samedi 5 janvier 2013

Depardieu en Russie, la guerre idéologique est totale

Derrière cette affaire Depardieu et ce camouflet à la France et son modèle que-le-monde-entier-nous-envie, se dessine quelque chose de visiblement plus important que le simple exil fiscal d'un acteur...

J'en veux pour preuve ces deux titres de la presse française :
Depardieu, nouveau Russe, suscite sarcasmes et critiques en Russie
Le Figaro, 04/01/2013 (en Français texte en français )
→ lien
"On n'oubliera et on ne lui pardonnera jamais cette phrase : 'C'est une grande démocratie'", a déclaré le journaliste Matvei Ganapolski sur la radio d'opposition Echo Moskvy. "Il est émerveillé par notre démocratie – il est complètement retombé en enfance", commente un certain Vladimir Sokolov sur Facebook. "Se tirer de son pays pour du fric... c'est tellement russe – Il est des nôtres !", écrit herhermann sur LiveJournal.

L'écrivain et opposant à Poutine Lev Rubinstein a lui aussi vivement réagi : "Cher monsieur Depardieu, n'hésitez pas, venez en Russie. Vos impôts seront consacrés à de bonnes œuvres : nouvelle augmentation pour les tchékistes [agents des services de sécurité], les procureurs, les juges et les gorilles armés de matraques qui passent à tabac les jeunes garçons et filles et les vieilles dames constituant une menace pour notre stabilité." "Vous allez être étonné de voir à quel niveau va se retrouver votre réputation parmi les gens comme il faut dans de nombreux pays", poursuit l'écrivain sur sa page Facebook.

Le journaliste russe Andreï Gratchev, qui travaille pour le journal d'opposition Novaïa Gazieta, a pour sa part adressé une mise en garde à l'acteur français, très populaire en Russie. "Ce qui est paradoxal dans cette affaire, c'est qu'il risque de voir sa popularité en Russie limitée, et peut-être décroître", a-t-il déclaré à RTL. Il a déploré que Gérard Depardieu se déclare ami avec Poutine au moment où le président russe est de plus en plus "sérieusement contesté" dans son pays. "Depardieu devrait fréquenter le milieu de la culture, qui est de plus en plus critique à l'égard de Poutine", ajoute le journaliste russe.



L'immense popularité de Depardieu en Russie
Le Figaro, Marie Noëlle Tranchant, 04/01/2013 (en Français texte en français )
→ lien
«La popularité de Gérard Depardieu là-bas est réelle et immense, commente Joël Chapron. D'autant plus qu'on le voit beaucoup sur les affiches publicitaires, pour du ketchup ou des banques… C'est Pierre Richard, très aimé du public russe, qui l'a en quelque sorte introduit grâce à La Chèvre (1981) où ils partageaient la vedette. Depardieu est incontestablement l'acteur français le plus populaire d'après la perestroïka. Il a succédé à Delon et Belmondo pour accompagner la nouvelle ère politique. Et depuis que Poutine est au pouvoir, il a fait de nombreux voyages, noué de nombreux liens avec les puissants des anciennes républiques soviétiques.» Question d'affaires et d'affinités plus que de politique. «On l'a vu dans des soirées chanter avec Poutine. En fait, il fait ce qu'il veut, quand il veut.» L'ogre se sent à l'aise avec les excès et le lyrisme du tempérament russe.

Je répète que je ne suis pas en pavoison devant le régime russe. Loin s'en faut.

Mais on sent bien en Russie, dans cette affaire encore, la sempiternelle opposition entre les élites bourgeoises libérales libertaires mondialisées d'un côté, et le peuple enraciné de l'autre. Le monde ne donnant la parole qu'aux premiers, cela va sans dire... Les autres n'étant forcément que des beaufs arriérés, sortes de sous hommes dont l'opinion ne compte même pas...

Soit dit en passant, je rappelle toujours que quand la presse française nous parle d'usure du pouvoir, la cote de popularité de Poutine est toujours autour de 45-50%, quand nos clowns "démocratiquement" élus en occident finissent à 30% après 6 mois d'exercice du pouvoir et de trahison systématique et méthodique de leurs peuples...

6 commentaires:

  1. Cette fascination pour les Poutine ou Chavez ne me lassera pas de m'étonner.

    En plus pour des gens qui se définissent de droite !

    Ça montre dans quelle marasme idéologique certaines personnes sont plantées...

    Tu veux quoi ? La dictature libérale ? Ahah !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas "fasciné".

      Ils m'intéressent en tant que résistants au meilleur des mondes du mondialisme.

      Et je ne dis pas du tout qu'ils sont parfaits, je dis que contrairement à ce que la propagande présente, ils ne sont pas pires que nous.

      C'est pas "les bons contre les méchants", c'est juste des salopards partout. Et peut-être un peu plus chez nous, car au moins en Russie, ils ne masquent pas leurs saloperies et jouent franc jeu, contrairement à nous.

      Supprimer
    2. Soi dit en passant, tu pourrais me citer un article de la propagande française donnant une fois la parole à un supporter de Poutine ?

      Rien qu'une fois ?

      Il a pourtant 50% d'opinion favorable. Et il est quasiment à son plus bas. Ce qui signifie qu'il a été à bien plus.

      Comment ça se fait qu'on n'a jamais entendu dans nos merdias les plus de 50% de russes qui l'apprécient ?

      Supprimer
    3. "Comment ça se fait qu'on n'a jamais entendu dans nos merdias les plus de 50% de russes qui l'apprécient ?"

      Parce que nos journalopes doivent absolument vendre l'idée que nous sommes le bien, et que nos polichinelles sont le bien.

      Et quiconque ne respecte pas ce dogme, est forcément un enculé (exemple : Depardieu.) Bref. il y a ceux qui sont capable de concevoir que notre modèle à base d'immigration et de dette n'est pas l'idéal - et il y a les autres, pour qui notre modèle social que le monde ne nous envie pas est forcément l'alpha et l'oméga.

      Ces critiques du système (Depardieu, Poutine) cristallisent beaucoup de critiques qu'il ne méritent pas. Pourtant, Poutine, ne manque pas de thèmes à critiquer. Mais il est attaqué parce qu'il n'est pas de notre côté, pas parce que sa gestion n'est pas exempte de critiques - il est critiqué parce qu'il ne s'est pas mis a genoux devant ceux à qui nos politiciens nous ont vendus. Prendre conscience de cela permet de bien situer le niveau des attaques à son encontre...

      Mais comme dit, tous les peuples ne sont pas prêts à abandonner leur souveraineté à la Banque (pour paraphraser Berthez.) Pour nous c'est déjà trop tard...

      yp

      Supprimer
  2. Pâmoison. Pâmoison. Pas pour faire mon snob mais ça pique les yeux.

    RépondreSupprimer
  3. N'importe quoi... 50% de cote de popularité si c'est au meme titre que leurs election ca me fait marrer. Quand je vous lis on pourrait croire que ce pourcentage est reel... Ce n'est certainement pas le cas, en Russie (et perso je la connais bien cette Russie), Poutine est loin d’être adoré... C'est juste ce qu'on veut nous faire croire.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.