dimanche 27 janvier 2013

Bernard Lugan explique le Rwanda et le Mali

   EDIT en fin de post

Bernard Lugan, qui ne cache pas sa proximité avec l'Action Française, fait une conférence sur l'Afrique à l'université d'été de ces derniers.

Vue l'image en introduction, on est tout de suite mis dans l'ambiance.

Mais ça mis à part, il y explique très bien l'impasse totale qu'est la démocratie et le concept du "one man, one vote", dans des pays à deux ou trois ethnies...

Dommage qu'on soit obligé d'aller chercher du côté de l'extrême droite pour trouver des discours de bon sens.

Faut dire que partout ailleurs, le bon sens est devenu une denrée rare, voire interdite. Il ne règne plus que la chape de plomb et le n'importe quoi généralisé de la psychologie Système, comme dirait De Defensa...

Bernard Lugan la démocratie en Afrique
Bernard Lugan, 05/10/2012 (en Français texte en français )





   EDIT : Je fais un edit à ce post car j'ai reçu un mail du responsable de la communication de l'action française quant au qualificatif d' "extrême droite". Il a bien droit à répondre à ce qualificatif et je vous le reproduis :

Ici, à l'Action française, nous suivons avec plaisir ton blog, ainsi que tes questions toujours impertinentes lors de l'émission de Nicolas Doze, aussi nous pardonneras-tu de rectifier, en toute amitié, en toute communauté de vues, une petite erreur qui s'est glissée dans un de tes post récent. Je veux parler de celui consacré à Bernard Lugan et à sa vision décapante de la démocratie en Afrique.

Dans ce post, tu qualifies notre mouvement d'extrême droite. En termes historiques cela peut avoir une forme de pertinence, puisque lors de la révolution française les plus ardents partisans de la royauté siégeaient à l'extrême droite de l'assemblée, quand les partisans les plus forcenées "du passage de l'ombre à la lumière", du "Progrès", siégeaient eux à l'extrême gauche.

En dehors de ce contexte, il semble toutefois inadéquat de qualifier l'Action française de mouvement d'extrême droite. Pour moi un mouvement d'extrême droite, c'est un mouvement qui affectionne les chefs tout puissants, les défilés au pas de l'oie, les foules lobotomisées, les mouvements d'encadrement de la jeunesse... en bref, toutes choses très pittoresques mais franchement ennemies de la liberté.

La démarche royaliste (et fondamentalement l'Action française n'est rien d'autre qu'un mouvement patriotique et royaliste) est tout autre. Les royalistes d'Action française ne sont pas opposés à la démocratie mais seulement opposés à la démocratie là où elle ne fonctionne pas. Nous avons la faiblesse de penser que le peuple n'est pas stupide, doit déterminer son destin, mais qu'on obtient des réponses intelligentes qu'à des questions intelligentes et comprises. Le référendum est l'une de ces élections intelligentes que nous aimons beaucoup (Ah, si nous avions eu un jour un référendum sur l'immigration !). A l'autre bout du spectre, nous adorons la démocratie suisse et les enjeux locaux que tous peuvent comprendre par la proximité qu'ils en ont.

Nous aimons peu par contre les partis politiques, machines à créer de la passion politique fictive, machines à couper le peuple en deux sur des concepts fumeux. Le drame de notre peuple c'est que nous sommes une nation de philosophes et que pour peu que de grands mots soient exposés devant nous ("Egalité", "Progrés", "Solidarité", "Socialisme",...) nous nous enflammons et portons nos voix à des gangsters qui auront beau jeu de mener la politique qui convient à leurs intérêts (ou à leurs lubies idéologiques) mais certainement pas au notre.

Si tu veux en savoir plus long sur l'Action française et sur le régime réconcilié avec la longue durée auquel nous aspirons reporte-toi à nos dossiers : → lien

Tu peux, sur la question de la démocratie locale et du référendum, voir quelques une de nos vidéos :
→ lien
→ lien

Sur celle du royalisme te reporter aux avis de Michel Drac ou de Piero san Giorgio, que j'ai eu le plaisir d'interroger à ce sujet :
→ lien
→ lien

[...]

Amitiés tout sauf maçonniques

11 commentaires:

  1. l'essentiel est que l'on soit éclairé, et c'est le meilleur spécialiste français de la question, dont les prédictions s'avèrent remarquables depuis le moment où je l'ai découvert. Evidemment ne passent dans les médias que les niais qui se trompent systématiquement sur tout, pas étonnant que l'on finisse pas se dire que tout cela n'est que l'Orient (ou l'Afrique en l'occurrence) compliqué et que cela ne vaut pas le coup de creuser plus la question.
    Après chacun peut exercer son sens critique, et l'on n'est pas obligé d'être d'accord sur tout avec lui

    RépondreSupprimer
  2. Ce ne sont pas les gens d'extrême-droite qui ont du bon sens. C'est simplement qu'avoir du bon sens te fait automatiquement cataloguer d'extrême-droite par l'idéologie dominante

    RépondreSupprimer
  3. Mali : Le Drian confirme la prise de l'aéroport de Gao.

