jeudi 31 janvier 2013

Ca converge !

Germany Trounces France In Two Key Categories: Cars And Jobs
ZeroHedge, 31/01/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien


10 commentaires:

  1. Ferdinando Imposimato est le président honoraire de la Cour de Cassation italienne.

    En 2000, Ferdinando Imposimato a publié le livre "Un juge en Italie : pouvoir, corruption, terrorisme. Les dossiers noirs de la Mafia", édition De Fallois.

    En 2012, Ferdinando Imposimato a publié le livre "La Repubblica delle stragi impunite", édition Newton Compton.

    Ce livre n'a pas encore été traduit en langue française. Son titre signifie : "La République des massacres impunis".

    Le groupe international Bilderberg est impliqué dans les attentats tragiques des années 1970 et 1980 en Italie, organisés d'abord par des cellules terroristes fascistes puis par la mafia. C'est le président honoraire adjoint de la Cour de Cassation italienne, Ferdinando Imposimato, qui le révèle à l'occasion de la présentation à Naples de son nouveau livre « La république des tragédies impunies ».

    « Désormais, nous savons tout de la stratégie de la terreur qui fut mise en place par le réseau Gladio (« Stay behind », ou « rester derrière » en français), appuyé par les services secrets (ceux officiels) italiens », nous confirme Imposimato.

    « La stratégie servait à entraver l'émergence de gouvernements de gauche, et était orchestrée par la CIA ».

    Cette video dure 2 minutes 30. Ferdinando Imposimato fait des révélations terribles :

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=9fVDewJx0W4

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Révélations ? Connu et archi connu.

      Ce qui est intéressant n'est pas de connaître les détails de ce qui s'est passé il y a 40 ou 30 ans... C'est de comprendre que rien n'a changé. Et que les mêmes méthodes sont utilisées aujourd'hui et continueront à l'être demain.

      Les objectifs ont sans doute évolué avec le temps, idem pour les théâtres d'opération ainsi que les acteurs. Mais les méthodes mafieuses, les méthodes barbouzardes et autres délires messianiques du type "shock doctrine"... sont toujours identiques.

      Pourquoi changer quelque chose qui fonctionne ?

      C'est tout un corpus de la manip'. Une autre certitude : l'éventail a été élargi.
      En effet, il n'est plus forcément nécessaire de foutre une bombe dans une gare (quoi que) pour parvenir à imprimer les neurones des veaux.
      Il y a la figure du tueur "fou". La figure de la "criminalité" et de la violence quotidienne. La figure idéologique(mariage homo et autres sujets "clivants"). La figure économique (chômage de masse, dettes etc.).

      Bref, c'est tout cela qu'il faut comprendre.

      Mais méfiez vous des "biais" historiques. Parler de Glavio c'est bien (en tant que méthode) mais rester bloqué sur Glavio comme un curseur idéologique (les méchants de la CIA contre les gentils gauchistes/communistes) est un artifice qui peut être utilisé par le système pour justement faire diversion.

      Supprimer
  2. Ben oui, les Allemands sont plus productifs, ça doit faire un bon siècle que ça dure, il va falloir s'y faire. Ce qui est complètement débile, c'est d'être obligé de faire une dévaluation interne sauvage (cf la préconisation sauvage de GS sur la baisse de 30% des salaires français), qui plus est qui ne concerne que les salariés et pas du tout le capital donc les rentiers, au lieu d'une dévaluation de la monnaie bien moins douloureuse pour préserver la compétitivité prix. C'est du bon sens, mais ça fait bien longtemps qu'il a été perdu par nos pseudo élites imbéciles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au contraire c'est parfaitement cohérent.

      Comme tu le dis : on veut absolument l'Euro. Donc, il n'y a que la dévaluation interne.

      Mais alors pourquoi ne pas sortir de l'Euro ?

      Par dogme : car l'euro, tel le Reich de 1000 ans, est éternel.

      Mais également par idéologie. Sortir de l'Euro reviendrait à réintroduire le principe de frontières économiques.

      Et si on a des frontières économiques, alors il faut bien que les frontières pour les hommes suivent... !

      Et le grand tabou il est là.

      Voilà pourquoi la crise que nous connaissons n'est pas uniquement "technique", que l'on pourrait résoudre par quelques "réglages" aussi techniques.

      Non c'est une crise "philosophique", beaucoup plus large et profonde. Une crise de "modèle" si vous préférez.

      Tant que les gens n'auront pas compris cela, on ne s'en sortira pas.

      Supprimer
    2. Nous ne sortirons pas de l'Euro surtout parce que ce serait pour notre belle oligarchie si sûre d'elle l'aveu d'une erreur qui dure plus de 20 ans.

      C'est simplement psychologique, l'humain persiste dans l'erreur. De simples biais psychologiques, liés à l'égo ou qui font dire à la majorité des gens "nous nous sommes déjà beaucoup investi, on ne va pas faire marche arrière maintenant".

