dimanche 27 janvier 2013

Sortir du monde ?

Comme je l'expliquais dans mon post précédent, je m'amuse pas mal à regarder sur se loger ce qu'on trouve en fond de cambrousse...

Voici ce qu'on trouve pour 32 000€, dans le Lot et Garonne...




Agrandir le plan

Alors c'est sûr, y a du boulot à retaper tout ça...

Mais en s'arrêtant de bosser un ou deux ans, et en faisant tout soi même, on doit pouvoir se retrouver avec une super barraque, toute équipée pour être un maximum résilient. Et avec 3500m² de terrain, y a moyen de faire pousser pas mal de choses, notamment du bois...

Il y a un bourg à côté, à 5 km. En vélo électrique, ça se fait tout bien pour les courses...

En bossant un peu via Internet, y a moyen de gagner les ronds dont il y a besoin pour l'essentiel. Et même plus...

A deux, il y a moyen qu'un des deux travaille pendant que l'autre retape la maison...

Ou encore, ça, pour 55 000€...

Et y'a qu'à regarder, des cahuttes de ce genre, y en a à foison...

Mais bon, je me rends compte qu'en fait je gagne encore trop pour que ce soit intéressant. Je serais au smic ou à peine au dessus, je n'hésiterais pas. Mais aujourd'hui, à 2200€ par mois, le choix est compliqué...

L'arbitrage ne vaut pas encore le coup.

Et surtout, la transition est compliquée...

Mais quoi qu'il en soit, comment peut-on essayer de me faire croire qu'avec ce qui nous vient dessus, et le grand deleveraging de tout qui s'annonce, un corps de ferme à la campagne sur 3000m² de terrain vaut 30 000€ quand un T3 de 70m² en béton plastique en fond de banlieue en vaut 200 000€ ?

Aujourd'hui en France, un agriculteur sort 7 tonnes de blé à l'hectare. La tonne de blé est à 600€. Avec des rendements moindres, en faisant du semis direct sous couvert, on est à 3000€ à l'hectare par an, pour un minimum de frais d'exploitation et d'intrants.

Et on nous explique que 10 000m² de terrain, ça vaut 3000€, quand le T3 en béton plastique en vaut 200 000 ?   

Sérieusement ?

Ça veut dire que pour le prix du T3 en béton plastique je peux avoir un terrain de 800 mètres par 800 mètres ?

Vous voyez bien ce que ça fait 800 mètres ?

J'ai pas toutes les clés du problème, mais je vois bien là qu'il y a une aberration totale...

23 commentaires:

  1. En voilà une autre de maison, dans la Nièvre. 110000 euros, mais 2 maisons à retaper, et 5 hectares ;-)

    RépondreSupprimer
  2. attention au fantasmes .... Vivre loin de tout coute tres cher, au moindre problème c'est la galère et vous ne devrez jamais être malade. Pensez intempéries, ruptures de lignes electriques, pont emporté, hopital a une heure, edf == une semaine de délais, telephone pour les secours etc ....
    Et surtout la solitude qui vous fait réver est tres dangereuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. petit >en velo 30/40 min, électrique non légale 10-15 minutes
      http://goo.gl/maps/OSG5U

      - grand ( 29 km, j'en connais qui font 2 fois plus en RP pour 2200/2=smic )
      http://goo.gl/maps/NEsjs
      - gare de marmande TER:
      http://www.ter-sncf.com/Region/aquitaine/gare/Marmande.aspx

      http://goo.gl/maps/QfV1n

      et pour les vacances :
      http://goo.gl/maps/LTcSe

      Supprimer
  3. Mes 2 annonces favorites du moment...Une petite ville animée... l'autre ça laisse songeur...

    http://www.seloger.com/annonces/achat/maison/langogne-48/71370189.htm

    http://www.agriaffaires.com/occasion/vente-ferme/2728154/ferme-maraichere-bio-maison-terrain-pluvigner-56.html

    RépondreSupprimer
  4. C'est drôle. J'ai à peu près le même profil que toi : la trentaine passée, informaticien dans le monde merveilleux des SSII et en pleine réflexion sur ce que ce l'avenir nous réserve et ce que je veux en faire.

