samedi 23 février 2013

La propagande d'Etat devient une véritable chape de plomb

Babel ou la mort qu'on vous dit !

J'attends d'ailleurs de voir les audiences de la cérémonie des Césars d'hier qui était quasiment un meeting politique pro immigration... Comme toutes ces grand-messes de propagande, qui se veulent drôles et qui sont en fait juste dégoulinantes de moraline et fonctionnent au dénigrement systématique, ça va encore aller taper dans les 5% d'audience. Mais à la rigueur, les audiences minables de ce genre de cérémonies à usage interne sont secondaires. Il s'agit surtout de rappeler à toute l'oligarchie, de père en fils, de la culture subventionnée, quelle est la ligne obligatoire à tenir s'ils veulent continuer de palper... Et tout ça fonctionne comme toujours sur le procédé de dénigrement consistant à faire croire au gusse lambda qu'il est minoritaire à penser ce qu'il pense. C'est pas comme si 70% des français trouvaient qu'il y avait trop d'étrangers en France (merci le Cevipof et Reynié qui ont eu le culot de faire émerger la vérité)...

Mais là, il ne s'agit pas d'immigration. C'est l'autre pendant du Babel ou la mort (appelée aussi dictature mondiale de Goldman Sachs), la dissolution des cultures et des États nations dans le mondialisme.

Et vous noterez comment tous les fonctionnaires de la "culture" d'État et du lavage de cerveau de l'éducation, ont très bien compris quel est leur vrai travail, et qu'il ne sont pas là pour leur excellence, mais uniquement pour leur soumission, et qu'ils seront grassement payés tant qu'ils relayeront le discours officiel :
« La France doit-elle sortir de l’UE ? » – « La vidéo du débat ne doit pas sortir de l’amphi ! »
Blog d'Olivier Demeulenaere, 21/02/2013 (en Français texte en français )
→ lien


« LE GRAND DÉBAT DU 22 JANVIER 2013 À L’UNIVERSITÉ DE ROUEN AVAIT ÉTÉ FILMÉ PAR NOS SOINS….

—————————————————————————————————

Comme nous en avions informé nos lecteurs, j’ai participé à un grand débat à la Faculté Droit-Économie-Gestion de l’Université de Rouen le 22 janvier dernier au soir, sur le thème « LA FRANCE DOIT-ELLE SORTIR DE L’UE ? ».

Ce grand débat contradictoire, où je suis intervenu à la tribune avec le doyen et trois membres du corps professoral, était ouvert au grand public, comme l’usage en est solidement établi, et comme les autres intervenants le savaient parfaitement.



De même, ce débat a été filmé par une équipe de l’UPR, au vu et au su de tous les participants.

Comme nous l’avons également souligné, ce grand débat a suscité un engouement extraordinaire puisque, prévu pour avoir lieu dans l’Amphi 300 (capacité 300 personnes), il dut être transféré au dernier moment, – à la demande des services de sécurité -, dans l’Amphi 500 (capacité 500 personnes) du fait d’une affluence record.

Compte tenu des quelques places restées vides dans ce second Amphi, on peut donc estimer que ce sont quelque 450 personnes qui sont venues assister à ce débat sans précédent sur un tel sujet dans une université en France.

….MAIS LES AUTRES INTERVENANTS AU DÉBAT ONT EXIGÉ LA CENSURE DE LA VIDÉO

—————————————————————————————————–

Cependant, un professeur, s’exprimant en son nom propre et au nom de l’un de ses collègues, nous a écrit, après le débat, pour nous interdire expressément de diffuser sur notre site la captation vidéo que nous en avions faite.

Par ailleurs, le troisième professeur, que j’ai joint par téléphone et qui semblait terrorisé par le cours des événements (!), nous a également formellement interdit de diffuser son image et les propos tenus au cours de ce grand débat pourtant public.

Comme nous n’avons pas vocation à forcer la volonté des gens, et que nous respectons la lettre et l’esprit de la loi sur le droit à l’image, nous avons donc été obligés de déférer à ces demandes expresses.

Après concertation des membres du Bureau National de l’UPR, nous avons décidé de diffuser mes seules interventions lors de ce débat ouvert au grand public. Car si nous respectons le « droit à l’image » des autres intervenants, je suis en droit de faire respecter aussi le droit à ma propre image et plus encore le droit à la liberté d’expression.

Afin de respecter la demande des autres intervenants, notre responsable vidéo a donc réalisé un montage qui ne les mentionne pas, qui occulte intégralement leurs corps et leurs visages à la tribune et qui a coupé toutes leurs interventions.

