vendredi 11 janvier 2013

Bruno Bertez : « Vive les armes contre le génocide et l’oppression ». Leçon d’histoire

Les Clefs pour Comprendre du Vendredi 11 Janvier 2013 : « Vive les armes contre le génocide et l’oppression ». Leçon d’histoire par Bruno Bertez
Le blog à Lupus, Bruno Bertez, 11/01/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Les beaux esprits ne travaillent pas. Ils ne savent pas lire. Ils n’étudient pas l’histoire, sauf au travers de la mémoire collective déformée.

Un correspondant, ami et amoureux comme nous de la liberté, nous envoie un rappel historique intéressant.

Entre Octobre et Novembre 1938, le gouvernement nazi a désarmé les Juifs allemands rapporte l’historien Stephem Halbrook. Les nazis ont imposé la peine de mort aux juifs et aux Polonais qui détenaient des armes, ou simplement s’il y avait des informations crédibles qu’ils étaient en possession de tels objets.

Vous savez que c’est notre argument pour empêcher que les États ne désarment les citoyens. Nous sommes contre la violence, mais nous sommes pour que les États aient peur des citoyens et non l’inverse. Un gouvernement légitime n’est pas garanti dans l’histoire et, avons-nous dit, si les comptes bancaires, la détention d’armes, avaient été aussi contrôlés, avec les mêmes moyens que maintenant, la France aurait eu des difficultés à résister aux envahisseurs. A fortiori maintenant, avec la destruction de l’armée populaire.

Actuellement, tout est contrôlé, suivi, en particulier par les États-Unis et leurs laquais alignés. C’est vrai que 98% des Français étaient pétainistes, mais quand même!

« En 1941, aux USA, la question s’est posée de contrôler à nouveau la détention d’armes ». Voici ce qui a été argumenté:

« Avant l’arrivée de Hitler et Staline, lesquels ont pris le pouvoir en Allemagne et en Russie, des mesures avaient été prises pour empêcher les citoyens de détenir et d’utiliser des armes, afin qu’ils ne puissent résister à l’état policier diabolique et vitriolique qui allait être mis en place avec la Gestapo et l’OGPU et la CHEKA ».

« Les citoyens ont le droit de détenir des armes, car si quelqu’un voulait s’ériger en dictateur ou en roi, les gens pourraient s’organiser et se protéger ». Rep. John W Patman.

Le mythe de la modernité socialo-klepto-fausse droite-pseudo démocrate manipulatrice est que l’histoire s’est arrêtée. Allez dire cela aux Egyptiens, aux Syriens, aux Chinois, aux Israéliens…

Le monde s’enfonce dans l’obscurantisme, voilà la réalité, une réalité qui lui fait oublier les leçons du passé, de la géographie et, bien sûr, les conclusions du travail, l’intelligence. De l’obscurantisme à la barbarie, il n’y a qu’un pas.

Les conflits se multiplient, les consensus s’effondrent, les démocraties ne tiennent que par la propagande et la manipulation, la lutte pour éviter la relégation et la ruine est aux portes de l’Europe.

Et pendant ce temps, c’est Depardieu, l’ennemi de l’intérieur, bientôt extérieur, qui fait la « une ».

13 commentaires:

  1. A ce propos Tonio : un article d'une newsletter "sante" qui fait aussi un peu dans le politique, style Alex Jones soft. Pour la faire vite : un fabricant d'arme meurt de maniere suspecte apres avoir fait le lien entre certains medicaments et les differents shooting sprees aux US.
    http://www.naturalnews.com/038616_John_Noveske_mysterious_death_car_crash.html

    Ca vaut ce que ca vaut, mais c'est une pierre de plus dans la direction qu'on veut pas des citoyens souverrains mais des betes de sommes, corveables a merci et envoyables a l'abbatoir quand besoin se fait.

    RépondreSupprimer
  2. http://admi.net/jo/dl18avril1939.html

    Chez nous, ce fut par décret, un 18 avril 1939 qu'on désarma le vil peuple.
    Juste avant l'invasion quasi sans résistance des allemands.
    Comme quoi!?!?!?.....C'est vraiment balot!

    Avant cette date, bizarrement les français ne s'entretuaient point.
    Et ceci, malgré ce "sur-armement" notable. Bien au contraire, la securité des biens et des personnes se portaient bien mieux.

    Nous aurait-on menti !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs".

      Constitution de 1793

      Voilà. Tout le reste c'est du pipi de chat.

      Supprimer
    2. invasion quasi sans résistance ... on se pince, 100000 morts en un mois, quand même (mai-juin 40), soit un taux plus élevé qu'un mois pendant la 1ère GM.

      Supprimer
    3. Depuis quand le nombre de mort qualifie t'il une résistance!!!
      Une résistance efficiente donc efficace, contrairement à une déficiente " quasi sans résistance", se définit par un faible nombre de mort dans le camp de l'indigène, une mortalité élevée dans le camp adverse et un arrêt de l'envahisseur.

      En 1 mois, avec un peu plus de 1 millions de tonnes de matériels de guerre, l'Allemagne balaya l'alliance Anglo-française forte de plus de 3,5 millions de tonnes et non content de ça, elle fit plus de 100.000 morts.

      Et il ne fallut qu'UN MOIS pour que les nazis accomplissent ce désastre!!!

