mardi 29 janvier 2013

Un budget de résilient, sans se priver

Juste je m'amuse avec l'aspect économique et budgétaire quotidien d'une vie résiliente à la campagne...

Imaginez que vous soyez propriétaire d'une maison à la campagne, proche d'un bourg avec les commodités, et que vous ayez un poulailler, un gros potager, quelques arbres fruitiers et des haies d’arbustes à baies, un hectare de bois pour le chauffage, une éolienne de toit, un récupérateur d'eau...

(et j'en oublie surement, hésitez pas si vous avez d'autres idées simples)

Vous avez une famille avec deux enfants.

Il vous reste à trouver comme budget, à la très grosse louche :
   impôts fonciers et taxe d'habitation : 100€ par mois
   imprévus : 200€ par mois
   équipement : 100€ par mois
   EDF : 50€ par mois (réduit avec l'éolienne)
   eau : 20€ par mois (réduit avec l'éolienne)
   internet, portables : 80€ par mois
   mutuelle : 80€ par mois
   voiture : 200€ par mois
   courses : 300€ par mois
   habits : 100€ par mois
   assurances : 20€ par mois
   loisirs, vacances, cadeaux : 250€ par mois

Soit, avec 1500€ par mois de revenu, votre famille de 4 personnes vit très confortablement, sans se priver...

Autrement dit, il y a moyen de vivre très correctement avec un seul travail...

Après... Faut la mise de départ pour acheter cash la maison... Sinon, il y a l'emprunt à rembourser...

28 commentaires:

  1. Je rajouterais au moins solaire thermique ou bien ballon thermodynamique pour chauffer l'eau.

    après, si tu te place en mode peak oil hyper inflation, y a des postes qui vont bouger.

    RépondreSupprimer
  2. Punaise, 80 € par mois pour internet + téléphone, de nos jours, c'est cher. Forfait internet + mobile 2h chez free = 30 €. Par contre, 20 € d'assurance par mois, c'est très optimiste, ou alors tu inclus l'assurance auto dans le poste "voiture", mais dans ce cas, amortissement du véhicule + assurance + entretien + carburant à 200 €, c'est ça qui est très optimiste (même en étant relativement sobre).

    Je pense aussi que tu sous-estimes les impôts locaux (et leur inflation à venir). Et tu as oublié le poste "entretien de la maison". Même en étant résilient, auto-constructeur, tout ce que tu veux, je te soupçonne de devoir changer une fenêtre, une serrure ou la couverture de ton toit de temps en temps, et elles, tu vas pas les fabriquer. Pareil pour la plomberie, l'électricité, le placo ou la gouttière qui pète (tout ça c'est du vécu hein). Rajoute 100 € par mois.

    À ceci près, je pense que ça se tient.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai mis 200€ d'imprévu quand même...

      Supprimer
    2. Oui mais ça c'est pas des imprévus, c'est de l'amortissement, c'est prévisible dans l'absolu, on sait qu'une fenêtre ça dure 20-30 ans, on sait juste pas "quand" il faudra la changer, mais on sait qu'il faudra.

      Un imprévu, c'est quelqu'un qui tombe malade et qu'il faut soigner (traitement mal remboursé), c'est une perte d'emploi, c'est un rappel d'impôts inattendu, c'est un arbre qui tombe sur la maison, c'est une récolte ravagée par une année à campagnols ou à mildiou. Je pense que c'est deux postes budgétaires bien différents, et qu'il faut voir large dans ce genre de projets.

      Supprimer
  3. Je crois que j'ai le bon plan individuel. Attention, il faut devenir "ponctionnaire", mais ça vaut le coup.

    - Maison à côté de Nevers dans la Nièvre avec terrain comme tu dis. Département le moins cher de France, avec de vastes étendues de nature et peu de "diversitude la chance".
    http://www.leboncoin.fr/locations/426495854.htm?ca=5_s

    - Le couple, pas trop con, cadre A, travaille pour les impôts, estimation basse 2 500 euros x 2 = 5 000. Personne veut y aller, facile de se faire muter là bas.