    Et au fil de mes lectures de ce blog, je suis toujours étonné de voir que nos réponses aux problèmes sont souvent les mêmes. J'avais moi aussi rêvé à une SSII en SCOP à la campagne comme tu en parlais dans un message précédent. Et puis ça fait un moment aussi que je lorgne sur le prix de l'immobilier de nos campagnes, et que je me fait exactement la même réflexion que toi.

    Ceci dit, les vielles fermes sont des gouffres énergétiques inconfortables et humides et demandent un gros investissement (en temps et en argent) pour devenir habitables sans consommer 5000l de fioul ou 30 stères par hiver.

    Autant construire une maison neuve sur un terrain nu sachant qu'en auto-construction on peut arriver à des prix de moins de 1000€ du m². Mieux que la ferme, les emmerdes en moins.

    RépondreSupprimer
  5. Nan mais c'est surtout que ce genre de ruines, ça vaut ZERO.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui si personne n'en veut c'est pas pour rien.
      Faut avoir vécu un peu a la cambrouse pour se rendre compte.

      Supprimer
  6. Déjà retaper ça coûte cher, si tu veux isoler, voire être passif ou carrément positif. C'est loin d'être donné.

    Ou alors tu fais ça comme un sagoin, tu seras content 10 ans, mais dans 10 ans il faudra tout refaire et la tu auras plus que des regrets.

    Imagine, tu veux faire un puits canadien, ou tu veux viabiliser ...
    Etc...

    5Km pour les courses, c'est largement faisable, même sans vélo électrique.

    Ensuite pour le bois j'avais calculé qu'il faut 7ha pour une personne pour le bois de chauffe renouvelable, mais je sais plus mes conditions de départ, faudrait le refaire.

    Après, 2 solutions : soit tu as du matos, qui tourne a l'essence, mais d'ici 10 ou 20 ans t'es "baisé".
    Soit t'as du matos électrique mais pour générer l’électricité, ça coûte les yeux de la tête. Imagine une tronçonneuse électrique par exemple ... ça existe mais bon, pour l'alimenter c'est pas gagné, en autonomie.
    Soit tu fais avec des animaux, mais la faut un terrain immense. 1ha minimum par cheval j'avais calculé (approximativement).

    Et comme dit Anonyme27 janvier 2013 18:31 attention aux fantasmes la vie a la campagne ca coûte cher. Faut être équipé, faut faire l'entretient, etc...
    En cas de soucis de santé, ca peut vitre être galère, et la, la voiture est souvent indispensable, a moins de vouloir vivre en corée du nord, coupé du monde.

    Si la ville ça coûte plus cher, c'est parce qu'il y a du boulot, c'est tout. Offre et demande. Mais avec le télétravail on peut tricher.

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour,
    j'ai la trentaine, je bosse dans le tertiaire. Avec ma femme, nous venons de nous acheter une maison avec 2ha de terres à 3km d'une ville de 15 000 habitants. Ma femme est professeur des écoles donc elle peut facilement bosser à la campagne. Moi, je suis indépendant, je bosse beaucoup via le net depuis chez moi.
    L'ensemble nous a couté 110 000 euros et on va refaire la toiture et l'isoler (cout 30 000 + assainissement obligatoire 8 000). On continue nos activités et perso, je vais commencer le maraichage bio pour une éventuelle reconversion. J'ai toujours plus ou moins jardiner.
    Pour ceux que cela intéresse, un livre sorti à l'automne peut sérieusement aider pour une reconversion : http://lejardiniermaraicher.com/
    Le livre est excellent, très pratique, contient plein de bons tuyaux.

