jeudi 27 décembre 2012

Quand les jacqueries se transformeront en révolution

L'histoire va s'accélérer...

La fausse opposition gôche/droâte des mondialistes cosmopolites, riches illégitimes, prônant toujours plus de destruction de l'ordre ancien du peuple enraciné, pour faciliter la prise du pouvoir universelle par la Banque et la dette odieuse, a désormais un agenda limpide de destruction de ce qu'il reste de démocratie, de classes moyennes, et in fine, de peuple, dans ce qu'il a de plus naturel et constitutif. Le tout afin de faciliter un retour de fait à l'ancien régime, mais encore plus aliénant, décadent, oppresseur, histoire de ne plus avoir à organiser cette fatigante mascarade démocratique qui les emmerde, les contraint, et les empêche de jouir pleinement de leur richesse monétaire qu'ils se fabriquent au besoin.

Je ne reviens même pas dessus tellement tous les faits convergent de manière limpide dans cette direction.

Le souci étant que sans projet alternatif, la colère d'un peuple asservi, détruit et paupérisé ne peut que in fine aboutir à des jacqueries sans lendemain, comme les grecs le montrent depuis 3 ans.

Cette absence d'alternative est l'assurance la plus puissante qui puisse exister pour l'oligarchie qu'elle puisse poursuivre tranquillement son agenda. Elle se sent d'ailleurs tellement triomphante et sans opposition, qu'elle avance désormais ses pions ouvertement, sans se cacher et sans être inquiétée.

Or cette alternative, pour ma part, je la vois naître de plus en plus.

Non dans un socialisme scientifique déshumanisé et totalitaire, mais dans un projet de société de petits propriétaires, enracinés, de citoyens dignes organisés dans une démocratie réelle, et regroupant ensemble tous les petits producteurs, prolétaires et petits patrons, pour en finir avec cette fausse division du peuple au profit des élites mondialistes et sans peuple...

Cette alternative, c'est la réaction populaire (réaction dans le sens de "réactionnaire", contre ce qui va de plus en plus apparaître pour tous comme une escroquerie du mythe "progressiste", qui n'a que toujours plus de consommation à offrir comme sens à la vie, et qui va s'effondrer avec le pouvoir d'achat et les conditions de vie). Explicitée par Orwell (et dont le 1984 servait de description de la finalité logique de notre système oligarchique actuel, et qui en le couplant avec le Meilleur des Mondes d'Huxley, décrit très bien ce qui nous attend), on la retrouve tant avec Michéa, à gauche, qu'avec Soral, à droite, si on veut absolument s'acharner à garder la fausse division politique imposée par l'oligarchie.

Et, tel Montesquieu et son Esprit des Lois qui posait les conditions de structure de l'ordre post monarchique, on a dores et déjà des penseurs comme Chouard qui, avec sa démocratie par tirage au sort, commencent à théoriser les conditions de structure organisationnelle de ce nouvel ordre, bien plus naturel et authentiquement populaire, du bas vers le haut, et non l'inverse. Quelque chose de l'ordre de la démocratie suisse, mais bien au delà même.

Ce projet de société peut aussi agréger les authentiques libéraux (libéraux pour le peuple et non pour l'élite), ainsi que la part grandissante de la population qui subit et ressent au fond de ses tripes l'oppression de ce monde sans âme, consumériste, vide de sens, et destructeur de tout ordre ancien, pour amener à l'instauration de l'Homme Nouveau, aculturé, hors sol, réduit à un tube digestif à consommer, pour le plus grand profit de nos élites darwiniennes, à tendance sataniste.

Il ne manque plus grand chose désormais pour que tout ceci cristallise. A commencer par un parti politique clairement identifié se réclamant ouvertement de ce projet.

On le voit poindre en Italie avec le mouvement 5 étoiles de Beppe Grillo, qualifié de "populiste" par nos élites, pour le discréditer, mais qui est en réalité le plus grand compliment que des élites sans peuple et carnassières puissent faire à un opposant politique.

Il est crédité de 20% des voix. Mais tout ceci est encore trop brouillon pour agréger suffisamment et déclencher une véritable ferveur. Et si les populistes de la réaction comprennent bien ce dont ne veulent pas, ils ont besoin de penseurs afin d'expliciter leur projet constructif.