    - En cas d'effondrement, les impôts seront de toute façon les derniers touchés.

    Conclusion : le couple vit comme de gros bobos, sans le stress de la grande ville, tout en étant résiliant. Son statut de "ponctionnaire" fiscal lui permettra de jouer la stratégie de retardement, pour se ménager une sortie honorable, si la situation part en couille. En plus, il peut jouer sur les deux tableaux. Il affament la bête doublement : il touche deux salaires et les investit vers le durable et le non marchand.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Aetius

      Le problème est que le ponctionnaire que tu décris est le nouvel aristo qui va nous faire ch*er.

      Pondre un projet dans lequel il faut être un nabab du système pour pouvoir s'en échapper est... idiot, si je puis me permettre. C'est se tirer une balle dans le pied que d'aider ces gens là.

      Le public intéressé par la fuit est la résilience est surtout le smicard manuel ou le déclassé.
      1 : ça améliore leur vie et leur file de vraies compétence que tu vas pouvoir acheter ou échanger.
      2 : comme ça, ils éviteront de venir te voler par désespoir.

      Supprimer
  4. Tu sais Disco, mais pour ça il faudra te frotter à la réalité du travail de la terre (y compris et surtout pour débuter, à petite échelle). Mais ça n'est pas parce que tu as planté des courges que tu aura des courges....
    En passant, tu sous-estime le prix des équipements...

    RépondreSupprimer
  5. Amha il me semble que tu te trompes, le quotidien de la campagne est trés difficile, vu que dans ton problème tu ne modélisés pas du tout les risques importés, tel que l'ennui dü au cloisonement, l'insuffisance de commodités, le manque total d'activités entre le 30 Octobre et le 15 Mars. De plus tu as parlé du Lot-et-Garonne, c'est trés joli mais le climat est humide et les jours de brouillard légion.
    Je sais que tu es en guerre avec la génération d'avant, mais poses toi la question pourquoi la génération d'encore avant a quitté cette vie.
    On peut pester contre le trop, mais je crois que personne ne se souvient du trop peu. Enfin tu vas te confronter a la dureté de la terre et tu vas vite comprendre que notre copain Bourguignon il oublie de te dire que si tu mets rien, rien en pousse et que la seule façon de faire comme il dit c'est de passer de l'intensif à l'extensif et pour cela, pas de secret :"on est trop sur la planète". Tu connais que le capitalisme de l'offre, tu commences à toucher du doigt l'écologie de la moindre demande.
    Enfin et dernier point, la terre ne rapporte que 3% tout cumulé, comtpe tenu des efforts qu'on y consacre c'est trop peu.
    C'est le manque d'éducation des gens, et les familles eclatées sans perspective générationnelle le problème de la résilience, le système économique c'est que dalle par rapport à ça!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais que tu es en guerre avec la génération d'avant, mais poses toi la question pourquoi la génération d'encore avant a quitté cette vie.

      parce-que il y avait du travail sponsorisé "keynésianisme".

      le lot c'est chaud l'hiver effectivement d'un autre coté t'es tranquille.

      Supprimer
    2. "poses toi la question pourquoi la génération d'encore avant a quitté cette vie."

      Parce qu'à la campagne, on se faisait chier comme un rat mort et on vivait comme un miséreux.

      Mais à mon avis, c'est l'inverse aujourd'hui. C'est à la campagne que tu peux te faire les bons barboc rosé l'été, alors qu'en ville, à part des courses, y a rien à faire...

      Et puis y a Internet, la radio, la télé... Les voitures, les vélos électriques, l'eau courante partout...

      A l'époque de nos grands parents, la campagne, c'était le tiers monde. C'est plus le cas aujourd'hui. C'est la ville qui ressemble de plus en plus au tiers-monde.

      Ha si ! J'oubliais... A la campagne t'as pas accès à la dernière pièce de théâtre de la culture d’État où un acteur en combinaison de cosmonaute déclame Hamlet en croate dans un décor post moderne... Effectivement, ça, ça manque...

