement au chômage, sauf à la disparition de tâches vitales pour le plus grand nombre, il y aura forcément un nadir atteint à un moment ou à un autre...
    Reste à savoir quand et à quel niveau de décrépitude...

    RépondreSupprimer
  8. Intéressant même s'il ne faut quand-même pas prendre trop au sérieux les célèbres 5 phases de la très fantasque docteur Kübler-Ross (Jovanovic doit être fan!)
    Cela dit, pour avoir vécu ça au plan personnel, je n'identifierai pas les phases de la même façon si on veut faire l'analogie au niveau des pays.

    1- Quand on parle de pays, il ne faut pas s'attacher à des personnes (ici Hollande) mais aux discours public général.
    Cela car les politiciens sont en représentation et on ne sait strictement rien de ce qu'ils pensent réellement.
    Par contre, ils ont probablement à leur disposition de très bonnes sources d'informations (RG, DST) et qui prendrait la responsabilité de dire la vérité trop crument au risque de faire paniquer toute la population?

    2- A mon sens, la majorité de la population des pays occidentaux a passé le déni depuis longtemps. Cette phase n'est qu'un choc initial de courte durée.
    Par contre, je pense que nous sommes globalement divisés entre colère et négociation, sauf peut-être les pays de l'Est qui sont à mon sens plus avancés que nous, et donc probablement déjà en dépression (le communisme aura été un compresseur de temps, accélérateur de développement puis de déclin...)

    3- Exemple : le réchauffement climatique. Certains detestent la science quand elle contrevient à leur vision du monde (de nombreux pseudo-libéraux par exemple...)

    Aujourd'hui aux Etats-Unis, il est impossible de se faire élire en tant que républicain si on ne nie pas la réalité du réchauffement anthropique.
    Par ailleurs, il faut les écouter et entendre comment la seule chose claire qui se dégage de leur discours, c'est la colère (ne pas oublier que les phases ne se succèdent pas nécessairement de façon linéaire).

    Par contre, chez les démocrates, le discours va plutôt être celui de la révolution verte : on peut y arriver avec voitures électriques, éoliennes et captation de CO2.
    Un peu le même discours que dans la vieille Europe "pessimiste".
    Même si pour m'être longtemps penché sur le sujet, je vois qu'aujourd'hui, le coeur n'y est plus.

    Dans les 2 cas, quel est l'enjeu? la colère ou la négociation par rapport au deuil de l'american way of life.
    Rappelez vous GW Bush : "le mode de vie américain n'est pas négociable"!
    Tout est dit!

    Pour l'Europe (et pas juste la France - notre cas n'est quand-même pas si exceptionnel), l'austérité généralisée va probablement être notre phase de dépression.

    Au final, si on ne veut pas végéter trop longtemps dans ce trou noir, la solution est peut-être de tenter sa chance dans les pays de l'Est.
    Je ne serai pas étonné qu'à terme, ce soit chez eux, et non chez nous, que ça redémarre (même si personne ne peut aujourd'hui imaginer quelle forme ça prendra quand ça "redémarrera").

    Dans tous les cas, gardez en tête que l'acceptation, ce n'est pas oublier et vivre comme si de rien n'était, mais bien plutôt se souvenir et apprendre à vivre avec.

    RépondreSupprimer
  9. Ah, je me suis trompé d'article mais ça tombe presque juste quand même!

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.