    Disco, pour ton info, le prix de la tonne de blé est plutot autour de 250 euros, sur ton graphique,cela doit être le prix au boisseau US. Sinon, les rendements augmenteront avec le SDSC grâce à l'augmentation de la matière organique du sol. C'est déjà le cas.Les rendements plafonnent depuis 20 ans, le SDSC va déplafonner et remplacer l'agriculture conventionnelle dans les 20 prochaines années.

    RépondreSupprimer
  8. Ce qui peut être intéressant c'est d'avoir du terrain avec un petit bois voire un verger....il faut des voisins assez proche également car vivre seul est trés éprouvant à moins d'avoir l'âme d'un ermite^^^

    RépondreSupprimer
  9. Double problème , situatio similaire, de nombreuses questions, développeur qui pourrait travailler n'importe où ... je songe sérieusement à tenter de créer ma boite pour pouvoir travailler de nimporte où. En plus, si on aime un peu travailler de ses mains, c'est tentant. reste à savoir si vivre isolé me plairait plus que de vivre en RP dans une ville pas trop dense.

    J'apprécie les gens qui se posent des questions sur nos modes de vie

    RépondreSupprimer
  10. Comme je suis en pleine auto-construction, si vraiment ça t'intéresse, je peux te filer une pile de liens sur le sujet, de gens qui rapportent leur expérience, etc... T'as juste à demander dans les commentaires. ;)

    Par rapport à ce que tu cherches, tu ne veux pas retaper. Tu veux acheter un terrain constructible à côté d'un petit village (pour le côté communautaire), et tu veux construire ta propre maison. Si, si, avec tes critères, c'est exactement ça que tu cherches, et pas autre chose.
    Une maison avec mur en paille, tu t'en tires pour 25.000 euros en tirant au plus bas. En OSB grand luxe, tu vas monter à 75.000 euros. Sinon, tu peux faire construire, mais tu vas monter direct à 150.000 ou 200.000 euros.
    L'avantage du neuf, c'est que tu configures comme tu veux la répartition de l'espace intérieur, et ça c'est super-rentable dans la vie de tous les jours. Sans compter qu'en neuf, tu seras tranquille pour un bout de temps, et qu'en auto-construction, tu sauras tout dépanner par toi-même, surtout que tu seras équipé en outillage.

    Par contre, pour la rentabilité à l'hectare d'un paysan, tu es dans les choux complet..... Cherche des blogs de paysans, pour avoir des chiffres.

    Enfin, si tu fais du neuf (et surtout si tu fais ton isolation toi-même), pour le chauffage, tu n'auras besoin que de 3 à 4 stères de bois par an grand max (moi j'ai 300m² à 1000m d'altitude, même pas en passif, et je tourne à 3,5 stères).
    Et pour la tronçonneuse électrique, comme pour les tondeuses à gazon, il commence à sortir des modèles sur batterie qui tiennent la route...

    Lewu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais avec les murs en pailles tu léguera rien a tes enfants, ça tient pas la durée, si ça finit pas par se faire bouffer par les rongeurs du coin.

      La qualité ça se paye mais ça paye. C'est pareil partout.

      Faut pas non plus se paupériser volontairement si on n'y est pas obligé. Les attrapes pauvres sont à la mode mais bon ...

      Supprimer
    2. Mmmmhhh, je sens que tu as beaucoup discuté avec des gens qui ont mis en pratique ce procédé, hein ?
      Et tu sais aussi que c'est très inflammable, c'est ça ?
      Vu que tu as l'air d'un spécialiste...

      Lewu

      Supprimer
    3. Ca tient très bien :
      http://maisonfeuillette.compaillons.eu/

      Je présume qu'il y a eu des hommes des cavernes pour se moquer de ceux qui construisaient les premières huttes...