      Supprimer
  6. Salut Disco,
    j'avais lu qu'il fallait compter 100m² par personne pour fruits et légumes. Sinon certaines choses paraissent chères : Est-ce-qu'une voiture est vraiment utile ? 80€ de mobile, utile ? Par contre je pense que tu peux doubler la mutuelle si un seul travaille dans le couple. Globalement le budget doit se tenir, ça doit être faisable avec 100k€, il faut juste oser. Ptêt garder 20 ou 30k€ pour les coups durs. Ca reste des sommes ridicules par rapport à ce qu'il faut lacher dans notre chère RP pour vivre comme des cons.

    Cashisking, hamster qui en a marre de sa roue.
    à+

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cashisking, de BI.org?
      Jattendspouracheter ;-)

      Supprimer
  7. "Mais ça n'est pas parce que tu as planté des courges que tu aura des courges...."

    J'adore. Relire les grands classiques, "Jean de Florette" par exemple pour avoir un apperçu de ce qui arrive à ceux qui s'imaginent pouvoir devenir paysan, comme ça, par goût ou romantisme.

    Ce plan m'a l'air de mener tout droit à la ruine, comme dans le roman ci-dessus. Bon il n'y aura pas le problème de l'eau, mais il y en a cent autres possibles.

    Priorité N°1 dans ce genre de projet : la communauté !!! Si la situation globale tourne au vinaigre, les isolés vont se faire massacrer (au propre comme au figuré).

    Des racines et des elfes, ça vous dit quelque chose ? Si vous avez la chance de pouvoir travailler chez vous, ça me semble LA solution.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'approuve pour "Jean de florette"

      Les rivalités entre agriculteurs peuvent être violentes.

      Combien de jeunes se sont fait tuer leurs bêtes ou pourrir leur récolte par les anciens, parce que ceux ci veulent s’accaparer les terres ? ou juste parce que ils veulent voir partir le jeune parce que sa manière de faire ne leur reviennent pas ?

      Il y a aussi les chasseurs, qui peuvent dégommer tout ton bétail parce que ils ont affamer leurs chiens... ceux ci preferent aller tuer du mouton plutôt que courir après la biche. Les discussions sont houleuses, surtout quand les deux camps ont un coup de rouge dans le nez et des fusils... sans compter que les éleveurs, pour se venger, abattent les chiens de chasses qu'ils trouvent en train de s'en prendre à leur bétail.

      Pour ça, il y a aussi la solution de mon grand père : chiens impressionnants, débiles et très agressifs... par contre, faut aimer le contact rugueux et les locaux de la gendarmerie du coin.
      Et aussi perdre un animal de temps à temps parce qu'il est allé brouter dans le mauvais près, et que les chiens du voisin lui sont tomber dessus.

      Supprimer
  8. Salut Disco,

    Du vecu dans le médoc en faisant au minimum pour 4

    EDF 100 euros - je chauffe au bois et maison tres bien isolée
    TF et IL 270 mois
    Carburant 200 ( tes obligé d'avoir 2 voitures)
    Courses 300 ( en faisant attention )
    Assurances auto et maison 110
    Internet et portable 80
    mutuelle 80
    Voiture ( amortissement et entretien )300 ( en considerant que t'achetes une occase tt les 5 ans a 5000 euros!!! faut la faire durer)
    sorties ( 1 mac do et un ciné une fois/semaine ) 240
    vetements 100 mois ( les enfants grandissent pas )
    bricolage et entretien divers 100 ( essence et chaine tronconneuse, produits entretien, ...)

    Sans rien faire, tu exploses deja ton budget de 1500 euros et la ya pas d'imprévus, pas de vacances, pas de loisirs, pas de cadeaux a noel, pas de produits beauté pour madame, et tes jamais malade.

