lundi 17 décembre 2012

h16 : Le GIEC admet à son tour le rôle prédominant du Soleil

Le GIEC admet à son tour le rôle prédominant du Soleil
hashtable, H16, 17/12/2012 (en Français texte en français )
→ lien
Il y avait longtemps qu’on n’avait pas parlé des climastrologues et des escrologistes de combat qui nous vendent non pas du rêve mais de la catastrophe planétaire à longueur d’année pour mieux pousser leur agenda interventionniste, décroissant et malthusien. Heureusement, une récente fuite d’un avant-projet du prochain rapport du GIEC nous aide à nous les rappeler à notre bon souvenir. Surprise (légère) : les dogmes climatologistes s’effritent un à un.

Tout commence avec Alec Rawls, qui participe à la rédaction de l’AR5, c’est-à-dire du second avant-projet du prochain rapport du GIEC (le groupe international d’experts sur le climat) ; et alors qu’il vient de clore ses contributions au rapport et que la période des commentaires est achevée, il décide d’en publier la version courante, jugeant que le contribuable qui le finance doit pouvoir prendre connaissance des informations déjà disponibles. D’autant plus que, selon lui, ces informations remettent complètement en cause la thèse centrale du réchauffement climatique, basée sur le dioxyde de carbone et son origine humaine…

Et c’est ainsi qu’on découvre que le GIEC admet, même pas à demi-mot, que oui, le soleil réchauffe bien la Terre. Certes, la plupart des scientifiques de bon sens (dont Svensmark, par exemple), étaient arrivés à la même conclusion depuis un moment déjà.

Avant d’aller plus loin, l’AR5 est donc disponible ici (et en un seul fichier, ici). Pour vous éviter une longue et fastidieuse lecture, je vous encourage (comme expliqué ici) à jeter directement un œil à la figure 1.4 du rapport. Elle donne ceci :

Figure 1.4 du AR5 IPCC

En substance, elle montre dans les zones colorées les prédictions de températures produites par les différents modèles mathématiques utilisés pour asseoir la légitimité des décisions politiques et écologiques que nous avons eu à subir depuis les vingt dernières années. On notera que les mesures de températures observées (les points noirs) sont … décidément en dessous de ce que les modèles s’entêtent à prédire. Autrement dit, seuls les modèles les plus optimistes (qui prédisent de petits réchauffements) permettent de tenir compte des mesures observées, et encore, en prenant leurs hypothèses basses. Du reste, lorsqu’on regarde seulement les températures observées, on peut surtout estimer que la tendance est, globalement, à la stagnation.

Mais au-delà de ce graphique, c’est la phrase suivante du chapitre 7, p.43, qui change radicalement l’épaule du fusil du GIEC :

Many empirical relationships have been reported between GCR or cosmogenic isotope archives and some aspects of the climate system (e.g., Bond et al., 2001; Dengel et al., 2009; Ram and Stolz, 1999). The forcing from changes in total solar irradiance alone does not seem to account for these observations, implying the existence of an amplifying mechanism such as the hypothesized GCR-cloud link. We focus here on observed relationships between GCR and aerosol and cloud properties.

Certes, c’est assez jargoneux, mais cela veut dire que les observations ne permettent plus d’écarter l’hypothèse formulée par Svensmark, qui avait postulé, en 1997, qu’une partie non négligeable de la nébulosité doit sa formation à l’activité solaire (rayons cosmiques) et qu’elle joue un rôle fondamental dans le réchauffement climatique (une abondante couverture nuageuse protégerait la Terre du réchauffement). Et cette hypothèse avait trouvé de solides éléments de preuve courant 2011, montrant que l’action solaire étaient belle et bien déterminante dans le réchauffement constaté.



Et pour en revenir à l’actuel avant-projet de rapport du GIEC, ce chapitre 7 vient donc en contradiction frontale avec le dogme accepté jusqu’à présent, qui voudrait que le principal du réchauffement viendrait du CO2 d’origine humaine, et plus précisément, cela signifie qu’on ne peut plus dire, comme c’était la coutume auparavant, que le forçage solaire doit être considéré comme négligeable face à l’action humaine : non seulement, il ne peut plus être oublié, mais il est même très probablement la principale raison des variations de températures observées (le soleil expliquerait en fait la moitié du changement observé).