      Supprimer
  11. "on est à 3000€ à l'hectare par an, pour un minimum de frais d'exploitation et d'intrants."
    un "minimum" de frais d'exploitation... LOL de l'année
    Le nombre de paysans que je connais qui se sortent pas l'équivalent du smic en salaire devrait te faire déchanter... et tu ne feras pas d'un terrain vallonné ou bordé de haie une étendue assez rentable pour ton blé, sans compté que ton blé tu peux le vendre avant récolte à un prix moindre mais etre sur de le vendre ou alors prendre le risque de le vendre après, mais sans en connaitre le prix...
    tu rêves un peu sur le bonheur de la campagne, renseignes toi un peu plus, mais ta démarche est vraiment louable, je te souhaites toute la réussite possible!

    RépondreSupprimer
  12. En auto-construction une maison de plein-pied et sans sous-sol est moins beaucoup moins chère et plus facile à faire (style maison vendéenne) car l'échafaudage est un problème quasi insurmontable quand on est seul.
    Un terrain plat si on veut éviter des années de maçonnerie extérieure.
    Un toit à faible pente pour travailler décontracté et sans échelle de toit.
    Prévoir une extension - garage double - terrasse.
    On peut faire construire que le gros œuvre.

    RépondreSupprimer
  13. Salut tonio,

    je me permets de mettre un petit commentaire par rapport à mon expérience personnelle.

    Pour avoir changé 2 fois d'orientation professionnelle, la 1ere fois a été la plus dure et m'a pris plusieurs années de réflexion : quelle personne censée peut quitter un environnement connu pour aller vers l'inconnu le plus complet : pas grand monde. Mais ça vaut le coup, il faut juste bien peser les avantages et inconvénients de chaque situation et se lancer.
    L'adage qui dit que c'est le premier pas qui coute est tout à fait vrai.
    Personnellement la seule chose que je regrette c'est de ne pas l'avoir fait plus tôt ..
    Après il faut juste assumer ses choix.

    Pour le site isolé ou à la campagne, fait attention a ton mode de vie, j'ai vécu 1 an en Polynésie et vu plusieurs fois arriver des gens pensant s'installer au paradis et repartir en courant 3 mois plus tard. A la campagne c'est bien, mais les pizzas, si tu ne les fais pas toi même, ce n'est que pendant l'été ! et le soir uniquement ! Nous ça nous convient très bien, mais je conçois que tout le monde ne puisse pas s'y habituer.

    Bon courage dans tes réflexions et reste critique, j'adore.

    RépondreSupprimer
  14. Tout cela n'est pas une lubie de riches, finalement ?

    D'après les commentaires que je peut lire, les gens qui se lancent ont des moyens importants et des professions permettant le télé travail.
    Allez faire ça quand vous êtes dans l'industrie, avec un SDM à bac+5. Même trentenaire.

    A 2200 euros par mois nets et 100000 euros d'épargne, tu est un nanti.

    Ce n'est pas le cas de tout le monde, loin de là... sauf pour le vieux au bord de la retraite, qui a économisé toute sa vie pour s'acheter la baraque à la campagne ou en petite ville pour se tirer de la grisaille parisienne.


    Néanmoins, venant d'une famille de paysans, bossant dans l'agro et fidèle lecteur de ce blog, je peut donner quelques conseils :

    1 : Les bonnes terres pour les céréales sont déjà occupées. L'hectare en Beauce est hyper cher. Ne parlons pas de l’Alsace...
    En Montagne, ce n'est pas du blé qu'il faut faire pousser, mais du seigle.
    En milieu aride, le millet est plus indiqué. L’épeautre est également plus rustique que le blé.
    Pour le blé aujourd'hui, c'est intrants obligatoires, sinon tu perds en digestibilité pour ton bétail.

    2 : les maisons des paysans savoyards sont en pierre pour la partie basse, et en bois pour les étages. Isolé à la paille ou au torchis. Et pour le chauffage pas cher, rien ne vaut un troupeau de vaches ou de moutons.

    3 : le maraichage implique une clientèle solvable à proximité ou un emplacement au marché d'une ville. La misère en France est dans les campagnes, la clientèle n'est pas solvable pour des produits bios.

