samedi 26 janvier 2013

Babel ou la mort

Les toujours mêmes, qui essaient de forcer leur agenda blougui boulguiste, libéral libertaire, pour la destruction des nations souveraines, des cultures enracinées, de toute tradition, et pour instaurer le meilleur des mondes, la loi de la jungle, le darwinisme, pour le plus grand profit de cette bourgeoisie décadente...

Naturellement, on nommera ce projet authentiquement de merde, "progrès".

Cri d'alarme d'écrivains sur l'UE-"L'Union politique ou la mort"
Reuters, 25/01/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Sans union politique, c'en sera fini de l'Europe : douze écrivains européens, dont le Britannique Salman Rushdie, l'Italien Umberto Eco et le Français Bernard-Henri Lévy, lancent un cri d'alarme dans une tribune publiée vendredi par Le Monde.

20(19)13
blog de Jacques Attali, 21/01/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Aujourd’hui, les mêmes forces de progrès et de liberté s’expriment; les mêmes grondements existent; les mêmes mouvements destructeurs. La même crise economique. La même tentation d’en sortir par le protectionnisme, la violence et même la guerre, au moins froide.

Si on ne pose pas clairement ces principes, si on laisse nos économies se fermer et les guerres commencer, on court à une épouvantable catastrophe, dont on ne sortira, si tout ressemble au siècle passé, qu’en 2089, après, toute proportions gardées, plus de 200 millions de victimes.

Et puis si Jerusalem pouvait devenir capitale mondiale de cette dictature de la banque et des marchands du temple, on s'en plaindra pas hein ?

Perso, j'ai comme dans l'idée, que c'est ces gusses, avec leur projet, qui les créent les conditions de la guerre.

Des peuples souverains dans des nations souveraines, des citoyens soldats dans des démocraties véritables à la suisse, qui travaillent à l'excellence plutôt qu'à l'exploitation, faisant entre elles du bon commerce, en lieu et place de la brimade du capital sans frontières, ça calmerait bien des tensions...

4 commentaires:

  1. L’€uro et son cortège de promesses non tenues.

    L’interminable « crise de l’€uro » révèle au grand jour les carences originelles de la monnaie unique. Alors que nos gouvernants feignent de découvrir l’ampleur de la crise, il faut rappeler que la quasi totalité de l’élite économique et politique avait plébiscité l’€uro (notamment en militant en faveur du traité de Maastricht).

    Cet article, publié par le journal « Le Monde » en 1997, est un bon résumé des incroyables promesses formulées à l’époque : la monnaie unique devait réduire la spéculation, assainir les finances publiques, favoriser la croissance et contribuer à l’harmonie entre les peuples. En somme, l’€uro était un projet aux bénéfices incalculables.

    L’amnésie et le zapping médiatique dominent assez largement le débat public. C’est pour cela qu’il est utile de retrouver certains documents emblématiques. Confronter les discours du passé avec les résultats actuels est souvent riche d’enseignements.

    Cette tribune, co-signée par 35 éminents spécialistes (tels Jacques Attali ou Pascal Lamy), est édifiante.
    Signataires :
    1- Michel Albert, membre du Conseil de politique monétaire ;
    2- Edmond Alphandéry, président d’EDF ;
    3- Jacques Attali, conseiller d’État ;
    4- Robert Baconnier, président du directoire du Bureau Francis Lefebvre ;
    5- René Barberye, président du directoire du Centre national des Caisses d’épargne et de prévoyance ;
    6- Claude Bébéar, président d’AXA-UAP ;
    7- Jean-Louis Beffa, président de Saint-Gobain ;
    8- Christian Blanc, ancien président d’Air France ;
    9- Christian de Boissieu, universitaire, économiste ;
    10- Jean Boissonnat, journaliste ;
    11- Philippe Bourguignon, président du Club méditerranée ;
    12- Monique Bourven, président-directeur général State Street Bank SA ;
    13- Hervé Carré, directeur des affaires monétaires à la Commission européenne ;
    14- Jérôme Clément, président de la Cinquième ;
    15- Bertrand Collomb, président de Lafarge ;
    16- Paul Coulbois, professeur émérite des universités ;
    17- Lucien Douroux, directeur général de la Caisse nationale du crédit agricole ;
    18- Jean-René Fourtou, président de Rhône-Poulenc ;
    19- Jean-Marie Gorse, président national du centre des jeunes dirigeants (CJD) ;
    20- Gilbert Hyvernat, directeur général de la Croix-Rouge française ;
    21- Jean Kahn, président de la Commission consultative européenne « racisme-xénophobie » ;
    22- Philippe Lagayette, directeur général de la Caisse des dépôts et consignations ;
    23- Pascal Lamy, directeur général du Crédit lyonnais ;
    24- Jacques de Larosière, président de la BERD ;
    25- Daniel Lebègue, vice-président de la BNP ;
    26- Robert Léon, gérant de Qualis SCA ;
    27- Edmond Malinvaud, professeur honoraire au Collège de France ;
    28- Gérard Mestrallet, président du directoire de Suez-Lyonnaise des eaux ;
    29- Jean Miot, président de l’AFP ;
    30- Thierry de Montbrial, membre de l’Institut ;
    31- Etienne Pflimlin, président du Crédit mutuel ;
    32- Jean-François Pons, directeur général adjoint à la Commission européenne ;
    33- René Ricol, président du Conseil supérieur de l’ordre des experts-comptables (csoec) ;
    34- Jacques Rigaud, président de RTL ;
    35- Gérard Trémège, président de l’Assemblée des chambres de commerce et d’industrie.

    http://www.manifestepourundebatsurlelibreechange.eu/en-1997-leuro-une-chance-pour-la-france-une-chance-pour-leurope-texte-publie-dans-le-supplement-economique-du-quotidien-le-monde-date-du-28-octobre-1997/

    RépondreSupprimer
  2. Rappelle toi ce que je t'ai dit il n'y a pas longtemps.
    Le moment venu, ils nous demanderont de choisir entre l'Europe fédérale ou le chaos, devine ce que les moutons vont répondre....


    C'est un véritable New Deal à l'échelle planétaire qui est nécessaire. Un New Deal écologique et économique. Au nom de la France, j'appelle tous les États à se réunir, pour fonder le nouvel ordre mondial du XXIème siècle […]
    Allocution du Président de la République devant l'Assemblée générale de l'ONU, 25 septembre 2007, Assemblée générale de l'ONU, dans Site elysee.fr, Nicolas Sarkozy.


    [L'année] 2009 sera peut-être l'année de naissance d'un nouveau capitalisme, d'un nouvel ordre mondial [...] On ira ensemble vers ce nouvel ordre mondial, et personne, je dis bien personne, ne pourra s'y opposer.
    Allocution du Président de la République, 16 Janvier 2009, face au Corps Diplomatique, dans Site dailymotion.com, Nicolas Sarkozy.


    http://fr.wikiquote.org/wiki/Nouvel_ordre_mondial

    RépondreSupprimer
  3. c'est chouette, gratuitement, on a une belle liste de la crème des pourris, des valets de ce système !
    (faut voir le bon coté des choses :-)

    yongtai

    RépondreSupprimer
  4. Sur une construction européenne possible qui respecterait les spécificités des pays et des régions : http://www.europepolycentrique.org/
    Beaucoup à lire et tout n'est peut-être pas à garder mais ça donne toujours à penser.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.