Le résultat de ce « caviardage » est qu’il nous force à mettre en ligne une vidéo tronquée, limitée à 37 minutes (la durée cumulée de mes seules interventions) alors que le débat avait duré 2 heures.

Cette vidéo est disponible ici :



En conclusion, et afin de préciser le jugement que nous portons face à cet acte de censure caractérisé, j’ai personnellement adressé un courrier en réponse au professeur qui m’avait fait connaître par écrit son opposition à la diffusion de l’intégralité du débat.

Par un souci de transparence vis-à-vis de nos lecteurs, je publie ci-dessous, en annexe, la partie la plus importante de ma réponse circonstanciée ».

François Asselineau, le 21 février 2013

———————————————-

ANNEXE – Extrait de ma réponse à l’un des intervenants au grand débat du 22 janvier 2013 qui m’a écrit pour me demander formellement, en son nom et au nom de l’un de ses collègues, de ne pas diffuser la captation vidéo :

« Vous vous déclarez bien entendu un grand démocrate, mais vous refusez que ce débat ouvert au public et filmé, qui a rassemblé plus de monde qu’aucun autre débat public n’en avait jamais réuni à l’université de Rouen, puisse être visionné par des milliers d’internautes. En agissant ainsi, vous faites carrément obstacle à ce que des citoyens français puissent entendre un autre son de cloche que la propagande européiste diffusée 24H/24 dans tous les médias.

Parce que vous estimez probablement que ce débat passionnant n’a pas tourné à votre avantage, vous souhaitez maintenant faire comme s’il n’avait jamais eu lieu.

Bien entendu, comme tout censeur, vous niez l’acte de censure. Vous vous retranchez derrière une pseudo-déontologie, sortie d’un chapeau pour la circonstance, laquelle déontologie n’est comme par hasard jamais applicable au camp que vous défendez.

A ce propos, je vous suggère par exemple de visionner ces vidéos diffusées sur Internet :

- cette vidéo de Giscard et Cohn-Bendit, présentant leur « débat sur l’Europe » le 9 mai 2008 à l’université de Paris Dauphine

https://www.youtube.com/watch?v=ebAIoQ2-s-c

- cette vidéo de Jacques Attali aux Mardis de l’ESSEC pour un débat « le futur manque-t-il d’avenir ? » le 28 février 2012

https://www.youtube.com/watch?v=PoxGU1m9dDg

- cette vidéo du 15 juillet 2011 prise à l’université d’Avignon avec les candidats aux élections présidentielles de 2012, Jean-Luc Mélenchon, et aux primaires socialistes Martine Aubry et Manuel Valls pour débattre de la fracture croissante qui existe entre l’art et la politique.

https://www.youtube.com/watch?v=wA9Y8gqbcbE

- etc., etc., etc.

Ces vidéos prouvent que, lorsque des responsables politiques de tout premier plan et ultra-médiatisés sont les vedettes de débats dans des universités ou des grandes écoles françaises, notamment pour chanter les louanges de la construction européenne et en affirmer la prétendue nécessité, il va de soi que tout le monde doit trouver cela « normal », et que de tels « débats » doivent bien entendu être enregistrés puis diffusés sur Internet.

Mais votre réaction me prouve que, lorsque un débat public – et de haute tenue – a lieu pour la première fois dans une université française sur la question de savoir si la France doit ou non sortir de l’UE, il ne s’agit soudain plus d’un débat « normal ». La bien-pensance et le conformisme ambiant se drapent aussitôt dans le rôle de l’éthique universitaire offensée.

Vous jugez soudain opportun de vous démarquer de ce que vous appelez une « tribune politique », vous feignez la stupeur devant un « débat politique dans une université » qui vous aurait cueilli à froid, et vous demandez qu’aucune trace n’en soit diffusée par notre mouvement. Vous tablez ainsi sur le fait qu’aucune trace tout court n’en restera puisque le doyen, certainement sensible à votre réprobation, se pliera à votre demande de ne pas diffuser cette vidéo sur le site de l’université.

En bref, votre demande constitue un acte de censure pure et simple. Elle me confirme que la France est sous la dictature d’un « deux poids deux mesures » et de pressions intimidantes, qui rappellent de bien fâcheux épisodes de notre longue histoire nationale. [...]

Après concertation avec les autres responsables de notre mouvement politique, nous avons décidé de diffuser mes seules interventions lors de ce débat ouvert au grand public. Car si nous respectons votre droit à votre image, je suis en droit de faire respecter aussi la mienne.

