jeudi 6 décembre 2012

Immobilier de luxe : les riches tentés par l’exil fiscal n’arrivent pas à vendre

Intéressant sous deux points de vue...

1) les riches s'enfuient.

2) il n'y a pas de demande pour leurs apparts à prix débile. La France n'attire plus la ploutocratie mondialisée. Finies les années où les étrangers achetaient tous les biens de luxes à n'importe quel prix. Et surtout, j'ai bien senti que la presse étrangère s'était mise à parler beaucoup de la France. On dirait que le monde entier ne voit plus la France comme l'image d’Épinal de cette dernière, mais commence à entrevoir la réalité derrière le village Potemkine...

Immobilier de luxe : les riches tentés par l’exil fiscal n’arrivent pas à vendre
Capital, 04/12/2012 (en Français texte en français )
→ lien
Sept mois après l’arrivée de François Hollande, nombre de propriétaires fortunés sont tentés de fuir l’Hexagone. Mais leur projet de départ est freiné par la pénurie d’acheteurs.


« En sept mois, les mandats de ventes des biens immobiliers à plus d’un million d’euros sont passés de 700 à 1200. Du jamais vu en trente ans de carrière ! », lâche Charles-Marie Jottras, président du réseau Féau. Même son de cloche chez Barnes, autre grande enseigne spécialiste dans le luxe, où l’on assure qu’un tiers des mises en vente de biens de plus de 3 millions d’euros a pour motivation l’exil fiscal.

Problème : les propriétaires doivent faire face à une pénurie d’acheteurs. Entre juin et août les transactions de biens immobiliers à plus d’un million d’euros ont chuté de 16% sur un an, et celles à plus de deux millions de 38%, selon les notaires. Blocage qui s’est encore amplifié depuis la rentrée de septembre…

« Seule une poignée de biens d’exception sans défaut parviennent encore à trouver facilement preneur. Mais sur le reste du marché, plus rien ne se vend à moins de consentir des rabais de 10 à 15% par rapport à l’an passé », admet Richard Tzipine, directeur général du réseau Barnes. Témoin, ce 300 mètres carrés, avec jardin, proposé à 4 millions d’euros, rue de la Muette dans le 16ème arrondissement de Paris… et qui n’a reçu que deux visites par mois depuis juin.

6 commentaires:

  1. Chuut ! Je suis exactement dans ce cas la... Pas de demande (et ce n'est pas juste le fait de baisser le prix de 10,15 ou 20% qui risque de beaucoup aider, je suis en province).

    Je m'y attendais mais ca ne m'arrange pas !
    Par contre j'ai quand meme demenager.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très bien.

      Ceux qui restent seront moins riches, mais plus prospères.

      Supprimer
    2. Faut quand même avouer que le trait caractéristique du français, c'est la jalousie...

      Pas de quoi être fier. :(

      yp

      Supprimer
  2. meme avec rabais de 15 pour cent c'est une très bonne affaire pour ceux qui vendent.et tonio,ton introduction m'a bien fait marrer,c'est tout a fait cela!

    RépondreSupprimer
  3. il y a une explication bien plus simple et plus crédible : la France est à ce jour un des rares pays où la bulle immo n'a pas explosé (ce que tu pointe régulièrement)
    et les bulles commencent toujours à péter par les gens les mieux informés
    et les prix ont quoi par rapport au Friggit, 40 % de trop ?

    si on espère faire baisser la rente, c'est plutôt des bonnes nouvelles -)

    RépondreSupprimer
  4. J'habite Sartrouville dans le 78.
    Dans cette ville, l'avenue principale est quasi entièrement envahi par les agences bancaires et immobilières.
    Il y a encore 4 ans il fallait voir le melon de ces rigolos.
    Ces vampires qui gagnaient un pognon monstre sans rien produire, sans rien apporter a la société, sont l'exemple même de ce qu'il faut exterminer.
    Vive la crise!!!!

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.