      ...Et par là même, la France put échapper définitivement à la peste rouge..., terreur des élites du moment.

      Alors, innocent ce désarmement de la populace française qu'on imaginait de meurs "bolchévique"???
      Quand on désarme, les traîtres ne sont jamais loin et... l’aliénation aussi.

      Supprimer
    4. Au faite,
      En 39 le gouvernement était socialiste. Comme il le fut pour toutes les guerres que prit part la France au xx° siècle.
      -Comme quoi, face à l' Histoire, les "humanistes roses" virent au rouge sang!
      Et, ce sont les mêmes qui firent tirer sur les ouvriers...., mais ceci est une autre histoire...

      Supprimer
  3. Toujours en ligne avec l'actualité de la communication politique de la ligne dure des républicains américains.

    Amusant de voir des francho-gogos faire le jeu de la National Rifle Association.

    ça doit être ça, la révolution numérique : un blog français manipulé par l'industrie de l'armement US.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un peu court comme argumentaire.

      Supprimer
  4. Il y a ceux qui ont confiance dans l'Etat, et ceux qui n'ont confiance qu'en l'individu.
    Bertez est de ceux-là.
    Il ne comprendra jamais que l'Etat puisse être l'expression de la volonté générale, et que ce n'est pas l'Etat qui est à craindre, mais ceux qui en détournent l'usage (car les protections démocratiques sont parfois prises en défaut, notamment en période d'instabilité économique).

    Or, il arrive que des individus menacent d'autres individus. Quand ils ont des armes et se suicident, cela ouvre la voie aux carnages commis en toute impunité.

    Quelqu'un ici se sent en insécurité vis-à-vis de l'Etat parce qu'il n'a pas de gun dans son tiroir ?

    J'aime bien lire Bertez en général, c'est rafraîchissant. Mais là, entre le complot et l'apologie des armes, c'est vraiment un article qu'on peut zapper. En plus il détourne complètement la citation de Jefferson de son sens. C'est inconvenant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta reflexion se base sur quelle période historique, sur quelle étude sociologique?
      Ou est-ce seulement un ressenti ?

      Supprimer
    2. http://www.wikiberal.org/wiki/Droit_au_port_d'armes


      "En Suisse, le port d'armes est resté libre de 1848 à 1998, et la première fusillade de masse n'est survenue qu'en 2001 (14 morts le 28/09/2001 au parlement de Lucerne) deux ans après la prohibition du port d'armes passée au niveau fédéral en 1999. On estime qu'il y a encore dans ce pays de 4 à 6 millions d'armes à feu pour une population de 8 millions d'habitants.

      C'est bien connu que la Suisse c'est le chicago du monde...

      Supprimer
  5. Mais non, mais non. C'est vous qui êtes "inconvenant".

    Dire que tout va bien car l'état ne serait après tout, et avant tout, QUE l'expression de "la volonté générale" est :
    -une vaste blague
    -et une erreur historique

    Ces idées-valises ("l'expression de la volonté générale") sont des hochets mentaux qui polluent la tête des gens. On les agite, et on est satisfait.
    Gratification instantanée. Ca ressort des cours d'éducation civique.

    Or c'est bien parce que l'état, in fine, c'est des hommes, corruptibles donc et largement imparfaits, qu'il faut CONTENIR les pouvoirs de ce même état.

    Réveillez vous bon sang. Aujourd'hui même l'état est devenu prédateur, un vulgaire cache sexe ("le bien public") pour les bien pensants mais mis en coupe réglée et au service de mafias privées.

    L'état est une cellule cancéreuse. Si on le maîtrise pas, alors il devient cancer, tumeur énorme. C'est précisément ce qui s'est déjà passé. Et c'est de notre faute (la soit disante "volonté générale"). Nous nous sommes laissés mettre en esclavage.

    Les Américains ont encore (mais de moins de moins) un peu de bon sens. Et là bas, en effet, c'est la quantité stupéfiante de flingues qui fout les jetons à l'état fédéral (tout aussi soviétique que chez nous) et qui malgré des bavures (quelques "massacres" de temps en temps, et alors ?) assure bel et bien une balance des pouvoirs.

    D'où ces campagnes hystériques, menées par toutes les forces gogos gochos, pour revenir sur le 2nd amendement et pour casser cette spécificité bien américaine (que les français en veaux absolu sont bien sûr incapables de comprendre).

    Chez nous, tirer à la chevrotine sur une crapule qui a pénétré votre domicile, ca vous envoie en taule direct.

    Tout est une affaire de priorité.

    La manière de faire américaine est infiniment plus respectable, honorable et finalement infiniment plus humaine (puisque on fait confiance aux capacités de jugement, et à la souveraineté, de l'individu) que la manière de faire française.

    Ici on préfère subir, courber la tête, se fondre dans un numéro de sécu, dans un néant administratif paternaliste esclavagiste et mamanphile... c'est un choix.

    Assumez le tel quel au lieu de tenter de corrompre et culpabiliser ceux qui sont -encore- un peu libre.

    RépondreSupprimer
  6. Comme si le port des armes aux USA avait réussi à empêcher l'instauration de la parodie de démocratie qui y existe maintenant.

    Le droit au port d'arme aux States, c'est l'opium des red necks. Le gouvernement a réussi à faire passer le Patriot Act: largement suffisant pour mater tout embryon de rébellion contre la ploutocratie américaine.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.