mercredi 9 janvier 2013

Les Experts sur l'immobilier

Avec Jean-Pierre Petit notamment, c'est vers le milieu de l'émission :
Les Experts
BFM Business, 04/01/2013 (en Français texte en français )
→ lien 



Henry Buzy-Cazaux comme quoi le marché est bloqué :
Henry Buzy-Cazaux
BFM Business, 02/01/2013 (en Français texte en français )
→ lien 



Immobilier : trois vendeurs sur quatre seraient prêts à baisser leur prix
La Tribune, Pascale Besses Boumard, 08/01/2013 (en Français texte en français )
→ lien
La FNAIM estime qu'en 2013, le variation des prix des biens résidentiels devrait osciller entre -2% et 0%. Mais le problème ne réside pas tant dans la baisse des prix que dans celle de la chute des transactions. Un reflux vers 500.000 transactions annuelles pourrait avoir des conséquences catastrophiques.

Or toute la branlocratie ponctionnaire territoriale vit en grande partie des prélèvements sur les flux de transactions...

Et vous allez voir que l'État va nous organiser la baisse des prix P pour relancer les transactions T, afin de maximiser le flux P x T...

3 commentaires:

  1. Les taux ? Au plancher, peuvent pas baisser... et ne remonteront pas non (la BCE veille, ça ferait imploser les souverains).

    Bref, que reste t il comme facteurs pour déclencher, accentuer la baisse des prix ?

    -la solvabilité, vue du côté des revenus.
    En clair : chaque chômeur en plus, c'est un bon point. De ce point de vue, on est tout bon : le chômage va grimper, non stop. Du velours.

    -la solvabilité, vue du côté du revenu disponible : là aussi, on est pile poile. Avec les hausses massives des impôts et taxes et les délires non stop du gouvernement, c'est parfait.

    -dernier levier, non des moindres et qui se nourrit des points précédents : la psychologie.

    Plus les politiciens répètent que tout va bien, que 2013 sera l'année de la reprise... plus les gens voient des clodos dans les rues, dans le métro (ça devient DANTESQUE à Paris), plus les gens voient des boîtes fermer... plus la peur, la flippe, bien rance, bien dégueu, va se propager.

    Elle touchera les acheteurs (ceux qui sont encore solvables, fonctionnaires par exemple).

    Et elle touchera bien sûr les vendeurs, dont une partie (les plus lucides) cherchera à "cash out" le plus rapidement possible, dans une atmosphère de fin du monde.

    Bref... Ne jamais oublier que :
    -l'immo c'est du temps long
    -a fortiori quand un état mafieux fait tout pour prolonger la bulle du marché, à coup de morphine et d'amphet'.

    Il faut donc être patient.

    Mais la baisse AURA BIEN LIEU, et elle sera épique.

    RépondreSupprimer
  2. Le problème de la France : c'est la championne du monde des crises larvées, latentes, longues, interminables... cf. la crise des années 30.

    La crise arrive plus doucement qu'ailleurs (on est le pays du déni) mais après elle ne nous lâche plus pendant des années et des années.

    Et avec en plus le contexte mondial aujourd'hui......

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.