    Désolé de contrarié ton reve

    Tu peux doubler le budget

    RépondreSupprimer
  9. j'ai vue une pub à la télé 4 kiwi pour 1.90€ ça ma choqué j'aurai jamais peu faire de l'alcool de kiwi avec environ 6 gros cageot de récolte juste pour cette usage (12 litre de produit fini) enfin bref cette cochonnerie d'arbre rampent pousse super bien et résistante demande peu d'eau se garde longtemps j'en et encore dans le garage et a une récolte de malade .

    RépondreSupprimer
  10. juste sur ce point par Galice Philippe: "la seule façon de faire comme il dit c'est de passer de l'intensif à l'extensif et pour cela, pas de secret :"on est trop sur la planète""
    Non. La micro-agriculture biointensive ça existe, et ça fonctionne. C'est très intensif en temps de boulot, mais en productivité surfacique y a pas mieux.

    RépondreSupprimer
  11. Disco, tes rêves de retour à la terre ne sont que des rêves. Le secteur de l'agriculture est à la fois cloisonné et dirigé par l'Etat, par les corrompus locaux, par les us et coutumes locales et socialisé par l'Europe. Il est devenu remarquablement compliqué d'en vivre.

    Tu as franchement meilleur compte de te trouver une baraque avec du terrain à un jet de gare de Bordeaux ou d'une grande ville. Madame pourra faire les soldes sans partir en expédition pendant trois jours, ta gosse pourra connaitre la vie de village avec ses petits camarades qui viendront batifoler dans ton jardin le week end et terroriser ton chat, tu pourras remplir ton garage d'un immense merdier (dont ta futur table de séjour en chêne "faite maison") et tu pourra t'essayer aux joies du jardinage pour réduire ta consommation (rien ne t'empêche de t'essayer à un potager de 300 m² si ça te chante (encore que, je suis l'anonyme des courges, et pour avoir planté pas mal de choses venant de chez kokopelli...ma terre et moi même ne sommes pas capables de faire pousser grand chose en grosses quantités...).
    Tu peux même louer une baraque à la cambrousse, pour voir si ça te botte en attendant que le bousin finisse son crash.

    Ce que j'évoque, c'est un scénario intermédiaire entre ton retour à la terre et une vie citadine (c'est ce que je fais en banlieue lyonnaise).

    Alors c'est sûr, ça n'est pas un scénario qui te permet de sortir du monde, il faut continuer à bosser en ville avec les mêmes cons, mais tu peux faire des barbocs à volonté quand ça te chante, ma gosse (qui doit avoir le même age que la tienne est aux anges (même le chat est content)) et madame est à 30 minutes en TER du centre ville...

    my two cents...

    RépondreSupprimer
  12. C'est certain il faut prévoir les imprévus :
    - une toiture, c'est combien tous les combien?
    - un carreau cassé?
    - un cambriolage?
    - une voiture! c'est combien par mois? combien coute un feu que vous retrouvez cassé au retour de courses?
    - et si l'essence devient extrêmement cher ou est rationnée dans le pire des cas, même pour peu de temps! comment faites-vous?
    - une grosse tempête de neige et perdre 2 ou 3 journées de boulots c'est combien en moins sur la feuille de paye?

    La campagne c'est bien pour faire pousser des choses que l'on va manger, mais même avec les méthodes de Bourguignon il faut être sur place en permanence pour éviter les vols... (pas de vacances alors)
    Travailler par internet en restant sur place effectivement c'est la meilleure chose, et encore mieux c'est d'avoir les deux parents qui bossent par internet... et oui on doit encore avoir 2 salaires pour avoir une vie, euh je veux dire une survie correcte même à la campagne.

    L'autonomie c'est pas encore à portée de main, on peut doubler votre budget, les inconnues demeurent : augmentation du gaz, de l’électricité, de l'essence, des assurances, des mutuelles, des équipements, des taxes foncières et d'habitation.
    Imaginez : "salut, on a emprunté de l'argent a des taux variables à la Mairie et les taux ont triplé, alors désolé mais votre taxe foncière c'est plus 700€ c'est 3.500€, vous pouvez pas payer? ce serait dommage de devoir vendre la maison! non?"
    En l'état actuel on ne peut pas prévoir tout ce qui va se passer, mais il ne faut pas penser faire des économies en changeant de lieu de vie , ce que vous gagnez d'un coté vous le perdez de l'autre car si vous vous improvisez paysans, agriculteur ou autre, vous ferez forcement des erreurs, couteuses.

