mardi 18 décembre 2012

Sur la laïcité... et digression

On m'a posé cette question en commentaire :
Disco, tu es pour ou contre la laïcité ?
C'est pas de la provoc, j'aimerais vraiment savoir.

Ma réponse :
Pour, mais la vraie alors.

Pas la religion maçonnique qui impose sa vision blougui boulguiste, immigrationniste, son libéralisme libertaire où tout se vaut, son extrémisme du "progrès", sa dictature de la pensée où quiconque qui est critique est excommunié ad hitlerum. Le tout en ne s'assumant pas et en se cachant derrière ce mot de "laïcité". Bref, pas la "laïcité" de gôche à la Peillon...

Et pour le coup, je suis plutôt pour une approche à la Le Pen. Pas de signes distinctifs sur la voie publique. Histoire de récréer du sens commun, du savoir partagé, de sortir des stigmatisations volontaires, et de sortir du communautarisme. Qu'on sorte aussi de cette logique de mode, de coiffures spécifiques à chaque communauté. Bref, pas l'intégration, mais l'assimilation.

Recréer de la résilience. Vu ce qui nous vient dessus, on en aura besoin... Et pas qu'un peu...

De toutes façons, il faut bien comprendre que tous les délires bobo gaucho, tout ces abus à la solidarité, toutes ces rentes, tout le festivisme, ça va devenir insupportable avec l'appauvrissement qui s'en vient.

On a tendance à être tolérant quand sa propre richesse augmente quand même un peu. Mais ça marche aussi à l'envers...

La société va se durcir. C'est une certitude.

Y a pas mal de guignols qui pensent tenir la France pour les siècles des siècles avec leur idéologie clownesque, libérale libertaire, qui se fout totalement des conditions de vie du petit peuple. Tous ces escrocs vont déchanter... Surtout que les conditions de vie étant de plus en plus perraves du côté du "niveau de vie", du pouvoir d'achat, les gens vont se raccrocher d'autant plus au "cadre de vie", à ce qui ne se monnaye pas...

Idem, tout ce délire qui fait jusqu'à la famille un produit de consommation est condamné à crever la gueule ouverte. Le divorce sur un coup de tête va devenir un luxe. Les mères célibataires, une hérésie. Les familles vont se regrouper à 3 ou 4 générations sous le même toît dans de grands volumes. On va voir revenir la notion de clan, d'héritage. La consommation va reculer, pour redonner de la place à l'humain.

Voila comment je vois la suite logique des choses...

On peut voir ça en bien ou en mal, mais c'est juste logique.

Tout autre comportement sera un suicide économique. Avec le mur des ressources, on est bien plus parti pour vivre comme des polonais d'aujourd'hui que comme des américains d'avant la crise...

15 commentaires:

  1. DISCO
    En voila une belle
    La preuve que tu es dans le vrai
    http://fortune.fdesouche.com/291034-carlton-de-lille-des-filles-et-des-francs-macons

    RépondreSupprimer
  2. sur ce lien
    http://fortune.fdesouche.com/291034-carlton-de-lille-des-filles-et-des-francs-macons
    on remarquera que les juifs sont cités mais pas stigmatisés
    A qui peut bien appartenir l'express ? hum
    Pour les bizus de la FM GOF = grand Israel

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour ta réponse.

    "Et pour le coup, je suis plutôt pour une approche à la Le Pen. Pas de signes distinctifs sur la voie publique. Histoire de récréer du sens commun, du savoir partagé, de sortir des stigmatisations volontaires, et de sortir du communautarisme. Qu'on sorte aussi de cette logique de mode, de coiffures spécifiques à chaque communauté. Bref, pas l'intégration, mais l'assimilation."

    C'est surtout ça qui m'intéressait. Entièrement d'accord, à la nuance près que je pense que le FN n'a pas le monopole de cette vision stricte de la laïcité.

    Ensuite tu es plutôt conservateur sur le plan sociétal.



    RépondreSupprimer
  4. Tu disais dans un de tes derniers commentaires que Soral avait 10 ans d'avance sur tout le monde, il a à mon avis bien plutôt 10 ans de retard.

    Vos histoires de réconciliation, d’assimilation, de décence commune, de passer de communautés à LA communauté estampillée France c'était il y a 10 ans qu'il fallait et qu'on pouvait encore le faire, lorsqu'il y avait encore une majorité historique à laquelle s'assimiler.

