dimanche 6 janvier 2013

Rapport du National Intelligence Council sur le monde en 2030

Via La chute, le blog de Patrick Raymond :

  

Les services secrets prédisent l'enfer pour 2030
Le Matin.ch, 06/01/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Surpopulation, guerre de l'eau, manque de nourriture et épuisement des ressources de la planète, un rapport du National Intelligence Council dresse un constat qui fait froid dans le dos pour les années à venir.

A quoi ressemblera la Terre en 2030? Combien serons-nous? Y aura-t-il assez à manger pour tout le monde? Où devrons-nous vivre? Autant de questions qui peuvent être des facteurs d'instabilité dans le monde et auxquelles le National Intelligence Council (NIC) américain vient de répondre dans le rapport Global Trends 2030 publié récemment.

Crucial

La question de la démographie est cruciale pour l'avenir de la planète. Et la Terre devrait accueillir 8,3 milliards d'habitants en 2030, rappelle l'étude rapportée par Le Monde, contre 7,1 aujourd'hui. Mais surtout contre 2,5 milliards en 1950.

Autant de chiffres qui ont des conséquences pour l'état de santé de la Terre. Des conséquences d'abord alimentaires. Car la demande en nourriture devrait augmenter de 35% d'ici 2030. Or, les rendements agricoles, même s'ils continuent de s'améliorer, n'arriveront pas à répondre à la demande et nous vivons déjà sur les réserves selon le rapport du NIC, le bras analytique et prospectif des services de renseignement américains.

On consomme plus que l'on produit

«Au cours de sept des huit dernières années, le monde a consommé plus de nourriture qu'il n'en a produit. Une grande étude internationale estime qu'en 2030, les besoins annuels en eau atteindront 6900 milliards de mètres cubes, soit 40% de plus que les ressources durables actuelles», note l'étude. Pire encore: le rapport souligne que presque la moitié de la population mondiale vivra dans des régions touchées par la sécheresse, provoquant ainsi de gros risques de guerre pour l'eau. Mad Max n'est décidément pas loin...

En outre, les pays émergents sont en train de changer leur régime alimentaire et consomment de plus en plus de viande. Or, la production de viande exige beaucoup d'eau et de céréales également avides de liquides.

Le rapport souligne aussi que 60% de la population mondiale vivra en ville en 2030. Là aussi, les conséquences seront graves pour l'environnement. Car l'urbanisation croissante «a conduit à des réductions drastiques des forêts, des changements négatifs dans le contenu nutritif et la composition microbienne des sols, des altérations dans la diversité des plantes et animaux supérieurs ainsi que des changements dans la disponibilité et la qualité de l'eau douce».

Bref: l'avenir ne s'annonce pas franchement rose en terme de sécurité alimentaire. Reste à savoir comment les Américains, qui ont refusé de s'engager récemment sur la limitation des gaz à effet de serre lors des négociations de Doha, vont empoigner le problème décrit minutieusement cette fois pour leurs propres services de sécurité.


Mais bon, ça vient des USA... Ils sont les plus grands producteurs d'escroqueries mondiales depuis 30 ans... Alors... Et puis de l'autre côté, j'ai toujours dans un coin de la tête la vidéo d'Aaron Russo sur l'histoire de la volonté de réduction par deux de la population de la planète... Idem, le document ne manque pas de pousser pour une sorte de mondialisme multipolaire, ligne Rockefeller/Brzezinski...

Mais pour le coup, c'est juste pertinent. Ça colle avec toutes les données que je vous pousse ici. C'est juste logique...

Quant à l'urbanisation, je suis plutôt de l'avis de Patrick Raymond :
Quand au "grossissement des villes", qu'on redoute, il n'est plus si évident. En effet, espagnols, grecs et sans doute USaméricains, prennent la direction de la campagne, et dans le cas de Detroit, "si tu ne va pas à la campagne, la campagne ira t'a toi"... (ça, c'est bon, faudra que je le ressorte !)

C'est vrai, quel intérêt de rester au même endroit pour tout payer plus cher, avec un espoir de décrocher un travail totalement inexistant ???

Le concept de Base Autonome Durable de Drac/San Giorgio, plus ou moins poussé, a de l'avenir... Ça crève les yeux...

En tous cas, le document rejoint mon post d'hier comme quoi l'élite est dans l'incapacité totale d'anticiper les retournements...

Et leur document commence avec la citation de Keynes suivante :


Et c'est d'ailleurs de cette étude là que provient le graphique déjà plusieurs fois posté (notamment dans le post indiqué) sur la part de la consommation mondiale...



Ce graphique là est fondamental. Prenez bien le temps de le regarder. Il en dit énormément sur ce qui nous attend...

Et rappelez vous qu'in fine, tout ça dépend d'un moteur essentiel : la capacité de la Chine de changer son modèle de développement pour faire monter une consommation intérieure...

4 commentaires:

  1. Il est temps alors de relancer une conquete spatiale et l'exploration de nouvelle planète à coloniser tel que le voit un certain BTE-Dan. Peut etre un reve mais cela permettrait de construire un projet sur un objectif commun. ;-) http://www.buildtheenterprise.org/author/bte-dan

    RépondreSupprimer
  2. pour la chine ça a l'air relativement mal parti

    notamment si on écoute mylene gaulard

    RépondreSupprimer
  3. salut,
    2 remarques :
    1/ la conclusion "Reste à savoir comment les Américains, qui ont refusé..." ne colle pas avec le texte. Pourquoi parler de gaz à effets de serre ?? ce n'est pas le sujet !!
    2/ je ne suis pas d'accord avec toi Tonio sur ta conclusion "qu'in fine, tout ça dépend..la capacité de la Chine... faire monter une consommation intérieure". C'est un élément important certes, mais parmi d'autres (interrogations sur l'énergie, conflits armés, guerre monétaire...)

    yongtai

    RépondreSupprimer
  4. Je ne sais pas si c'est un rapport visant à obtenir des crédits pour financer les sécurité ou je ne sais quoi, cependant, je fais la même analyse qu'eux :
    d'ici à 2020 maximum, on aura probablement passé le pic pétrole tout liquides
    on a déjà passé le pic exportation,
    et une fois qu'on retranche le pétrole que l'industrie pétrolière utilise elle même, le pic devrait même être pour 2015.

    Donc en 2030, en effet, pour des raisons de population et de manque de ressources, on va probablement refaire ce qu'on à fait par le passé : guerre, famines, épidémies.

    Il n'y a pas vraiment d'alternative en vue à ce scénario malheureusement.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.