mardi 19 février 2013

Les jeunes se barrent de France : l’Australie

Les jeunes se barrent de France : l’Australie
France 2 via Agora Vox, 07/02/2013 (en Français texte en français )
→ lien

36 commentaires:

  1. oui mais bofffffffffff!
    toujours ce "se faire du pognon" avec le moins d'impots!

    leitmotif de notre société!et si on se posait les question du pourquoi de la vie avant???

    RépondreSupprimer
  2. Je suis d'accord. J'ai vu ce reportage et il m'a fait le même effet. La plupart des protagonistes portent un projet exclusivement consumériste. Je me souviens de la fille qui avait les larmes aux yeux de devoir travailler clandestinement, mais qui exhibait fièrement son Zodiac et son matériel de pêche....mais il y a besoin d'aller à l'autre bout de la planète pour aller à la pêche ou pour faire du kite surf ? je comprends que certains fuient paris et sa pression immobilière très forte, mais il n'y a pas besoin d'aller en Australie pour vivre au soleil, faire des barbecues avec ses voisins ou collègues et avoir des jobs "précaires mais qui paient bien". Saisonnier sur la côte d'azur, c'est à peu près pareil, les problèmes de carte de séjour en moins.....
    ce reportage est porteur d'une autre réalité : gagner plus, mais pourquoi faire précisément ?

    RépondreSupprimer
  3. C'est fou comme vous avez des mentalités d'esclaves en fait.

    On vous annonce que vous allez devoir bosser jusqu'à 75 ans, dans le même temps, on vous vole tout votre droit à la prospérité, vous devez vous endetter 30 ans pour un T3 pourri.

    Avec deux enfants, on court partout de 7h à 19h, et vous, vous souriez comme des cons.

    Vous tendriez presque l'autre joue.

    C'est fou comme l'éducation nationale et la propagande vous ont émasculé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 100 % d'accord.

      Emasculés, décérébrés... On peut en ajouter à la liste.

      En gros : des idiots utiles.

      Anyway. Laissons les trolls dans leur merde liquide.

      Il nous faut de plus en plus de reportages comme celui-ci... Chaque mois qui passe, des jeunes dotés de quelques neurones se barrent.

      Chaque jeune qui part c'est :
      -un immigré chance qui arrive
      -un vieux qui devient encore plus vieux
      -un fonctionnaire toujours au même endroit

      ... en clair : les jeunes qui partent sont DISRUPTIFS.

      Plus il y en aura, plus la saloperie de système français implosera.

      C'est aussi simple que cela.

      Donc il faut les encourager.

      Le Système commence à prendre peur :
      -d'abord il y a eu les "riches vieux" : on nous disait "c'est pas grave bon vent"
      -ensuite les riches plus jeunes, et les moyennement riches : on nous disait "c'est pas grave, ce sont des sociaux traitres"
      -et maintenant... de plus en plus... de simples jeunes.

      Et là, les trolls ils nous disent quoi : "bouh, ils n'ont qu'un projet consumériste" !

      C'est surréaliste, mais illustre parfaitement l'effet boule de neige et la panique (et bientôt l'effroi) qui s'empare du système français.

      Bravo !

      Supprimer
    2. Tout à fait Tonio

      Supprimer
  4. Et si on se battait chez nous plutôt que de fuir à l'autre bout du monde Tonio ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peine perdue. Voir les commentaires au-dessus de la réponse à Tonio : ces idées représentent la majorité des suffrages. Rien ne changera, parce que c'est ce que le français veut : il préfère la servitude à la liberté, car la responsabilité l'embête.

      Je copie-colle la conclusion d'un artcile d' Henri Dumas (Article complet : http://tinyurl.com/bcskud9) :

      " Les français, après mille cinq cents ans de servitude royale ou ecclésiastique, sont définitivement soumis. Leur rêve, leur ultime choix, leur ambition est d'être fonctionnaire.

      C'est-à-dire irresponsables et protégés… Pour toujours.

      Voilà donc une nation lancée dans la compétition mondiale, qui déteste ses clients, qui ne sort pas de chez elle sauf pour aller se rassurer en côtoyant la misère, où les individus ont peur de la liberté et souhaite le confort de la soumission.