Devant ces révélations, qui, finalement, renversent complètement le paradigme initial (puisqu’on passe d’une position où l’Homme est le seul responsable à une position où il n’occupe plus la place prédominante), le GIEC a bien évidemment émis un communiqué de presse laconique dans lequel on découvre, dès les premiers paragraphes, que d’un côté, le GIEC regrette cette fuite qui interfère avec le processus d’évaluation et de passage en revue des différents papiers, et de l’autre que ce processus d’évaluation se sont étalés sur huit semaines et … se sont achevés le 30 novembre 2012, ce qui laisse supposer, selon une logique commune, que la fuite ayant eu lieu après, les commentaires et remarques sont fermés. Autrement dit, soit ils admettent qu’il va y avoir à présent un travail de censure endiablée d’édition, ce qui est plutôt bizarre puisque l’ensemble du processus devrait être public, soit ils admettent que ce qui a fuité est un matériel à peu près définitif.

De son côté, la presse a timidement commencé à s’emparer de l’affaire outre-Atlantique, sentant dans les déclarations gênées du GIEC qu’il y avait effectivement plus d’un lièvre à lever. Ainsi, James Delingpole du Telegraph se demande ouvertement quelles excuses extravagantes vont pouvoir être trouvées pour expliquer à quel point cette histoire et ce retournement de veste complet sont sans signification, que c’est « business as usual » pour les théories du réchauffement climatique et tout le reste.

Foucart et Huet, triples & volaillesBien évidemment, l’ampleur et l’impact de ces fuites seront largement minimisées dans les médias francophones acquis à la cause réchauffiste. D’ailleurs, les rares articles évoquant la question sont passés totalement inaperçus. J’attends avec impatience la fine analyse de Foucard ou Huet, les Laurell & Hardy du Monde et de Libération, dont j’imagine déjà les contorsions rocambolesques pour cacher ce que tous les gens de bons sens savent déjà, à savoir que leur religion est basé sur un pipeau politicien typique dont le souffle vient cruellement à manquer … A n’en pas douter, on peut déjà parier sur quelque chose comme « Oui mais c’est juste un petit chapitre parmi d’autres » ou « Ce petit graphique montre clairement qu’il y a eu réchauffement, mais si », avec ce concentré de ridicule qu’ils affectionnent tant.

Quoi qu’il en soit, on sait déjà ce qui va se passer. Du côté francophone, on se réveillera de ce mauvais rêve lorsque tout le monde en sera déjà sorti depuis longtemps. Certains prendront même la peine de calculer les montants faramineux d’argent public qui auront été dilapidés en parfaites stupidités écofriendly, qui se termineront à rouiller, à l’abandon dans des champs. Mais en attendant, tout va continuer comme avant, parce que tout ceci, d’une part, est pour votre bien (bande de mécréants) et d’autre part et surtout, parce que la soupe est vraiment délicieuse.

22 commentaires:

  1. Quelle révélation ! Le Soleil cet astre luisant qui fait baisser la température la nuit, qui la fait monter le jour a un rôle prédominant dans le climat ! Non sans blague ! Trop fort le GIEC ! Et il y a encore des types pour lire leur rapport ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr, des types comme Olivier Berruyer qui censure systématiquement tous mes commentaires climato-sceptiques, y compris lorsqu'ils sont parfaitement argumentés....
      On ne mort pas la main de son maître, comme pour ce chère Janco...ce qui est amusant dans la mesure où ils ont le même maître...

      Il est urgent de suivre les développements du projet cloud

      http://public.web.cern.ch/public/fr/research/CLOUD-fr.html

      Supprimer
    2. Alecton oui Berruyer ne valide que les commentaires qui l'arrange surtout sur le climat. Je lui ai dit plusieurs fois qu'il n'y connaissait rien ! Ce type ne se prend pas pour de la merde (voir plateau télé), le climat n'est pas à la réchauffe depuis 10 ans, au contraire les températures baissent. Bref on prend pour argent comptant toute les énormités du GIEC, une usine à scientifique qui bave devant la subvention, pourtant de plus en plus déserté mais en France on a encore des types comme Berruyer pour venir nous la raconter. La propagande dans ce pays est désespérante !

      Supprimer
    3. Anonyme17 décembre 2012 11:01 >
      Aux dernière nouvelles ce n'est pas le soleil qui fait baisser la température la nuit. Ok c'était un raccourci mais bon...

      Supprimer
  2. Sauf que :
    - la concentration en C02 dans l'atmosphère est toujours plus importante
    - les émissions d'origine humaine dans l'atmosphère sont bien réelles
    - que les glaciers et la banquise reculent de façon spectaculaire...

