mercredi 30 janvier 2013

L'économie résiliente de la débrouille est une voie élitiste

Je rebondis sur un bout de commentaire de yoananda :
Autre remarque : la déspécialisation ça demande un gros cerveau !!! Faut un sacré surplus cognitif pour le faire. Sauf à le faire mal, et dans ce cas, tu vas en effet réduire tes gains et t'appauvrir. (ou alors il faut cesser de dormir la nuit et travailler tout le temps ! lol)

Donc, attention a ne pas tomber dans l'excès inverse.

Ce que tu proposes est une voie élitiste.

Et ben ça tombe bien. Ça fait des décennies que le système est lancé dans la fuite en avant de production d'un prolétariat cognitif surdimensionné...

Combien de bac + 3 aux caisses des supermarchés ?

Combien de bac + 5 en région parisienne avec des salaires à 1500€, soit un niveau de vie réel équivalent à 800€ à la campagne ? Sans parler de la qualité de vie...

Une part de plus en plus grande de la jeunesse n'a rien à perdre à tenter l'aventure. Et surtout, ils ont tous les outils nécessaires, entre la maitrise d'Internet et la capacité à apprendre seul...

Soi-dit en passant   
Angoulême: les prix de l'immobilier en chute
La Charente Libre, 30/01/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Les prix de l'immobilier ne cessent de baisser sur Angoulême. De plus en plus de maisons à moins de 100.000 euros sont sur le marché. Et les agences gardent sur les bras celles à plus de 130.000 euros.

Entre 2012 et 2010, Fontenoy Immobilier a constaté dans le département une baisse du prix de vente moyen de 130.000 à 88.000 euros.

En passant sous la barre symbolique des 100.000 euros, il tombe pourtant dans le produit-phare de l'immobilier angoumoisin et charentais en ce moment. «On manque même de produits de ce type. Là, j'ai une dizaine d'acheteurs potentiels qui cherchent dans cette fourchette, sans résultat», explique Lionel Laville, de l'agence Mazagran. Même si ce dernier estime que le seuil fatidique du marché est la barre des 130.000 euros. «Après, c'est le désert».

Eric, avec sa maison familiale sur les bras depuis deux ans, met en avant un autre point noir angoumoisin: «La maison me coûte 1.900 euros de taxes foncières. dans un quartier comme la Grande-Garenne, avec des acheteurs aux revenus modestes, c'est plus qu'un frein.»

Et encore, je me dis qu'avec la crise, la surface moyenne des transactions doit s'effondrer, alors qu'il ne reste concrètement sur le marché que les vieux rentiers qui s'achètent du locatif défiscalisé... Or le prix de l'immo n'est pas linéaire, et le prix au m² d'une petite surface est plus élevé que celui d'une grande surface. En toute logique, avec une taille moyenne des transactions qui baisse, le prix moyen du m² devrait monter. Si le prix moyen du m² toutes surfaces confondues reste stable, ça signifie qu'à surface égale, les prix en réalité, baissent...

8 commentaires:

  1. L'article complet de la charante libre vaut le coup !

    On est au prix du parpain, le terrain ne vaut plus grand chose :-)

    RépondreSupprimer
  2. « Un être humain devrait savoir changer une couche-culotte, planifier une invasion, égorger un cochon, manœuvrer un navire, concevoir un bâtiment, écrire un sonnet, faire un bilan comptable, monter un mur, réduire une fracture, soutenir un mourant, prendre des ordres, donner des ordres, coopérer, agir seul, résoudre des équations, analyser un nouveau problème, répandre de l'engrais, programmer un ordinateur, cuisiner un bon repas, se battre efficacement, et mourir bravement. La spécialisation, c'est bon pour les insectes. » Robert A. Heinlein

    La citation qui résume le mieux mon état d'esprit.

    RépondreSupprimer
  3. les gens sont fourbe ils ont perdu la mémoire des prix des années 2000 et tout d'un coup la retrouve ayant proposé en masse à leurs enfants d'acheter au plus haut, les gens sont fourbe les papyboomers encore une fois tienne le haut de la fourberie.

    RépondreSupprimer
  4. c'est ce que dit Delamarche pour les US.

    par contre du côté de la banlieue de Toulouse pour les terrains à bâtir la surface est de +en + petite,
    on construit sur du 400m2 les blocs qu'on apelle maison.
    autant rester dans une résidence vus le vis à vis!et les prix.
    golandais31

    RépondreSupprimer
  5. Tu marques un point ! C'est vrai que concernant le "surplus cognitif" il est plutôt sous exploité qu'autre chose, donc la matière est la !

    De plus, je ne suis pas contre un élitisme sain.

    A ce titre, vu qu'il y a beaucoup de gens "pionnier" semble-t-il ici, j'aimerais passer une annonce.
    Je cherche un bon bouquin pratique pour le BRF et autres techniques de culture du même style.

    Si vous me lisez ... :-)
    Pouvez vous me conseiller.
    J'ai cherché sur Amazon, j'ai trouvé du Bourguignon et du Fukuoka, mais j'ai peur que ce soit trop théorique. Ce que je cherche c'est vraiment la mise en pratique.

    J'avais investigué le BRF il y a quelques mois, mais j'avais buté sur le broyeur, avant de m'apperçevoir qu'il en existe des petits pas cher.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'après ce que j'ai entendu, c'est Jacky Dupety le grand spécialiste du BRF.

      Supprimer
    2. Pour le broyeur, petit pas cher = merde pas solide... attention surtout au diamètre des branches qu'il est capable de traiter...

      Je ne sais plus sur quel site pro BRF j'ai justement lu une mise en garde "écologique" contre l'achat individuel de broyeurs bas de gamme, ce qui va se traduire dans quelques années par une arrivée massive de broyeurs hors d'usage en déchetterie...

      Disons que la mise en commun d'un matériel un peu plus costaud (voir réparable, on peut rêver) est aussi une piste à explorer...

      Supprimer
  6. Au fait Disco, toi qui disais qu'on n'allait quand même pas interdire les potagers, tout ça, tout ça : là ils en sont à vouloir interdire aux éleveurs de faire se reproduire entre eux leurs propres moutons ; il faudrait passer par un "centre d'insémination agréé" :o http://www.rue89lyon.fr/2013/01/30/une-manif-de-brebis-contre-le-pucage-electronique/ Oh, certes, ça concerne pour le moment uniquement ceux qui font commerce de leur production.

    Ça, plus l'interdiction de resemer ses propres graines, plus l'interdiction, certes temporaire, du purin d'ortie, plus l'obligation même pour un particulier de cotiser à la MSA, plus... Ça va être de plus en plus difficile de devenir autonome. Eh oui, tu crois quand même pas qu'on va te laisser vivre en paix sans cracher au bassinet, quand même ?

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.