      Nous ne sommes pas sur le cheval gagnant. Il est même probable que nous n'allons pas tarder à tous marcher à pied.
      "

      Donc forcément, les esclaves mentaux qui vivent tellement confortablement leur servitude ne peuvent pas admettre qu'on puisse trouver l'herbe plus verte ailleurs. C'est pour cela qu'ils militent pour enlever chaque jour un peu plus de liberté aux autres, et faire rentrer les brebis galleuses au bercail.

      Et si quelqu'un leur en fait le reproche, c'est forcément qu'il est un matérialiste, doublé d'un individualiste, triplé d'un ultra libéral, quadruplé d'un turbo capitaliste. Bref, un gars qu'ils adoreraient voir envoyé au Struthof ou à Lubyanka.

      Se battre chez nous c'est très bien. Mais se battre contre ce que la majorité des gens désire est voué à l'échec.

      yp

      Supprimer
    2. Évidemment si l'on s'avoue vaincu avant même de résister et de tenter de se battre, faut pas venir pleurer ensuite...

      Supprimer
    3. Un esclave peut vouloir la liberté. Mais là, les gens sont confortablement installés dans la servitude qui les libèrent de la responsabilité de leur vies.

      Vous en déduisez ce que vous voulez, mais je réfléchirais à deux fois avant de m'allier avec des gens incapables de faire des choix et de les assumer...

      Alors je comprends parfaitement pourquoi les jeunes partent : Le fait qu'ils en soient réduits à partir pour espérer une vie meilleure constitue le déshonneur mérité de leur ainés.

      Prenez le problème sous un autre angle : Notre société est essentiellement constitué de parents qui ont contractés des dettes sur la tête de leurs enfants. Réfléchissez bien si vous avez encore envie de vous battre pour ce genre de personne !

      yp

      Supprimer
  5. Entre nous, je pense qu'ils ont bien raison, j'ai l'impression que de plus en plus de jeunes Français partent chercher le travail là où il se trouve et si en plus ils gagnent en qualité de vie ce n'est que mieux.

    Je suis nait dans le var et j'ai du quitter cette région et ma famille pour du boulot car là-bas avec ma maitrise en informatique on me proposait technicien informatique en PME à 1300 net. Je parle même pas d'acheter un appartement tellement ça serait pathétique.

    J'adore mon pays mais aujourd'hui j'envisage de partir à l'étranger avec femme et enfants et pour le moment le seul contrepoids c'est la famille et belle-famille qui restera ici.

    Aucun avenir en France si ce n'est plus de gens dans les mégalopoles, plus de bouchons et temps de trajets, plus d'impôts et moins de travail, plus de problèmes de mélanges de cultures etc...

    RépondreSupprimer
  6. Tonio, je suis l'auteur du 2°message, et je suis déçu par ta réponse.

    Je ne conteste en aucun cas ton constat et la débandade de notre pays.

    Je dis juste qu'aller faire l'esclave à l'autre bout de la planète pour pouvoir se payer des joujoux (grosse bagnole, appart avec jacouzi, bateau de pêche, etc) n'a pas de sens.

    ça ne fait pas de moi un sans couille ou un lobotomisé. Il y a des lobotomisés partout, à commencer par les lobotomisés du marketing qui ont besoin d'un mode de vie consumériste pour se sentir bien...

    Pour l'immense majorité qui ne pourra pas ou ne souhaitera pas s'expatrier, une autre voie est peut être possible, en tout cas il faudra chercher des solutions, on ne va pas migrer 60 millions de personnes...

    Immobilier cher => louer en attendant que ça baisse ( que ça pète ?) , ou concevoir des espaces plus petits mais agréables à vivre ( paris n'est que la 22° capitale la plus chère du monde....)

    baisse du pouvoir d'achat =>
    voir au travers des mailles du filet du marketing, et maitriser rigoureusement sa conso en évitant d'acheter des objets débiles
    ou sinon utiliser internet et ses modes de conso alternatifs
    (covoiturage, pret, troc, etc)

    courir partout avec deux enfants de 7h à 19h => un des deux s'arrete de bosser à plein temps ?

    je lis ton blog tous les jours depuis deux ans, tu ne me connais pas, ça me fait chier de me faire traiter d'esclave et d'émasculé.

    je suis d'accord que les 68ards se sont comportés comme des cons, ....mais il faut bien trouver des solutions simples et applicables pour tout le monde...