    Pourquoi ce pauvre h16 à besoin de se justifier en racontant des salades ? Comme si on allait le priver de son gros 4*4...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sauf que la température moyenne (argh ça me fait mal d'écrire une telle ineptie, une température moyenne, ça n'existe pas...) constatée par satellite n'augmente pas et tend à décliner depuis 10 ans....d'ou le "Hide the Decline" de East Anglia

      Les émissions humaines sont bien réelles et n'ont pourtant aucune influence depuis 10 ans (d'où l'hypothèse de la préséance de l'influence solaire sur tout autre facteur, du fait même de l'influence multifactorielle du soleil (voir Cloud)).

      Non les glaciers et la banquise ne se portent pas si mal, merci pour eux (parce qu'au delà de la superficie, se pose aussi la question de l'épaisseur....)

      Supprimer
    2. "Non les glaciers et la banquise ne se portent pas si mal, merci pour eux (parce qu'au delà de la superficie, se pose aussi la question de l'épaisseur....)"

      L'épaisseur elle aussi se réduit de façon spectaculaire. Et la montée du niveau des océans, c'est faux aussi ?

      C'est ridicule ce genre de déni. Ca ressemble étrangement aux thèses des créationnistes ricains qui affirment que le monde a été créé il y a 6000 ans (c'est la bible qui le dit...) et nient la théorie de l'évolution ainsi que la dérive des continents. Ils arrivent même à expliquer "rationnellement" l'arche de Noé et le Déluge et affirment que les dinosaures ont cohabité avec les humains...

      Supprimer
    3. Les glaciers et la banquise ne se portent pas si mal ? Vous plaisantez j'espère ? Non seulement cette année représente un nouveau minimum absolu en termes de surface, mais également (comme chaque année depuis 10 ans) un nouveau minimum en terme de volume total. Sans compter que la diminution du volume de glace s'accélère de plus en plus... Voir par exemple l'étude de Berruyer à ce sujet : http://www.les-crises.fr/meteo-banquise-arctique/

      Mais continuons à nous voiler la face pour ne surtout pas remettre en cause nos habitudes de con-sot-mateur (pour reprendre le terme de Disco). La Nature et le peak oil se chargeront de nous foutre une bonne raclée bien méritée d'ici quelques dizaines d'années au plus tard.

      Supprimer
    4. Le climat se réchauffe et c'est de la faute du soleil. So what. Vous allez faire quoi contre l'activité du soleil ? Lui faire payer une taxe ? Lui pisser dessus pour le refroidir ?

      Parce que franchement, la popularité du réchauffement climatique chez les politiputes, vient juste du fait qu'il s'agit un moyen sympa de taxer davantage. Et vous marchez dedans...

      "Si on ne sacrifie pas notre niveau de vie en retournant à l'age de pierre, Gaia va se mettre en colère et effacer la race humaine de sa surface. Il nous faut donc la vénérer."

      Un bon écologiste est un écologiste suicidé puisque s'il va au bout de sa logique, il DOIT aboutir à la conclusion qu'il DOIT laisser la place à Nature. S'il n'aboutit pas à cette conclusion, c'est qu'il a fait un choix de vie, ce qui se respecte. MAIS dans ce cas, qu'il respecte donc les choix de vie des autres...

      yp

      Supprimer
    5. Au sujet spécifiquement de la fonte des glaces (pôles, glaciers en montagne), je commence aussi à avoir un doute.
      Oui il y a fonte, mais cela pourrait être parfaitement cyclique : qui connait l'agriculture au Groenland, avant le 14ème siècle ?
      Depuis, les glaces se sont reformées dessus...
      Mais je ne prétends pas avoir la vérité absolue sur le sujet : j'ai juste de plus en plus l'impression qu'il y a beaucoup de pistes à explorer avant de se permettre d'avoir un avis définitif sur le sujet.

      Lewu

      Supprimer
    6. L'épaisseur elle aussi se réduit de façon spectaculaire.

      Faux pour l'antarctique en contradiction avec tous les modèles numériques... et très aléatoire pour l'arctique suivant les régions considérées....

      Et la montée du niveau des océans, c'est faux aussi ?