Afin de respecter votre demande, et afin que vous ne soyez en aucun cas ni entendus ni même vus dans ce débat qui semble vous faire horreur rétrospectivement, notre responsable vidéo a réalisé un montage qui ne vous mentionne pas, qui a coupé toutes vos interventions, et qui occulte intégralement vos corps et vos visages à la tribune. Ni vous, ni [vos collègues] n’apparaissez donc, ni n’êtes mentionnés si peu que ce soit. Nous ne pouvons pas faire mieux, non ?

Bien entendu, cette présentation bizarroïde nous amènera à en expliquer la raison à nos milliers d’internautes qui s’impatientent de n’avoir toujours pas vu en ligne la vidéo de ce débat. Nous allons leur dire la vérité : à savoir que nous ne diffusons que mes seules interventions parce que les autres intervenants nous ont interdit de diffuser les leurs. »




A noter également, le dernier article de h16 qui nous parle de "démocratie", qui ne vaut que tant que ça reste dans le cadre de la dictature maçonnique babelienne :
Parlementaires Festifs & Presse « Citoyenne »
hashtable, H16, 22/02/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Ouhlala gros malaise ! Au pays des bisous s’est glissé une grosse louchée d’heures les plus sombres de notre histoire ! Alors que de gentils citoyens voulaient donner à tous la possibilité de participer directement à l’élaboration de la loi, de méchants parlementaires acquis à la Beuhête Immeuhonde se sont mêlés au troupeau à la foule pour détourner le sens profond de l’action entreprise. Populisme et carabistouille, tout ceci ne sent pas bon !

Tout commence il y a quelques mois lorsqu’un groupe de jeunes qui en veulent et qui ont la niaque et qui y comprennent quelque chose aux technologies modernes des lolcats sur internet ont décidé de lancer un site web participatif, évidemment citoyen, parfaitement synchrone avec la République et en prise directe avec la démocratie. Ce site permet aux internautes de venir donner leur avis, leur ressenti au niveau du vécu, leurs idées, de filer des éléments de réflexion aux parlementaires qui entendent pondre des lois (et qui viendront bien évidemment sur le site, nombreux, pour discuter de tout ça avec le citoyen). On imagine d’ici les débats frémissants d’innovations et de propositions de lois toutes plus finement ciselées les unes que les autres au milieu d’une joie communicative de citoyens bouillonnants d’idées pour légiférer ici et là, avec de vrais morceaux de parlementaires dedans. Miam.



L’idée, technobranchée et médiatiquement compatible, est follement intéressante et, comme de juste, tout de suite repérée par plusieurs élus, dont (tadzam !) Marion Maréchal-Le Pen, élue Front National.

Gloups.

Immédiatement, l’initiative citoyenne n’est plus aussi festive. À la nouvelle qu’une telle abomination rejoignait les rangs des autres partis impliqués dans la réalisation informatique, André Chassaigne, le courageux député du Parti Communiste (oui, ça existe encore), a pris ses jambes à son cou et a décidé de ne surtout pas venir ; et puis, le combat de la bête immoôonde, du fascimse, et des heures les plus sombres, ça ne passera pas par lui, il a piscine juste à ce moment là.

D’ailleurs, la machine médiatique est tout à fait adaptée à combattre les vilains et les méchants et s’est empressée de prendre le relais de l’élu défaillant. À peine les octets du site Parlement & Citoyens étaient-ils électrisés que tout ce que compte le pays de rédactions vigilantes se dressait comme un seul homme pour faire connaître au monde médusé l’évidente tentative de noyautage de la noble initiative par le vilain petit canard boiteux de la politique française. Et voilà que Libération titre sans ambages « Le FN cannibalise le lancement du projet Parlement et Citoyen » ; et voici que Le Monde n’hésite pas et explique sobrement l’erreur dramatique commise par les citoyens-internautes trop naïfs : « Quand un projet « citoyen » ouvre sa porte au FN » Ouf, tout va bien, les phalanges progressistes attentives ont transmis le message, le peuple est au courant, il saura maintenant comprendre que, derrière l’idée, au départ intéressante, de le faire participer aux débats, se cache maintenant le serpent du facimse et du nazimse (voire plus si affinités).

Lire l'article sur le blog de h16, c'est croustillant comme d’habitude...

Sinon, j'ai regardé des paroles et des actes cette semaine avec Le Pen. Le lendemain, la presse, unanime, pondait article sur article nous expliquant à quel point Le Pen est démago et populo, et combien Boutih et Lemaire avaient été bons.

