mardi 8 janvier 2013

Charles Gave : 2013,et encore aux fraises

2013,et encore aux fraises
Institut des libertés, Charles Gave, 07/01/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Voici donc ma première chronique de cette nouvelle année ou l’IDL relance le bal des papiers quotidiens (Lundi/ Economie, Mardi/International, Mercredi/Finance, Jeudi/ Sciences Vendredi Arts et Litteratures). Il est d’usage à cette occasion que l’auteur présente ses vœux aux lecteurs pour l’année à venir . Il est moins fréquent que l’auteur se présente des vœux à  lui même et c’est pourtant ce que je vais faire.Quels sont donc les vœux que je m’adresse à  moi même pour cette nouvelle année va se demander le lecteur curieux?

Ce sont des vœux fort simples.Bien entendu, en ce qui concerne ma vie personnelle, je me souhaite  à moi même, ainsi qu’ à  tous ceux qui lisent mes chroniques, santé, prospérité, vie familiale harmonieuse, bonheur …En ce qui concerne ma vie professionnelle, en revanche, je n’ai qu’un vœu et un seul: que les gouvernements et les banques centrales du monde entier me foutent la paix. ( NDLR version moderne de « si tous les gars du monde pouvaient se donner la main et me lacher la grappe »)

Louis XIV, lors d’une visite à Saint Malo rencontra les représentants des armateurs de cette ville, très fortement concurrencés par les Anglais à  l’époque. Le Roi leur demanda ce qu’il pouvait faire pour les aider. Le chef de la délégation des armateurs, affolé, répondit « Rien, Sire, surtout ne faites rien ».Cela va faire plus de 10 ans que gouvernements et banque centrale manipulent  à qui mieux mieux taux d’intérêts, taux de change, masses monétaires, déficits budgétaires, impôts… dans une espèce de frénésie d’interventionnisme Keynésienne, pour essayer d’améliorer les choses, disent-ils.

Dans la réalité, et à cause de leurs interventions, tout va de mal en pis.

Par exemple, nous n’avons plus de prix de marché nulle part et du coup tout le monde est perdu.

  • Nous n’avons plus de prix de marché sur les taux de change tant tout un chacun est occupé à  essayer de faire baisser sa monnaie ( le Yen aujourd’hui, le Dollar hier) ou a tout le moins à l’empêcher de monter (FS)
  • Nous n’avons pas de prix de marché sur les taux courts et encore moins sur les taux longs un peu partout dans le monde. Aux USA par exemple, 100% des obligations émises par le Trésor Américain avec une duration supérieure à 5 ans ont été achetées par la banque centrale US en 2012…ce qui veut dire qu’à la place d’avoir un vendeur, le Trésor US et des millions d’acheteurs (les épargnants du monde entier) nous avons un vendeur et un acheteur , tous les deux parties prenantes de l’administration Américaine, c’est  à dire que nous nous retrouvons en URSS ou la banque centrale locale achetait les bons du trésor locaux à  un prix déterminé autour d’une tasse de café ou d’une bouteille de vodka par les chefs de ces deux administrations.
  • Nous n’avons pas de prix de marché pour toute une série d’actifs financiers pour lesquels les banques centrales ont décidé que leurs prix étaient trop importants pour être laissés dans les mains des operateurs et que donc les banques centrales devaient les acheter  à tiroir ouverts. Je veux parler de choses telles que les émissions hypothécaires aux USA (mortgages) ou les obligations émises par des pays comme l’Espagne ou l’Italie.

Bref, au moins la moitié des outils de marché cotés sur les places financières du monde entier n’ont strictement plus rien a voir avec leur valeur « fondamentale » tant  leur prix est  devenu le résultat d’une décision « politique ».

Comment voulez vous que le capitalisme fonctionne sans cout du capital et comment voulez vous que j’alloue mon capital rationnellement dans un tel monde ?

Toutes les expériences historiques montrent que contrôle des prix et contrôle des changes échouent partout et toujours, et pourtant  nous voila lancés dans une opérations de contrôle du prix de certains actifs (beaucoup plus hasardeuse) qui bien entendu va échouer piteusement elle aussi, la seule question étant : quand?