    4 : avec verger + élevage sur 4 hectares, mon grand père sortait à peine 500 euros par mois... sa ferme n'était qu'un complément de pension de retraite (600 euros par mois, ancien légionnaire), et rapportait moins que sa casse auto.
    Le milieu s'est très professionnalisé, à tel point que l'on parle d'entreprises agricoles. 7 fermes ferment en moyenne pour 1 qui s'ouvre.

    5 : les maraudeurs (ce que j'étais au RSA, faut bien bouffer, donc je connais) sont de plus en plus nombreux, et armés. Tu n'imagines pas le nombre de vaches nuitamment dépecées sur place par la bande de miséreux du coin ou des gitans/roms... ou ton bois dévasté car une horde de roms piquent tous le champignons et fais son bois.
    Donc, attends toi à ce type de pertes. Les cambriolages de boucheries n'ont pas explosé pour rien : la bouffe est hyper chère aujourd'hui. Un lapin en GS, c'est 15 euros du kilo.

    6 : tu ne sais pas encore ce que nous réserve l'état bisounours... interdiction des jardins potagers, taxation des puits, obligation d'acheter les semences one shot, etc...

    7 : les baraques en torchis, c'est même pas économique. Les paysans en construisaient au moyen age car la pierre était hors de prix et la paille ne coutait rien. Or aujourd'hui la paille coute cher.

    8 : ta baraque à 32000 euros est une turne. C'est le terrain qui vaut ce prix, la baraque en elle même ne vaut pas un clou. En général, celui qui achète ça est le gros paysan du coin qui vaut augmenter sa surface, et il rase la baraque...
    Pour les maisons, arrêtez de viser la lointaine cambrousse et préférez les petites villes genre le Puy en Vellais. Les prix sont pas chers.

    RépondreSupprimer
  15. En réponse à Yonanda :

    Vivant à la campagne voici ce que je peux répondre selon mon expérience.

    "Déjà retaper ça coûte cher, si tu veux isoler, voire être passif ou carrément positif. C'est loin d'être donné"

    Oui et non : Retaper, ça coute effectivement aussi cher que du neuf (je le sais je l'ai fait) , mais en neuf il est impossible d'avoir les mêmes surfaces et volumes. Pour être passif, c'est effectivement presque impossible dans de l'ancien. Les vieilles maison souffrent d'une mauvaise image en terme d'isolation, mais je trouve que c'est faux car elles sont à la base relativement bien conçues (orientation, murs épais) . De bonne huisseries, et 20 cm d'isolant au plafond donnent de très bons résultats.

    "Imagine, tu veux faire un puits canadien, ou tu veux viabiliser ..."

    Alors là, aucun probleme : une pelleteuse et c'est fini.

    "attention aux fantasmes la vie a la campagne ca coûte cher"

    Bof... ça ne coute cher que si on veut vivre comme à la ville.

    "En cas de soucis de santé, ca peut vitre être galère, et la, la voiture est souvent indispensable"

    Beucoup de personnes agées vivent en campagne sans voiture. Le médecin se déplace, il y'a des voitures médicalisées, bref, il y'a des solutions.

    Bref, ce n'est pas si noir que tu le décris.

    Le problème c'est plutot avec les enfants : même si il y'a une école primaire, dès le collège les enfants doivent parfois faire 1h30 de transport pour se rendre au collège (je le sais je l'ai fait). Le lever à 6h du matin ou moins c'est difficile. Et je ne parle pas des activités (sport, bibliothèque etc...) là ça devient très très difficile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui bon, tu me parles des personnes agées qui vivent a la campagne ... lol
      c'est un peu hors sujet la. On parle pas de ces profil la.

      Un coup de pelleteuse oui.
      As-tu bien intégré qu'on se place dans un contexte peak oil. OK pour l'instant on peut faire "tout ça". On peut encore.
      Mais plus tard ? quand le prix de l'essence va grimper ...
      Quand faire venir le médecin coûtera un bras ?