    Puisqu'on parle de couilles, j'estime qu'il faut en avoir AUSSI pour rester et tenter de changer les choses. si tu tiens ce blog tous les jours c'est bien parceque tu penses pouvoir les faire changer non ?

    la fuite en expat, c'est bien, mais bon....pour avoir essayé il y a aussi de sacrés emmerdes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je déplore également la réponse de Tonio quant ã sa forme, même si je partage en partie son opinion.

      Il est bien marqué en bas de cette page que tout commentaire insultant sera supprimé. Dans cette logique, traiter une partie de ses lecteurs d'émasculés voire de cons est contradictoire avec cet avertissement et dégrade l'auteur de ces mots, qui devrait donc appliquer à lui-même ses préceptes.

      Quant au fond de la question, j'ai quitté mon pays (qui n'est pas la France) vu le manque de perspectives pour un meilleur job plus au nord de l'Europe. C'est un choix certes opportuniste (garantir un meilleur confort de vie à ma famille, même si la barrière de la langue et les différences de culture rendent l'expérience de l'expatriation moins agréable), mais pas consumériste (je n'achète pas de gadgets, n'ai pas de télé ni de smartphone). J'admire et comprends le point de vue de ceux qui préconisent d'essayer d'agir dans son propre pays. Mais moi-même je n'en ai pas le courage (est-ce de la lâchetë pour autant? je ne crois pas), et même si c'est bête à dire je ne vois pas ce que je pourrais faire individuellement face à la dégradation globale et généralisée de mon pays, sa paupérisation, l'augmentation de la violence, la perte de valeurs occidentales, une forme d'esclavagisme des cerveaux et de blocage de l'esprit d'initiative etc. Donc je suis parti pour un salaire meilleur et tâcherai d'inculquer à mes enfants la capacité à aller n'importe où dans le monde en fonction des possibilités d'emploi et de qualité de vie. Des citoyens multilingues, flexibles et droits dans leurs bottes, avec des valeurs fondamentales d'honnêteté et de politesse (sans pour autant se faire avoir ou marcher sur les pieds), et qui sauront je l'espère éviter la lobotomisation par le système.

      Supprimer
    2. Ce que tu dis c'est qu'un gars qui pourrait gagner 1300 euros par semaine dans un boulot épanouissant en Australie, devrait rester en France pour continuer à gagner 1300 euros par mois dans un boulot de con ?

      Que les compétences doivent rester au pays, oui. Mais alors il faut que le pays soit attractif. Remarque attracif, le pays l'est - mais pas pour ceux qui ont quelque compétence. C'est d'ailleurs écrit jusque dans la bible ou le coran que c'est mal de ne pas exploiter ses talents.

      Or, ici, c'est quasi impossible. Et quand c'est possible, on vous spolie des trois quart du fruit de votre travail. C'est logique que les jeunes qui en ont les moyens se barrent - c'est l'inverse qui serait grave.

      yp

      Supprimer
    3. Les émasculés ce sont surtout ces jeunes matérialistes qui ne conçoivent pas qu'ils peuvent se battre et que les choses pourraient changer assez vite s'ils avaient les couilles de taper du poing sur la table. Les générations précédentes se sont bien battues pour redresser le pays à plusieurs reprises, pourquoi pas eux ?

      Ils ne partent pas pour reconquérir le pays de l'extérieur, ils fuient à la recherche de biens matériels en quantité plus grande.

      Désolante cette jeunesse m&térialiste, dépolitisée et défaitiste !

      Supprimer
    4. Ouaip ... à 40 balais je ne veux plus me barrer (dsl) et pourtant je suis parfaitement trilingue et j'ai tenté l'expat. deux ans (en Europe) - il y a 10 ans je me suis battu et j'ai perdu (réponse : t'es pas content ? dégage il y en 100 comme toi qui attendent ...), du coup je bosse à mon compte depuis 2002(je gagnais 30% de moins mais je me levais quand je voulais et sans femme ni gosse(s) la vie était "cool"). A partir de 2006-2008 ça a commencé à tourner au vinaigre : nouveaux interlocuteurs tjs. plus cons et "parachutés", de moins en moins d'avantages et des tarifs revus plus volontiers à la baisse qu'à la hausse ... Résultat ? depuis 2 ans je vis sur mes réserves et je "croute" avec 1000 roros par mois en moyenne (m'en cogne un peu vu qu'en 2009 j'ai acheté cash une "BAD" dans les montagnes et que les occazes pour claquer du pognon sont rares désormais / eau (presque) gratos, bois gratos, et la conso. élec. réduite au minimum ... en tout et pour tout je dois "claquer" moins de 1500 roros par an en factures (dont droit d'eau, taxes, EDF, Orange etc.).
      Le courage s'est d'avoir tout envoyé chier ... alors c'est pas évident (les hivers sont longs) mais bon ... j'ai bien vécu et rouler depuis quelques semaines dans un Kangoo 4x4 d'occaze à 4 000 euros (et plus en Land Rover / parce qu'avec 12 litres au 100 km c'était plus viable) ben en fait c'est pas si traumatisant que ça ...
      ;-)
      (Pierre)