    Mais la démarche est nécessaire je suis d'accord, mais pas idyllique.

    Vous avez beaucoup d'argent? achetez tout tout de suite, cela ne va pas baisser dans l'avenir! et faites amis amis avec vos voisins!
    Vous avez un peu d'argent commencer par le terrain avec ou sans maison et construisez petit à petit mais sans jamais vous mettre en danger financièrement, mieux vaut un désastre plus tard qu'un désastre maintenant!
    Et faites amis amis avec les voisins!

    Vous avez peu ou pas du tout? commencer les réserves de pâtes et supprimez les resto et surtout surtout : faites vous des amis, un réseau (invitez les chez vous avec les pâtes hein, pas au resto on s'est compris...)

    RépondreSupprimer
  13. Salut

    Réaction à ton article concernant la terre agricole, toujours prompt à mettre le doigt sur les signaux faibles de notre société.

    Paysan…

    Dans ton dernier article tu pointe du doigt l’intérêt de la terre agricole ainsi que le rapport investissement / création de richesse réelles. A titre individuel on ne peut que se féliciter du type d’initiative que tu proposes, mais hélas je pense qu’à l’échelon macroéconomique les dés sont pipés : trop d’intervention de l’état, mauvais rapport à l’argent et à la rentabilité, mépris du collectif… l’agriculture est un secteur au moins autant assisté que celui de l’immobilier, de la finance ou encore de la santé… Une initiative individuelle ne saurait ébranler le monolithe agricole français : désolé…

    Pour ma part je pense que tout n’est pas foutu, je m’explique : il existe des initiatives collectives susceptibles d’induire des changements de fond. Afin d’élargir ta vision du secteur, et de te faire une meilleur idée, je t’invite à jeter un œil sur l’activité de l’association TERRE DE LIENS.

    http://www.terredeliens.org/spip.php?page=accueil

    Au-delà du discours, et du ton politique pris par ce mouvement – je te laisse te faire ton idée, mais à mon avis ils n’ont pas eu d’autre choix que de renoncer à toute forme de consensus, sinon ils seraient déjà morts – ces types ont réussi à monter une foncière d’investissement spécialisée dans la terre agricole mais avec un objectif BIO éthique.

    Epiphénomène : NON ! Ça marche !

    Pour preuve : création en 2006 capital 56 000 € / 2012 capital 26 millions (de mémoire). Leur secret : ils ont renoncés au système de financement classique des banques, ils font appel à l’épargne publique. Tu peux éplucher leur rapport d’activité / prospectus 2011 2012, les 20 premières pages sont top, sinon le gros du principe tu le trouves page 7/8/9 & 18.

    Au moins eux ils ne sont pas resté les deux pieds dans le même sabot. Enfin une organisation qui se bouge le cul, avec des objectifs clairs et tranchés. Note que le discours global du site internet donne l’impression d’une certaine méfiance vis-à-vis des politiques… Si tu veux plus d’infos on pourra en reparler.

    Attention leur action à ces limites, ma première intention n’était pas de vendre leur action. Ceci dit leur organisation est assez protéiforme pour te permettre de participer à un de leur projet local (suis certain qu’il y en a dans ton coin). Ou bien de prendre des parts, après tout c’est aussi un produit financier in fine.

