mardi 15 janvier 2013

Le conflit de générations revient en force

Tout d'abord un article que m'a poussé Matrin T. sur le conflit de générations. Rien de bien nouveau pour les lecteurs de ce blog, mais ça fait une référence de plus :
Les inégalités entre "jeunes" et "vieux" sont les pires
Huffington post, Jean Maxime, 15/01/2013 (en Français texte en français )
→ lien

J'en ressors tout de même cette phrase ci :
Composés principalement de personnalités de plus de 50 ans, élues avant tout par les plus de 50 ans, les partis de type PS et UMP, sont avant tout des entités conservatrices s'attelant à préserver les avantages acquis de leurs électorats respectifs (retraités et "vieux" actifs de la fonction publique pour l'un, du privé pour l'autre).



A noter aussi d'ailleurs, que la gauche commence à lancer des ballons d'essai pour désindexer les retraites de l'inflation, comme ça a été fait en Italie :
Cahuzac envisage une désindexation des retraites par rapport à l'inflation
L'Expansion, 15/01/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Evoquée par la Medef dans le cadre des négociations sur le renflouement des régimes de retraites complémetaires, la désindexation, au moins partielle, des pensions de retraite pourrait aussi s'imposer dans le régime général.

Le pouvoir d'achat des retraités est sous pression. Le ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, estime dans une interview aux Echos parue mardi qu'une décision de désindexation des retraites complémentaires par les partenaires sociaux serait un "élément d'appréciation très important" pour le gouvernement concernant le régime général.

Plusieurs remarques...

Leurs fausses retraites sont des faux droits acquis politiquement par la génération des goinfres gueulards... Pas étonnant que ces faux droits finissent comme ils ont commencé.

Mais la désindexation des retraites tout d'abord, est comme toujours une mesure lâche, alors que les pouvoirs n'osent pas affronter de face, en nominal, les conséquences de leurs fausses promesses.

Ensuite, ça ratisse large, et ça vient cogner sur tout le monde, qu'il aie une retraite légitime ou non. Et comme toujours, on dévalue tout le monde pour sauver le statut social des illégitimes dans la pyramide, fonctionnaires, salariés du faux privé et cadres du privé en tête...

Ensuite, il y a la retraite, et il y a le patrimoine. Or s'il y a bien un truc d'illégitime, ce sont les patrimoines. Patrimoines investis en dette publique en récompense pour avoir dépensé n'importe comment l'argent public, patrimoines en immobilier rationné sur fond de ponzi démographique fabriqué au forceps... Il serait bien plus légitime de réduire les retraites de x% des revenus du patrimoine, surtout le patrimoine fictif (loyer sur sa résidence principale inclus).

Enfin, une dernière remarque évidente. L'€URSS et ses partis style UMPS n'ont plus comme seul tampon de légitimité démocratique que leurs clientèles de vieux voleurs assises sur leurs patrimoines fictifs et leurs retraites volées politiquement.

La peur de ces clientèles de perdre leur statut est le dernier ressort qui reste partout à l'€URSS pour pousser son agenda au forceps... Sans les légions bien ordonnées de retraités notables et fonctionnaires allant voter comme un seul homme pour l'UMPS et la préservation de leurs "acquis" volés politiquement, c'en est fini de l'euro et de toutes leurs conneries...

8 commentaires:

  1. Le "ballon d'essai" de la crapule honteuse Cahuzac est en effet pathétique.

    Pathétique car... cela agira à la marge. 700 millions par an... c'est même plus que de la "marge" : un pet de nonne.

    Donc nous encore très loin, très loin des mesures radicales, courageuses.

    En bref, le plan se déroule comme prévu : une lente asphyxie, une lente agonie...

    Rien à attendre : les jeunes, dotés de quelques neurones interconnectés, doivent tous se barrer pour échapper au Moloch et précipiter sa chute.

    Vous n'aurez AUCUNE retraite. Alors refusez de continuer à être des esclaves pour payer les vacances des retraités actuels.

    Affâmez la bête : vous n'avez rien à perdre, et au contraire tout à gagner.

    Barrez-vous ! Exfiltrez-vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord...

      Parasitisme:
      "En biologie, le parasitisme désigne le fait pour un organisme vivant de se nourrir, s'abriter ou se reproduire en tirant profit d'un autre organisme (l'hôte). La science qui s'occupe des parasites est la parasitologie, ou, si l'hôte est humain, la parasitologie médicale." - source Wikipédia.

      "Le parasitisme (du grec παρά / para, « à côté » et σῖτος sitos, « blé, pain ») est une relation biologique symbiotique dont un des protagonistes (le parasite) tire profit (en se nourrissant, en s'abritant ou en se reproduisant) aux dépens d'un hôte. Les parasités sont, quant à eux, appelés hôtes. Les organismes qui ne sont pas parasites sont qualifiés de « libres »." - source Wikipédia.

      Cordialement,

      Martin T.

      Supprimer
  2. Ca leur laisser 15 ou 30 ans de mou devant eux, le temps que le papyboom ne finisse par s'épuiser et que la nouvelle génération arrive.

    Ils sont donc tranquille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le temps donc que les actifs actuels arrivent à la retraite, et que les papyboomers soient tous morts.

      Notre génération va se faire enfler dans les grandes largueurs, c'est écrit.

      Supprimer
  3. pas d'accord sur les patrimoines:certains patrimoines sont le fruit du travail et de l'économie alors que certains vivent grand train et a crédit.tu taxes tous les patrimoines,ça revient exactement au socialisme actuel(taxer les actifs au profit des paresseux)le patrimoine acquis a travers la finance me parait lui,illégitime

    RépondreSupprimer
  4. Disco, comment peux-tu à la fois défendre l'idée de BAD, où l'on fait tout soi-même, hors du circuit commercial pour (je schématise) éviter de pays des impôts et autres ponctions de toutes sortes, et dans le même temps défendre cette idée de loyer virtuel versé à soi-même ? C'est complètement antinomique !

    Parce que les légumes de ton potager permaculturel, c'est aussi un revenu virtuel, de même que ta maison auto-construite et auto-entretenue et j'en passe (chauffage au bois récolté sur ses propres terres, par exemple). Si l'on suit ta logique de revenu virtuel, tout cela devrait être taxé/déduit des pensions au même titre qu'un loyer, ce qui remet complètement en cause ton modèle de retour à la campagne. Et ce qui tuerait les agriculteurs, soi dit en passant (dont la petite retraite est heureusement complétée par les productions de la ferme qu'on continue de réaliser à l'âge de la retraite parce qu'elle sont peu physiques, comme le potager, le poulailler, les lapins entre autres choses).

    D'une manière générale, considérer qu'une absence de dépense est équivalente à un revenu est le summum de la ponction illégitime, à mon avis : on a pris tous vos revenus ? Eh ben on va en prendre encore un peu ! Le fait que cette absence de dépense provienne d'une injustice réelle ou perçue est un tout autre problème, et c'est bien à celui-là qu'il faut s'attaquer.

    Comment tu gères cette contradiction ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dirais même, pertinent.

      Disco, je suis un grand fan de ton travail, mais là tu t'es enflammé.

      Je précise ne pas être proprio, donc mon point de vue n'est pas partisan.

      Dex.

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.