      Supprimer
    5. 19/02 23:17 -> Si la jeunesse est dépolitisée et défaitiste, il n'y a qu'a rechercher la cause dans le pays/la société que leurs parents ont crées !

      'Faut vraiment avoir l'esprit mal tourné pour reprocher à un jeune de vouloir une vie meilleure.

      Franchement dit, votre réaction est dégoutante, c'est bien à cause de gens comme vous que les jeunes doivent se barrer. C'est un devoir !

      yp

      PS : reconquérir le pays de l'extérieur... Ce n'est nécessaire que parce qu'une génération a vendu le pays de l'intérieur.

      Supprimer
    6. A l'anonyme du deuxième message!
      J'ai l'impression de ne pas avoir vu le même reportage!!!!!!!
      Depuis quand faire le meme boulot de serveur en Australie qu'à Paris est-il un boulot d'esclave? partir de son pays pour trouver mieux est pour moi plutot le geste d'un homme libre, non? et moi je retiens plus le coté plus décontracté des relations sociales et des opportunités que le fait de s'acheter une grosse bagnole et un jacuzi!

      "Pour l'immense majorité qui ne pourra pas ou ne souhaitera pas s'expatrier, une autre voie est peut être possible"
      AH OUI? et vous allez la créer comment votre autre voie????? PAR LES ELECTIONS????? souvenez-vous du référendum sur la constitution européenne?, le peuple dit non, les gouvernements changent le nom du traité et hop l'affaire est dans le sac!

      "Immobilier cher => louer en attendant que ça baisse"
      19m2 dans le centre de Paris pour 900€!!!!! on est sensé gagner 2700€ pour louer un clapier!!!! sinon je vous propose aussi un 14m2 pour seulement 700€, donné! non?

      "baisse du pouvoir d'achat =>
      voir au travers des mailles du filet du marketing, et maitriser rigoureusement sa conso en évitant d'acheter des objets débiles
      ou sinon utiliser internet et ses modes de conso alternatifs
      (covoiturage, pret, troc, etc) "
      oui mais là il s'agit d'un comportement de survie en terrain difficile, pas d'une vie agréable !!! je suis partisan d'une vie zen et je vous suis dans ce raisonnement mais je doute que nos compatriotes soient tous adeptes de la chose...

      "courir partout avec deux enfants de 7h à 19h => un des deux s'arrete de bosser à plein temps ? " ET NON BONHOMME!!! TU PEUX PAS!!!!! tout le monde ne peux pas prendre un mi-temps! et se passer du moindre euro de revenus mensuels...

      "je suis d'accord que les 68ards se sont comportés comme des cons, ....mais il faut bien trouver des solutions simples et applicables pour tout le monde..." oui mais ils contrôlent tout en ce moment, ils ont le pognon, les appart! les retraites, ils sont représentés par des partis, des députés, des dirigeants qui les cajolent par toutes sortes de mesures ( et qui ont le même age d'ailleurs). Les "solutions simples et applicables" vous les verrez arriver quant votre génération sera au pouvoir, c'est à dire quand les vieux actuels seront morts, DANS 20 ANS!!!!!!!

      "Puisqu'on parle de couilles, j'estime qu'il faut en avoir AUSSI pour rester et tenter de changer les choses."

      TOUT A FAIT D'ACCORD!! et je vous dis BRAVO!
      Il faut aussi un grand sens du sacrifice et je vous dis BON COURAGE!

      Supprimer
  7. L'éternel débat :
    * si je m'expatrie, je suis un traite !
    * si je reste je suis un lâche !

    lol

    déjà, que je sache, personne ne force qui que ce soit, ni n'oblige tout le monde, ni à partir, ni a rester.