    Bon plus globalement je pense qu’il faudrait que tu explore des pistes sur les initiatives liées à l’ESS Economie sociale et Solidaire et à l’ISR Investissement Socialement Responsable (y a matière pour ton blog). Avec un copain (moi immobilier / lui financier / moyenne d’âge 32 ans) on essaye de monter un business dans ce secteur, on a bien étudié les perspectives & les enjeux, on pense pouvoir faire un truc intéressant et utile économiquement… Mais ça on pourra en reparler si tu es preneur de nouvelles idées… On cherche à obtenir des critiques éclairées sur notre projet, ton point de vue pourrait nous faire transpirer…

    A te lire…


    DOUDOU

    RépondreSupprimer
  14. On peut aussi voir les choses d'une autre façon. Réfléchissons : en temps de crise, ce qui compte, ce n'est pas forcément d'avoir des sous, mais d'avoir ce que les autres n'ont pas (cf San Giorgio). En gros, il faut être capable de produire qql chose, un service, un bien, une denrée qui peut intéresser le voisin en vue d'un échange qui conviendrait aux deux parties. C'est la question que je me pose depuis que nous achetons du bois de chauffe à un copain qui fait du bois : contre quoi accepterait-il de m'échanger les 4 ou 5 stères qu'il nous vend chaque année ? Et c'est là que les choses sérieuses commencent.
    Laissons de coté le jardinage, tout le monde a un potager à la campagne et se retrouve en même temps avec la même surproduction de courgettes. Les poules, déjà, c'est mieux, mais ça reste répandu. Plus rare : du fromage, du miel, de la bière (il y a plein de micro-brasseurs à la campagne qui font de la bière dans leur garage et qui la vendent à leur entourage), de la charcuterie, des bonnes conserves et confitures, des simples (médicaments à base de plantes), mais aussi des savoirs faire : mécanique, menuiserie, soins.. Un bon ostéo qui soigne juste avec ses mains n'a aucun souci à se faire.
    Bref, tout ça pour dire que ces savoirs faire et produire ne s'improvisent pas. Il faut s'y coller sans tarder car c'est très long à apprendre et maitriser. Par contre, ce qui est bien, c'est qu'on peut commencer cet apprentissage dès maintenant, en pleine ville, en attendant d'avoir la maison qui va avec.

    RépondreSupprimer
  15. je plussois tes desiderata , e, effet j'ai moi meme quitté la ville ( et convaincu madame ) pour revenir en "campagne".

    je te trouve tres optimiste comme le montres plusieurs commentaires sur : ton budget assurance , voiture et equipement ( ca coute cher ces trucs et il t'en faut plein quand tu part avec rien ( ce qui est probablement ton cas , je crois pas que tu ai de motoculteur ou d'outils de jardinage chez toi ).

    de plus si je salue encore une fois la demarche intellectuel , je t'enjoins a aller par toi meme tester le travail manuel pour te rendre compte que parfois meme si tu le concois tres bien , il est plus difficile de realiser dans la vraie vie .
    Venant de la campagne je sais que les conditions de cooperations y sont moins dur que ce que decris par certain ( tout les voisins ne sont pas des chasseurs psychopathes ) mais tres differentes de la vie "d'employé de bureau"

    RépondreSupprimer
  16. - Pas d'éolienne, sauf si vous être dans un secteur très venté et encore ! Préférez du solaire en autoproduction accepté par EDF qui remplace les batteries. (voir des sites comme http://www.edfenr.com/particuliers/nos-offres/panneaux-solaires-sur-imposes-n809-1.aspx)
    - Chauffeau solaire à monter soi même (Récup dans des solderies, un peu cabossé mais en parfait état.

    RépondreSupprimer
  17. Les gars ne vous fâchez pas !

    La vraie "résilience" doublée de la vraie "résistance" c'est de se barrer !

    Faire comme nos aînés qui partaient fin 19ème en "Indochine" !

    Voilà. S'installer au Laos, Vietnam, Thailande, Cambodge...

    Avec l'internet tu continues de pianoter en vendant tes prestations à des clients restés (les fous !) dans la mère patrie tournée putain.

    C'est l'Asie, tout pousse. Ils sont jeunes. Ils ne sont ABSOLUMENT pas affectés par la diversitude chancière (et ne le seront jamais, car ces gens sont restés rustres, c'est à dire plein de bon sens).

    Bien sûr, il y a des inconvénients (comme toujours, aucune solution parfaite)... Et célibataire est une condition sine qua non (il faut épouser une locale), etc.

