mardi 26 février 2013

Le bitcoin fait son trou

Bitcoin

Bitcoin (sign: BTC) is a decentralized digital currency based on an open-source, peer-to-peer internet protocol. It was introduced by a pseudonymous developer named Satoshi Nakamoto in 2009.

One bitcoin is subdivided into 100-million smaller units called satoshis. There is a hard limit of 21-million bitcoins in total, which are released at a scheduled rate until the year 2140. Internationally, bitcoins can be exchanged by personal computer directly through a wallet file or a website without an intermediate financial institution. They can also be exchanged through physical banknotes and coins.





C'est l'inverse d'une monnaie fondante, exponentielle. Sa quantité est algorithmiquement logarithmique... Bref, une monnaie déflationniste (dans un monde de croissance), avec tous les réels problèmes économiques de thésaurisation que ça pose... De l'or virtuel. Et surtout, aucun gouvernement/banquier n'a la main dessus...

Sauf que si quelqu'un a pu créer un algo de bitcoin une fois, on peut le refaire à l'infini. Mais bon, l'idée est plus qu'intéressante...

Mega accepte la monnaie virtuelle Bitcoins
clubic, 18/02/2013 (en Français texte en français )
→ lien
Kim Schmitz a, semble-t-il, tiré des enseignements de la fermeture de MegaUpload l'an dernier. Le fondateur de Mega explique qu'il est désormais possible d'utiliser de la monnaie virtuelle (Bitcoins) pour s'abonner aux versions payantes de son service et dévoile également la possibilité pour les sites tiers de s'affilier au service.



Alternative Currency Goes Mainstream As Bitcoin ATMs Emerge
ZeroHedge, Michael Krieger, 26/02/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
The Bitcoin ATM has Arrived... Here’s How it Works

The more I learn about Bitcoin, the more I support it. In fact, the only donations we accept on this site are Bitcoin donations. As I mentioned in a post late last summer, I think it represents another way to fight back against the current repressive and immoral monetary system that has a strangle hold on the planet. Ever since WordPress.com (the extremely popular blogging platform and 22nd most popular site on the internet), decided to accept Bitcoin as payment last November the value of Bitcoins versus the U.S. dollar has more than doubled.

BitcoinChart

The esoteric crypto-currency continues to gain popularity and technologies to make it even more user friendly are popping up all over the place. The latest is the Bitcoin ATM, which could be a serious game changer for adoption. From CNET:

NASHUA, N.H. — Zach Harvey has an ambitious plan to accelerate adoption of the Internet’s favorite alternative currency: installing in thousands of bars, restaurants, and grocery stores ATMs that will let you buy Bitcoins anonymously.



It’s the opposite of a traditional automated teller that dispenses currency. Instead, these Bitcoin ATMs will accept dollar bills — using the same validation mechanism as vending machines — and instantly convert the amount to Bitcoins and deposit the result in your account.



Harvey and Matt Whitlock are partners in a New Hampshire-based venture, Lamassu Bitcoin Advisors, that’s hoping to commercialize the ATM by selling to retail businesses, especially ones that also want to accept the decentralized alternative currency from customers.



Unlike modern currency, which can be brought into existence at the whim of politicians or a central bank, leading to each note being devalued, the number of Bitcoins is governed by predictable mathematical algorithms. That’s made Bitcoin popular among libertarians and other activists skeptical of the Federal Reserve; the Free State Project accepts payment for its summer festival in Bitcoins, for instance. (The U.S. dollar has lost 96 percent of its value over the last century because of cumulative year-over-year inflation, according to federal government data.)



To obtain Bitcoins, people use an iPhone app like Blockchain or Android‘s BitcoinSpinner to show the ATM a QR code with their desired address for payments. After they insert a dollar bill (denominations up to $100 are accepted), the ATM automatically credits their Bitcoin account with the proceeds. There’s a 1 percent transaction fee.

Just awesome. Great work guys!

Pour l'occasion, je me suis également créé un compte bitcoin pour ceux qui auraient l'idée de faire une donation en bitcoins   

14aRuNWtnjYryihQxPJVDtUcjePwwGtVio

8 commentaires:

  1. En somme on donne du vrai argent contre des promesses de geeks même pas banquiers ??

    Mouhouhahahaha.

    RépondreSupprimer
  2. "these Bitcoin ATMs will accept dollar bills — using the same validation mechanism as vending machines — and instantly convert the amount to Bitcoins and deposit the result in your account."

    C'est en contradiction totale avec le fonctionnement même des bitcoins. Ils sont en quantité limitée et ne peuvent "imprimés", ni en quantité arbitraire, ni à vitesse arbitraire. Si je sors un billet de 10 euros et que je demande à quelqu'un des bitcoins, il faut:
    - que cette personne ait déjà les bitcoins en stock.
    ou bien
    - que cette personne dépense du temps pour trouver algorithmiquement de nouveaux bitcoins afin de pouvoir les échanger. Et encore, seulement si il existe de nouveaux bitcoins à découvrir.

