samedi 2 février 2013

La Lime : Le nouveau génie du christianisme (Jean-Louis Harouel)

Le nouveau génie du christianisme (Jean-Louis Harouel)
La lime, Fboizard, 02/02/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Le génie (politique et philosophique) du christianisme tient en deux phrases :

> Mon royaume n'est pas de ce monde.

> Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu.

Ces phrases sont tellement originales que les exégètes ne doutent guère de leur authenticité.

Elles ouvrent la voie à la séparation du spirituel et du temporal.

Cette idée est tellement novatrice que les orthodoxes, pourtant chrétiens, ne l'ont pas passée dans leurs pratiques et en sont restés au césaro-papisme. Il aura fallu en Occident le démembrement de l'Empire Romain et les querelles du Pape et de l'Empereur pour que la séparation du pouvoir temporel et de l'Eglise devienne, avec des coups de balancier, une réalité.

Or, cette séparation ouvre un espace de liberté philosophique et intellectuelle inconnu partout ailleurs. Il explique l'aventure prodigieuse de notre civilisation. N'en déplaise aux sectateurs laïcards, le génie de l'Occident, c'est tout simplement, la génie du christianisme.

A l'opposé, il y a l'hérésie millénariste, mélangeant le spirituel et le temporel, qui postule que si l'on éradique, sur terre, avec toutes les horreurs que cela suppose, les mauvais croyants, on fera advenir, sur terre, le royaume de Dieu pour mille ans.

Dans les atrocités  anabaptistes de Münster en 1533, on a la matrice de tous les totalitarisme millénaristes modernes, Terreur, communisme, nazisme, qui, au nom du bien de l'Humanité, génèrent une misère des hommes sans précédent.

Or, la séparation du spirituel et du temporel a été abolie dans nos pays européens : la Nouvelle Religion, celle des droits de l'homme, a fusionné avec le pouvoir.

La nouvelle caste théocratique, que je baptise habituellement classe jacassante (séparée du peuple, comme il se doit dans une théocratie) impose sa dictature : les juges-prêtres condamnent les blasphèmes et les journalistes couvrent d'opprobre les mal pensants, provoquant leur mort sociale. Les professeurs font le catéchisme. Et il y a une organisation cléricale : la franc-maçonnerie.

A cet égard, l'affaire Zemmour fut exemplaire : le débat qui amena sa condamnation porta, non pas sur la vérité, difficilement contestable, des déclarations incriminées, mais sur leur caractère blasphématoire.

Ce n'est nullement un hasard si la caste théocratique (journalistes, juges, politiciens, enseignants) est nettement plus à gauche que la moyenne des Français : les gardiens de la foi doivent tout même y croire un peu plus que la moyenne !

Le premier problème est que cette fusion du religieux et du politique est d'autant plus dramatique que la Nouvelle Religion s'ignore comme religion. Cela interdit tout débat : il ne sert à rien de reprocher à quelqu'un les défauts de sa religion s'il commence par nier que cela soit une religion.

Le deuxième problème est le caractère suicidaire de cette Nouvelle Religion. L'auteur n'hésite pas à invoquer le suicide collectif de l'Ordre du temple Solaire.

Une fois de plus, nous sommes face à la funeste confusion des valeurs individuelles et des valeurs collectives. S'il est louable pour un chrétien de tendre la joue gauche, cela est suicidaire pour une nation, une civilisation, une race.

Ce que les droits-de-l'hommistes croient être tolérance et «ouverture à l'Autre» n'est que faiblesse et renonciation à soi-même.  Et notre grande fusion dans l'Humanité n'est en réalité que notre disparition.

Car les Autres ne partagent pas notre fantasme millénariste et ne renoncent pas à eux-mêmes (et ils ont ont bien raison).


Le troisième problème est que la théocratie finit toujours en oppression, même si celle-ci est pratiquée au nom de la gentillesse et des bisous.

