mercredi 6 février 2013

Le Japon lancé dans la course à l'inflation

Abe Says Fears Of Hyperinflation Are "Mostly" Unfounded As He Urges Companies To Hike Wages
ZeroHedge, 05/02/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
From Nikkei:

Japanese Prime Minister Shinzo Abe said Tuesday in parliament that worries of the central bank's inflation target triggering hyperinflation are unfortunate and unfounded.

"It's unfortunate that there are people who tout the mostly unfounded fears of hyperinflation," Mr. Abe said in a lower house plenary session.

Well as long as it is mostly, all is well.

So what is the plan, and one uses the term very loosely? Again from the Nikkei:

Prime Minister Shinzo Abe urged Japan's business leaders Tuesday to raise wages for employees, saying the move could help stimulate domestic demand and beat more than decade-long deflation.

3 commentaires:

  1. Tiens, le premier ministre japonnais voudrait que les entreprises augmentent les traitements de leurs salariés?

    Le "deuxième tour de l'inflation" (inflation des salaires) va pouvoir commencer : La vraie inflation et le rinçage des épargnants se met en marche.

    yp

    RépondreSupprimer
  2. C'est exactement ce que j'ai pensé aussi. Tant que les salaires étaient bloqués, il ne pouvait pas y avoir de véritable inflation, style années 70. Je me demandais quand la propagande officielle allait se décider à demander une hausse des salaires afin de provoquer une inflation par les salaires, ceci pour pouvoir rincer la dette (but officieux), en prétextant bien sûr que c'était pour défendre le pouvoir d'achat (pouvoir d'achat qui sera automatiquement annulé par l'inflation, mais chut...)

    Cette demande ne concerne que le Japon, mais quand on aura la même chose en France, il sera peut-être temps de s'endetter par un achat immobilier.

    RépondreSupprimer
  3. Remarque, en France, le projet de réforme du SMIC est passé au conseil des ministre aujourd'hui : il prévoie notament l'indexation du salaire minimum sur "l'inflation mesurée pour les ménages du premier quintile de la distribution des niveaux de vie". Comprenez : indexation sur logement... Mais surtout alimentaire et énergie, les deux composantes qui augmentent le plus vite.

    On voudrait donc faire pareil que les japonais... Mais ça ne marchera pas ! Car il faudrait que nos "élites" acceptent de sacrifier l'euro : blasphème !

    Ce sera donc la compétitivité économique qui va morfler sous le poids des charges (masse salariale.) Et qui dit perte de compétitivité dit... Entreprises en difficulté, licenciements, augmentations du nombre de bénéficiaires des dispositifs sociaux... On fera donc plus de dettes qu'il faudra payer en augmenant les charges qui vont impacter la compétitvité... Ect.. Ect... Ect...

    Jusqu'au coup de sifflet final ou là il faudra payer l'addition. Ne vous inquiétez pas pour vos "élites", elles feront payer au petit peuple leur incurie. Peuple d'ailleurs largement coupable d'avoir installé ces gens-là aux manettes (*).

    yp

    (*) Droite, gauche, centre, Marine, le postier ou Méluche - le peuple à voté à l'unanimité pour cette politique. Il est donc juste qu'il en paye le prix.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.