    Après avoir repris trois localités dans le centre et l’ouest du Mali, les militaires français et maliens se sont lancés depuis vendredi dans la reconquête du Nord, occupé par les groupes islamistes depuis plus de neuf mois, se dirigeant vers les métropoles de Gao et Tombouctou.

    «Les forces maliennes et françaises sécurisent l’aéroport de Gao et le pont Wabary de Gao. Ces deux endroits stratégiques sont sous contrôle des forces malienne et française», a déclaré une source de sécurité malienne à l’AFP.

    Ces informations ont été confirmées par le ministère français de la Défense.

    L’aéroport de Gao se situe à environ 6 km à l’est de la ville. Le pont sur le Niger est lui placé à l’entrée sud de Gao, une des trois principales villes du Nord du Mali, située à 1.200 km au nord-est de Bamako.

    La source de sécurité n’a pas fait état de combat et n’a pas précisé si Gao proprement dite restait contrôlée par des groupes armés. D’autres sources ont indiqué que la plus grande partie des combattants islamistes avaient évacué la ville ces derniers jours, remontant vers l’extrême-nord-est du Mali pour échapper aux frappes aériennes françaises.

    Les positions des islamistes à Gao ont été pilonnées par l’aviation française, notamment par des avions de combat Rafale, qui visaient «des camps d’entraînement, des infrastructures et des dépôts logistiques constituant les bases arrière des groupes terroristes», selon Paris.

    Gao est un bastion des islamistes du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao). Ce groupe a annoncé samedi matin à l’AFP qu’il était prêt à «négocier la libération» de l’otage français qu’il détient depuis deux mois.

    «Le Mujao est prêt à négocier la libération de l’otage Gilberto», a déclaré Walid Abu Sarhaoui, porte-parole du Mujao, en référence au Français Gilberto Rodriguez Leal, enlevé en novembre 2012 dans l’ouest du Mali.

    Interrogé pour savoir si cette volonté affichée de négociation était liée à l’intervention militaire française, le porte-parole a simplement répondu: «Nous voulons négocier. Pour la guerre, entre musulmans, nous pouvons nous comprendre», sans autre précision.

    Une déclaration qui peut être interprétée comme une ouverture pour des négociations avec Bamako et qui survient deux jours après l’annonce d’une scission au sein d’Ansar Dine (Défenseurs de l’islam), un autre des groupes islamistes du Nord du Mali.

    La France s’est engagée depuis le 11 janvier, au côté de ce qui reste de l’armée malienne, contre les islamistes armés, pilonnant leurs colonnes de pick-ups et leurs bases arrière, afin d’empêcher leur progression vers le Sud et la capitale Bamako.

    Les villes de Diabali (ouest), Konna et Douentza (centre) ont été reprises par les soldats français et maliens, qui ont également, pour la première fois, repris vendredi le contrôle d’une localité du Nord, Hombori, à 920 km au nord-est de Bamako et à quelques 200 km de Gao.

    Une autre colonne progresse vers Léré, plus à l’ouest, avec pour objectif la ville-phare de l’islam en Afrique, Tombouctou.

    Les islamistes ont riposté en dynamitant vendredi un pont stratégique près de la frontière nigérienne, paralysant une des deux routes que pourraient emprunter des soldats tchadiens et nigériens venus du Niger

    Samedi, des sources concordantes ont fait état, au moment même de l’annonce de la prise de contrôle de l’aéroport de Gao par les soldats français et maliens, du mouvement en direction du Mali d’un important convoi de militaires tchadiens stationnés au Niger.

    http://www.liberation.fr/monde/2013/01/26/mali-des-soldats-francais-et-maliens-controlent-l-aeroport-de-gao_876999

    RépondreSupprimer
  4. Extrême droite ou pas, si ce qu'il est est censé / vrai, aucune raison de le rejeter. Ce sont les idées qu'il faut considérer, y a a prendre et a laisser partout.

    Bon sinon, ce qui me frappe dans cette conférence c'est la parallèle entre juif/élite/nomade/élus de dieu et les tutsi/élite/nomade/élus de dieu.
    Comme s'il y avait une mécanique socio-biologique derrière.

    RépondreSupprimer
  5. "Vue l'image en introduction, on est tout de suite mis dans l'ambiance. Mais ça mis à part, (...)"

    Pourquoi ça mis à part ? Je m'attendais à des saluts nazis, mais cette "ambiance" bonne enfant de jeunes pratiquant un simili-rugby (soule ?) dans une prairie ne choque pas spécialement.

    Il faut arrêter de voir le Mal partout... Mais les réflexes conditionnés ont apparemment la vie dure.

    RépondreSupprimer
  6. Suite à mon edit, je suis allé voir sur Wikipedia :

    "Entre temps, l’Action française a participé entre autres à la crise du 6 février 1934 qui lui a d'ailleurs causé quelques victimes et quelques départs.

    Après la défaite de 1940, l'Action française se rallie avec enthousiasme à Pétain et à sa Révolution nationale. Elle acquiesce à l'essentiel de la politique mise en œuvre par le régime de Vichy, dont le statut des Juifs et ne prend pas parti contre la politique de collaboration, malgré sa germanophobie de principe."