    Le 2ème débat éternel :
    * si tu veux "réussir" t'es un esclave consumériste
    * si tu bosse pas, t'es un profiteur assisté par l'état nounou

    Tout le monde n'a pas la possibilité de faire ce qu'il veut comme métier (une fois que tu es formé c'est pas si simple de se reconvertir, faut 10 ans env), ni d'aller ou il veut.
    Que des jeunes ayant du potentiel aille gagner plus, travailler moins, meilleur cadre de vie ... ca ne fait pas d'eux des "consuméristes", on en sait rien de ce qu'ils font de leur argent. Si vouloir un appart plus grand qu'une cage à lapin c'est être consumériste, alors nous le sommes tous. Le consumérisme c'est à la marge ... c'est quand on change de téléphone tous les 6 mois ou qu'on se paye une voiture dont on n'a pas vraiment besoin pour frimer et se chopper une femme plus belle (lol le vieux cliché) ...

    bref on en sait rien !
    je connais un gars, trader qui gagnait 30 000€ par mois. Après 10 ans de taf, il s'est mis rentier, maintenant il soutient une association de logiciels libre et aide les démunis !

    Que feront ces jeunes de leur argent ? on ne sait pas, mais on ne peut pas les priver du droit de faire des projets, ni de vouloir le confort ou la sécurité et de ne pas galérer pour ???
    En France l'état, et l'état d'esprit sont assez miteux. Tu bosses pour engraisser l'état qui dépense ensuite en mariage gay, ponctionnaire moralistes, immigré agressifs !

    Le problème, c'est qu'ici on n'a plus de projet de société.
    http://yoananda.wordpress.com/2013/01/05/la-perte-de-transcendance/

    Et ce n'est pas près de s'arranger.

    RépondreSupprimer
  8. Toutafé
    Tonio, faut se calmer ou prendre ses gouttes
    On l'aime bien ton blog, faudrait pas que tu parte en burn out

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour,
    Ben moi j'y suis allé en Australie.
    à Melbourne et Sydney, sur les routes côtières et dans l'intérieur des terres.
    Et ce que j'y ai vu c'est exactement contenu dans ce reportage.
    la liberté de parler, d'exprimer ses opinions, de dire ce qu'on pense, d'échanger.
    le respect pour la valeur du travail, y compris manuel.
    la vraie mixité sociale, la porsche cayenne et juste à côté le voisin en vieille bagnole (maison jumellées, donc identiques).
    la politesse, la gentillesse, la facilité d'accès des gens.
    l'absence presque totale de mendiants (1 seule femme à Sydney).
    l'absence de peur des filles la nuit qui se promènent dans des tenues très légères (il y a plein d'asiatiques et elles sont dingues :-) ).
    l'absence de putes sur les trotoires.
    l'absence de merdes de chiens ou de détritus par terre.
    l'absence totale de bandes de barbares.
    la cool attitude de gens responsables.
    Le respect des gens pour les règles de vie en société (j'ai plein d'exemples frappants).
    la possibilité de sortir sa tablette dans le bus (même les vieux de 70 balais) sans aucun risque de se faire dépouiller.
    Et ce qui explique celà en grande partie, l'absence d'invasion migratoire.
    les immigrés, ils les choisissent. Ils n'entrent pas en fracassant la porte. Et les Australiens restent ainsi maîtres chez eux, sans avoir une foule d'assistés à faire vivre. Pas de parasites, donc ils peuvent payer le travail à sa juste valeur.
    Si j'avais 18 ans; je ferais un cap d'électricien, un autre de plombier et j'irais immédiatement là-bas, faire ma vie.
    Vous comprenez, FAIRE MA VIE, LA BATIR! Et pas vivoter, coincé entre des lois liberticides, des spoliations fiscales, des dictateurs de la pensée unique, des politiciens véreux, et des hordes de barbares qui déferlent jour après jour sur mon pays que j'aime mais qu'on m'interdit de défendre sous peine de mort sociale et financière.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai beaucoup aimé votre commentaire surtout les dernières lignes.

      Supprimer
  10. C'est une fausse bonne idée. C'est la galère depuis la crise.
    Tout le monde veux aller bosser là-bas à cause du "rêve australien"
    et de leur facilité de visa.
    Mais 180'000 Grec on déjà tenter leur chance...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Facilité de visa, tu as vu ça où?
      vas sur le site de l'immigration et essaie le test!
      tu vas pleurer.

      Supprimer
    2. Amateur, bachibouzouk des écran plat...