A cette question, je veux apporter une réponse sans aucune ambigüité aucune: Je n’en ai pas la moindre idée, tant ces imbécillités contreproductives, du style de l’Euro ont duré déjà plus que ce à quoi je m’attendais ! En revanche, je sais avec certitude que nous avons devant nous un tsunami financier lorsque les vrais prix réapparaitront, mais je n’ai strictement aucune idée sur le moment ou le tremblement de terre déclenchant le Tsunami se produira. Mais , je sais très bien OU ce Tsunami se produira.

Il va toucher tous les actifs dont les prix ont été manipulés, c’est à dire grosso modo, tout ce qui de prés ou de loin est rattaché a des « faux prix » c’est a dire  aux monnaies manipulées et aux marchés obligataires de ces  mêmes  pays.Comment se protéger ? Ne pas acheter une maison sur la plage, telle est la réponse.Prenons l’exemple d’un Allemand en 1920 qui a le choix entre acheter une action émise par Siemens ou une obligation à trente ans émise par l’Etat Allemand.En trente ans, l’Allemagne connait une dépression,  le régime Nazi, une défaite militaire sans précédent, une destruction totale de son appareil productif.

Et pourtant…

Celui qui a acheté l’action Siemens se porte plutôt bien. Celui qui a acheté l’obligation d’Etat a perdu 100 % de son capital. Mon conseil est donc tout simple: il ne faut faire aucune confiance à tout ce qui dépend de nos États tombées à l’évidence  dans les mains d’une Ineptocracie/ Kleptocracie  et avoir tout son capital investi dans les Siemens de ce monde et… attendreUn tel portefeuille sera volatil, mais il ne sera pas dangereux à terme.Trouver les outils pour préserver mon capital sur le long terme , tel est le vœu que je me souhaite pour 2013.

Et je m’engage à informer mes lecteurs des découvertes que je ferai en 2013 pour les aider  à atteindre ce but en ce qui les concerne.

9 commentaires:

  1. "Comment voulez vous que le capitalisme fonctionne sans cout du capital et comment voulez vous que j’alloue mon capital rationnellement dans un tel monde ?"

    Pauvre choupette. Il commence à comprendre.
    C'est des pleureuses, en fait, les spéculos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que le courageux "Anonyme" que tu es seras tout surpris quand on t'annoncera que ton Livret A est en fait un livret CCC et quand tu decouvriras que ton compte en banque soit disant assure jusqu'a 100,000 euros ben y'a rien en face...

      Les speculos sont des realistes pour certains, en l'occurrence comme Charles Gave.

      Supprimer
    2. C'est pour sauver les fesses des spéculos que le coût du capital est en ce moment à zéro, alors je ne vois pas pourquoi 1° Charles Gave pleurerait s'il était un spéculos... Il va falloir que tu m'expliques...

      Supprimer
    3. Encore Anonyme? Une manie?

      Ai-je dis qu'il fallait sauver les spéculos? D'ailleurs qui sont les "spéculos"? Les banques Italiennes comme Monte Paschi di Siena, plus ancienne banque italienne qui est en faillite parce que son gouvernement l'a encouragé a se gaver d'obligations d'Etats italiens? Les banques grecques que les gouvernements européens ont gavés également d'obligations grecques? Les idiots qui ont décidé que les obligations d'états européennes étaient sans risque donc exonérée de charges en capital (Risk Weighted Assets)?
      J'aurais préconisé une solution à la Suédoise pour le secteur bancaire tout comme Charles Gave, à savoir une séparation des activités risqués (préconisé au départ par le seul prix Nobel Français Maurice Allais, libéral de surcroît).
      Les grands responsables sont bien évidemment les politiciens dont la complicité ne fait aucun doute. On constatera que les icelandais envois comme il se doit les banquiers frauduleux en prison, aux Etats-Unis, on attend encore la moindre condamnation. L'ex sénateur Corzine après avoir dézinguer l'argent de ses clients en "spéculant", lui, dort toujours dehors. Les gens prudents, retraités ou autres sont punis par les banquiers centraux en train de créer les prémices d'une nouvelle bulle de crédit, c'est la fuite en avant, alors oui les taux à zéro sont honteux!

      Supprimer
  2. "Toutes les expériences historiques montrent que contrôle des prix et contrôle des changes échouent partout..."

