vendredi 15 février 2013

C'est février, Marion Sigaut rhabille De Voltaire pour l'hiver

Après la conférence sur les "Lumières" (sic) où déjà Marion Sigaut nous avait présenté le grand humanisme du bonhomme, celle de Guillemin sur Roussault, Marion Sigaut consacre une conférence entière à la vie et l’œuvre de ce qu'il faut bien appeler un parfait enculé.

Je résume de mémoire la somme de ce qu'on apprend sur Voltaire dans les deux liens sus-cités...

   Pour l'esclavage et la torture à vie des criminels,
   Se vante d'avoir fait du fric sur le massacre des indiens guarani protégés par les jésuites,
   Mépris absolu et total du peuple,
   Estime que les bienfaits doivent être réservés aux riches,
   Veut supprimer tout plaisir dans la vie des petites gens, et les faire travailler gratuitement le dimanche,
   Estime que l'éducation doit être réservée à l'élite,
   A tenté de faire arrêter et tuer Rousseau en publiant un faux de la profession de foi du vicaire savoyard,
   A sauvé du bûcher un pédophile notoire et déplore la mort du Marc Dutroux de l'époque...

Bref, un homme bien sous tous rapports pour l'hyper classe groucho capitaliste et décadente... Dassault passerait pour un humaniste à côté...

Ce que j'ai retenu de ces deux premières conférences, sourcées, c'est que l'athéisme de Voltaire, s'il s'appuyait sur des arguments raisonnables contre un obscurantisme réel, était surtout appuyé par une volonté de pouvoir jouir sans entraves, et une volonté quasiment sataniste de détruire la morale et l'humanisme. Son acharnement contre Rousseau n'était rien d'autre qu'un refus de voir revenir l'humanisme jésuite dans ses "lumières"... Et d'ailleurs dans son humanisme et son athéisme "lumineux", il a bien su envoyer des louanges aux tristes sires jeansénistes, quand ces derniers abondaient dans sa volonté de cogner comme un sourd sur le petit peuple.

Et donc, on en retartine une couche :
Marion Sigaut "Voltaire, le personnage et l'homme, qui trompe qui ?
12/02/2013 (en Français texte en français )




Allez, on en rajoute une couche :
   défend le sadique meurtrier prince de Conti,
   défend les kleptocrates, les spéculateurs, les corrompus et les profiteurs de guerre,
   pour la liberté d'expression, mais que de ceux qui sont de sa clique,
   ne supporte aucune critique de son oeuvre médiocre,
   en bonne minorité opprimée, fait embastiller ses détracteurs, puis les harcèle, puis les fait censurer (Fréron),
   finit comte de Tournai par un montage financier tordu (preuve de sa haine de l'aristocratie),
   ne paye pas 32 stères de bois (un mois de travail pour 10 gars) à des bucherons, ment et louvoie pour noyer le poisson, tente d'échapper à la justice en menaçant de faire jouer ses relations, puis se venge du juge qui le condamne en le diffamant,
   finit avec un patrimoine de 2000 années de "smic" de l'époque,
   s'est fait détester du roi de Prusse qui l'a invité à grands frais, et de chez qui il a été obligé de s'enfuir pour des histoires minables et du vol qualifié,
   antiguerre de Candide, propose une machine de guerre au roi de France, et a fait sa fortune comme fournisseur de guerre,
   comme BHL, adore que l'on aille prêcher la tolérance à la baïonnette,
   couche avec sa nièce,
   antisémite carabiné de chez carabiné,
   prône l'extermination des turcs, la mise en esclavage de ce qu'il reste, puis en appelle quasiment à la croisade,
   anti démocrate,
   ne payait aucun impôt...

Va quand même falloir sérieusement penser un jour à la sortir du panthéon cette chiure...

15 commentaires:

  1. "c'est que l'athéisme de Voltaire, s'il s'appuyait sur des arguments raisonnables contre un obscurantisme réel"

    => je me trompe peut-être, mais Voltaire était déiste et non athée. cf la métaphore de l'horloge dans "Les Cabales", très proche de ce que certains nomment "le grand architecte de l'univers". Un hasard ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voltaire avait une peur bleue de l'athéisme qui, s'il se propageait, risquerait de détruire tout frein chez ses paysans qui viendraient alors lui voler "son" bien. Il fallait donc à la fois écraser l'infâme et promouvoir un déisme de bon aloi qui maintienne le populo dans ses justes bornes.