    Maintenant on va assimiler quoi dans quoi ? Dans nombre de quartiers, assimiler revient à intégrer des Roms à des Maliens, des Hindous à des Algériens, des Géorgiens à des Sénégalais...
    Et en 2012, on voit encore des gens qui pensent que c'est en mélangeant de FORCE des pauvres du monde entier sur un même bout de territoire en leur donnant des miettes à se partager que l'on va réduire et annihiler le racisme et l'intolérance, alors qu'on ne fait qu'importer des haines et des conflits latents. Quelque part solidarité et fraternité sont morts avec l'immigration.

    S'il y a bien des données que l'on peut anticiper et annoncer avec plus ou moins de certitude ce sont bien les données démographiques, elles se trompent rarement et en France, à la vue de cet ersatz de statistiques ethniques que représentent les études sur la drépanocytose, elles ne sont pas belles à voir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as parfaitement raison.

      C'est en effet trop tard.

      L'idée soralienne est généreuse... mais tombe totalement à plat, lorsque placée dans une perspective historique.

      J'ajouterai même que ce n'est pas 10... mais plutot 30 ans... C'était en 1980 que la situation aurait pu être "retournée". Pour déboucher sur cette vraie intégration. Bref, pour pouvoir défuser la bombe.

      Soral est pointu. Un cerveau bien fait, et original, passionnant à écouter... Mais là, il déconne à plein tube. Il est en effet en retard.

      Tout "bêtement" si j'ose dire.

      Nous sommes "way beyond" le point de non retour.

      Comme tu le dis, on ne triche pas avec la démographie.

      Supprimer
  5. L'assimilation de la Franc Maçonnerie en permanence à tout ça est triste.
    Une seule obédiance est concerné, et elle ne représente pas la majorité de la maçonnerie.
    Je connais pour ma part des hauts grades d'obédiances respectables, qui ne sont pas de la GLNF.
    On retrouve de plus en plus cette idée de laicité extrème en maçonnerie contrairement à ce que l'on peut croire.
    Bref. Je suis aussi de votre avis.
    Je tiens régulièrement ce discours dans mon entourage et ma famille. Il faut redonner du sens aux vrais valeurs que sont l'unité et la famille.
    Alors certes ce discours est peut être tardif, mais pour notre part, nous axons tout dans notre quotidien sur la famille, le mode de vie (je fais poser une éolienne en début d'année) afin de favoriser le confort quotidien et pouvoir à un instant T diminuer au max mes dépenses. Le regroupement sous un même toit verra en effet peut être le jour. Ce sera un des moyen de survie.
    Concernant la laicité, même si cela est trop tard pour certains, il y aura une finalité. L'appovrissement commencera par les banlieues; les conflits civiles vont apparaitre. Les oppositions religieuses et autre aussi, entrainant de fait une montée de la haine, car dans une situation de crise, il est nécessaire de trouver un coupable que l'on peut atteindre et identifier facilement. Le riche pour le pauvre, le pauvre pour le riche... comme les immigrés pour certains 'Français". Bref des conflits de groupuscules, sociétals, racials, et autre.
    Vivre à la campagne, loin des banlieues et des grandes villes, en pseudo autonomie, sera une solution.
    Finalement la corse est peut être la mieux préparé à cela. Habitué au maniement des armes, ils seront les mieux préparés.

    RépondreSupprimer
  6. Sur ce point je ne suis pas d'accord avec toi Tonio, malgré tout le respect que je te porte. Il ne faut pas confondre religion et culture. Et en voulant imposer à tout prix une laïcité très stricte, on risque aussi d'effacer petit à petit notre culture et identité judéo-chrétienne. Je dis ça, je ne suis pas chrétienou juif pratiquant, et encore moins musulman. Je suis tout simplement agnostique, donc pas vraiment biaisé dans ce débat, en revanche mon identité, ma culture sont clairement judéo-chrétienne, et il faut défendre cette identité et cette culture. Imposer une laïcité stricte c'est encore une fois faire le jeu des intégristes. Le père noël c'est notre culture, les églises aussi, toute la gastronomie qui va avec, etc etc ... en essayant de défendre la laïcité, ce qui est ok, on a tendance à oublier l'identité et la culture.
    Bien à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Petite apartée, au sujet de la culture "judéo-chrétienne". Je dois bien avouer que j'ai un peu de mal avec cette idée. En tant que juive, pas haredit mais pratiquante tout de même, je me sens plus proche des Musulmans que des Chrétiens ou des Humanistes de culture Chrétienne.
      Le père Noël et les églises font partie de la culture française, c'est une évidence. Et il est logique et sain de vouloir les préserver, vous avez tout à fait raison. Mais ils sont issus de la culture Chrétienne et de la culture Chrétienne uniquement.