      Je raisonne en tant qu'économiste / urbaniste. La campagne c'est "agréable" tant qu'il y a du pétrole pas cher pour pas avoir a se poser la question si on prends la voiture ou pas...

      Si tu rajoute le pic pétrolier, alors la tout change. La campagne n'est pas compétitif face à la ville, en terme de rendement économique, parce que tout est étalé, éloigné. Donc d'une manière ou d'une autre cet éloignement se paye.
      Tu le dis toi même pour les enfants.

      Je ne dis pas que "c'est noir", je dis "ca risque de l'être avec la fin du pétrole".

      Ensuite tout dépends avec quel capital tu pars, et ce que tu es prêt a sacrifier.

      Supprimer
    2. Faut voir, Yoananda.
      Cela dépend de la bêtise de nos gouvernants, qui est potentiellement insondable.

      Avant, il y avait les "officiers de santé" (le métier du mari cocu de madame Bovary).
      http://www.helmo.be/esas/mapage/euxaussi/sante/medrural.html

      En gros, un infirmier niveau licence ou master, formé à la médecine générale et à la chirurgie de base. Suffisant pour couvrir les problèmes courants. Tu avais aussi une sage femme, un sorcier/guérisseur/rebouteux (souvent efficace), et un apothicaire. Pour les besoins d'ordre psychique, y avait le curé de la paroisse.

      Pour les complications, on faisait venir un médecin de la ville la plus proche... et là fallait raquer sévère.
      Note : le métier de médecin était quasi dynastique à l'époque...

      @Discotonio

      Avant de te lancer dans la cambrousse, prend le temps de tâter le terrain, éventuellement en t'installant dans la petite ville du coin.
      A la fois de la place, de l'emploi, et de l'immmo pas trop cher.

      Supprimer
  16. Bon, je vais parler de mon expérience a la cambrousse...j'y ai grandi!
    Comme certains l'ont dit, la baraque que tu montres est bonne à démolir. Tu achètes le terrain.
    Pour construire une maison, penser au bois. Rapide, pas cher, j'ai quelques beaux exemples par chez moi. Par contre attention, certains maires n'en veulent pas.
    Pour la médecine, ça se complique: les médecins soient sont tous partis, soient ne veulent plus se déplacer.
    Bibliothèque, activités: gamine c'était foot ou danse. Gym dans le village d'autres côté. Bibliobus tous les mois. Je n'en suis pas morte, j'ai fait de bonnes études, tout va bien. Par contre c'est vrai qu'on est peu dans ce cas.
    Pour les loisirs: l'été, des ballots de paille, une bâche, et hop t'as une piscine! L'hiver: quand j'étais gamine, pas mal de neige donc luge. Et beaucoup de lecture. Plus âgée, pas mal de jeux vidéo aussi.
    Par contre gros choc culturel quand j'ai du m'adapter au milieu urbain. Et ça me reste aujourd'hui.
    Je dirai que les soins de santé sont effectivement le gros problème.
    Pour l'école, les trajets peuvent être un problème. Je ne sais pas s'il y a beaucoup d'internats encore. Les 1h30X2 par jour pour aller au lycée, j'ai connu, pas faisable sur du long terme. Prévoir donc internat ou chez un membre de la famille vivant en ville.
    Je n'ai pas encore d'enfants, mais je sais qu'actuellement, bien qu'étant beaucoup plus aisée que mes parents, j'aurais du mal à leur offrir une aussi belle enfance. J'espère donc trouver un job dans une petite ville de province. Je garde tout de même mon appart en ville, qui peut servir à mes parents qui vieillissent (proche l'hôpital), et plus tard à mes enfants pour les études.
    Pour moi, rien d'insurmontable à la vie à la campagne, sans compter que les système D est très développé. Et je ne sais pas comment c'est maintenant, mais les lois anti-tout, on s'arrangeait avec. Il n'y a pas a dire, depuis que j'ai quitté ma cambrousse: je me sens en cage...

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.