jeudi 14 février 2013

L’Irlande restructure sa dette

Scoop : l’Irlande restructure sa dette !
gold broker, Philippe Herlin, 14/02/2013 (traduire en Français texte en anglais )
→ lien
Les autorités européennes, la BCE, la Commission, les chefs États, l’avaient affirmé haut et fort : la restructuration de la dette grecque restera une exception, la première et la dernière du genre, aucun autre pays ne bénéficiera d’une telle mansuétude. Il fallait éviter la contagion, car si chaque pays en difficulté demande une restructuration de sa dette (qui se traduit par une perte sèche pour les investisseurs), c’est la confiance globale dans la zone euro qui est remise en cause.

Pourtant, loin des caméras, et sans convoquer des « sommets de la dernière chance », un autre pays a bénéficié d’une restructuration : l’Irlande. Les grands médias n’en ont pas parlé ? C’était l’effet recherché. Il est vrai que les choses étaient plus faciles car seule la BCE a sorti son porte-monnaie, les investisseurs privés, qui auraient pu se faire entendre, n’étaient pas concernés.

Le pays a bénéficié d’une aide de 85 milliards d’euros pour le sauvetage de ses banques en 2009. Mais en décembre dernier, le gouverneur de la banque centrale d’Irlande avait clairement fait comprendre que les échéances ne seraient pas tenues : « le délai de remboursement devrait être considérablement allongé » expliquait-il sur le ton du « c’est ça ou rien ».

Coincée, la Banque centrale européenne (BCE) a accepté (le 7 février) un rallongement des échéances moyennes (qui passent de 7 à 34 ans) et une baisse des taux d’intérêt. Ce faisant, la BCE renonce à 20 milliards d'euros d'intérêt sur dix ans. Un sacré cadeau quand on sait que pour la Grèce elle avait fait une croix sur 8 milliards d’euros d’intérêts. Le premier remboursement du principal aura lieu en 2038 et le dernier en 2053, ce qui laisse le temps à d’autres « discussions ». Bien joué Dublin !

L’Irlande a prévu de revenir sur les marchés avant la fin de l’année, il fallait éviter tout psychodrame. Bien sûr, le pays fait de réels efforts qui commencent à payer, les exportations repartent, la croissance prévue pour 2013 est de 1,3%, ce qui n’est pas si mal. Mais la crise de la bulle immobilière n’est pas encore soldée, les crédits hypothécaires de mauvaise qualité sont logés dans la bad bank NAMA (National Asset Management Agency), soutenue par l’Etat. Les risques demeurent.

On le comprend, il ne fallait pas faire la publicité d’un tel accord pour ne pas détourner les investisseurs des dettes souveraines européennes. Mais déjà le Portugal frappe à la porte de la BCE et explique qu’il ne voit pas pourquoi il ne bénéficierait pas des mêmes arrangements que la Grèce et l’Irlande. L’Espagne doit surveiller avec intérêt les démarches de son voisin… Franchement, ça va finir par se savoir !

De plus, vu que ça ne concerne pas les investisseurs privés, et que ça n'a fait aucun bruit, j'imagine que les CDS ne seront pas déclenchés.

Quoi qu'il en soit, l'Irlande fait défaut, mais uniquement sur l'argent du contribuable européen, et pas sur la dette détenue par les privés, qui jusqu'ici, récupèrent l'intégralité de leur mise. C'est encore un bailout de plus.

6 commentaires:

  1. L'ISDA ?

    J'éclate de rire !

    L'ISDA est le nom donné à la réunion de la famille Corleone.

    J'éclate de rire !

    Jeudi 14 février 2013, la famille Corleone s'est réunie et elle a été chargée de répondre : "Oui, l'Irlande vient de faire défaut" ou "Non, ceci n'est pas un défaut de paiement de l'Irlande"

    Mais qu'est-ce qu'on en a à f..... de ce que va répondre l'ISDA ?

    J'éclate de rire !

    L'ISDA, concrètement, c'est qui ?

    Je recopie Wikipedia :

    L'International Swaps and Derivatives Association (ISDA - Association Internationale des Swaps et Dérivés) est une organisation professionnelle regroupant des intervenants majeurs sur les marchés financiers dérivés, dont le but premier est de fournir des contrats standards de référence pour les transactions. Ce contrat type est appelé ISDA Master Agreement.

    L'International Swaps and Derivatives Association (ISDA) a encouragé une standardisation de la définition d'un événement de crédit. Un paiement contingent de la part du vendeur de protection est déclenché lorsqu'il y a faillite, défaut de paiement, moratoire (délai de paiement) ou restructuration (prolongement de la durée de remboursement).

    Son importance est cruciale dans ce domaine peu réglementé, extrêmement actif et où l'effet de levier peut être colossal. Fin 2009, 31 000 milliards de dollars de CDS échappent à toute régulation hormis celle des 15 institutions de l'ISDA. Cette association d'opérateurs de marchés est la seule à pouvoir concrètement décider qu'un pays est à considérer comme étant en défaut de paiement.

