jeudi 17 janvier 2013

Laurent Obertone : La France orange mécanique

Un livre parti pour être un best-seller d'après ce que j'ai entendu chez Brunet ce midi :

La France orange mécanique : enquête sur un sujet tabou : l'ensauvagement d'une nation
Ring, 17/01/2013 (en Français texte en français )
→ lien
« Ces derniers jours, un charmant individu, que nous nommerons Vladimir, a ramassé 30 ans pour le meurtre de sa compagne, 22 ans de sureté, soit un an le coup de marteau. Ledit Vladimir, quelques semaines plus tôt, était jugé dans le cadre de la désormais célèbre « affaire des tournantes », où la justice a expliqué aux françaises, sans trembler, qu'on pouvait être un violeur en réunion et s'en tirer avec du sursis. Sur 14 prévenus, Vladimir était l'heureux élu, le seul à prendre de la prison ferme. Un an. Pendant ce temps-là, un clandestin était interpellé pour la 97ème fois au volant d'une voiture volée, après avoir mordu et fracturé le bras d'un policier d'un coup de tête. Pendant que Christine Taubira veut « rompre avec le tout-carcéral », une centenaire a été poussée au sol et gravement blessée par « plusieurs personnes », pour une montre. Pendant ce temps-là, on apprend que les barquettes de viande vendues dans un supermarché de Lille sont protégées par des antivols.

Pendant ce temps-là, un policier de la BAC a été lynché dans une « cité sensible » de Montpellier. Pendant ce temps-là, un Toulousain a eu l'idée pas très vivre-ensemble de klaxonner derrière un véhicule qui bloquait la chaussée d'un « quartier populaire ». Vigilants, vingt riverains lui ont administré une correction citoyenne, à coups de chaises et de tessons de bouteilles. Alors, pourquoi ce livre ? Parce qu'aujourd'hui, un simple regard peut tuer.»

Laurent Obertone

Diplômé de l’École Supérieure de Journalisme de Lille et considéré par Michel Houellebecq comme l'une des grandes signatures de demain, l'auteur a présenté sa démission à l'hebdomadaire qui l'employait pour se consacrer à l'écriture.



Carrément Brunet
RMC, 17/01/2013 (en Français texte en français )
→ lien 

Nul doute que le mariage gay et l'école à deux ans vont mettre fin à la spirale de décivilisation...   

Et évidemment, aucun lien non plus avec l'immigration ratée et obligatoire... Aucun ! Ni avec la course au festivisme, à la culture de l'excuse, à l'aculturation et au meilleur des mondes...

Après.. Moi, concrètement, à Bordeaux, je la ressens pas franchement cette violence... J'ai l'impression qu'ici, on s'en sort pas mal...

18 commentaires:

  1. Trop peu, trop tard.

    Ca va encore faire "scandale". Cet empêcheur de vivre-ensemble sera cloué au pilori.

    Et après ?

    Rien.

    C'est ça le côté magique, surnaturel de ce qui se passe depuis 30 ans dans ce pays.

    Il faut bien comprendre qu'une telle dégradation, continue, sur une période de temps aussi longue... n'est pas le fruit du hasard, et n'est certainement pas le fruit d'une "conspiration" menée par une petite élite au détriment de la vaste majorité de la population.

    Car enfin... Hollande a été élu, non ? Taubira procède si j'ose dire du même processus.
    Alors ?
    Et avant ? Sarko et son Karcher ? Ok il a été battu. ;-)

    Ce que je veux dire c'est que les Français, victimes quotidiennes de cet "ensauvagement"... sont les premiers complices de ce même "ensauvagement".

    Ils l'ont voulu, ils le veulent... alors qu'ils n'essayent pas maintenant de se plaindre (à la marge).

    Le processus est bien sûr inconscient. Mais il n'en reste pas moins un choix. Une succession de choix. Répétés et rationnels.

    Dès lors l'explication du mystère devient limpide : c'est bien d'un suicide collectif qu'il s'agit.

    Ni plus ni moins.

    Cela permet donc de comprendre qu'il n'y a pas de "réforme" à attendre, de "retour à la normale" à attendre.

    C'est un processus qui doit aller, qui ira à son terme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « certainement pas le fruit d'une "conspiration" menée par une petite élite au détriment de la vaste majorité de la population »
      Et pourtant si (même si le mot conspiration est peut-être un peu abusif, mais c’est un peu l’idée).
      http://en.wikipedia.org/wiki/The_Culture_of_Critique_series

      Supprimer
  2. "Après.. Moi, concrètement, à Bordeaux, je la ressens pas franchement cette violence... J'ai l'impression qu'ici, on s'en sort pas mal..."

    Pareil pour moi dans les Yvelines... Pourtant vu de la télé, je devrais risquer l'agression à chaque fois que je prends le bus hein.

