mercredi 20 février 2013

La guerre a déjà lieu sur les réseaux

commentaire de BigLouLou :
Augmentation en flèche des cyber-attaques d'une unité spéciale de l'armée chinoise vers les US. Il ne s'agit maintenant plus de voler des informations de sociétés (par exemple stratégie de négociation de Coca-Cola quand elle voulait acheter une grosse société chinoise) mais maintenant de rentrer dans les sociétés qui conçoivent le software de contrôle des infrastructures essentielles (power grid, valves des pipelines, etc.). La cyberwar entre dans une nouvelle dimension.

Chinese Army Unit Is Seen as Tied to Hacking Against U.S.
New York Times, David E. Sanger, David Barboza & Nicole Perlroth, 18/02/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
An unusually detailed 60-page study, to be released Tuesday by Mandiant, an American computer security firm, tracks for the first time individual members of the most sophisticated of the Chinese hacking groups — known to many of its victims in the United States as “Comment Crew” or “Shanghai Group” — to the doorstep of the military unit’s headquarters. The firm was not able to place the hackers inside the 12-story building, but makes a case there is no other plausible explanation for why so many attacks come out of one comparatively small area.

“Either they are coming from inside Unit 61398,” said Kevin Mandia, the founder and chief executive of Mandiant, in an interview last week, “or the people who run the most-controlled, most-monitored Internet networks in the world are clueless about thousands of people generating attacks from this one neighborhood.”



Cyberattaques: les Etats-Unis pourraient sanctionner la Chine
Ria Novosti, 20/02/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Le gouvernement US pourrait décréter des sanctions commerciales à l'encontre de la Chine s'il est confirmé que les attaques informatiques visant les entreprises et institutions américaines sont perpétrées avec le soutien officiel de Pékin, rapportent mercredi les médias occidentaux.



On a lu, vu et entendu du Mercredi 20 Février 2013: Marche au pas et à l’ombre….chinoise!!!
Le blog à Lupus, 19/02/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Le président des États-Unis a le pouvoir légitime de lancer des cyber-attaques préventives en cas de menaces venant de l’étranger fondées sur des preuves solides, affirme un rapport secret cité par le New York Times. La Maison Blanche n’a pas confirmé les détails de ce rapport, mais un responsable a indiqué que Barack Obama avait érigé des principes pour conduire des attaques de ce type en conformité avec la Constitution américaine et les lois internationales. «Les États-Unis agiront conformément à leur droit intrinsèque à la légitime défense dans le cyber-espace, comme le reconnaît le droit international, pour prévenir toute perte en vie imminente ou dommage significatif», a souligné le responsable. Les cyber-armes sont considérées comme tellement puissantes par les auteurs du document qu’elles ne peuvent qu’être activées au plus haut niveau du gouvernement, raconte le quotidien, citant des sources anonymes. Cette décision intervient à un moment où l’administration américaine se prépare à établir pour la première fois des règles concernant l’armée et les services de renseignement dans les cas de cyber-attaques majeures. Et les règles dans ce domaine, tout comme celles qui gouvernent les attaques de drones, sont largement maintenues secrètes. Mais signe de leur nouvelle importance, elles constituent un des rares postes en hausse dans le budget du ministère de la Défense. Le programme qui leur est consacré au Pentagone (dit «Cyber Command»), qui fait travailler 900 personnes actuellement, doit voir ses effectifs grimper à 4900 militaires et civils, selon le Washington Post.

3 commentaires:

  1. Mais la guerre a commencée en 2010 avec stuxnet. On ne va pas non plus faire les oies blanches maintenant.

    C'est "nous" (US/Israel) qui avons disséminé les armes informatiques de nouvelle génération, c'est "nous" qui avons attaqués les premiers avec.

    Donc, ok pour dire que les chinois ne se laissent pas faire, mais faudrait pas non plus oublier qu'on est impliqué de notre coté aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord, mais n'y a-t-il pas une marge entre stuxnet, qui visait des centrifugeuses, donc un secteur bien pointu avec potentielle utilisation militaire, et les attaques dont on parle ici, qui touchent des sociétés actives dans des infrastructures générales et civiles?

      La question n'est pas tant la technologie que l'usage qu'on en fait.

      Maintenant il est clair que les US ne sont certainement pas clean non plus, et qu'on n'a aucun écho des cibles qu'ils ont visées en Chine ces dernières années...

      En tout cas, une chose est sûr, avec la Chine ce sera feutré et pas le genre "je te rentre dedans avec du gros matériel et mes porte-avions". Ce sera la guerre des cerveaux, et à ce niveau la démographie n'est sans doute pas favorable aux US si on parle en nombre absolus de cerveaux que chaque camp peut potentiellement mettre dans la bataille.

      Supprimer
  2. la notion de légitime défense à la sauce ricaine facon Pearl-Harbor y a pas mieux comme foutage de gueule!

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.