vendredi 22 février 2013

Bruno Bertez : La réflexion du Jour : Et Maintenant on fait quoi ?

La réflexion du Jour: Et Maintenant on fait quoi?
Le blog à Lupus, Bruno Bertez, 22/02/2013 (en Français texte en français )
→ lien
   On arrête de voler et de mentir.

   On arrête de faire prendre les vessies pour des lanternes.

   On reconnait que la crise est une crise non pas du capitalisme mais de la finance provoquée par le couple maudit banques/gouvernements, c’est à dire préteurs/emprunteurs.

   On force les banques a prendre leurs pertes par la dépréciation, restructuration des dettes.

   On cesse la solidarité à l’égard des pestiférés du sud.

   On laisse l’Allemagne sortir de l’euro avec ses amis du nord.

   On réforme la protection sociale, le rôle de l’état.

   On s’interdit de financer toute dépense de redistribution par autre chose que l’impôt.

   On réforme la fiscalité afin qu’elle redevienne incitatrice à l’effort.

   On annonce un seul objectif, le retour à la prospérité.

Le reste suivra…



Parce qu'effectivement, ça sent le sapin là... L'euro est à l'agonie. L'Espagne explose les déficits (6,7% de déficit en 2013 !). La France est en chute libre, et ce, même sans tenir les promesses de réduction des déficits.

Parti comme c'est, d'ailleurs, Hollande, alors qu'il a été élu sur des promesses de remettre de l'ordre dans les écuries d'Augiasse, sans surprises, la seule promesse qu'il va tenir, c'est le mariage gay.

La France, "enfant à problèmes" de l'euro
Le Figaro, 22/02/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Les Français doivent supprimer les 35 heures et repousser l'âge de la retraite, a affirmé vendredi un responsable du parti conservateur de la chancelière allemande, Angela Merkel, dans une interview où il a qualifié la France "d'enfant à problèmes" de la zone euro. "Les Français doivent faire des économies pour gagner des marges de manœuvre. Ils doivent aussi naturellement faire des réformes économiques", a déclaré à la radio publique Deutschlandfunk Michael Fuchs, vice-président du groupe de la CDU (Union chrétienne-démocrate) au Bundestag (chambre basse du Parlement).

Il s'exprimait avant la publication par Bruxelles de ses prévisions pour 2013 officialisant un dérapage du déficit public français au-delà de la limite fixée à 3% du Produit intérieur brut qui irrite notoirement les responsables du gouvernement allemand. Les Français "doivent modifier le temps de travail. Vous savez que les Français ont encore les 35 heures. Cela ne peut pas fonctionner quand on travaille 42 heures en Suisse et 40 heures en Allemagne", a-t-il dit. "En matière de retraites, les Français ont tout faux. On ne peut pas partir à la retraite à 60 ans. Cela ne fonctionne pas. Les Français doivent y réfléchir", a-t-il ajouté.

"Malheureusement, la France est un enfant à problèmes dans l'euro, car d'autres pays ont rempli leurs obligations de façon beaucoup plus intensive, comme l'Espagne et aussi l'Italie sous Monti", a lancé M. Fuchs. "Les Français ont cru qu'ils pouvaient y échapper. Cela ne fonctionnera pas". "Il est nécessaire que les Français empruntent à nouveau la voie de la vertu. Tout ce que nous avons accompli avec l'agenda 2010 --les réformes du système social et du marché du travail mises en oeuvre entre 2003 et 2005 par le chancelier Gerhard Schröder, ndlr-- , les Français doivent le mettre en oeuvre. J'espère que Hollande a compris cela", a-t-il ajouté.

14 commentaires:

  1. "car d'autres pays ont rempli leurs obligations de façon beaucoup plus intensive, comme l'Espagne et aussi l'Italie sous Monti"

    Vu l'état actuel de ces deux pays, je doute que ce soit la meilleure façon de présenter les choses, sauf à pousser tout le monde à sortir de l'euro et donc que les allemands n'endossent pas le mauvais rôle cette fois...