    Mêmes témoignages du côté des States où vu de loin l'hyper violence règne et après feedback d'expats, bah pas grand chose.

    Le climat de peur entretenu par les médias, un frigo bien rempli et une quantité de divertissements en tout genre permettent d'uniformiser et de rendre apathique une grande partie de la population. Du coup, pas vraiment de rebellion, même en Grèce. Une forme d'acceptation qui permet de faire passer des lois anti démocratiques et lancer des guerres où bon leur semble.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Pareil pour moi dans les Yvelines... Pourtant vu de la télé, je devrais risquer l'agression à chaque fois que je prends le bus hein."

      c'est sur que si tu habites du coté de Rambouillet tu dois pas être souvent confronté à la violence.

      Viens donc du coté de chez moi à Mantes la Jolie, va travailler à Paris et prend le train du soir pour rentrer, tu baisses les yeux pour ne pas croiser certains regards et éviter le déchaînement de violence, je me dis que je ne suis plus en France, que je ne peux compter sur personne pour me défendre, ça me dégoûte.
      Alors bien sur, la violence n'est pas présente en permanence, mais il suffit d'une fois, le mauvais endroit, le mauvais moment....

      J'ai un ami qui habite à la campagne, il s'est réveillé en pleine nuit avec un couteau sous la gorge, ils l'ont emmené complètement nu au distributeur de billet, pendant ce temps là sa femme et ses enfants étaient menacés par d'autres types à la maison.
      Ce gars est complètement détruit mentalement.

      Si tu demande a ses voisins si il y a de la violence dans le village, ils te diront tous que c'est calme et qu'il n'y a pas de violence....

      La violence arrive surtout ou on ne l'attend pas, sinon on ferait en sorte de l'éviter.

      Supprimer
  3. "Nul doute que le mariage gay et l'école à deux ans vont mettre fin à la spirale de décivilisation... "

    Et le mariage gay à l’école des 2 ans ? hein ?!!!

    RépondreSupprimer
  4. le type doit vendre son bouzin pour gagner sa vie, on le comprend

    bon à part ça on peut lire : http://fr.wikipedia.org/wiki/Homicide

    ah zut ça baisse en France et on est dans les meilleurs taux mondiaux, ça ne colle pas avec la thèse pré-construite, c'est pas grave, on va faire du "journalisme" et ne parler que de quelques cas bien vendeurs

    de toute façons les crétins prêts à gober goberont en achetant la daube
    sans se poser la question qui fâcherait : en l'espèce, à qui profite le crime, à qui va l'argent ?

    RépondreSupprimer
  5. Avant, il y a 2 années, je me disais la meme chose pour le centre ville de Metz. Maintenant c'est la zone apres 20 h.

    RépondreSupprimer
  6. Heu,
    je connaissais Xaiver Raufer qui dit des choses très intéressantes.

    Je suis mitigé.
    D'un coté, c'est bien qu'on ai des "vrai" chiffres et piques.
    Mais par contre, le tabou lui est au contraire renforcé puisqu'il n'est pas vraiment dénoncé.

    Le tabou n'est pas la violence, mais son origine.
    La question c'est "qui".
    Et bien pour éviter de parler du "qui" qu'on évite de parler de la violence.

    Car il n'y a pas de solution à ce problème, il faut donc le "cacher", parce que c'est remettre en cause toute la société française.
    Ca peut paraître extrême ce que je dis, mais pour payer les retraites des fonctionnaires on fait venir en masse des immigrés qui nous obligent à taire les différences culturelles et la violence qu'elle engendre, qui nous obligent à baisser le niveau de l'éducation nationale pour qu'ils puissent "suivre", qui plombe notre compétitivité, etc...

    C'est TOUT qu'il faudrait revoir.
    Ce tabou n'a aucune chance de tomber.

    Je me souviens d'un immigré interviewé au sujet de Marion Marechal Lepen qui disait ne pas être inquiet : "si elle est élue, elle fera quoi ? si elle fait ce qu'elle dit ca sera la guerre".

    Voila.
    De 2 choses l'une : soit on laisse le tabou tranquille, soit ça fini en guerre civile.

    Ce qui me dérange quand même beaucoup, c'est la prétention de briser un tabou, alors qu'il ne fait que lui faire allégeance, puisque les mots qui coincent sont soigneusement évités dans le discours : immigration, islam, banlieues, quatar, inter-ethnique, etc...