      Le niveau des océans ne monte pas, il s'agit encore d'une escroquerie du GIEC. Le plus grand spécialiste mondial de la question s'appelle Nils-Axel Mörner ; 30 ans d'expérience en la matière, personne ne l'écoute lorsqu'il dénonce ça :

      "J'ai été expert relecteur pour le GIEC en 2000 et l'année dernière. La première fois que j'ai lu le rapport, j'ai été abasourdi. Le rapport émanait de 22 auteurs mais aucun d'entre eux, -aucun !- n'est un spécialiste du niveau des mers. Ils ont reçu cette mission parce qu'ils avaient promis de répondre ce qu'on attendait d'eux. Une fois de plus, c'était une affaire d'ordinateur. C'est tout à fait typique : La communauté des météorologues travaille avec des ordinateurs, de simples ordinateurs.
      Les géologues ne font pas comme ça ! Nous allons sur le terrain et nous observons. Puis nous essayons de bâtir un modèle sur ordinateur, mais l'ordinateur ne vient jamais en premier."

      ou ça :

      " Les gens du GIEC ont choisi Hong Kong qui possède six jauges de niveau. L'une d'entre elles indiquait + 2,3mm de montée des eaux par an. Tous les géologues savent que cette région s'enfonce lentement à cause de la compaction des sédiments. C'est donc le seul enregistrement que vous ne devez pas prendre en compte. De plus si ce chiffre était correct, la Hollande ne s'enfoncerait pas mais, au contraire, s'élèverait. Ce qui est totalement ridicule ! On ne peut même pas attribuer à l'ignorance une chose comme celle-là ! "

      ou ça :

      "Un autre endroit, très connu, ce sont les îles Tuvalu qui sont censées disparaître bientôt parce qu'on a émis trop de CO2. Nous avons disposé une jauge de niveau, un enregistreur variographe depuis 1978. C'est à dire depuis 30 ans. Et, une fois encore, si vous regardez les résultats, il n'y a absolument aucune tendance, aucune montée des eaux."

      et magnifique point GODWIN avec le créationnisme, c'est de toute beauté, je me demande qui se voile la face....

      Supprimer
    7. Oh oui, qu'il y a beaucoup de pistes... Prétendre modéliser un machin pareil, sans tricher, ça va occuper encore pas mal de chercheurs pendant pas mal de temps.

      Par contre, il faut rester honnête et humble devant les résultats. Pas comme les gars du GIEC. Dans un sens (comme dans l'autre), personne ne peut prétendre à une conclusion définitive.

      yp

      Supprimer
    8. Comment s'explique le recul des glaciers alors ?
      Là pas de blabla possible, les photos parlent d'elles-même...

      Supprimer
  3. Et même si le GIEC nouveau avait raison, il demeure que les énergies fossiles sont en quantité limitée.
    Et donc qu'il est nécessaire de passer progressivement à des énergies de flux, totalement renouvelables.
    Le peak-everything est une réalité, et ceux qui s'y seront préparés à l'avance le vivront mieux.

    RépondreSupprimer
  4. BONJOUR
    IL SERAIT INTERESSANT DE VOUS RENDRE UN JOUR COMPTE QU IL EXISTE DES ASSOCIATIONS ET NOTAMENT ACSEIPICA QUI EXPLIQUE LA GEOINGENIERIE
    CORDIALEMENT

    RépondreSupprimer
  5. Le manque d'humilité des climat-sceptiques (qui eux-mêmes accusent les réchauffistes de manque d'humilité) me désespère tellement que cela ne me donne qu'une envie, fermer ma gueule et observer. Signé - Un piquiste né !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En matière de magouilles, les réchauffistes ont quand même la palme, même si tout ça à été étouffé en France...

      Supprimer
    2. Les "climato sceptiques" se sont tellement fait humilier et dénigrer par les "réchauffistes" (qui en plus truquaient les données)... Il y a forcément un retour de bâton...

      Il suffisait pourtant de procéder de manière scientifique - donc sans idéologie. Et tout se passait très bien.

      Mais je me demande par quelle pirouette la presse française va retourner sa veste. Bon en même temps, l'URSS à bien réussi à filtrer l'information pendant 70 ans...

      yp

      Supprimer
  6. "les montants faramineux d’argent public qui auront été dilapidés en parfaites stupidités écofriendly"
    Ouaip, quand je lis ça, j'ai l'impression que l'auteur est un aigri de plus.
    Car même si on peut profondément déplorer que tout ceci ait été justifié par un mensonge non-assumé, il reste que cela a permis de débloquer beaucoup de verrous sur l'énergie renouvelable (qu'on puisse ENFIN parler d'une autre source que le nucléaire, qui reste une bombe à retardement en l'état actuel d'exploitation) ou sur la diminution des consommations à tous les niveaux (transport, chauffage, etc...).