C'est marrant, parce qu'en toute objectivité, c'est pas du tout ce que j'ai vu. Les bouffons de l'UMPS n'ont pas touché une balle, leur trahison du peuple transpirait de chacune de leurs phrases éculées, et Boutih s'est presque excusé d'être au PS...

Moi ce qui m'emmerde avec la nationale socialiste Le Pen, contrairement à toute la pravda, c'est pas qu'elle soit "nationale", c'est qu'elle soit "socialiste". Comme tous les autres partis français d'ailleurs...

Comme si on n'avait pas déjà assez de ponctionnaires, de clientélisme, de pouvoir illégitime et oppressant en France. Alors quand en plus on colle le mot "national" sur cette logique là, ça ne peut que dégénérer...

En revanche, qu'elle soit "nationale", ça, ça me va très bien. Comme 70% des français d'ailleurs, qui feraient bien de commencer à comprendre qu'ils sont ultra majoritaires, et qu'ils n'ont pas à raser les murs... N'en déplaise à la dictature maçonnique du Babel ou la mort...

15 commentaires:

  1. Moi de même. Son Père plutôt poujadiste me gênait par son antisémitisme et elle m'insupporte par son socialisme. Qui peut lui faire comprendre qu'il y a assez de gens à gauche comme ça et que si elle veut prendre des parts de marché politique c'est en étant national-libéral qu'elle peut y parvenir et pas national-socialiste !

    RépondreSupprimer
  2. Tiens Tonio, pour tout ceux comme moi qui ne connaissait pas Le Maire, une vidéo édifiante de ses capacités sur l'agriculture (qu'il a mises au combien en avant pendant son débat contre MLP) quand il en était le ministre:
    http://www.dailymotion.com/video/xh67qr_b-le-maire-combien-de-m-fait-un-hectare_webcam#.USiKNTBhXSk

    Il m'a pris une putain d'envie de chialer...
    Darcos avec sa règle de trois n'était donc pas une exception, ils sont tous comme ça, vraiment?!?
    http://www.dailymotion.com/video/x7gd34_xavier-darcos-l-art-de-la-conjugais_news#.USiJeDBhXSk

    RépondreSupprimer
  3. Politiquement, on est mal barré. Car même s'il n y a plus que 38% de francais à rester aveugles aux sirènes de l'UE, le camp de la résistance est ultra divisé.
    MLP vaut 15%-20%, peut-être plus dans le futur, mais elle ne gagnera jamais et ca serait un bond dans l'inconnu pour ne pas dire le chaos.
    NDA et FA sont bons mais ils sont tout petits et d'ailleurs ne s'apprécient pas beaucoup.
    A gauche, Montebourg a trahi, Chevènement aussi avec la circonstance atténuante qu'il est trop vieux. Rocard a fait des déclarations interressantes ces dernieres semaines mais c'est une girouette et il est aussi trop vieux. Larrouturu, comme Cheminade, est trop petit.

    RépondreSupprimer
  4. Où tu vois une chape de plomb ? Moi ce que je vois, c'est que la propagande de l'oligarchie n'en finit pas de se déliter au cours des 10, voire des 15 dernières années. Et c'est en grande partie à internet qu'on le voit. La pensée unique financièrement de droite, culturellement de gauche, n'existe plus que dans les médias mainstreams.

    National-libéral... Je viens d'en lire encore une belle, de perle. Bon sang c'est donc si difficile de comprendre que le choix ne se limite pas entre l'étatisme complet et l'adoration du marché ? Qu'il y a une infinité d'alternatives ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disco ne voit pas le "nationalisme" comme de l’étatisme complet mais au sens premier "natio" c'est a dire "être né quelque part" avec les conséquence politique que cela comporte, principalement la défense des intérêts du peuple.

      Supprimer
  5. Pour ce qui concerne les prof d'univ, je recouperais bien votre constat avec les ecrits de Dantec (Le théâtre des opérations) :

    « Il existe deux catégories de bons élèves: les premiers de la classe qui suivent les directives éducationnelles du système, et obtiennent les gratifications en retour. Et les premiers de la classe qui sont au-delà de toute classification, qui ont une, deux, trois, sept classes d’avance, et qui finissent par rejoindre les cancres dans la procédure d’éjection hors du système, à un moment ou à un autre.[…]
    Ces pédagogues qui affirment que l’instruction des connaissances suffit à faire un homme intelligent, et qui claironnent que l’intelligence suffit à faire un homme cultivé, alors que la plus haute culture ne suffit même pas à faire un homme éveillé !
    Ces mêmes pédagogues qui prétendent que l’expression de soi est un justificatif suffisant à l’élaboration d’une oeuvre d’art, ou d’un quelconque discours vaguement apparenté comme tel alors qu’une oeuvre d’art n’est un tant soit peu pertinente qu’à la condition de détruire le moi de l’auteur, et si possible celui de ses lecteurs, auditeurs ou spectateurs![…] »

    Etre eleve ou prof, c'est finalement toujours suivre la voix de son maitre.