    Bref ce n'est pas clair du tout.

    RépondreSupprimer
  3. Le soucis de bitcoin, c'est qu'étant un nombre limité, ils sont voués a acquérir de la valeur. Les premiers a adopter le système sont donc "riches" par définition, et je ne parle pas du concepteur du système qui a détenu à un moment donné toutes l'argent du monde.

    S'il s'agit d'un placement qui acquiert de la valeur,les gens qui en ont ne les lâcheront pas. Donc pénurie, prise de valeur, pas de circulation de la monnaie.

    Maintenant, si les gens ne les lâchent pas, ils ne vont pas commercer avec. Donc les commercants n'auront pas de réel avantage à les accepter comme contrepartie (vue que le nombre de paiements sera limité.)

    Donc c'est une sorte d'or virtuel, mais un or qui n'est pas reconnu quasi-instinctivement par presque tous les humains comme ayant de la valeur.

    Alors l'or induit aussi une déflation, mais au moins on a une injection de nouvelle quantité d'or physique dans le système (2500t par an, environ 2% par an - c'est quand même pas négligeable.) Et puis c'est physique, pas virtuel.

    Ca pourrait peut être marcher, si par exemple il y avait un taux intérêt négatif surla détention de bitcoin (qui seraient alors proposés aux acheteurs.)

    Je ne sais pas trop quoi penser de tout ça, le système a des côtés interessants, mais mon instinct me dit de douter du truc.

    yp

    RépondreSupprimer
  4. Le choix de privilégier un modèle statique à quantité fixe posera problème à terme, dès que la phase de croissance sera achevée. Après tout, la quantité de monnaie doit pouvoir s'adapter aux nombres d'échanges économiques, sinon l'économie sous-performe. Or, personne ne peut savoir quel en est ce plafond qui change tout le temps.

    Ce problème est très bien décrit par anonyme 7h43
    A cause de cette manie de vouloir construire des systèmes rigides.

    C'est le seul défaut majeur du modèle.
    Après, tout le reste est super. Gestion décentralisée, dématérialisation.
    C'est probablement l'avenir des monnaies libres qui se joue là.

    RépondreSupprimer
  5. En quoi une quantité "statique" (fixe) de monnaie poserait-elle un problème insoluble ?

    et pourquoi "la quantité de monnaie doit-elle s'adapter aux nombres d'échanges économiques" ?

    il parait qu'il existe une "équation de la monnaie MV=PQ" munie d'une variable "vélocité de la monnaie" permettant aux acteurs économiques le voulant de conclure des affaires en faisant tourner plus rapidement la même unité monétaire ?

    et en quoi des adultes consentants ne préfèreraient-ils pas utiliser les électrons de BTC qu'ils "impriment" initialement entre eux plutôt que les électrons du système bancaire, qui en "imprime" autant qu'il veut, pour lui d'abord et qu'ils sont obligés de "gagner" ?

    --neuneu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème, c'est que t'as intérêt à juste thésauriser.

      T'as un rendement garanti de 0% sur la monnaie que tu ne réinvestis pas. Or quand tous les prix baissent, ça revient à avoir un rendement net positif.

      Supprimer
    2. encore faudrait-il que l'hypothése de la déflation (comme baisse générale du niveau des prix) puisse se réaliser et se maintenir dans ce cas.

      Et même alors les prix des dépenses contraintes pourraient bien augmenter du fait de leur rareté, il faut, p.ex., bien manger donc les producteurs ne peuvent pas tous faire faillite.

      En revanche les kleptos et les producteurs de gadgets pourraient bien effectivement avoir du mal, l'argent se comptant plus soigneusement et pouvant être thésaurisé, donc sorti du circuit financier, sans risque de perte de pouvoir d'achat, sans même chercher "à s'enrichir en dormant".

      Ce serait le retour de la 3ème propension, celle à thésauriser sans risque d'être appauvri en dormant, la grande sacrifiée par la monnaie fiduciaire inflationiste qui ne laisse plus que deux choix : la propension à épargner (du court terme/quasi sans risque type en livret A au long terme/risqué type obligataire ou juniors) et la propension à consommer (hypertrophiée par le mécanisme de crédit des réserves fractionnaires).

      La propension à thésauriser agit (agissait) comme signal économique lorsque les deux autres ne convenaient pas : couple risque/rendement insuffisant pour l'une conduisant à de meilleurs offres de prix ou de taux et à sélectionner les projets les plus réalistes, prix/utilité/nécessité pour l'autre conduisant à ralentir ou développer la production selon la demande (et non pas à la créer artificiellement). Cette propension n'exclut ni la dépense ni n'empêche la fameuse vélocité d'augmenter. Sans cela nul n'achèterait jamais un ordinateur puisque les prix baissent sans cesse à performance donnée.

      --neuneu

      Supprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.