    RépondreSupprimer
  2. J'ai un début de réponse.
    ;-)
    Ca concerne ma marotte italienne.

    http://tinyurl.com/b4uzkau

    Le bobo gocho Nanni Moretti (pseudo intello cinéaste) appelle à voter... Bersani, le Hollande italien, pour faire barrage à l'affreux Berlusconi.

    Le même Bersani... qui fera une coalition avec... Monti, le GS boy, l'homme de la terrrrrrrrrible (pseudo) "austérité".

    Cherchez l'erreur.

    Voilà. Moretti l'idiot utile, le petit kapo du Système mais qui est un homme de "goooooche", of course.

    Alors retour en France.

    Bertez rêve éveillé bien entendu. On ne fera rien, pour répondre à sa question.

    On attend toujours le "hollandisme révolutionnaire".
    ;-)

    Jusqu'à la lie.

    RépondreSupprimer
  3. Suis-je le seul à ne pas accrocher avec le style Bruno Bertez?

    > On cesse la solidarité à l’égard des pestiférés du sud.
    > On réforme la protection sociale, le rôle de l’état.
    > On annonce un seul objectif, le retour à la prospérité.

    Ces généralités sont inutiles, c'est de la logorrhée de comptoir. Ce type passe ses journées à élaborer de longues théories assaisonnées de propositions qui indiffèrent les décisionnaires, sont inaudibles pour les veaux, et n'aident en rien les personnes quelque peu éclairées.

    Les décideurs du monde réel (financiers, entrepreneurs) sont peu visibles et ne communiquent pas avec le monde réél, ni pour écouter ni pour parler.
    Les politiques sont des acteurs qui occupent les médias en cherchant à être réélus.
    Les médias ont besoin de l'audience des veaux qui croient encore à ces discours creux.

    > "Et maintenant on fait quoi?"

    D'abord on arrête de déblatérer sur les politiques, les partis, les médias. Le jeu se situe ailleurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, le jeu ne se situe pas ailleurs car ce sont ces gens-là qui détiennent tous les leviers de pouvoir et en font n'importe quoi! Ce sont eux qui nous ont précipités là où nous en sommes aujourd'hui et sont incapables de voir plus loin que le bout de leur nez, autrement dit leur élection/réélection...
      Quant à dire que les propos de Berthez ne valent rien, j'aimerais bien que vous-même soyez capable d'en dire autant, et surtout d'appuyer vos dires sur des documents sérieux...

      Supprimer
    2. "Suis-je le seul à ne pas accrocher avec le style Bruno Bertez?"

      Non, je suis dans le même cas...

      Supprimer
    3. @daredevil2007
      Vous croyez encore que ce sont les politiques et les médias qui "détiennent tous les leviers de pouvoir"? Et ben mon vieux, vous ne devez pas lire ce blog assez souvent...

      Supprimer
    4. @anonyme de 23:07:je partage ton opinion.les propos de bertez sont souvent trop gros pour etre honnetes.le gars a retourné sa veste il y a un an contre la finance mondiale.le gars est un admirateur de berlusconi.d'un autre coté il a de la culture,et quand on tient un blog c'est pas facile d'etre bon sur tous ses billets.j'y vais pour les illustrations,c'est souvent du banzai,souvent très bon

      Supprimer
    5. "Suis-je le seul à ne pas accrocher avec le style Bruno Bertez?"

      Pareil pour moi...

      Supprimer
  4. "Hollande, alors qu'il a été élu sur des promesses de remettre de l'ordre dans les écuries d'Augiasse"

    Certainement pas, Hollande a été élu par (entre autres mais surtout) des ponctionnaires après avoir fait un tabac aux dernières élections régionales en dénonçant la "rigueur extrême" (sic) du gouvernement Fillon et son "plan d'austérité secret" pour l'après-régionales...

    Abrogation de la "TVA sociale", arrêt de la baisse des effectifs de ponctionnaires, augmentation des impôts, c'est pas trop du nettoyage.