    Mais c'est le seul moyen pour changer de vie, et d'affamer réellement la bête. Plus une thune ! Rien nada ! Plus un euro de TVA, taxe habitation, foncière, plus de mafia publique, de fausses retraites pour vraies cotisations etc.

    Dans le fin fond du Lot, ils viendront te chercher de toute façon. Il faut mettre 10 000 km entre eux et nous.

    Et attendre pépère que cette folie collective française implose sous son propre poids... tout en sirotant des jus de fruits frais.

    RépondreSupprimer
  18. Salut,
    C'est fou ces donneurs de leçon, c'est quoi des frustrés, des jaloux ou des gars qu'on tout vu, tout entendu.. Qu'est ce que ca peut faire de se planter quand on veut aller vers plus de simplicité et de sens, qu'est ce qu'on perd?? Moi j'pense que ces (tes) idées, projets, ils sont l'avenir et aussi une révolution.. Donc y'aura toujours des gars pour critiquer, démolir, dauber,.. Mais après certains de ces gentils préfèrent peut-être passer leur vie à végéter derrière un ordi et s'entasser dans des cages à lapins pour citadins, et bien qu'ils y restent.. Et puis y'a des tas de vieux paysans, qui rêvent que d'une chose, c'est que des jeunes viennent reprendre leur exploitation (et en faire ce qu'ils veulent), parce que les enfants (et les petits enfants) du papi, ils se sont barrés depuis longtemps..! Faut pas oublier !
    J.

    RépondreSupprimer
  19. Salut Disco,

    Dans le genre résilient j'ai mes beaux parents

    Beau papa retraité charpentier : 1400 de retraite
    Belle maman 62 ans toujours en activité (micro élevage de génisse dans la phase "improductive" de 0 à 3ans) => 2 vaches/an + oeuf et 3/4 lapins soit 220/mois.

    on va dire 1600 à 2

    impôts et taxes vu que c'est à côté de megève tu peux en rajouter
    EDF tu doubles, par contre tout le reste tu peux diviser par 2 ou carrément supprimer
    chauffage au bois tronçonné et fendu par beau papa
    pas d'internet ni de portable
    pas d'habits depuis 10 ans
    Les loisirs et vacances avec des bêtes pas de risque
    3 congélos plein et ils savent conserver les pommes / patates / carottes...
    6 lapins / 1 veau / 8 poules / 1 cochon par an
    Sortie voiture à part la messe quand y'a pas trop de neige et monter voir les bêtes en alpage en 4x4 (un vieux Willis de 1982)

    Tout ça pour dire qu'ils survivent, mais tout juste.

    Et quand je demande à ma copine comment c'était à 4 du temps d'elle et sa soeur, ben pas de sorties pas de loisirs, et beau papa était encore en activité, pas vraiment un bon souvenir...
    Beau papa devait conduire les touristes en station l'hiver pour s'en sortir (job payé par la commune)

    RépondreSupprimer
  20. C'est bien plus difficile que l'on pense.
    Parce qu'il faut changer sa mentalité d'esclave.
    Mais c'est beaucoup plus simple que ce qu'on en lis.
    Ton patron te facture au double que tu reçois, tu peux
    direct considérer que tu bosseras deux fois moins.

    C'est sur que quand y'a urgence faut pas compter ses heures
    Tu serras comme la grenouille dans le pot de crème.
    T'as peur tu bosse comme un fou et tu te rends compte que t'en a trop fait.
    C'est vraiment une toutes autres mentalité.

    La liberté à un prix, mais elle les vaux largement et tant que t'as la ville
    pour te soutenir tu peux considérer que c'est les soldes.

    A ton budget, on vois bien que tu va préfère acheter tes fenêtres
    que d'acquérir de la connaissance, de la satisfaction et de l'autonomie.
    Mais alors qu'es-ce que tu compte faire en hivers et qu'es-ce que tu vas
    apprendre à tes enfants qui leur serras utiles pour la vie ?

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.