dimanche 6 janvier 2013

M6 Capital : salariés qui deviennent leurs propres patrons, reruralisation, télétravail

En ce moment même sur la 6 :

Ils réalisent leur rêve, pourquoi pas vous ?
M6 Capital, 06/01/2013 (en Français texte en français )
→ lien


Ouvrir un bar-restaurant seul ou avec des amis, beaucoup y pensent. C'est même une envie très française. Il y a ceux qui choisissent un endroit à la mode, de préférence en centre-ville et puis ceux qui tentent de s'implanter en province, là où beaucoup de bistrots disparaissent. Comment trouver la bonne opportunité ? Comment choisir le bon emplacement et les bons fournisseurs ? Vous allez découvrir que parfois on vous déroule le tapis rouge pour vous aider à monter votre affaire.

C'est un fantasme pour bon nombre de salariés : travailler de chez soi. Cela permet d'éviter le stress des transports, de ne pas avoir son « petit chef » sur le dos ou encore d'aller chercher plus facilement les enfants à l'école. Tous les moyens modernes de communication le permettent. Alors, comment cela se passe-t-il ? Et quels changements cela implique-t-il dans la vie de tous les jours ? La France est en retard par rapport aux autres pays en la matière : pourquoi et comment faire bouger les choses ?



Rappelez vous ce post récent : Compétitivité : et si on misait sur la ruralité ?

Internet va vraiment totalement changer la situation de la campagne, pour de nombreux métiers.

Le dernier gros handicap de la campagne, c'est le transport et la voiture.

Si ils arrivent à faire des voitures électriques économiquement performantes, ça va vraiment totalement retourner la logique de l'urbanisation, et on va surement assister à un exode rural à l'envers. Mais déjà, sur des trajets pas trop longs, le vélo, ça marche bien. Et en plus, ça maintient en forme...

Surtout que dans une logique de Base Autonome Durable, la campagne offre de nombreux avantages en terme de coût de la vie (potager, chauffage au bois, eau, électricité) sans parler du reste : calme, sérénité, réancrage culturel, barbecues/rosé   ...

Mais de toutes façons, le seul arbitrage du prix du logement devrait déjà être un moteur suffisant... Quand on demande une vie de SMIC pour un petit pavillon à Fontenay aux Roses en fond de banlieue parisienne, et que pour le tiers du prix, on a une superbe maison à la campagne, ça va être vite vu...

12 commentaires:

  1. "Mais déjà, sur des trajets pas trop longs, le vélo, ça marche bien. Et en plus, ça maintient en forme..."
    Sur a Bordeaux, pas de pb, la ou j'habite avec les denivelés... c'est une autre histoire :-))
    Merci de ton travail.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tonio, il faut rappeler que cet idéal de vie... ne peut concerner qu'un nombre très faible de gens.

      Il faut arrêter d'évoquer à tout bout de champ le dieu Tout Le Monde Cadre du Quaternaire, la "nouvelle économie", la "fin du travail", la "robolution" et toutes ces fadaises.

      je vais vous la faire court pour que vous puissiez comprendre : il y a 7 milliards d'individus sur cette saloperie de planète.

      Dont un bon 80 % sont des crétins plus ou moins terminaux. Je n'y peux rien, ce sont les ordres de grandeur.

      Tu vas en faire quoi de ces gens ? Leur proposer un poste de chef de projet en robotique logicielle à distance ? Chez eux ? Dans leur bidonville, dans leur case, dans leur HLM, dans la brousse ?

      Vous déconnez à plein tubes les gars.

      Il faut REVENIR AUX ORDRES DE GRANDEUR, pour éviter de se faire enfumer par du bruit statistique.

      Oui toi Tonio tu pourrais avoir une vie bien meilleure en faisant du télétravail. Ca c'est une certitude.

      Mais ça ne résoud en rien le problème que nous avons avec des MILLIARDS d'autres mecs.

      Devant de tels ordres de grandeur, il n'y a quelques solutions (que l'on peut combinerà :
      -la réduction de population (forcée... guerre etc.)
      -et le tittytainement (pour tenir tranquille la grande masse)

      Je suis désolé, c'est ultra cynique, mais je pense que cela reflète la réalité.

      Supprimer
  2. Ce que tu dis est vrai.

    Mais puisque l'état va venir te faire les poches tout en ne proposant aucun service en échange (*), pourquoi se faire chier à "courrir après le casse-dalle" pour n'engraisser que ces porcs ? Cela n'a aucun sens...

    Quand on pourra de nouveau garder plus de 50% de la richesse qu'on génère on en reparlera... La situation des entrepreneurs est bien pire que celle des salariés dans ce pays. En plus, si tu est suffisament bon et que tu as l'opportunité de grossir, tu va créer des emplois et ces personnes auront plus de droits que toi sur ton business... Bref, créer sa boite ici c'est juste ridicule...

    Bon... Le droit du travail va peut être se faire plus souple (mais pas moins complexe), mais de toute manières, la bête à faim et va venir se servir (encore plus) sur ton dos directement sur tes comptes, en te laissant zéro, même pour mettre de l'essence dans ta camionette... Tu vas comprendre - mais il vaut mieux l'avoir compris avant...

    yp

    (*) : arnaque du RSI ou de la taxe foncière pro par exemple, mais aussi plus de droit au chomage, retraite ridicule, et j'en passe - demande à ceux qui sont à leur compte...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ouaip:je suis a mon compte depuis 12 ans et je viens de découvrir le scandale du rsi:en gros une sécurité sociale indépendante gérée par des "syndicats ripoux d'artisans et autres.on cotise autant qu'un salarié mais on a droit a moins.arnaques sur les retraites,au tout début on m'a fait cotiser au minimum et cinq ans après on m'a dit que ce n'etait pas suffisant pour etre validé comme trimestre:en résumé ,cotisation minimum obligatoire,mais insufisante pour etre validée!je pense que j'étais éligible au bouclier fiscal:je payais surement plus de 50 pour cent en revenus et taxes sans compter la tva et autres

      Supprimer
  3. ta le vélo électrique j'avais peur l'hiver mais a part les yeux qui pleurent c'est valider dans mon cas bye bye la voiture stress policer SS, assurance, fascisme routier, essence, das le cul la manne politique.