    Lewu

    RépondreSupprimer
  7. Si le sujet n'intéressait que les scientifiques, on n'en ferait pas tout un fromage. Je ne vois pas bien ce qu'un scientifique du GIEC a à y gagner à pousser une théorie plutôt qu'une autre, par contre on sait ce que les lobbys ont à y perdre.
    Par contre faire prendre CONSCIENCE au grand public que OUI, l'homme a eu une influence sur son environnement, et que si on continue sur la même voie ça va empirer, je ne vois vraiment pas ce qu'il y a de mal à ça. Je me trompe où:
    - l'énergie fossile va devenir de plus en plus chère
    - le nucléaire va devenir de plus en plus encombrant surtout dans les pays "instables"
    - le mode de production agricole actuel conduit à l'appauvrissement des sols
    - notre monde de consommation épuise les ressources qui existent en quantité finies
    - la désertification progresse de plus en plus
    Qu'est-ce que le soleil vient faire là-dedans? Rien

    Mais à lire les sceptiques: ha ben c'est le soleil qui réchauffe la terre, ouf, ces écolos ont bien failli nous avoir.

    Les taxes vertes sont des moyens de ramener des sou-sous dans les poches de l'état. Plus de réchauffement donc plus de taxes vertes? vous inquiétez pas y'aura une nouvelle taxe. Pas sur le football rassurez-vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les scientifiques du GIEC ont a perdre... Leur gagne pain : les subventions, qu'ils recoivent des états qui tiennent grâce à eux le moyen de monter les taxes.

      Le soleil ne vient rien faire sur le peak everything ou les situations gepopolitiques, mais bon, faut pas mélanger tous les problèmes...

      Supprimer
  8. R.I.P réchauffement médiatique, 1988-2012, toutefois ne doutons pas que le grand gourou du RCA, l’inénarrable James Hansen, réussira habilement à botter en touche. Sinon rien que nous ne sachions déjà pas si ce n’est que désormais même le GIEC semble le reconnaître à demi-mots. Il y a quelques années je pariais à une annonce du genre pour le 5ème rapport : « nous avions sous-estimé le forçage solaire, nous allons connaître une stagnation voire une diminution des températures globales d’ici à 2030, MAIS cet effet n’est que temporaire et ne fait que masquer le réchauffement climatique anthropique ». Je prends toujours le pari.

    On a vu revenir ces dernières années dans tous les médias une annonce fracassante décrivant l’année écoulée comme étant la plus chaude ou l’une des dix plus chaudes jamais mesurées depuis que des relevés météorologiques fiables existent (c’est à dire la fin du XIXème siècle). Or les températures globales semblent clairement stables depuis 1999 (le pic de 1998 étant expliqué par El Niño, le minimum local de 1992 s’explique d’ailleurs par l’éruption du Pinatubo), j’ai même vu une courbe très similaire sur le blog RealClimate. Alors qui a raison ? D’où viennent les données aboutissant à l’alarmisme eschatologique annuel ?
    Autre point de discorde : la question du méthane dont le cycle semble très mal connu. Le taux de méthane stagne dans l’atmosphère depuis une dizaine d’années et personne ne sait pourquoi.
    Sur l’évolution climatique des pôles : il apparaît de plus en plus clairement que les cycles de dégel et regel de l’Arctique et de l’Antarctique sont en opposition de phase, et reviennent cycliquement sur plusieurs décennies.

    L’article cite Svensmark. Tous les climato-sceptiques lui sucent la bite mais je ne suis pas convaincu par ses travaux. Je n’irai tout de même pas jusqu’à le comparer à ce troll de Claude Allègre. Pour un doute raisonnable je citerai plutôt Courtillot, Lindzen bien entendu, voire Serge Galam, dont les arguments me semblent plus solides. Il y en a un dont on parle très peu et qui fut sans doute le meilleur prévisionniste des cycles solaires et de leurs influences sur le climat : Landscheidt. L’avenir nous dire s’il avait vu juste. Je citerai également :
    http://www.pensee-unique.fr/index.html
    http://www.skyfall.fr/
    http://www.skyfall.fr/uploads/ManuelDuSceptique2.4.pdf
    Ensuite on recoupe avec les sites partisans du RCA et on se fait sa propre idée.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.