Tout ceci est encore naissant, et à l'âge de l'Internet, ça se met en place à vitesse accélérée. Et si comme je le pressens, le temps de l'impasse politique est bientôt terminé, les escrocs de la ploutocratie kleptocrate de gôche comme de droâte ont intérêt à s'accrocher. Ils ont mis deux siècles à prendre le pouvoir. Et ils ont un projet sataniste pour le monde. Et ils n'ont pas l'intention de rendre les armes comme ça, encore moins "démocratiquement" (la démocratie trafiquée n'ayant d'intérêt que dans la mesure où elle va dans leur sens). Préparez vous à ce que ça chauffe...

14 commentaires:

  1. Très bon synopsis. Tu écris un livre de science fiction ?

    RépondreSupprimer
  2. si tu pouvais avoir raison, je t'embrasserais.

    RépondreSupprimer
  3. Michea/Soral/Chouard me disent rien qui vaille. Meme Drac me parait plus potable.

    RépondreSupprimer
  4. Une révolution ? Les révolutions sont le fait de pays à la population jeune, ayant même des problèmes pour se nourrir. Ici, il y a trop de gens souvent vieux, bien nourris et gras du ventre.

    Des émeutes, notamment de banlieue et des mouvements sociaux, grave et impressionnant dans certain cas, oui, mais c'est tout.

    Le seul scénario crédible serait l'accession du FN au pouvoir, sur un mode très similaire à celui de l'AKP en turquie. Mais même ca, on en est loin.

    IL faut regarder ce qui se fait en Amérique Latine, car la France ressemble désormais à un pays d'Amérique hispanique (le Brésil est un cas à part). Dettes et mauvaise gestion chronique, politiciens populistes et incompétents à la Chavez pratiquant facilement l'insulte et déclarations agressives, type Sarkozy, Montebourg ou son premier ministre, jusqu'au président actuel qui dans la bonne tradition francaise avait désigné une catégorie de population, disant ne pas aimer les riches...

    Il ne se passera rien ou pas grand chose, une fraction trop importante de la population aurait à y perdre. Ca s'appelle le déclin.

    RépondreSupprimer
  5. Oui, ça va chauffer... ce n'est pas dans les urnes que le changement va advenir ! Avec toute cette population de vieux qui ont peur de leur ombre... Il faudra en passer par la violence, en espérant que les jeunes auront les c... d'imposer leurs vues, et de s'inventer un avenir.

    RépondreSupprimer
  6. 2013 - 1793 = 220 ans.

    Bientôt une grande fête pour célébrer un grand évènement ?

    RépondreSupprimer
  7. lol
    tu lis ou écoute trop de Soral, décroche.

    Pas de révolution en vue, mais ça permet d'espérer, et surtout de stagner.

    Tu connais la tactique militaire suivante pour faire un prisonnier ? quand tu encercle un ennemi, il faut lui laisser une ouverture, car s'il se sent totalement cerné, sans échappatoire, sans espoir, alors c'est la qu'il peut tenter le tout pour le tout quitte à y perdre la vie.

    Ben la c'est pareil, "on" te laisse un vague espoir, comme ça, tu restes sagement à ta place sans faire de vagues.

    Il y a bien une forme d'eveil politique sur le net, Zbig en parle, je pense que si quelqu'un fait autorité en la matière, c'est bien lui.
    Mais l'alternative politique dont tu parles, c'est du flan.
    Le démocratie par tirage au sorte de Chouard le neuneu de l'économie ne tient pas débout.

    Et la vraie question, ce n'est pas le système politique, c'est l'énergie. Si on te coupe l'électricité, tu pourra avoir le système politique que tu veux ... tu n'ira pas bien loin. Le vraie pouvoir n'est pas sur le devant de la scène, ni même en coulisse, c'est dans la salle des machines.

    Et pour l'instant, qui propose autre chose que le pétrole, gaz, charbon, nucléaire et l'industrie lourde ?