    RépondreSupprimer
  4. Oui bien, mais à condition qu'il y ait du travail à la campagne !!

    C'est loin d'être évident appliqué au plus grand nombre.

    RépondreSupprimer
  5. Biens sûr que ça ne concernera pas tout le monde, mais imaginez que les villes se vident de 10% de leur population. L'impact que ça aura ...

    Et puis en déplaçant, ces professions, qui sont aussi généralement celles à fort pouvoir d'achat, déplacent aussi leur pouvoir de consommer à la campagne.

    Les écoles vont rouvrir. Des commerces vont revenir...

    Ça va faire boule de neige.

    Du coup, de plus en plus d'entreprises vont réfléchir à s'installer à la campagne, retrouvant ainsi d'ailleurs de la compétitivité prix.

    Et ce qui importe, souvent, c'est la dynamique.

    C'est de la tendance ultra longue. Mais ça me semble bien parti pour aller dans ce sens.

    RépondreSupprimer
  6. "Réancrage culturel", à condition qu'il y reste encore une culture non sinistrée. Tu vas dans certains endroits de l'Aisne, de la Picardie ou de la Champagne, tu pleures. Revoir ce que dit Guilluy sur ce qu'il appelle la "France oubliée". Je sais pas jusqu'à quel point un cadre bossant par télétravail peut facilement s'intégrer parmi des précaires ruraux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand je dis réancrage culturel, ça veut pas forcément dire retour à la culture d'il y a 50 ans. Ca sera peut-être autre chose. Mais au moins, il y aura quelque chose qui va se former, de par les relations de voisinnage et de village. Ça ne sera pas le néant actuel avec juste des individus parqués dans des apparts et une télévision top/down.

      Supprimer
  7. Pour que des entreprises s'installent en campagne (donc loin de tout), ou pour généraliser le télétravail (qui n'aura pas que des impacts positifs, cela engendrera notamment une perte supplémentaire de lien social et possiblement un isolement accru), il faut de la fibre partout. Et en 100 Mbps symétrique ce qui n'est pas gagné du tout vu les freins politiques à un accès internet symétrique en upload/download. Bah oui tiens, des fois que les gens deviennent massivement producteurs actifs de contenus et non plus consommateurs passifs, ce serait trop dangereux pour les 1% :).

    Ton idéal de vie c'est aussi le mien. Mais déjà va trouver une campagne ou la plus proche boulangerie n'est pas à 20 minutes de route, le plus proche hôpital à 40, ou tout simplement qui n'a pas été ravagée par l'agriculture intensive. J'adore la Bretagne mais m'installer dans les Côtes de Porc par exemple c'est no fucking way. Je me fais pas d'illusion, on passera le restant de nos jours dans des métropoles de plus en plus glauques qui ressembleront à Gotham City sous méthadone, avec pour meilleurs amis ces bons vieux Jack, Jim et Jose.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne crois pas. L'agriculture et l'élevage vont devoir changer car le modèle intensif va devenir non pérenne avec un coût des intrants qui explose. Bourguignon a de l'avenir...

      Quant à la fibre en symétrique, j'imagine que s'il y a une demande solvable, ça viendra vite... D'ailleurs, cet accès symétrique à 100Mbps, on l'a même pas en ville non ?

      Supprimer
  8. Le monde rural n'est pas optimal au niveau énergétique. Par tête de pipe, une ville consomme beaucoup moins.
    A moins de révolutionner les transports, il n'y aura pas de vrai retour à la campagne, sauf à la marge.
    La voiture, c'est une absolue nécessité, et c'est un gouffre.
    Encore que les gens se débrouillent autrement, ils sont des stocks, ne font les courses qu'une fois par semaine.

    Mais la voiture devient un luxe, et si avec le pic pétrolier l'essence augmente encore, je ne sais pas trop comment feront les gens.

    Le vélo, ce n'est pas une option a la campagne, sauf pour se balader... encore qu'ils faut différencier campagne et montagne. A la campagne, peut-être (et encore, mais c'est jouable)... a la montagne, c'est illusoire.

    Reste l'approvisionnement, sans camions pour livrer les super marchés, on est loin du retour à l'autonomie locale, mais si on développe la permaculture, pourquoi pas !!!
    Mais ça signifie que le "local" c'est son village, sa commune, on n'échange plus grand chose avec le reste du monde, si ce n'est via Internet.

    Donc, tout dépends de la perspective, mais il ne faut pas se faire trop d'illusions, les transports en cambrouse c'est vraiment le gros handicap.
    Sachant que ce seront les premières zones abandonnées par les ponts et chaussées, si jamais on manque de bitume. Il vaudra mieux avoir un bon 4x4 d’antan (pas les merdes ultra fragiles et bourrées d'électronique actuelles).

    J'ai quand même tendance à voir ça comme un privilège de bobo et pas une lame de fond. Sachant que la capacité d'acceuil est très limitée de toute manière.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.