    Ca peut être intéressant de relire ça maintenant qu'on a du recul :

    http://presidentielle2012.ouest-france.fr/actualite/le-verbatim-du-duel-entre-hollande-et-sarkozy-03-05-2012-1500

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut voir le bon côté des choses... L'élection de Hollande est salutaire : le pays est irréformable et il fallait quelqu'un pour provoquer le changement (certes en mettant le pays dans le mur, ce qui est en définitive le seul moyen pour que les conneries cessent.)

      yp

      Supprimer
  5. il est gentil le bertez, mais la capitalisme c'est comme le communisme avec 30 ans de retard

    va falloir passez le stade du deuil t'es mort.

    RépondreSupprimer
  6. Samedi 23 février 2013 :

    En France, 38 % des sondés considèrent la construction européenne comme une source d'espoir. Dans un sondage de 2003, ils étaient 61 % !

    Les classes populaires et les classes moyennes commencent à comprendre ce qu'est réellement la construction européenne : c'est une construction de riches, faite par des riches, pour des riches.

    Lisez cet article :

    Sondage : l’Europe, on n’y croit plus.

    Une enquête BVA montre le désenchantement des Français à l’égard de la construction européenne. Notamment chez les ouvriers et les plus faibles revenus.

    C’est un sondage qui fera certainement mal au cœur à tous ceux qui défendent encore ardemment l’idée européenne.

    Alors que la crise économique s’accroît et que les plans d’austérité se succèdent dans les 27 pays de l’UE, les Français n’ont jamais été aussi désenchantés vis-à-vis de l’institution bruxelloise.

    Ils sont seulement 38% à considérer la construction européenne comme une source d’espoir, selon une enquête exclusive BVA réalisée pour l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris*). Alors qu’ils étaient 50% fin 2011 et même 61% en 2003 !

    Qui connaît son président ?

    Une dégringolade qui touche surtout les catégories les plus modestes. Car une fracture nette se dessine entre les « gagnants » de la construction européenne (cadres, seniors, urbains, hauts revenus…) et ceux qui se considèrent comme les « perdants » (ouvriers, employés aux revenus modestes, ruraux).

    L’Europe, qui se voulait protectrice face aux dangers de la mondialisation, est désormais vécue comme une entité anxiogène. D’ailleurs, les Français s’accordent massivement — ils sont 75% ! — pour considérer que l’UE a été inefficace ces dernières années. Un constat qui peut paraître sévère au vu des plans successifs d’aide pour sauver la Grèce de la faillite ou des instruments de régulation mis en place comme le mécanisme d’union bancaire.

    Incapable de se mettre d’accord pour aider la France engagée contre les jihadistes au Mali, l’Europe n’est guère incarnée au niveau politique. Qui connaît son président, le Belge Herman Van Rompuy ? Ou celle qui est censée incarner la politique étrangère de l’Union, la Britannique Catherine Ashton ? Evidemment, cela n’aide pas…

    http://www.leparisien.fr/politique/sondage-l-europe-on-n-y-croit-plus-23-02-2013-2592159.php

    RépondreSupprimer
  7. "Les recettes à Lupus"
    L'art d'énoncer des lieux communs et des clichés pour déjouer son douloureux sentiment d'impuissance.
    Sentiment qui peut nous affecter face à un monde qui nous échappe de plus en plus.

    Quand arrive "yaka/faucon" on sait tout de suite que le locuteur déjoue son propre sentiment d'impuissance.Sentiment très difficile à affronter émotionnellement.

    Comme si les mots pouvaient manipuler nos émotions ... et le monde réel qui favorise l'irruption de ces émotions.

    Les émotions émergent d'abord,l'intellect suit toujours après.Soit pour conforter ces émotions,soit pour les déjouer ( les éviter) car trop douloureuses à affronter.

    D'où les idéologies et les idées politiques.

    Dans les idéologies il a toujours les"explications", pour se donner l'impression de comprendre le monde et ensuite il y a les "recettes" pour se donner l'impression de pouvoir changer le monde.

    Illusions d'une maitrise face à son douloureux sentiment d'impuissance...

    Le cortex est l'organe du mensonge!


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 12 lignes de vides avec de beaux mots bravo "anonyme"

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.