samedi 22 décembre 2012

La lime : La sortie de crise idéale

La sortie de crise idéale
La lime, 22/12/2012 (en Français texte en français )
→ lien
Je décris cette sortie de crise idéale par pur plaisir intellectuel, je sais qu'elle n'a aucune chance de recevoir un début de commencement de réalité :

   privatisation de l'économie, réduction de l'État aux fonctions régaliennes. Privatisation d'EDF, de la SNCF, de l'éducation, de la santé, des assurances sociales etc. Suppression du statut de la fonction publique (sauf pour les fonctions régaliennes). Diminution des impôts et des déficits.

   Réduction du mille-feuilles administratif et social-clientéliste (division par deux de tout : nombre de couches, de communes, d'élus).

   sortie de l'Euro.

   banqueroute des deux-tiers.

   fermeture des frontières à l'immigration extra-européenne.

J'irais surement pas aussi loin que lui sur la libéralisation, surtout de la santé... Mais c'est grosso modo la ligne...

12 commentaires:

  1. résultat des privatisations et de la baisse des dépenses publiques : explosion des inégalités et effondrements de la demande.
    Fin des investissements
    dépression économique
    révolution bolchévique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Baisse des dépenses publiques ?
      Vous parlez de quel pays ? Parce qu'en france les dépenses publiques EXPLOSENT !

      Supprimer
    2. "explosion des inégalités et effondrements de la demande" (Coma81)

      Au contraire, privatisation => meilleure efficacité, d'où plus de richesse disponible pour la population.
      Pas d'effet notable sur les inégalités. Vous entendez souvent des gens se plaindre des inégalités créées par le fait que les assurances auto sont privées ?
      Et vous voyez une révolution bolchévique en Suisse ?

      J'ai un point de désaccord avec La Lime : "sortie de l'Euro".

      Supprimer
    3. "coma81" le bien nommé LOL

      Supprimer
  2. Les centrales nucléaires dans les mains du privé ? Nein danke !
    En plus l'électricité d'EDF n'est pas chère. Je ne vois pas ce qui pourrait justifier une telle réforme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des centrales nucléaires dans les mains de syndicalistes ? Parce que ces hourets n'auront aucun scrupule à jouer/exécuter de menaces quand il faudra "négocier" leur status !

      yp

      Supprimer
  3. Franchement Disco, faudrait un peu que tu arrêtes sur ton délire de tout privatiser et baisser les impôts, comme si ces "solutions" n'avaient pas été déjà appliquées aux us et en uk depuis belle lurettes pour le résultat que l'on connaît. Si les imiter servait au moins à quelque chose, mais suffit de regarder leur résultat actuel..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème c'est la dette que nos gentils polytocards nous ont laissés. Mais il aurait été moins facile d'acheter des voix pour se faire élire...

      yp

      Supprimer
  4. Privatisation c'est grosso modo se que l'on fait depuis 40 ans, le mille feuille et le sociale clientélisme est justement la pour l'accompagné (faire preuve de "pedagogie"). La sortie de l'euro est inenvisageable pour nos zelites et quand à la banqueroute, ce serait comme si un esclave propose a son maitre de prendre sa place. Ça n'arrivera pas. Fermé les frontières : on ne peut pas être libéral et fermer les frontières, ça n'a aucun sens.
    Ça commence a faire quelques décennies qu'on entends ce discoure, que ca y est, ca va s'effondré...
    Les kleptocrates ont gagnés, la seul chose à faire et d'essayé de survivre/sortir de ce monde consumériste, ca reste le seul moyen de lutte, si tant est que la lutte ai encore un sens.

    RépondreSupprimer
  5. Sortir des recettes économiques pour imaginer un monde meilleur ,ne serait-ce pas idéal pour déjouer son sentiment d'impuissance face à une réalité objectivement sombre et inquiétante?
    Les religions font celà déjà trés bien et ce depuis des millénaires.
    Sortir des recettes économiques alors que ces recettes ont été,ou sont encore appliquées, avec les résultats que l'on constate et que l'on connait,ne serait-ce pas un raisonnement typiquement schizophrènique?

    RépondreSupprimer
  6. les privatisations ne marchent pas dans les pays corrompus comme nos sociétés occidentales.si l'on regarde en france,la pivatisation des services publics a été au détriment des consommateurs et au profit des employés et actionnaires:eau,edf,autoroutes.le pire c'est les partenariats public-privés:dans le canard enchainé il y a un article qui montre comment les élus ont profité pour endetter encore plus le pays pour l'avenir avec des projets démesurés,sachant qu'ils n'avaient rien a payer au départ

    RépondreSupprimer
  7. Pour EDF, je n'ai pas d'opinion, mais pour le reste c'est faux.
    La gestion de l'eau a permis de faire supporter les coûts d'investissements (stations d'épuration obligatoires par la loi) au privé et donc de lui faire porter le chapeau de la hausse des prix. Lorsque la concession retourne au public, les prix baissent-ils ? Evidemment non !
    Faux pour l'autoroute aussi, les concessions encadrent la hausse des prix que l'Etat pratiquait déjà lui même lorsqu'il était encore actionnaire.
    Et enfin, c'est vraiment de mauvaise foi de passer sous silence le secteur libéralisé qui a le plus changé le quotidien des français ces 15 dernières années... Les télécoms !

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.