      Supprimer
    2. Bjr Caro, ne pas confondre ce que tu ressens en termes d'affinités, et le concept de judéo-christianisme, à savoir le fait de croire en un seul Dieu se réclamant de la Bible. Qd au père noël, il a dépassé le cadre religieux, et fait partie intégrante de la culture occidentale, j'ai des amis juifs pratiquant, qui célèbrent le père noël par coutume et assimilation à notre tradition ...

      Supprimer
  7. L'école républicaine a été, dès les débuts, conçue comme une machine de guerre au service de la république. Notamment :
    Guerre contre les consciences (la religion), d'abord.

    Guerre d'évangélisation pour l'empire colonial, après : la francophonie,...

    Guerre, dès le départ, pour l'unité territoriale par l'action contre les régionalismes (il y a peu encore : parler patois ou alsacien dans la cour = 1 torgnole / Aurore Martin expulsée en Espagne aujourd'hui).

    Guerre la plus récente ( car il faut toujours une guerre) : pour le Boulgui-boulguisme. Avec la défense d'une illusion nouvelle : la France n'est pas un territoire, une nation, mais un idéal fondé sur le triptyque républicain (Liberté, égalité,...). D'où la justification du rassemblement sur son sol de tous les terriens partageant cet idéal. Soit à peu près exactement ce qu'a dit Bartolone sur RMC il y a 2 jours.

    L'Education nationale (notez : "éducation") se pique donc, depuis le début, d'éduquer nos enfants, pas de les instruire. Ceci supposant, en arrière plan, un modèle aussi dominant que conquérant - évidemment disparu - . D'où la débâcle actuelle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Ceci supposant, en arrière plan, un modèle aussi dominant que conquérant - évidemment disparu - . D'où la débâcle actuelle. "

      C'est clair qu'il y a quelque chose de vraiment pathétique à voir ces clowns agiter des bras bien fort sur le pont du titanic, à nous chanter les louanges de la robustesse de la conception de leur navire...

      Et la décadence et la mort de leur modèle n'est pas un truc qui provient de l'extérieur. C'était inscrit dans ses gênes. Leur extrémisme blougui boulguiste est une insanité qui nie la nature humaine profonde. Ça ne pouvait pas finir autrement... comme tous les délires d'Homme Nouveau...

      Supprimer
  8. "Pas de signes distinctifs sur la voie publique. Histoire de récréer du sens commun, du savoir partagé, de sortir des stigmatisations volontaires, et de sortir du communautarisme. Qu'on sorte aussi de cette logique de mode, de coiffures spécifiques à chaque communauté. Bref, pas l'intégration, mais l'assimilation."

    Le problème, c'est qu'avec le retour au clan et la fin du modèle étatique, il y aura inévitablement une tendance lourde au communautarisme...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pendant ce temps nos amis "syndicalistes" (il faut vraiment utiliser des guillemets) font leur petite branlette intectuelle.

      Le nouveau patron de la CFDT est un véritable illuminé (voir ses "3 points" !).

      **********************
      Le nouveau secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a prévenu mercredi le patronat que "sans taxation des contrats courts, il n'y aura pas de signature de la CFDT" au bas d'un accord sur la réforme du marché de l'emploi, alors que les négociations reprennent cet après-midi.

      "A l'heure qu'il est, les conditions d'un accord ne sont pas réunies", a estimé le leader cédétiste lors d'une rencontre avec l'association des journalistes d'information sociale (Ajis).

      "Aujourd'hui, le patronat doit avancer sur trois points durs pour la CFDT, la généralisation des complémentaires santé, les droits rechargeables à l'assurance-chômage et la taxation des contrats courts", a énuméré M. Berger.

      Selon lui, "il y a un blocage dur des troupes du Medef, qui a un comportement idéologique".

      "Il est fort peu probable que jeudi 20 nous ayons un texte soumis à la signature, ça voudrait dire que le patronat aura avancé. Franchement, je ne me situe plus dans cette perspective", a-t-il lancé.

      Supprimer
  9. "Le divorce sur un coup de tête va devenir un luxe. Les mères célibataires, une hérésie. Les familles vont se regrouper à 3 ou 4 générations sous le même toît dans de grands volumes. On va voir revenir la notion de clan, d'héritage. La consommation va reculer, pour redonner de la place à l'humain"
    Si le divorce devient un luxe, si les mères célibataires deviennent hérétiques, si on a un regroupement forcé sous un même toit de gens qui ne s'apprécient pas forcément, j'ai un petit peu de mal à voir en quoi l'humain y gagne. J'y vois plutôt un retour au patriarcat et à ses corollaires d'opression de la femme (et de l'homme, indirectement).

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.