    On peut superposer cartes immigration/violence/mosquées par exemple !
    Mais en France c'est illégal.

    il n'y a qu'un maigre "vivre-ensemble" de la novlangue qui émerge (mais qui veut tout dire).
    http://faitdiversfrance.wordpress.com/

    Je note aussi que Françoise Martre ne sait pas raisonner son "tout carcéral" est stupide. Il y a plus d'incarcération soit ... mais en proportion des délits, il y en a beaucoup moins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Ca peut paraître extrême ce que je dis, mais pour payer les retraites des fonctionnaires on fait venir en masse des immigrés qui nous obligent à taire les différences culturelles et la violence qu'elle engendre, qui nous obligent à baisser le niveau de l'éducation nationale pour qu'ils puissent "suivre", qui plombe notre compétitivité, etc..."

      C'est pas extrême. Tu tiens là le parfait enchainement logique.

      Et quand tu regardes qui tient le système politique (fonctionnaires papy boomers), tu as tout compris.

      Supprimer
  7. oui Tonio, rien à voir non plus avec la fin des devoirs à la maison...

    J'habitais Saint-Ouen (93), j'ai eu droit au "sale francais" en traversant une rue, eu droit à la fusillade juste en bas de chez moi (3 jeunes au sol, balles dans les jambes) car lieu de deal, et aussi au rodéo des motos et scooters de cette petite bande mafieuse ne respectant rien. Ils sont "chez eux" !

    yongtai

    RépondreSupprimer
  8. "Après.. Moi, concrètement, à Bordeaux, je la ressens pas franchement cette violence... J'ai l'impression qu'ici, on s'en sort pas mal..."

    il y a des frontières invisibles...
    La violence est très territorialisée.
    C'est comme le gars prof de taikwando qui ne voit pas de violence autour de lui, il est risible : il est probablement barraque, mais au pire, ce qui se dégage de lui n'incite pas a venir lui chercher des noise. C'est typique. Des gens ont des têtes de victime. les prédateurs s'attaquent toujours au plus faibles.

    Donc pour traiter ce sujet de la violence, il faut déjà être capable de s'émanciper de tout un tas de biais cognitifs.

    La violence en France est importée, elle est le reflet d'une culture tribale qui fonctionne par territoire.

    Raufer, Guilly, Sennels, Tribalat, Lagrange expliquent tous, chaqu'un donnant une pièce du puzzle, la même chose.

    RépondreSupprimer
  9. J'ai repéré un site ou la discrimination rêgne pour ainsi dire en maître absolu. Il faut absolument le faire fermer :

    http://www.avisderecherches.interieur.gouv.fr/personnes1.asp?T=R

    yp

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Saisissant, ce site de la police.

      La diversité : une chance pour la France

      Supprimer
  10. J'ai jeté un oeil au bouquin (acheté ce matin), croyez-moi pour une fois, l'immigration n'est pas oubliée, oh que non ! Et pas seulement la nôtre, celle de tous les pays d'Europe. Jamais vu autant de chiffres là dessus, c'est très très fort.

    Au lien immigration - insécurité, le tiers du bouquin y est consacré. À ce que j'ai lu, c'est implacable et époustouflant. Très très incorrect. L'auteur va se retrouver au tribunal et m'étonnerait pas que les livres soient interdits.

    RépondreSupprimer
  11. Oui, Bordeaux est comparativement agréable, même quand on s'éloigne du centre (j'y vais de temps en temps pour le travail, et aime quadriller la région). En terme d'immigration, toute la zone qui va de la Bretagne à l'Aquitaine semble relativement épargnée pour le moment. A Bordeaux, l'impression de ghetto ne se dégage pas, tu as bien le quartier de la gare plus pauvre et immigré (comme un peu partout) mais il y a un minimum de mélange et tu peux encore t'y promener sans t'y sentir en danger.

    RépondreSupprimer
  12. J'ai lu Obertone.
    Tout est chiffré, détaillé, expliqué.
    C'est absolument incroyable, effarant, a gerber.
    http://yoananda.wordpress.com/2013/01/24/revue-la-france-orange-mecanique-de-laurent-obertone/

    Il faut lire ce bouquin, l'acheter, le faire tourner, briser l'omerta.

    RépondreSupprimer
  13. Ce qu'il va arriver sous peu, à ce train là, c'est qu'une armée de Breivik en herbe va surgir et faire le ménage. Car même si on condamne ses actes on commence à les comprendre... L'idéal serait qu'avant d'en arriver à de telles extrémités les Français (pas de papiers) doivent se réveiller et enfin voter pour ceux qui défendent les Français respectables... Mieux vaut agir par les urnes que par les burnes ^^.

    RépondreSupprimer
  14. Franchement, il oublie juste de parler des policiers que la Justice protège à chacune de leurs bavures: le cas Delamare par exemple; gendarme et tueur en série, considéré comme en état de démence lors des faits et donc non jugé. Elle a pensé aux victimes notre chère Justice française?
    Un livre très certainement dirigé à droite (manipulation et propagande); on n'a pas besoin de cela en ce moment. Surtout ne pas l'acheter...

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.