lundi 4 février 2013

Du côté du futur front

Cisjordanie: l'armée israélienne arrête 23 membres du Hamas
Ria Novosti, 04/02/2013 (en Français texte en français )
→ lien
L'armée israélienne a arrêté lundi en Cisjordanie plus de vingt membres du mouvement islamiste palestinien Hamas, dont trois députés, rapporte la radio Voix de la Palestine.

Une porte-parole du Tsahal a confirmé à RIA Novosti que 25 Palestiniens, dont 23 membres du Hamas, avaient été arrêtés dans différentes parties de la Cisjordanie, sans toutefois dévoiler les raisons de ces arrestations.



Sur le boycott du pétrole iranien :
Iran : « Adieu, dollar » !
cameroonvoice.com, 04/02/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Mais quelles sont les mesures prises par Téhéran face aux sanctions ?

La commission du budget de l’Assemblée islamique d’Iran a annoncé il y a un mois que le gouvernement devrait réduire le taux de la dépendance budgétaire au pétrole à mesure d’un million de barils par jour, cette année.

En outre, le Parlement iranien a approuvé des mesures préventives contre les sanctions imposées au secteur du gaz et du pétrole, en décidant d’interrompre la vente d’énergie aux pays européens qui ont collaboré avec les États-Unis pour boycotter les hydrocarbures iraniens. Dans ce sens, l’exportation du brut et du gaz liquéfié aux 27 pays membres de l’Union européenne a été interdite. Le porte-parole du ministère iranien du Pétrole a annoncé que les pétroliers qui voulaient transférer le pétrole iranien vers les pays européens ont dû quitter les ports iraniens sans la moindre goutte de brut.

Selon le dernier rapport de l’Agence internationale de l’énergie, publié fin 2012, les exportations pétrolières d’Iran a diminué d’un million de barils par jour. Pourtant la République islamique d’Iran a su garder ses anciens clients (Corée du Sud, l’Inde, Chine, Japon, Turquie) et s’est procuré de nouveaux acheteurs pour remplacer les pays européens. Les contrats conclus avec ces nouveaux clients sont fondés sur trois principes : durée du contrat entre 2 et 5 ans, absence de toute condition préalable, paiement rapide.

L’Iran n’est pas seul à essayer de contourner les sanctions unilatérales des États-Unis, car les clients du pétrole iraniens tentent eux aussi à trouver des moyens leur permettant de continuer leurs transactions pétrolières avec la République islamique d’Iran. La presse turque a révélé que depuis mars 2012, le gouvernement d’Ankara paie le pétrole iranien en or. En effet, depuis quelques mois quelques 60 tonnes d’or ont été transféré vers l’Iran.

La Chine et l’Inde ont emboîté le pas aux Turcs ces derniers mois et plusieurs convois d’or ont été ainsi envoyé en Iran par les gouvernements chinois et indien. La Chine a annoncé même que si les États-Unis tentent de perturber les transactions pétrolières entre l’Iran et la Chine, Pékin pourrait décider de remplacer le dollar américain par le Yuan pour payer le pétrole iranien.

C'est fou quand même cette histoire de boycott...

On leur prend leur pétrole dont on a un besoin vital contre de la fausse monnaie, et là, on les menace de ne plus leur donner de fausse monnaie ?   

J'ai l'impression que nos élites ont vraiment perdu tout contact avec la réalité...

On n'est pas en mesure de boycotter quoi que ce soit. Et au final, c'est même l'inverse qui va se produire...

Ça me fait penser à une chronique de Jean-Marc Daniel d'il y a un moment, sur cette question du boycott que je ne retrouve pas hélas... Mais où ils avaient obtenu au final que c'était le boycotteur qui se punissait tout seul, et que le boycotté ne s'en sortait que mieux...


Sinon, petit passage assez drôle sur l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) dont toute la presse occidentale tire ses informations "libres" sur la Syrie :
Syrie: les rebelles se seraient emparés du barrage d'al-Baath (médias)
Ria Novosti, 04/02/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Les autorités russes ont à plusieurs reprises indiqué que le niveau de compétence de l'Observatoire laissait planer des doutes quant à la fiabilité de ses informations. Selon le ministère russe des Affaires étrangères, le personnel de l'OSDH ne comprend que deux personnes: le directeur et le secrétaire-interprète. L'établissement est dirigé par un certain Rami Abdel Rahmane qui ne possède même pas d'instruction secondaire. Dans une interview accordée à des médias britanniques, il a déclaré qu'il résidait en permanence à Londres où il tenait un snack-bar.

La presse du monde occidental relaye les dires d'un tenant de snack bar londonien pour nous "informer" sur les événements en Syrie   

1 commentaire:

  1. Ca me fait penser à l'indicateur "Iceman" dans le film "In the loop" :D

    Excellent film en passant.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/In_the_Loop

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.