mercredi 13 février 2013

Le Meilleur des Mondes ne fait plus rêver : les norvégiens reviennent sur la théorie du genre

A la fin du documentaire, je lis :
"A la suite de ce reportage, toutes les subventions étatiques concernant les études sur la théorie du genre ont été supprimées en Norvège. Et nous ?"



Egalité hommes femmes : le film norvégien qui fait voler en éclat 40 années de certitudes
atlantico, Alexis Aguettant, 22/12/2012 (en Français texte en français )
→ lien
Alors que la Norvège est considérée comme la championne de la politique d'égalité hommes/femmes, ses citoyens continuent de choisir des métiers différents selon leur sexe : 90% des infirmiers sont des femmes et 90% des ingénieurs sont des hommes.

Un documentaire diffusé en 2010 par la télévision norvégienne répond à cette question et met en lumière de façon décisive la portée non scientifique des postulats théoriques des politiques d’égalité. Suite au débat national qui a eu lieu en Norvège après la diffusion d’un documentaire de Harald Eia (devenu un héros dans son pays, en attendant qu’il le devienne dans le reste de l’Europe) l’Institut gouvernemental norvégien pour les études de Genre a cessé de recevoir toute subvention, autant dire que cet institut, de fait, n’existe plus (budget 2012 de 7,5 millions d’euros).

D’où le questionnement de départ de Eia : y a-t-il des différences innées entre les hommes et les femmes ?
Le seul fait qu'énoncer une telle évidence soit à ce point compliqué qu'il faille le poser sous forme de question, en dit long sur le niveau d'aliénation auquel on en est arrivé...

Et comme d'habitude, la France a deux trains de retard... Cet acharnement systématique de nos élites françaises à subir le poids des idéologies passées, jusqu'à l'aliénation, plutôt que de regarder devant, a quelque chose de stupéfiant...

Vite ! Le ventre de la bête immonde est encore fécond ! Envoyons leur Fourest et les Femen !

   EDIT : Dans l'ordre naturel des choses, le rôle de l'homme a toujours été de protéger la femme et l'enfant. Au passage, que des gusses qui foutent des peignées à leur femme et à leurs enfants puissent se prétendre virils, montre à quel point tout ça a dégénéré, même du côté de la tradition.

Quand on y pense, du temps de la chevalerie, quel était le mot d'ordre de la caste de mâles dirigeants ? "Protéger la veuve et l'orphelin"... C'est à dire supporter pour soi la charge des familles ayant perdu leur protecteur naturel.

Je terminerai par du Soral :

10 commentaires:

  1. Tu devrais impérativement regarder les émissions Suisses (romande) Specimen qui sont toutes étrangement subversives et dérangeantes pour une chaîne aussi Mainstream que la TSR (comme par exemple cette expérience qui montre la vénalité des femmes http://www.rts.ch/emissions/specimen/2646664-pour-une-nuit-ou-pour-la-vie.html).

    Ils ont fait un docu d'ailleurs sur les différences hommes/femmes :

    Moi Jane, toi Tarzan

    "Les hommes ne perdent pas le nord et les femmes ont une mémoire infaillible. Au-delà des clichés, les différences entre les comportements masculin et féminin sont bien réelles. La faute aux hormones ou à l’éducation ? A travers des tests et les explications de spécialistes, Specimen traque nos disparités.

    A part celles, évidentes, de la morphologie, les différences entre les hommes et les femmes sont nombreuses. Statistiquement, Madame a un vocabulaire plus riche tandis que Monsieur est meilleur en géométrie. Toujours selon les chiffres, elle est plus sensible aux troubles alimentaires – les anorexiques sont en nette majorité féminines – et il a plus souvent du mal avec les mots : 4 bègues sur 5 sont masculins. Specimen propose de revisiter certains stéréotypes à travers toute une série de tests. Quatre hommes et quatre femmes ont joué le jeu. Les résultats sont surprenants.