La conclusion du livre est extrêmement sombre, par omission : l'auteur ne trace aucune piste pour s'en sortir.

3 commentaires:

  1. Les racines du génie européen ce sont avant tous les scientifiques / philosophe de l'époque pre chrétienne. Bâtisseurs de génie, inventeurs émérites, mathématiciens, artistes au talent incroyable. L’avènement du christianisme a été un catastrophe. Heureusement, comme le dit le dicton, "on ne détruit pas quelque chose on le remplace", la sagesse païenne, philosophique et scientifique a tout de même su perdurer pour ne pas envoyer totalement notre continent dans les limbes de l'histoire.
    Dire que l'origine du génie européen (ou occidental mais je n’apprécie pas ce mot) c'est le christianisme c'est soit méconnaître l'histoire soit être malhonnête.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et vous, vous n’avez pas l’impression de méconnaître le christianisme ?

      Quand vous saurez ce qu’est le rapport trinitaire vous comprendrez, peut être, pourquoi il est l’indispensable outil de développement de la pensée.

      Par exemple, sachez que le « Je pense donc je suis » de Descartes est repris du « Cogito » Augustinien (Saint Augustin) le dernier des Pères de l’Eglise, IV° siècle.

      Bref, un long travail d’étude de la patristique me parait indispensable dans votre cas avant d’émettre un nouvel avis, une nouvelle opinion, avant d’exprimer un nouveau sentiment, sur le christianisme.

      Supprimer
    2. Je n'ai pas besoin de votre trinitaire chrétienne, j'ai ma société tripartite indo-européenne.

      Notez bien chères amis, la façon qu'a souvent de débattre l'homme se revendiquant du Christ. Il me commende de ne pas donner mon opinion, la belle affaire ! Je doutes sincèrement que le Christ s'eu exprimé ainsi pour défendre sa foi.
      Et bien désolé chère ami, je vais m'y employer !

      Vous faite très bien de citer St Augustin, dont la philosophie est largement inspirée de Platon. Bizarrement on retombe sur ce que je disais plus tôt, le catholicisme est un conglomérat pagano-chretien. Le catholicisme n'est pas Christianisme, car pour pouvoir s'imposer il a du se parer des coutumes, traditions intellectuelles européenne.

      Les catholiques acceptent difficilement cette filiation païenne, summum de l'horreur pour eux. Elle est pourtant a l’origine du schisme lié a Vatican II entre catholiques traditionalistes et catholiques modernes. Le moderne se rapprochant du christianisme oriental originel. Tout simplement, la synthèse pagano-chretienne n’était plus possible.

      Quand a l'origine paienne, que vous contesterez, elle est un fait difficilement contestable de par l'heritage ecrit, culturel et les vestiges historiques. Ainsi il est évident que la grande majorité des fêtes chrétiennes en Europe sont d'origine païenne, que les églises ont été bâties sur des temples ou qu'un lieu "sacré" comme Lourdes était un lieu de culte paien d'une déesse celte de la santé...dont l’église n'a pas réussit a briser la ferveur populaire et s'est donc accaparé.

      Vous pouvez nier l'évidence historique, mais vous devriez étudier un peu l'histoire de la christianisation a Rome, du sol invictus, des luttes internes, de Constantin qui deux semaines avant de se convertir au christianisme (par opportunisme) prétendait avoir vu Apollon. Vous comprendre alors peut être que le christianisme s'est avant tout rependu chez les pauvres et simples d'esprits, promulgué par des prêtres fanatiques, pour ensuite être utilisé comme arme politique par des hommes de pouvoir opportunistes voulant utiliser les masses.

      Vous nierez surement tout en bloc, mais c'est l'histoire ma pov lucette.

      Comme je le disais
      "on ne détruit pas quelque chose on le remplace"

      Alors dire que les racines de l’Europe et de son génie sont chrétienne est un mensonge ou une erreur grossière.

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.