samedi 29 décembre 2012

Nos architectes n'ont rien inventé

Délires architecturaux mégalos et invivables de démiurges du béton élevés au rang de demi dieux (pour entre autres, masquer leur prolétarisation à tout le reste des artisans et des architectes) :


Logements collectifs cubiques de toute bôôôté, véritables paradis sur terre, où on empile l'Homme Nouveau hors sol comme des tomates espagnoles calibrées :


Gigantesques projets uniformes logeant les gens par dizaines de milliers :


Vous vous dites que c'est de chez nous ? Et bien non, c'est de l'URSS...

Chaque civilisation a son architecture propre, qui est une excellente représentation de ses contraintes, et de son idéologie...

Et ça vous étonne que l'occident financiarisé aie désormais grosso modo la même architecture que l'URSS, avec des résidences en béton papa Bouygues partout ?

Ben moi non.

Il fut un temps où la France c'était ça :

Agrandir le plan

ou ça :

Agrandir le plan

(vous pouvez vous ballader dans les widgets google)

Aujourd'hui, on vous demande 30 ans de crédit pour un T3 là dedans :

Agrandir le plan

Avec pourtant les avancées réalisées en terme d'énergie et de moyens de chantier disponibles, vous la sentez bien la religion du prôgrâi et de la croââssance ?

Si vous voulez rire, vous pouvez aussi aller jeter un œil à l'écoquartier de papa Bouygues tout en béton, Ginko (sic), à Bordeaux. Même les plaquettes commerciales avec leurs images à la lumière idéale et la photographie flatteuse sont désormais incapables de masquer le ridicule de tenter de vendre des T3 là dedans à 290 000€, (25 ans de SMIC, 35 avec les intérêts), idéalement situés loin du centre ville et en fond de banlieue (histoire d'avoir les inconvénients de la ville et de la campagne), entre un lac artificiel, le périph bordelais, Ikea et la zone, sinon en mettant en avant les subventions publiques des copains étatiques... D'ailleurs, j'ai l'impression que ça ne prend plus et pour voir le nombre de pubs fleurir partout dans Bordeaux pour ce projet (jusque dans nos boîtes aux lettres), le chantier qui n'avance pas ou peu, on dirait clairement que ça ne se vend pas. Vite ! Des Subventions ! C'est pour la bonne cause, le prôgrâi et la croââssance...

En attendant, l'Etat et Bruxelles se chargent de pondre des normes et des législations à n'en plus finir, que c'est l'écôlôgie et la démôcrââtie, histoire de garantir que seuls les gros golgoths aient le droit de construire, et ce, uniquement des merdes immondes en béton...

15 commentaires:

  1. oui quelle M...!et plus!
    mais est ce pas ausi le fruit du libéralisme du profit du fric quoi!!??hummmmmmmmmm!hummmmmmmmmmm!

    RépondreSupprimer
  2. et encore y en a qui achète la même chose dans des résidences des années 60 avec charge de rénovation de oufff et quartier plus proche des villes et de sa racaille.

    et encore y en a qui achète des HLM pour être contraint de payer les charges de tout ceux qui ne les payes pas.

    et encore y en a qui achète dans des quartiers de riche pour ne pas perdre son statut social dans la forme.

    RépondreSupprimer
  3. Ben moi, j'habite un éco-quartier. C'est bien.

    On a tout entre 3 et 8 minutes à pied : école mat., primaire, secondaire, tram, bus, boulangerie, boucherie, presse, toubib, pharma, etc..
    En prenant une voiture, on a des grands commerces et un hosto à quelques minutes aussi. Le grand centre-ville a 20/30 min.

    On a de la verdure partout, c'est aéré. On respire.
    Les gens se connaissent, se disent bonjour, parlent, s'invitent les uns les autres.
    Les gosses de 3 ans à 14/15 ans jouent dans la rue matin et soir !

    Voilà, une vrai vie de village. D'ailleurs, c'est comme un village.

