samedi 5 janvier 2013

Rocard sur la loi de 73

Quand Michel Rocard dévoile le pot aux roses…
Europe 1 via Boulevard Voltaire, 05/01/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Le propos de Michel Rocard est le suivant : la réforme de la Banque de France de 1973 a interdit que celle-ci prête à l’État à taux zéro. L’État est donc allé emprunter avec intérêt sur les marchés privés. Si nous en étions restés au système précédant, qui permettait, répétons-le, à la Banque de France de prêter à l’État à taux zéro, notre dette serait de 16 ou 17 % du PIB, soit bénigne.



Toujours la même affaire...

L'idéal eut été de ne pas faire de dette publique du tout...

Mais c'est vrai qu'à choisir entre inflation via la monétisation des déficits et dette publique, je préfère de loin la monétisation. Au moins, les conséquences sont payées de suite par la population via l'inflation, au lieu de créer du conflit de générations odieux...

On ne le rappellera jamais assez. La dette publique aux mains d'acteurs privés est une escroquerie sans nom. C'est de la fausse épargne. Des créances sur du vide. Il n'y a rien derrière. Pas de véritable actif qui génère un cash flow. Cette dette n'a pas servi à faire des investissements générant la richesse permettant de s'auto rembourser. C'est du money-like illégitime comme dirait Bertez. Il n'y a que les impôts des générations futures. La dette publique, ce sont juste des impôts du passé, repoussés dans le temps, et qu'on a transformé en épargne privée.

Bref, une parfaite escroquerie, taillée sur mesure pour la générations d'escrocs jouisseurs sans entrave du papy boom...

5 commentaires:

  1. Non Non et Non! conclusion rapide et fausse car si l'état empruntait à 0% il se serait encore PLUS gavé de dette ! emprunter de l'argent doit avoir un coût pour l'état comme pour tout le monde sinon c'est la porte ouverte à toutes les gabegies possibles et imaginables.

    RépondreSupprimer
  2. Tout est dit : inflation ou dette. C'est un choix politique que nos soi-disant socialistes se gardent bien d'évoquer alors que l'inflation monétaire porte en elle, les fondements même de la justice sociale puisqu'elle touche davantage les rentiers que les travailleurs.

    Mais, il fallait que cette arme anti-rente échappe au contrôle de l'Etat, d'où l'instauration de la fameuse loi 1973, renforcée par la suite par l'abandon pur et simple du droit régalien de battre monnaie pour enlever toute idée de revenir tôt ou tard à une monnaie nationale. Les perfides ont bien travaillé pour émasculer l'Etat.

    RépondreSupprimer
  3. Wikipédia : Beaucoup de gens croient que la loi de 1973 oblige l'État à emprunter aux marchés financiers privés par son article 25 : « le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l'escompte de la Banque de France. » En fait, c'est en 1993, avec le Traité de Maastricht, qu'une telle interdiction de principe est énoncée, dans son article 104, paragraphe 1 également réécrit à l’article 123 du TFUE5.

    RépondreSupprimer
  4. La Loi de 73 empêche juste le clientélisme électoral avec l'inflation, mais ce dernier n'a pas disparu depuis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. d'accord avec toi, ce n'est pas le mode de financement des états qu'il fallait changer, mais la mentalité des politiques à faire du clientellisme donc à dépenser plus que l'état gagnait.

      Yann

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.