    Bon, ils peuvent bien se revendiquer de la démocratie suisse aujourd'hui, ils ont quand même dans leur histoire tous les tampons de l'extrême droite fasciste...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel rapport entre Pétain et le fascisme ??

      De plus si on commence à regarder dans l'histoire des différents groupes politiques... je suis prêt à parier que les grandes figures vénérées par la gauche comme Gambetta ou Jules Ferry, dont les noms sont donnés à tant d'avenues et d'écoles, auraient une crise cardiaque s'ils voyaient l'état de la France aujourd'hui ou si on leur parlait du "mariage pour tous" (pour prendre un exemple d'actualité).

      Supprimer
  7. @ Durand :
    L'image en introduction est typique des jeunesses hitlériennes.
    Alors oui, on peut parler d'ambiance.
    Et il n'y a que vous qui refusiez à tout prix de comprendre, surtout quand on voit votre incompréhension du rapport entre Pétain et le fascisme : vous avez séché vos cours d'histoire ?

    //////////////////////////

    Déjà, ça commence mal, il raconte du bullshit en barre : les anglais qui ont laissé partir leurs colonies ??? Churchill en 1941 qui prépare l'indépendance des Indes ??????? Il rêve en technicolor, ou bien ?
    Sa présentation de l'histoire est tellement subjective que j'en suis arrivé à me demander s'il parlait d'une uchronie...
    (l'indépendance des Indes aurait dû avoir lieu AVANT la deuxième guerre mondiale, alors sa préparation en 1941 par Churchill qui dit cette même année : "Je désire être clair : ce que nous avons, nous le gardons. Je ne suis pas devenu Premier ministre de Sa Majesté pour procéder à la liquidation de l’Empire britannique. ")

    Ensuite, il parle de l'homme africain, qui enterre ses ancêtres sous la hutte. Non mais, c'est quoi cette vision raciste ??? J'aimerais bien connaitre les points communs entre les peuples d'Algérie, de Somalie, de Côté d'Ivoire et d'Afrique du Sud.
    Et si vous me dites qu'il n'est pas raciste, il utilise bien le terme "groupes raciaux" au lieu d'ethnies, ou "le trait négroïde" (référence aux classifications raciales du 19è)

    Même son opposition agriculteurs/pasteurs est à pleurer... Comme si les nomades ne souhaitaient jamais croitre en nombre pour être plus forts.

    Enfin, je n'ai pas compris pourquoi il met sur le dos de la démocratie les problèmes engendrés par l'hégémonisme occidental colonial et religieux. Le problème n'est pas la démocratie, mais les frontières et les dictateurs imposés par les anciens coloniaux, non ? Sans parler de l'hécatombe des épidémies comme le sida, avec le message catholique imposé en dépit du bon sens dans ces anciennes colonies...

    Bref, ce qu'il dit n'est pas très censé, si vous faisiez un minimum de vérification et preuve de logique.

    Lewu

    RépondreSupprimer
  8. "L'image en introduction est typique des jeunesses hitlériennes"

    Non, pas du tout. J'ai moi-même fait des parties de soule dans des prairies et je ne suis pas aux jeunesses hitlériennes, ni à l'action française d'ailleurs. Je pourrai développer plus mais je crois avoir à peu près tout dit dans la phrase ci-dessus : "les réflexes conditionnés ont apparemment la vie dure".

    "vous avez séché vos cours d'histoire ?"

    ...aussi appelés "cours de réflexes conditionnés" ;)
    Bon, je ne vous convaincrai pas, mais rappelons que si "ne pas prendre parti contre la politique de collaboration" en 40 fait de vous un "fasciste d'extrême droite", ça fait quand même une sacrément forte majorité de fascistes d'extrême droite en France, de tous bords d'ailleurs (droite ou gauche).

    Lectures conseillées pour vous désendoctriner de vos fameux cours d'histoire :

    - certains ouvrages de Jean Sévilla ;
    - "Un paradoxe français" de Simon Epstein.

    RépondreSupprimer
  9. Et que vient faire une image de partie de soule en introduction d'un exposé sur l'Afrique ? C'est là que la manip' opère, et que vous tentez vous-même de faire passer pour de l'innocence...

    Pour le reste, Jean-Paul Sartre a déjà démonté tout votre baratin.

    Lewu

    RépondreSupprimer
  10. "Et que vient faire une image de partie de soule en introduction d'un exposé sur l'Afrique ?"

    Je n'en sais rien. Vous non plus. Et alors ?
    Peut-être que l'action française considère ce sport comme son activité emblématique ? Peut-être qu'ils ont monté ce générique au début de toutes les vidéos de leur université d'été ? Peut-être qu'ils n'avaient rien de mieux pour illustrer leur université d'été ? Peut-être qu'ils se sont dit "ça va faire dire des bêtises à Lewu & co, hihihi" ?

    Mais bon, je m'en fiche un peu en fait.
    C'est une scène banale qu'on peut voir dans diverses situations et pays. Si vous voulez absolument y voir la bête immonde, je n'ai rien à ajouter à ce que j'ai écrit précédemment.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.