    Quelles différences homme/femme relèvent de l’inné ou de l’acquis ? Quel est le rôle de l’éducation ou celui des hormones dans notre façon de nous « sexuer » ? A travers les explications de nombreux spécialistes, nous verrons ce qui induit le masculin et le féminin. Avec même une incursion chez les singes. Une étonnante recherche montre une préférence des mâles pour les camions et un intérêt plus marqué des femelles pour les poupées. Vous avez dit cliché ?"

    http://www.rts.ch/emissions/specimen/3047179-moi-jane-toi-tarzan.html

    RépondreSupprimer
  2. "Quand on y pense, du temps de la chevalerie, quel était le mot d'ordre de la caste de mâles dirigeants ? "Protéger la veuve et l'orphelin"... C'est à dire supporter pour soi la charge des familles ayant perdu leur protecteur naturel. "

    Oui, bien sûr, du temps de la chevalerie, tout le monde il était beau, tout le monde il était gentil.
    Ce sont des justement des règles de conduite qui ont été édictées pour essayer d'améliorer les choses, mais dans les faits, c'était la nature humaine qui prédominait, la loi du plus fort.

    Et la loi du plus fort, on sait bien que ça ne permet pas vraiment l'évolution de la civilisation, le progrès. L'informatique en est un exemple frappant, non ? Les plus bourrins, les plus gros étant toujours ceux qui ont un train de retard dans l'évolution...

    La conclusion logique de tout cela, c'est que ce sont les femmes qui devraient être au pouvoir, et surtout pas les hommes. Bonne réflexion !

    Lewu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La loi du plus "fort". Laisse moi rire. Encore un de ces adeptes de wishful thinking qui n'ont toujours pas compris le sens de "survival of the fittest". Darwin c'était il y a presque 200 ans, faut se réveiller !

      Dans une société de castes, de sang royal et de paysans ce sont les "plus bourrins, les plus gros" qui faisaient donc régner l'ordre dis-tu ? La loi du plus fort dis-tu ? Les riches, les aristocrates, les rentiers, les héritiers et les religieux n'étaient-ils pas d'ailleurs dotés d'une force et d'une taille supérieure aux autres ?

      Mais tu as certainement raison, l'accumulation de richesse et la position sociale n'ont jamais Ô grand jamais déterminé quelque domination ou rapport de force que ce soit dans l'histoire de l'humanité. Seule la force brute reste.

      Supprimer
    2. Et ta société de caste, tu la maintiens comment ?
      En expliquant gentiment au peuple qu'il est normal qu'il soit exploité pour qu'une caste privilégiée se la coule douce ?
      Ou en entretenant une milice de bourrins qui règnera par la force et la peur ?

      Lewu

      Supprimer
    3. Quelle est cette obsession avec les bourrins ?
      En plus tu dis "Les plus bourrins, les plus gros étant toujours ceux qui ont un train de retard dans l'évolution..." tu fais donc un jugement de valeur par rapport à l'évolution, comme s'il y avait un progrès, que N+1 était toujours "mieux" que N, entre ça et dire "les Africains ont toujours un train de retard dans l'évolution..." avec tout ce que ça implique il n'y a qu'un pas, alors évite ce terrain là.

      La violence ne s'est jamais entretenue avec des bourrins, mais juste avec des petites frappes, des simplets gradés et armés qui peuvent alors donner court à toutes les saloperies qui leur passent pas la tête.

      Sur cette image : 4 ratés, 4 tarés, 0 bourrins. Sauras-tu les reconnaître ?
      http://blog.cas-group.net/wp-content/uploads/2009/04/nazi.png

      Supprimer
    4. Et toi, quelle est cette obsession sur les mots ?
      Alors que tu as parfaitement compris ce que je voulais dire,
      même quand j'utilise l'expression "la loi du plus fort".
      Tu pinailles sur la forme au lieu d'investir ton énergie sur un débat de fond. Dommage...

      Lewu

      Ps : pourquoi le choix de cette image ? Mes propos te font penser que j'éprouve de l'admiration pour les dirigeants nazis ? Alors qu'ils ont choisi tous les faibles qu'ils avaient sous la main pour leur faire porter le chapeau de ce qu'ils étaient incapables de régler ?