    Donc, c'est bien pour nous qui n'aimons pas la ville : bruit, trop de monde, pollution, promiscuité et surtout j'en aurais fait quoi de mes gosses dans 40m2 toute la journée ?!?!
    Oh putain, non. On est bien là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui,mais vous oubliez que pour beaucoup d'entre nous,l'automobile est un plaisir ,une passion.Quoi de plus beau qu'un moteur de Mercedes règlé au poil,pour les amateurs avertis c'est une petite musique douce.Certains des moteurs hauts de gamme allemands sont de véritable petits bijoux!

      Supprimer
    2. Des quartiers avec tout sur place (école, transports en commun, itou) ? Ca me rappelle vaguement la cité idéale des années 60 ; et vu ce que sont devenus "Les Bosquets", "le Chêne pointu" ou "la Forestière" aujourd'hui...

      yp

      Supprimer
    3. Sauf que c'est comme un village. Il n'y a pas de barres, d'immeubles immondes, etc...C'est juste bien pensé.

      Des voitures il y en a et leur place est sur les routes. Les rues sont aménagées pour rendre la place à tous les usagers : du coup, les enfants peuvent jouer dehors sans craindre les fous en automobile, toujours pressés...

      Pour moi, c'est l'avion ma passion. Je ne demande pourtant pas à survoler votre domicile matin,midi et soir !!
      Une rue n'est pas une route: sortez de vos années 60 avec vos autoroutes au milieu des villes et faites comme tout le monde : vivez votre passion dans le respect des autres habitants !
      Merci.

      Supprimer
  4. Attention à ne pas faire une erreur de raisonnement : la production industrielle de ces logements est à comparer aux taudis pour populo, pas à l'habitat bourgeois.

    Et alors certes ils sont peu gracieux, mais ils sont confortables et modernes pour ces gens là.

    L'anomalie n'est pas la massification "stalinienne", au contraire elle permet l'économie d'échelle pour loger les masses et faire accéder les prolos à l'hygiène.
    L'hérésie c'est le prix (et le crédit induit), qui enrichit les bétonneurs et les banques, alors qu'il s'agit d'une logique non marchande de traitement social du plus grand nombre sur un besoin de base.

    Il y a des logiques de classe qui sont respectées (fonctionnalité industrielle et non pas art de vivre bourgeois), c'est en revanche l'aspect business qui est inapproprié et même scandaleux (différence avec économie planifiée).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Etant du métier (architecte et bien au fait de la signification des règles d'urbanisme), je suis pétrifié par le commentaire de l'habitant de l'éco-quartier:
      - vous ne semblez pas réaliser que ces nouvelles formes d'urbanisme sont des dévoreurs d'espace, des gouffres énergétiques, et , in fine, financiers.. Imaginez vous, bon sang, que les 3/4 de la population n'aie plus les moyens de payer ..son essence, les taxes diverses liées aux frais d'entretien des espaces "publics", de l'infrastructure indispensable au fonctionnement de ce type d'urbanisme..comment ferez vous?
      Vous pensez que ça n'est pas possible? Regardez bien Detroit, son splendide hopital quasi tout neuf ...abandonné, ses "jardins-design-avec-zone-de-jeu-pour-les-petits" au look de Pripiat, ses hectares de parkings à l'abandon, ses ruines et sa misère..
      Allez reconstruire des vies là dedans...
      En comparaison; allez vivre dans les infrastructures anciennes, faites sans moyens, capables de permettre à ses habitants de vivre dans des conditions de pénurie, de guerres, tout en conservant le lien social. Vous parlez de Villages? alors analysez bien la structure d'un "village ancien" .Non vous ne vivez pas dans un "village", hélas...
      - A "Erreur de Raisonnement": Je me permet d'affiner .
      la production industrielle des logements correspond initialement à une recherche de "rendement"( profit, en fait ) des années 60, qui en fait n'a jamais vraiment marché, mème économiquement.
      L'économie d'échelle dont vous parlez n'a pas grand chose à voir avec "l'hygiène pour les prolos" que vous évoquez!