    La lutte contre l'inflation aura échoué, en effet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'inquiète l'inflation est sur les actifs et sur les produits de base (inflation que les transformateurs arrivent peu à répercuter)... Pas sur ta tablette tactile. On ne t'avait pas prévenu ?

      Supprimer
  3. Les théories sur les bienfaits du marché et de la "main invisible" ne sont plus valables actuellement dans un monde de la rareté généralisée avec au bas mot 7 milliard d'ame à bord, à nourir, à loger, et pour certains à chauffer, pour ne parler que de leurs besoins primaires.
    Le capitalisme (et son pendant le libre marché)a eu son temps et à très bien fonctionné dans un monde en expansion avec des territoires vierges , des ressources naturelles abondantes et des secteurs économiques entiers à conquérir et à développer.
    Mais les seules choses que le capitalisme sait faire à présent, c'est s'accaparer les raretés avec de l'argent gagné ou non et spéculer sur leur prix, de préférence en les faisant monter. HEUREUSEMENT que les grands argentiers et les états ont brisé les règles du marché tels que les mondialistes nous l'ont concu, et qu'ils modèrent à présent les ardeurs des spéculateurs comme GAVE. Contrôlent ils réellement quoi que ce soit?, ils jouent probablement dans l'urgence avec le feu et c'est sans doute reculer pour mieux sauter. Mais ce dont je suis sur, c'est que si à l'heure actuelle ont laissait faire le marché et les gens comme GAVE (qui avoue lui même et se vante de n'avoir aucune morale), on assisterait comme en 2007 à une hausse généralisée des denrées alimentaires, et probablement de tous les produits de premières nécessité avec les révoltes, voir les révolutions qui vont avec. Les retours sur investissement sont peut être intéressants sur SIEMENS et tant mieux pour GAVE s'il en a prit des actions, mais ils sont sans commune mesure avec les profits potentiels à faire en période de rareté sur le blé, le pétrole... quand on a LE CAPITAL et que tout les autres n'en ont que le besoin). Ca fait au moins 4 ans maintenant que GAVE se trompe systématiquement sur toutes ses prévisions, même de court terme. C'est heureux qu'il en ait maintenant identifié la raison.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Mais ce dont je suis sur, c'est que si à l'heure actuelle ont laissait faire le marché et les gens comme GAVE (qui avoue lui même et se vante de n'avoir aucune morale), on assisterait comme en 2007 à une hausse généralisée des denrées alimentaires, et probablement de tous les produits de premières nécessité avec les révoltes, voir les révolutions qui vont avec."

      Non, non mon ami ça s'est si on laisse faire les banquiers centraux avec de l'argent à 1%, voir moins... Je ne sais pas si tu es au courant mais pour ces gens là créer de l'argent (que toi tu dois trimer pour le générer) est aussi facile que pour toi aller pisser un coup.

      Et je vais t'étonner cet argent qui ne coute rien à générer (tu dois juste laisser deux ou trois papiers bien faisandés en dépôt en contrepartie), à la même valeur sur les marchés d'actif que le tien.

      Inouï non ?
      Bienvenue en URSS... C'est pour ton bien ;-)

      Supprimer
  4. Mardi 8 janvier 2013 :

    Taux de chômage en zone euro : novembre 2012 :

    1- Médaille d’or : Espagne : 26,6 %.

    2- Médaille d’argent : Grèce : 26 %.

    3- Médaille de bronze : Portugal : 16,3 %.

    4- Irlande : 14,6 %.

    http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/3-08012013-BP/FR/3-08012013-BP-FR.PDF

    Zone euro : le chômage atteint 11,8 % en novembre, un record.

    L’ascension du chômage se poursuit en Europe avec 11,8% de la population active sans emploi en novembre dans la zone euro, contre 11,7% en octobre. Un nouveau record.

    Selon les chiffres publiés mardi par l’office européen de statistiques Eurostat, 18,82 millions de personnes étaient au chômage en novembre dans la zone euro, soit une hausse de 113.000 personnes par rapport à octobre, et une hausse de 2,015 millions par rapport à novembre 2011.

    Et, surtout, répétons le slogan habituel :

    « L’euro nous protège. L’euro nous enrichit tous. L’euro nous protège. L’euro nous enrichit tous. L’euro nous protège. L’euro nous enrichit tous. L’euro nous protège. L’euro nous enrichit tous. »

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.