samedi 29 décembre 2012

Sur les gaz de schistes

Ce qu'on ne dit pas sur le miracle gazier américain
Les Echos, Robert Bell, 29/12/2012 (en Français texte en français )
→ lien
Si l'exploitation du gaz de schiste est en passe de faire redémarrer l'économie américaine, c'est en grande partie grâce à l'État fédéral qui, via de multiples exonérations fiscales sur les forages, subventionne massivement les opérateurs.

Mais ce n'est là qu'une partie de l'histoire. Une autre société américaine subit des pertes massives dans le gaz de schiste : Chesapeake Energy. Les entreprises de forage comme Chesapeake, qui ne sont pas des compagnies pétrolières intégrées comme Exxon, reçoivent une subvention fiscale pour les forages. Grâce à une loi de 1916, elles peuvent amortir la quasi-totalité des coûts de forage d'un puits dans l'année du forage, plutôt que d'étaler l'amortissement sur la durée de vie utile du puits.

Un article paru le 2 juillet 2012 sur Bloomberg.com explique que Chesapeake a réalisé 5,5 milliards de dollars de bénéfices avant impôts depuis que la société a été fondée, mais n'a versé qu'un total de 53 millions de dollars en impôt fédéral sur le revenu, moins de la moitié de la rémunération annuelle de son PDG sur la seule année 2008. Sans le privilège de l'amortissement accéléré, la société aurait dû s'acquitter d'un impôt beaucoup plus élevé. Si l'entreprise poursuit les forages, verse des dividendes, le cours de ses actions ne cessera de monter, et les dirigeants encaisseront leurs options de souscription d'actions... Puis la société fera faillite, comme elle risque de le faire dès l'an prochain si elle ne trouve pas les 17 milliards de dollars requis pour combler son déficit.



Gaz de schiste, la manche secrète de l’industrie américaine en 2013
Le Temps via Le blog à Lupus, 29/12/2012 (en Français texte en français )
→ lien
Gaz de schiste, la manche secrète de l’industrie américaine en 2013 L’avantage compétitif commence à jouer à plein dans l’acier, le raffinage, la chimie ou le ciment. Pour la population dans son ensemble, les gains restent encore mesurés

Une étude de Credit Suisse estime ainsi que les économies réalisées grâce au gaz meilleur marché ont totalisé, jusque-là, l’équivalent de 1,5% des revenus disponibles du pays. Au mieux. Et cet avantage est encore plus limité en prenant en compte le quasi-doublement des prix du pétrole sur la même période. Il le restera tant que d’autres utilisations – en particulier les moteurs de poids lourds sur lesquels travaillent des sociétés comme Cummins Westport – n’auront été trouvées pour cette manne gazière.

3 commentaires:

  1. disco l'autre jour tu te demander ci les resserves de gaz valez vraiment le déplacement et bien c'est pire que ça, c'est un plan marchall et le plus drôle est de recouper ça avec un reportage TF1 du nouvelle eldorado de la population américain jeune et sans diplôme qui ne déplacer même pas sa famille et travailler pour gagner beaucoup d'argent qui en faite paye le crédit maison et entretien la jeune familleet surtout les apparences de classe moyenne qui consomme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est vraiment illisible anonyme, fait un effort !
      yongtai

      Supprimer
  2. Le gaz de schiste c'est la grande arnaque du gouvernement américain faite pour retarder encore un peu l'inéluctable faillite ! Comprenez-le bien, il n'y aucun miracle là-dedans, c'est de la com.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.