      Supprimer
  3. Bon reportage même si le fond n'est pas assez etayé à mon goût. Il a le mérite de mettre en évidence la duperie de cette théorie. Là où il manque un bout ou une suite c'est le pourquoi profond de la mise en avant de cette théorie. Pourquoi est ce si important pour certain, que leur apporte t'elle in fine.
    A mon sens, c'est essentiellement le lobby gay qui pousse sur ce sujet car je crois qu'elle légitime leur recherche de normalité, elle lui donne une consistance. Sans cette théorie, qu'est ce qui explique le fait gay puisqu'on ne peut s'assimiler ni aux hommes, ni aux femmes "normaux".
    Je trouve curieux de distordre la réalité pour se rassurer, ça me rappelle les procès au moyen age sur la théorie de la terre plate...
    L'Homosexualité est naturelle et humaine puisqu'elle existe depuis des lustres, point barre, on ferait mieux de pousser les recherches sur comment devient on homo ou pas au lieu d'user le soleil avec des théories foireuses.

    RépondreSupprimer
  4. Il y a de nombreuses études neurologiques qui montrent des différences de fonctionnement entre les hommes et les femmes.
    Par exemple la réaction au stress n'est pas la même. Les femmes ont tendance à vouloir extérioriser, parler alors que pour les hommes la réaction est plus physique: montée d'adrénaline, de la tension, il se prépare à réagir physiquement à une agression extérieure.
    La vision est également différente: une femme a en moyenne un champ de vision plus global alors que les hommes sont plus concentrés sur le centre du champ de vision.

    Nier toutes ces études scientifiques est de l'idéologie et n'a rien de scientifique. Ou alors il faudrait les attaquer par des études montrant l’absence de différence de fonctionnement.

    De façon générale depuis pas mal de temps la tendance est de vouloir nier les différences. Que ce soit entre les hommes et les femmes, entre les cultures, entre les "races", avec les handicapés... C'est une approche absurde. Les différences sont là, les nier ne sert à rien. Dire qu'il n'y a pas de différence entre un noir et un blanc est ridicule, il n'y a qu'à les regarder pour voir une différence. La différence de couleur de peau EST une différence. Ce qu'il faut est au contraire d'accepter l'existence de ces différences et de les prendre en compte, apprendre à vivre chacun avec ses particularités et à respecter celles des autres. Cela veut dire qu'il y a des différences qui sont sans grande importance (couleur de la peau...), d'autres qui imposent des ajustements (handicaps...). Il y a également des différences qui peuvent poser problème comme celles concernant la culture si on mélange des individus ayant des cultures trop différentes et non compatibles et si les 2 ne font pas l'effort d'accepter l'autre et de trouver des compromis.

    Promouvoir l'égalité des sexes (ou autre) est une très bonne chose lorsqu'il s'agit d'éviter la discrimination. Donc faire en sorte que tout le monde (homme, femme, handicapé...) ait les même droits, que chacun soit respecté en tant qu'être humain à part entière. Il faut que si une femme veut devenir ingénieur ou un homme veut devenir infirmier il puisse le faire. Mais vouloir autant d'homme que de femme dans tous les métiers est absurde. Laissons chacun choisir sa voie et peu importe si les différences de répartition sont dues à des causes innées ou acquises. L'important est que chacun soit content de son choix.

    RépondreSupprimer
  5. Génial, on a découvert que les hommes et les femmes, c'est pas pareil !!!

    Bien entendu, les hommes hors sol ne défendent plus ni leurs enfants ni leur femme. On doit pas vivre dans le même pays.

    Et si certaines femmes veulent des gosses sans homme ou certain homme souhaite baiser entre eux, grand bien leur fassent, qu'ils suivent leurs voies. Il y a bien des poissons volants.

    RépondreSupprimer
  6. soral il est bien gentil mais il oublie une partie de la question.
    que les hommes sachent un peu mieux se comporter en hommes (plutôt qu'en racailles ou en gamins pas finis) c'est une bonne chose, mais si pour cela on cherche des références passées on se rend compte que dans l'histoire occidentale il est difficile de trouver une période où les femmes n'ont pas été des citoyens de seconde zone.
    je crois qu'une société avec à la fois des hommes dignes de ce nom et une réelle égalité de droits et de traitements entre sexes (sans artificlaiser la question en voulant 50% de charpentières et 50% de maïeuticiens) reste pour l'essentiel à inventer
    pour des références actuelles, je pense qu'on peut aller voir du côté de pays comme la Bolivie

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.