    Début novembre 2011, l'ISDA annonce que la décision d'un renoncement des institutions bancaires européennes à 50 % de la dette souveraine de la Grèce « ne constitue pas un évènement de crédit » et, par voie de conséquence, n'active pas le règlement des CDS. Ce choix, provoquant la colère d'une partie du milieu financier de Wall Street, a précipité la chute de son président Conrad Voldstad et la nomination, à sa place, de Robert Pickel, déjà président de l'association de 2001 à 2009. Devant la situation de plus en plus critique en Grèce, l'ISDA annonce finalement le 9 mars 2012 qu'un « évènement de crédit » a lieu sur la dette grecque et que celle-ci est en cours de restructuration. L'évènement de crédit sur la dette grecque doit donc donner lieu au paiement des fameux CDS, mettant en danger de nombreuses banques européennes.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/ISDA

    En clair :

    L'ISDA, c'est :
    Bank of America Merrill Lynch
    Barclays
    Citibank
    Credit Suisse
    Deutsche Bank
    JPMorgan Chase Bank
    Morgan Stanley
    BNP Paribas
    Citadel
    D.E. Shaw
    BlueMountain Capital
    PIMCO
    Elliott Management Corporation
    Goldman Sachs
    UBS

    Les réponses que donne la famille Corleone n'ont aucune importance.

    http://dc.isda.org/documents/2013/02/emea-determinations-committee-decision-14022013-ibrc-2.pdf

    RépondreSupprimer
  2. BA tu as beau éclater de rire.. je continue à avoir raison face à toi.

    Le truc est tellement évident.

    Le dogme des 3 % jeté aux orties par le couple truandeur Hollande / Ayrault... AUCUNE REACTION.

    Irelande ? AUCUNE REACTION.

    Et pour cause : le Système veille.

    Ca fait depuis, en gros, 2009, que je te dis qu' à chaque fois le Système recule les limites.

    Les faits me donnent raison.

    Ca va durer longtemps... très longtemps.

    A ta décharge, nombreux sont ceux qui font la même erreur : exemples les anglo saxons comme Mish. Des gens qui s'appuient sur des règles, que l'on doit respecter etc.

    Des gens bien.

    Leur bonté justement les perd : ils n'ont toujours pas compris qu'en face il y avait des crapules absolues qui se jouent justement de toutes les règles. Ils changent en permanence le paradigme à leur avantage.

    Seul espoir (tu vois moi aussi je continue de rêver un peu)... élections Italie dans 2 semaines. On va voir si les Italiens auront l'intelligence de foutre le souk dans le Système...

    RépondreSupprimer
  3. ouai ouai, a chaque fois c la même histoire. La grèce ne fera jamais défaut, si elle le fait c'est l'apocalypse. Puis elle le fait, et finalement rien ne se passe.

    Maintenant c'est idem pour l'Irelande. Demain les autres. Et quand on mettra fin a l'euro, rien ne se passera non plus.

    RépondreSupprimer
  4. 1999, le discours est le suivant :

    l'euro c'est la croissance!
    l'euro c'est la convergence des économies européennes!
    l'euro c'est la fin du chômage!
    l'euro c'est le remède anticrise!

    13 ans après :

    la BCE ne rachètera pas la dette des pays membres
    L'euro résistera à la crise , c'est l'avenir de l'union européenne!
    La Grèce est l'exception

    demain :

    l’Irlande est l'exception!
    l’Espagne est l'exception!
    le Portugal est l'exception!
    l'Italie est l'exception!
    la France est l'exception!

    Après-demain !

    Non l'Allemagne ne sortira pas de l'Euro!
    Non l'Allemagne ne sortira pas de l'union européenne

    L'union européenne c'est la paix!

    RépondreSupprimer
  5. Le sentiment national.

    C'est important, le sentiment national. Et l'égoïsme national, c'est très important.

    30 décembre 1922 : naissance de l'URSS.
    11 mars 1990 : la Lituanie fait sécession.
    9 avril 1991 : la Géorgie fait sécession.
    20 août 1991 : l'Estonie fait sécession.
    24 août 1991 : l'Ukraine fait sécession.
    25 août 1991 : la Biélorussie fait sécession.
    8 novembre 1991 : la Lettonie fait sécession.
    26 décembre 1991 : mort de l'URSS.
    Durée de vie de l'URSS : 69 ans.


    29 novembre 1945 : naissance de la Yougoslavie.
    25 juin 1991 : la Slovénie et la Croatie font sécession.
    1er mars 1992 : la Bosnie-Herzégovine fait sécession.
    8 septembre 1991 : la Macédoine fait sécession.
    17 février 2008 : le Kosovo fait sécession.
    3 juin 2006 : le Monténégro fait sécession. Mort de la Yougoslavie.
    Durée de vie de la Yougoslavie : 60 ans et six mois.


    25 mars 1957 : naissance de la Communauté économique européenne (future Union européenne).

    ___________ : mort de l'Union européenne.

    Durée de vie de l'Union européenne : _______ ans.

    J'ai laissé des blancs.

    Je complèterai au fur et à mesure.

    RépondreSupprimer
  6. On va voir si Delamarche parle de l'Irlande la semaine prochaine. Il supporte mal la fable du tigre celtique et de ses taxes réduites sur les entreprises et il va donc avoir envie d'en parler. Officiellement, la chaine économique le laisse libre de ses propos.

    RépondreSupprimer

Si votre commentaire n'apparaît pas tout de suite, c'est normal. Il doit être validé avant publication.