      Le sujet est évidemment trop vaste pour le décrire ici, mais posons-nous simplement la question de savoir qui vivait le plus souvent - et avec quels moyens matériels réels- dans ces quartiers, ces maisons.. qu'on voit maintenant comme des quartiers "de riches"

      En général, des ouvriers, des artisans, ah oui! des bourgeois aussi, petits et grands, qui frimaient en "décorant" leur maison, ou bureaux, avec des sculptures, ornements divers qui finalement participaient à ce qu'on appelait "l'embellissement des villes" dont l'ensemble de la population finissait par profiter...

      Le propos n'est évidemment pas de nourrir une nostalgie du passé; c'est une façon de se rappeler que les structures urbaines réflètent un type de structure de société, en donnent avant tout la photographie , et ont peu à voir avec les moyens matériels dont dispose cette société.

      Faisons attention à "l'art de vivre bourgeois"! Cet art de vivre là existe mème dans certaines favellas brésiliennes qui n'ont pas été trop attaquées!

      La logique concentrationnaire- totalitaire est la marque de nos sociétés contemporaines, qu'elles soient soviétiques ou dites capitalistes.
      Ne l'oublions pas.

      Supprimer
  5. La différence c'est qu'en URSS les logements étaient GRATUITS !

    Les immeubles de ce nouveau quartier bordelais sont immondes. Par contre les espaces verts ont l'air assez sympas.

    RépondreSupprimer
  6. BERK !!!
    30 ans de credit la dedans ? je dirais que ca suffit pas, il faut viser 100 ans , avec transmission si possible...
    Et porche cayenne a vie pour les vendeurs de ce superbe bloc de béton.

    RépondreSupprimer
  7. L'architecture soviétique c'est bien, mais il ne faut pas oublier l'architecture nazie.
    Regarde ces beaux blocs de béton :

    http://en.wikipedia.org/wiki/Prora

    http://en.wikipedia.org/wiki/File:ProraSeeseite.jpg

    Une barre d'immeubles de 4.5 km de long ! Mmmmm... ça fait pas envie ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. dis donc,c'était pas le moment de se gourer d'adresse et d'avoir a demander si quelqu'un connaissait untel!fo appeler dufflot,l'endroit peut résoudre ses problèmes en une fois

      Supprimer
  8. Je suis l habitant de l ecoquatier. Vous semblez repondre a coté ou du moins répondre sur ce que vous ne connaissez pas : un cas particulier.
    Cet eco quartier est concu comme une extension attenante au village d origine. Il consomme bien moins d espace qu une banlieu ordinaire ou qu un secteur pavillonaire ou encore qu un ensemble de maison à la campagne. C est un juste équilibre entre la promiscuité des villes et l extension pavillonaire automobilistique. Tout est faisable a pied, les logements sont performants, et en plus,c est loin d etre moche, avec une unité de style et la quasi absence de vie a vie.
    Ca défrise les fous du volant, ca fait chier les toujours grincheux anti-éco-* mais c est la réalité !
    Oui. Il existe des gens, des archi, qui bossent et travaillent si bien qu ils font des réussites en France.

    RépondreSupprimer
  9. Habitant à Bordeaux, j'ai vu grandir ce "eco-quartier" Ginko en allant faire les boutiques ...

    Au début, ça me semblait idiot de gâcher autant de foncier pour construire des bouses de 6 étages

    Au fil du temps, je me suis demandé qui allait acheter un logement aussi cher si loin du centre ville, juste à proximité de la cité joyeuse des aubiers (lire la presse ...), en bout d'une ligne de tram régulièrement en panne, et surtout PRESQUE SANS AUCUN PARKING (éco-quartier! hein!)

    La dernière fois que je suis passé devant, j'ai pris des photos tellement je me croyais en URSS ou en allemagne de l'est ... c'est terriblement moche, ça ressemble plus à un mouroir qu'a un quartier, limite la cité HLM à coté est plus accueillante.

    J'attends de voir qui va payer 300k€ pour un T3 dans ce merdier ... aux dernières nouvelles, je confirme, ça ne se vend pas!

    RépondreSupprimer
  10. Histoire d'en rajouter une couche sur Ginko:

    http://fr.foncia.com/annonces-immobilieres/location/detail.php?bien_id=772004&bd_id=FON

    967,91€ CC par mois pour un 80,51m2 ça vous tente?

    Non mais MDR ...

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.