jeudi 31 janvier 2013

Entretien avec Jean-Claude Michéa

ENTRETIEN AVEC JEAN-CLAUDE MICHEA
28/01/2013 (en Français texte en français )



En prime...

Une manif de moutons contre le puçage électronique
Rue 89, 30/01/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Parti lundi de Mornans (dans la Drôme), un troupeau de 200 moutons mettra cinq jours pour gagner Valence. A la tête de cette manif-transhumance de 50 kilomètres, une cinquantaine d’éleveurs et bergers qui dénoncent l’industrialisation de leur métier de paysan, qui passe notamment par l’obligation de mettre une puce électronique à leurs bêtes.

Et demain, nous devrons acheter des béliers dans des centres d’insémination



L'UE veut pouvoir contrôler la presse et les journalistes de plus près
RTBF, 28/01/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Le site d’information britannique The Telegraph rend compte d’un rapport d’experts de "haut niveau" qui préconise d’instaurer un contrôle accru des médias par instances de supervision nationales qui rendraient compte à la Commission. Un rapport commandité suite au scandale "News of the World".

Le rapport en question, intitulé "Des médias libres et pluralistes pour soutenir la démocratie en Europe"
  

Vous noterez que c'est toujours le même procédé ultra connu et reconnaissable à 1000 bornes désormais. On utilise une diversion pour faire avancer l'agenda général...

Michéa expliquait dons une conférence précédente que bientôt, alors qu'ils interdisent d'un côté les graines non tenues par la corporatocratie, et que de l'autre, ils vont bien finir par autoriser la beuh, il va falloir cacher les pieds de tomates au milieu des pieds de beuh...

7 commentaires:

  1. il ne veulent surtout pas d'une entraide qui menerait au nationalisme, a l'autonomie qui se passerait d'eux.

    RépondreSupprimer
  2. Tiens Disco, enfin une bonne nouvelle pour commencer cette journée :

    Et si la Turquie menaçait l'UE de se tourner vers l'est ?

    http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20130131trib000746152/et-si-la-turquie-menacait-l-ue-de-se-tourner-vers-l-est-.html

    C'est probablement juste une tactique pour remettre la question de leur adhésion à l'UE à l'ordre du jour...
    L'industrie Turque est très performante et redoutable .... Renault, par exemple, l'a très bien compris et en profite à plein, au détriment de ses dernières usines Françaises décadentes.
    L'industrie de l'électroménager aussi.
    Ils sont plus redoutables que les Chinois !
    Il nous faut nous adapter ou continuer à crever....ou remettre des barrières aux frontières.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Redescendons sur terre un peu. Votre choix est un faux choix.

      Car enfin... comment voulez vous vous adapter quand un ouvrier chinois est payé... 200 euros ?

      Donc vous répondez vous même à votre propre question : il faut bien entendu remettre d'urgence des barrières douanières.

      Le problème est que cela touche au tabou ultime.

      On ne peut pas avoir des barrières pour les biens... et des frontières ouvertes pour les hommes.

      Et comme le pro immigrationnisme est devenu une religion d'état, et une hystérie absolue... la plupart des gens bloquent, et font un court circuit... D'où l'idéologie, effet de miroir, du libre échange. Et l'hystérie anti "barrières".

      Faites le test dans la rue. C'est étonnant.

      Le pékin moyen a été tellement conditionné, c'est stupéfiant. Le mec vous répondra (à la seule évocation de sortie de l'euro, ou de barrières douanières), en mode automatique, "mais vous n'y pensez pas on ne peut pas se couper du monde extérieur ! "...

      Comme un diable sortant de sa boîte.

      Et là... répondez lui calmement, doucement (il ne faut pas brusquer le veau)... "mais dites moi, l'euro a 10 ans... Avant vous viviez très bien, non ?" et ajoutez "quand il y avait les barrières douanières, vous viviez très bien aussi... vous aviez un réfrigérateur, une télé, un appartement, un boulot, et même une voiture"...

      Et là observez la réaction (jouissive) du bovin... Un nuage passe au fond de ses yeux... le poison de vos mots qui font appel à une mémoire pas si lointaine finalement sur l'échelle du temps (mais considérable pour le bovin)... chemine lentement dans son crâne...

      Vous aurez peut-être réussi à faire "réfléchir" et à faire "douter" un veau. En plus. Bravo.

      Il vous en reste des dizaines de millions à "traiter".

      C'est pas gagné. ;-)

      Supprimer
    2. SI il faut quand même s'adapter, même si l'effort ne permettra jamais d'être compétitif face à un Chinois.

      Les Polonais et les Turcs par exemple travaillent déjà bien mieux que nous.
      C'est un fait prouvé par les benchmarks entre usines que je connais : meilleure qualité, meilleur taux de service, meilleur TRS (OEE, OAE) ... et salaires plus bas expliquent des EBITDA vers les 25% alors qu'un site Français perd de l'argent ou s'il en gagne c'est à la marge ....

      Nos ouvriers vont devoir redescendre sur terre et progresser , faire des efforts, peut-être même abandonner leurs RTT. Ou bien ils vont perdre leur usine de façon définitive.
      Des taxes aux frontières de 30% ne suffiront jamais toutes seules si le reste ne suit pas !
      De plus les concurrents les plus redoutables sont situés hors zône Euro et taxés....

      Exemple, le Brésil qui pratique depuis longtemps de fortes taxes à l'import n'est vraiment pas un bon exemple à suivre. Les producteurs locaux, abrités derrière leurs taxes se contentent de médiocrité ce qui nuit in fine à la compétitivité du pays. Tu achète quoi de "made in Brazil" ?

      Ne pas croire que taxer les produits étrangers est un gage de compétitivité de nos produits ! Bien au contraire, c'est un gage de médiocrité généralisée.
      Il faut se battre !

      Supprimer
    3. parce que tu trouves qu'avec la concurrence internationale la qualité des produits a augmentés ? c'te blague ...

      un téléphone qui dure 1 an, un frigo qui dure 5 ans ...
      si c'est pas de la médiocrité et de inefficacité généralisée, sérieux ...

      Supprimer
    4. Tu confonds conception et qualité de fabrication.
      C'est normal, tu ne dois pas être dans l'industrie....

      Les produits dont tu parles SONT CONCUS pour lâcher rapidement.
      C'est ce que l'on appelle l'obsolescence programmée.
      C'est une action VOLONTAIRE.
      Rien ne prouve que du made-in-France ne fasse pas de même.
      C'est une question de stratégie d'entreprise qui n'a rien à voir avec les usines de fabrication qui peuvent être n'importe où.

      D'ailleurs, les constructeurs auto Français se sont amusés à ce jeu dans les années 70/80 avec le résultat que l'on connait alors que les Allemands on en général joué la carte de la durabilité....
      Et à l'époque 99% des voitures de marque Française et leur Powertrain étaient "made-in-France" ! (ou plutôt "Merde-in-France").

      Et je doute que les produits Brésiliens bien au chaud derrière leurs barrières tarifaires soient de très bonne durabilité ...

      La simplification qui dit que "made in France" = Qualité ET Durabilité garantie est une erreur.
      Il faut y adjoindre obligatoirement une stratégie d'entreprise et un positionnement marché associé.

      Ce que font bien sur les Japonais et les Allemands.
      Mais pas les Coréens, les Chinois, ni les Turcs.

      Supprimer
  3. Juste une remarque : l'obsolescence programmée est un mythe. Je suis surpris que Michéa n'en soit pas conscient.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.