    RépondreSupprimer
  6. Tonio
    Il y a un truc que je ne comprends pas avec la censure sur le débat. Pourquoi ont ils censurés les interventions des professeurs, en effet, il suffit de brouiller leurs visages et modifier leurs voix et le tour est joué.
    Bref moi pas comprendre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore faut il savoir le faire ...

      Supprimer
    2. Je connais bien l'UPR, c'est un petit parti qui ne touche aucune subvention de qui ou de quoi que ce soit, il n'a pas les moyens de se payer une procédure judiciaire pour diffamation, si un des gus voulait attaquer au motif que l'on peut reconnaitre sa voix ou son profil. Donc pas de prise de risques inutiles...

      Supprimer
  7. La "mésaventure" rapportée par Asselineau ridiculise ces profs d'université et/ou pue la dictature soft. What is the fuque avec ces gens-là ? Et c'est un pro-UE pro-Euro qui écrit ces lignes.

    RépondreSupprimer
  8. La propagande elle commence là : Neuneu 1er continue dans son délire orwélien ("la récession c'est la croissance").

    2013, 2014, 2015, 2016, 2017... C'est toujours "demain". "Plus tard".

    Aucune honte. Il vient d'être humilié, ridiculisé avec son "3 % en 2013" etc... Mais non, quelques jours après, il remet ça !

    Ca relève de la psychatrie...

    ************************
    Le président de la République, François Hollande, a réaffirmé aujourd'hui l'objectif de parvenir à l'équilibre des finances publiques à la fin de son quinquennat, fin 2017, en dépit des sombres prévisions économiques publiées hier par la Commission européenne.

    "La trajectoire est bien celle d'aboutir à un équilibre de nos finances publiques à la fin du quinquennat", a déclaré le chef de l'Etat lors d'une conférence de presse au Salon de l'agriculture. Les chiffres de la Commission européenne prennent en compte le ralentissement qui s'est produit dans toute l'Europe voire même la récession", a observé le président Hollande, estimant que "la France, dans ce contexte, fait moins mal que d'autres".

    RépondreSupprimer
  9. Oui, il y a pas mal de personnes (de gauche, j'imagine) qui ont écrit que la "trajectoire est excellente" par rapport aux 7% environ de déficit sous NS.
    Oui mais le ratio dette sur PIB lui est en constante hausse. On vient de passer la barre des 90% et on sait que historiquement la faillite est inévitable. Sans compter l'interpénétration des économies avec des pays comme la Grece (en faillite), l'Irlande (en faillite), l'Espagne (en faillite), le Portugal (en faillite) + Japon/USA/GB (qui sont en lévitation sur une montagne de dettes).

    RépondreSupprimer
  10. je commence à flipper avec Hollande !!
    il me fait peur.
    ok, on a besoin d'un neuneu 1er pour vite se prendre le mur, pour refonder ce pays, reprendre tout à 0, mais là, il dépasse son rôle de neuneu, ca va etre la boucherie...

    yongtai

    RépondreSupprimer
  11. Pour la censure pratiquée par les économistes, ca mérite un petit mail à chacun:
    Allez, chacun avec notre plus belle plume on leur écrit pour leur dire comme ils sont pitoyables.
    Le nom des participants étaient connus, et leur mail est public donc pas de soucis de ce côté là !!

    Ca va mériter un petit mail à leur attention, voici les adresses mails de ces personnes, c’est sur la toile:
    M. Jacques BOUVERESSE : bouveres@noos.fr
    M. Jean-Philippe DEROSIER: jean-philippe.derosier@univ-rouen.fr
    M. Antoine MÉGIE : antoine.megie@free.fr et antoine.megie@univ-rouen.fr

    Je pense que ce genre de comportement mérite un petit mail que je vais m’empresser de leur adresser. Quand on en a pas on en a pas

    Olivier

    RépondreSupprimer
  12. correctif pour l'adresse mail de ce Mr Bouveresse, c'est la suivante:

    jacques.bouveresse@univ-rouen.fr

    Il y a un homonyme philosophe en fait lol.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.