      D'abords tu demandes un visa d'étudiant ensuite tu vas faire tes recherches d'emploi et là ton futur employeur rentre son numéro d'entreprise sur leur site tu remplis ta demande de visa de travail avec lui, il l'imprime vous signez et le lendemain tu bosses.
      Voyage un peu et tu verras que les pays ou tu as un visa de travail en un jour ce compte sur les doigts d'une main.

      C'est même pour ça que ce pays est connu de tout les globe trotteurs.

      Supprimer
  11. Tu te souviens ? Montebourg a menti en disant que Titan était prêt à rouvrir les discussions pour la reprise de Goodyear.

    Montebourg est une engeance.

    Regarde la lettre absolument stupéfiante envoyée par le pdg de Titan à cet étron.

    "How stupid do you think we are ?"

    Fac similé publié par les Echos !

    http://tinyurl.com/ajlag78


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. WOW ! LA CLAQUE !

      (Ce serait rigolo si ce n'était pas la réalité.)

      yp

      Supprimer
    2. Mickaël Wamen, (responsable de la CGT) retenez bien son nom à F.Hollande, fin janvier :

      "T'es élu, fais ton boulot mon pote, fais ce que tu as à faire, parce que si tu ne le fais pas, nous on va venir t'expliquer gentiment ce qu'il faut que tu fasses."

      http://lelab.europe1.fr/t/un-syndicaliste-a-hollande-fais-ton-boulot-mon-pote-si-tu-ne-le-fais-pas-on-va-venir-t-expliquer-7174

      Ah ! Les cons ! :-D

      yp

      Supprimer
  12. Australie, Canada... Aujourd'hui c'est chacun pour sa pomme. On se fout de ce qu'on laisse derrière soi. Parents, amis, compatriotes.

    "Je veux du fric !!!"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qu'on laisse derrière soi ? Surtout des fonctionnaires assoiffés du pognon des autres !

      Supprimer
  13. 1 - DT depuis le temps que tu veux partir et que tu est encore là, tu m'amuse !
    2 - j'ai émigré au canada avec une carte de travail et je suis revenu.
    s'intégrer dans un autre pays n'est pas une question de volonté
    on s'y sent chez soi ou pas
    l'argent ne rentre pas en ligne de compte
    on part pour une raison et on revient ou pas pour une autre
    il ne faut pas confondre avec les vacances



    RépondreSupprimer
  14. Je pense que ces jeunes qui émigrent veulent juste à voir une vie digne. Et pas forcément gagner des 100 et les 1000. Je trouverais ça lâche si la France donnait sa chance à la jeunesse travailleuse et motivée. Mais force est de constater que ce pays est taillé sur mesure pour les générations nées avant 1960.

    RépondreSupprimer
  15. juste pour rigoler , l'Australie ne vivrait t-elle pas sur le multiplicateur keynésien du peak everything ?

    RépondreSupprimer
  16. Je reconnais que pour changer quelque chose dans ce pays il faudrait déjà commencer par foutre en l'air tous les syndicats (du MEDEF à la CGT, avec confiscation des biens), un certain nombre d'associations et de lobbies qui pratiquent le terrorisme intellectuel, en passant par la classe jacassante (les sociétalistes donneurs de leçons, les Jean-Marc Sylvestre, les Baverez, Attali, Minc, BHL, etc.). C'est pas gagné, surtout avec un peuple de veaux confortablement assoupis drogués à twitter et facebook. Il n'y a qu'un moyen de savoir si c'est possible. Quitte à ce que ce soit le baroud d'honneur de la vraie France.

    RépondreSupprimer
  17. Punaise...

    Si je pouvais me barrer, je le ferais volontiers !

    En France, il n'y a plus rien pour moi. Pas de boulot malgré mon M2 pro et ma thèse, et pas grand chose ne me retient : ni femme (elle s'est tiré quand je me suis retrouvé au chomdu), ni maison, et j'ai pas de dettes.... les crédits de la recherche fondent comme neige au soleil et les postes avec. Regardez les concours : il n'y a rien.

    Quel est l'avenir en france, quand on ne rentre pas dans les bonnes cases ?
    végéter entre le RSA et une formidable paye de SMIC +10% ? pour 45 heures par semaines environ (ce qui n'est pas beaucoup pour un thésard, j'en conviens !).

    Le plus drôle, c'est quand un boss vous sort qu'un thésard passent 8 ans le cul aussi sur les bancs de la fac...

    RépondreSupprimer
  18. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.