    RépondreSupprimer
  8. salut,
    ouaip, pareil que anonyme : "Il ne se passera rien ou pas grand chose, une fraction trop importante de la population aurait à y perdre. Ca s'appelle le déclin."

    j'allais écrire un peu près la même chose.

    yongtai

    RépondreSupprimer
  9. GARDER LE POUVOIR EN 10 LEÇONS
    1) saupoudrer d'aides sociales en empruntant à l'extérieur,
    2) saupoudrer d'aides sociales en tapant dans les portefeuilles de ceux qui ne sont pas déjà partis,
    3) quand il n'y a plus d'argent, trouver un bouc émissaire avec dans l'ordre :
    -immigrés fraichement arrivés,
    -riches (prendre les discours des années 20 et 30 et remplacer "juifs" par "riches", succès garantis)
    -immigrés naturalisés,
    -français " pas blancs",
    -islamistes,
    -chinois,
    -grande finance internationale
    -spéculateurs,
    -traders,
    -paradis fiscaux
    4) organiser de petites émeutes dans les banlieues pour faire peur à tout le monde,
    5) lancer de petits partis d'oppositions pour lister les contestataires, encourager subtilement leur départ pour l'étranger
    6) déclencher une guerre à l'extérieur
    7) discréditer les contestataires identifiés précédemment, et qui ne sont pas partis, pour terrorisme, pédophilie, nazisme, les arrêter si nécessaire,
    8) grande campagne de vaccination pour n'importe quoi histoire de faire peur et d'occuper le terrain médiatique, en général parler de tout dans les médias (mariage homosexuel, otages à l'étranger, alcoolémie au volant, drogues dans les banlieues, bla bla) sauf de ce qui est important,
    9) grande campagne patriotique d'emprunt d'Etat (histoire de rafler les derniers petits sous et de donner l'illusion d'une solution accessible)
    10) reprendre la liste à partir du point 2 avec l'argent raflé au point 9

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. -immigrés fraichement arrivés,
      -immigrés naturalisés,
      -français " pas blancs",
      -islamistes

      On doit pas habiter le même pays...

      Supprimer
    2. Vous ne pensez pas que ces gens se feront taper dessus bientôt pour que la clique au pouvoir détourne le mécontentement général?

      Supprimer
    3. Je serais étonné, même avec 5 millions de chômeurs on en fait rentrer par wagons entiers chaque année, et a peu prés tout le monde à l'air de trouver ça trés bien.
      En prime, ceux qui osent émettre l'idée qu'on marche sur la tête et que tout ça va mal finir sont immdiatement traités de racistes (à gauche comme à droite)

      Supprimer
    4. Que l'on marche sur la tête et que cela devrait logiquement mal finir, je suis tout à fait d'accord avec vous.

      On peut concevoir beaucoup de raisons à l'accueil de grandes populations immigrées même en temps de chômage massif :
      - générosité naturelle d'un pays riche pour des populations pauvres,
      - accord avec les pays d'origines en contrepartie de... quelque chose qui va de contrats préférentiels aux pots de vins tout bêtes,
      - philosophie humaniste pour la paix entre les peuples (on ne fait pas la guerre à ceux que l'on côtoye régulièrement et que l'on a appris à connaitre, je n'y crois pas mais bon le débat est concevable)
      - combattre de futures revendications de classe en divisant les travailleurs (comme quand on importait des italiens et des polonais pour remplacer les mineurs grévistes)
      - combattre de futures contestations sociales en divisant le peuple avec des antiraciste, des racistes, des gens excédés par un climat mafieux dans leur banlieue, des mafieux qu'on laisse proliférer, des populations qu'on arrose de RSA et de logement plus ou moins gratuits sans leur demander un effort d'assimilation à la culture locale, des gens pas ou peu raciste qui ne se sentent "plus chez eux", des racistes qui se trouvent justifiés dans leur jugement et qui attendent avec impatience "que ça pète" pour se lâcher un grand coup, des antiracistes qui sont prêt à fermer les yeux sur tout pourvu que l'on continue à être un pays vraiment trop gentil (et que les immigrés ne viennent pas loger dans leur immeuble).
      Cela s'appelle diviser pour régner, non?

      Avec les bisounours (le racisme c'est méchant, on est assez riche pour sauver plein de pauvres) et les salauds (je te met 30 gus dans ton escalier qui parlent pas ta langue, et si tu moufte je te dénonce comme nazi , petit-fils de collabo, et puis tu va me donner plus de ton salaire pour leur donner des allocs a chacun et me payer mes petit fours et mes voitures de fonction et mon logement de fonction etc etc...) et toute la gamme entre les deux, je pense que nous somme suffisamment bien gouvernés pour nous assurer un avenir radieux.

      Supprimer
  10. déclin = pas de croissance = pas de travail = pas de ressource = ça va aller vite

    surtout dans notre société.

    Jadore les vieux qui essaye de se rassurer.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.