      Supprimer
  2. Eh Tonio, tu t'es pas fait enfumé?

    Sérieusement, une femme seule contre tous? T'as recoupé avec d'autres historiens?

    Et c'est quoi ses sources? T'es allé vérifier ou tu a juste pris pour argent comptant les "preuves" qu'elle donne dans ses conférences?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sources : Voltaire. Le meilleur pour parler de Voltaire. Prenez une citation que je donne et cherchez sur Google : résultat assuré en une fraction de seconde.

      Supprimer
    2. Prenez une citation que je donne et cherchez sur google. Vous trouvez en une fraction de seconde.

      Supprimer
  3. Et depuis des décennies, la propagande de l'éducation nationale c'est l'adoration aveugle de Voltaire, la diabolisation de Rousseau. Et il faut avouer que se tartiner les Confessions, c'est un coup à passer à côté du bonhomme. Donc oui il faut lire Rousseau. Et lire Joseph de Maistre en parallèle.

    RépondreSupprimer
  4. Avant d'écouter cette conférence sans doute intéressante, de ce que je sais, Voltaire n'était pas antisémite, il n'aimait pas le judaïsme en tant que religion, ce qui peut se comprendre.

    Certaines de ces oeuvres demeurent des petites merveilles, même si son anticléricalisme obsessionnel finit par agacer.

    Bon, je reviens commenter après écoute.

    Petrus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'antisémitisme de Voltaire est absolument ahurissant. Personne n'oserait aujourd'hui écrire 1/000 de ce qu'il a écrit. C'est une rage destructrice. Vous trouvez ça sur la toile en 5'.

      Supprimer
  5. Je crois que c'est de l'excellent travail. Elle réussit à mettre la doigt là où ça fait mal, sur des textes ou des faits que j'avais parfois survolés sans m'y arrêter outre mesure. C'est en tout cas passionnant et pour moi qui me définissait comme "voltairien", ça m'en bouche un coin :). Bon, néanmoins, je dois digérer tout ça maintenant et voir ce que j'en fais dans mes méditations personnelles où Voltaire tenait une bonne place.
    Petrus

    RépondreSupprimer
  6. Arf, il ne reste plus qu'à suggérer à Michel Onfray de faire un livre sur lui. Il s'y connait en gros oeuvre de démolissage!

    RépondreSupprimer
  7. incroyable.. Je me souviens avoir vu il y a des années la pièce "Voltaire Rousseau " de JF Prévand dans laquelle le premier passait pour un humaniste sage et plein d'esprit et le second pour un pleurnichard nombriliste et incohérent...

    RépondreSupprimer
  8. Je ne sais pas si tout cela est vrai, mais en tout cas ce personnage semble très ... comment dire... actuel! voilà ce type semble très actuel!

    RépondreSupprimer
  9. Onfray a déjà largement tapé sur Voltaire dans plusieurs de ses bouquins, et encore plus sur Rousseau, qu'il compare bien volontiers à Hitler, et à juste titre à mon avis. Le fascisme (au sens large) est plus qu'en germe dans l'oeuvre de Rousseau.

    RépondreSupprimer
  10. Voltaire n'était pas un saint. Personne n'a jamais prétendu le contraire. Cet enfonçage de portes ouvertes est un peu agaçant. Merite-t-il d'être étudié. Très certainement. il est d'une incroyable modernité y compris dans ses contradictions, ses manques, ses lachetés.
    et le prochain, c'est qui ? Montaigne avec ses airs doucereux, ses amitiés ambiguës. et Molière, quelq'un osera-t-il dénoncer le personnage ?

    RépondreSupprimer
  11. Seule, unique et petite question:
    Il est dit que Voltaire aurait sauvé un pédophile condamné au bûcher. Or je ne trouve d'information à ce sujet nulle part. Existe-t-il une preuve de cela et qu'est-ce ?

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.