      Supprimer
    3. Tu as raison (c'est ce que j'appelle le "Reich de 1000 ans", mélange d'aveuglement, de biais psychologique sur la persistance dans l'erreur etc.), mais il y a également j'en suis persuadé une part idéologique.

      L'immigrationnisme, et son pendant concernant les biens "le libre-échange", est une religion d'état, défendue de manière hystérique par beaucoup de gens, élites et veaux compris.

      Ce sont les deux faces de la même pièce. On ne peut donc pas avoir l'une sans l'autre.

      Il ne faut pas sous estimer ce fait.

      Supprimer
  3. toujours la même chose en effet, et comme à chaque fois on ne donne pas les pourcentages d'actifs parmi la gent féminine

    RépondreSupprimer
  4. Au début des années 2000, on était tout près des allemands. Les 35 heures plus l'euro nous ont fait exploser. Les allemands ont investi dans les machines outils, nous dans les collectivités et les espagnols dans l'immobilier et le tourisme...
    Quand aux ventes de bagnoles, BM et Merco ont progressé en France, preuve que la crise n'est pas pour tout le monde. L'argent est aspiré des pauvres vers les riches et proportionnellement vers les très riches (les 1% voir 0.01%)

    RépondreSupprimer
  5. Vendredi 1er février 2013 :

    Nous savions que les pays européens périphériques étaient en faillite : Portugal, Irlande, Italie, Grèce, Espagne, Chypre. Nous venons d'apprendre qu'un autre pays européen en faillite frappait à la porte de l'Union Européenne : la Croatie.

    Fin décembre 2012, le taux de chômage de la Croatie est de 21,1 %.

    Pays en faillite, 21,1 % de chômage, la Croatie remplit donc toutes les conditions pour rejoindre l'Union Européenne.

    Le 1er juillet 2013, la Croatie deviendra le 28ème Etat membre de l'Union Européenne.

    Je sens qu'on va bien rigoler !

    Lisez cet article :

    Moody's abaisse la Croatie au rang d'investissement spéculatif.

    L'agence de notation financière Moody's a abaissé jeudi la note de la Croatie à Ba1 contre Baa3, ce qui la place parmi les investissements spéculatifs, mais sa perspective est désormais stable contre négative auparavant.

    Moody's justifie cette décision par "l'absence de reprise économique en Croatie" et n'attend pas "d'amélioration significative alors que la croissance est structurellement entravée". L'agence déplore aussi "l'absence de consolidation budgétaire" dans un "contexte de difficultés économiques" ainsi que la "vulnérabilité" du pays aux chocs économiques extérieurs.

    "Après quatre années de croissance faible ou de récession l'économie de la Croatie manque toujours de nouvelles sources de croissance", détaille Moody's. "Son modèle économique, qui a toujours reposé beaucoup sur la consommation interne et la construction (...) est en panne tandis que les blocages persistent pour l'investissement" et les exportations, ajoute-t-elle.

    L'économie croate n'a pas connu de croissance depuis 2009 et s'est de nouveau contractée d'environ 1,1 % en 2012, selon les estimations.

    Le gouvernement table sur une croissance de 1,8 % en 2013, mais la Banque mondiale anticipe à 0,8 % la hausse du Produit intérieur brut cette année.

    Le taux de chômage s'est établi en Croatie à 21,1 % fin décembre 2012, son plus haut niveau depuis près de dix ans.

    La Croatie doit devenir le 28e pays membre de l'Union européenne le 1er juillet.

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/02/01/moody-s-abaisse-la-croatie-au-rang-d-investissement-speculatif_1825783_3234.html

    RépondreSupprimer
  6. Bon tout ça c'est bien joli... mais seul compte le mur de la réalité. Et côté ventes de bagnoles, le Grand Appauvrissement se poursuit....

    ***********************

    Les immatriculations de voitures neuves en France ont chuté de 15 % en janvier, preuve que la faiblesse du marché automobile observée l'an passé se poursuit en 2013.

    Le mois dernier, il s'est immatriculé 124 952 voitures particulières neuves dans l'Hexagone, indique le comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA) dans un communiqué [PDF]. La variation en données brutes et en données corrigées des jours ouvrables est identique, janvier 2013 ayant compté autant de jours ouvrables que sur le même mois de l'an dernier.

    Les constructeurs français continuent de souffrir. Par rapport à janvier 2011, les ventes de PSA Peugeot Citroën ont chuté de 16,7 %. Renault (incluant la marque à bas coûts Dacia) a limité les dégâts, mais affiche tout de même une baisse de 7,4 %, selon le CCFA.

    En 2012, le marché automobile français a reculé de 13,9 % à 1,9 million d'unités, son plus bas niveau en quinze ans.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.